Livres de l'éditeur Les Liens qui Libèrent - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.

Les Liens qui Libèrent


144 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14,5 21,9 Bonheur de la sagesse
Accepter le changement et trouver la liberté
T
Mingyour Rinpotché Yongey essai développement personnel 2010 01/08/10 9782918597131 Les Liens qui Libèrent Pratique -développement personnel 21,30 € 21.30 sur commande ?
AA AA

"Un livre remarquable par sa simplicité, sa clairvoyance et sa spiritualité" selon Mathieu Ricard, auteur de la préface.

Ou comment se défaire par des exercices simples, par une meilleure connaissance de soi, de nos conditionnements et de nos sensations d’angoisse. Un livre plein de sagesse et d’humour par l’auteur du best seller mondial : Bonheur de la méditation

x 14,5 22 160 p. Qui a tué l’écologie ?
Greenpeace, WWF, Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement en accusation
T
Nicolino Fabrice essai écologie 2011 12/02/11 9782918597254 Les Liens qui Libèrent Politique et société -écologie 20,80 € 20.80 présent à Plume(s)
AA AA

Par l’auteur de Bidoche et de Pesticides, révélations sur un scandale français, un pamphlet vif et brillant contre cette nouvelle écologie douce c’est à dire molle et sirupeuse inaugurée par le Grenelle de l’environnement.

Éteindre la lumière derrière soi, fermer l’eau du robinet, trier ses poubelles, c’est très bien mais ce n’est pas avec ça que l’on va résoudre les immenses problèmes environnementaux... Osons parler d’un avachissement de la pensée critique et des ses principaux hérauts associatifs, osons parler d’une véritable mystification ou d’une mascarade alors que la destruction du monde continue et s’accélère...

x 12 19 180 p. Mère épuisée T Biard Stéphanie essai femmes 2011 26/02/11 9782918597230 Les Liens qui Libèrent Pratique -parentalité 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

Le récit poignant d’une mère ordinaire qui ose dire comment au fil des jours elle s’épuise, s’isole, se sent envahie de doutes et de peurs.

Un témoignage qui rejoint le commun de chaque femme prise entre le bonheur d’être mère et la difficulté de vivre dans une société peu encline à entendre cette part non idéale et obscure de la maternité.

x 14,5 22 385 p. Bidoche
L’industrie de la viande menace le monde
T
Nicolino Fabrice essai alimentation 2009 30/09/09 9782918597018 Les Liens qui Libèrent Politique et société -consommation 23,00 € 23.00 présent à Plume(s)
AA AA

Je crois savoir ce que manger veut dire.

Mais je dois ajouter que, chemin faisant, j’ai changé d’avis et de goût. Derrière une côte de boeuf, j’ai fini par voir un boeuf. Derrière un gigot, un agneau. Derrière un jambon, un cochon... On peut parler d’un choc, immense et lent. L’histoire que je vais vous raconter est une formidable aventure aux conséquences inouïes. Où rien n’était inévitable. Comment des animaux sont-ils devenus des morceaux, des choses, des marchandises ? Pourquoi des techniciens inventent-ils chaque jour, en notre nom, de nouvelles méthodes pour " fabriquer " de la " matière " à partir d’êtres vivants et sensibles ? Pourquoi leurs laboratoires sont-ils aussi anonymes que secrets ? Pourquoi l’industrie de la bidoche est-elle dotée d’une puissance qui cloue le bec de ses rares critiques ? A la suite de quelle rupture mentale a-t-on accepté la barbarie de l’élevage industriel ? Pour quelle raison folle laisse-t-on la consommation effrénée de ce produit plein d’antibiotiques et d’hormones menacer la santé humaine, détruire les forêts tropicales, aggraver la famine et dans des proportions étonnantes la si grave crise climatique ? Qui est responsable ? Et y a-t-il des coupables ? La réponse n’a rien d’évident, mais elle existe, dans les deux cas.

Ce livre vous convie à une plongée dont vous ne sortirez pas indemne. A la condition de le lire pour de vrai, vous ferez ensuite partie d’une tribu en expansion, mais qui demeure on ne peut plus minoritaire. La tribu de ceux qui savent.

x 14,5 22 265 p. Mes ordonnances alimentaires T Chevallier Laurent guide alimentation, santé 2010 24/02/10 9782918597162 Les Liens qui Libèrent Pratique -santé 19,30 € 19.30 manquant sans date
AA AA

Comme le démontrent les dernières études scientifiques, l’alimentation joue un rôle fondamental dans la santé humaine, pour à la fois soigner et prévenir la plupart des troubles ou maladies.

Dans ce livre, le Dr Laurent Chevallier, praticien réputé en nutrition, délivre, pour plus de 60 affections ou situations de mal-être : excès de poids, allergies, arthrose, hypertension, diabète, dépression, migraine, constipation, troubles de la libido...ses ordonnances. Sous une forme très pratique, il vous conseille les aliments à privilégier, ceux à éviter, et préconise des orientations alimentaires ou des menus types.

Des conseils complémentaires suivent ses recommandations, notamment sur le rôle tenu par les plantes. Le Dr L. Chevallier propose également des solutions pour limiter les risques d’apparition de maladies très courantes de nos jours comme les accidents cardiaques et vasculaires, les cancers, les fatigues chroniques ou l’hypersensibilité à certains produits chimiques. Un livre très documenté, indispensable, à garder à portée de main pour que votre alimentation journalière soit garante de votre santé.

x 12 19 215 p. De quoi la Palestine est-elle le nom ? T Gresh Alain essai Palestine 2010 11/09/10 9782918597148 Les Liens qui Libèrent International -Moyen Orient 17,80 € 17.80 présent à Plume(s)
AA AA

Dans ce livre à la fois historique et politique, Alain Gresh, auteur de "Israël, Palestine - Vérités sur un conflit", vendu à 50 000 exemplaires, poursuit sa réflexion.

Pourquoi ce conflit est ainsi au cœur du monde ? Que signifie-t-il ? Que symbolise-t-il ? Un livre brillant qui parle de blessures, de mémoires qui s’entrechoquent, de carrefour de civilisations mais également des œillères de nombre d’intellectuels quand il s’agit de le mettre en perspective ou de le penser.

Parutuion en poche en avrl 2012 : De quoi la Palestine est-elle le nom ?

x 14,5 22,1 391 p. L’âge de l’empathie
Leçons de nature pour une société solidaire
T
Waal (de) Frans essai 2010 24/02/10 9782918597070 Les Liens qui Libèrent Politique et société 22,90 € 22.90 manquant sans date
AA AA

Sommes-nous sur terre, comme on l’affirme si souvent, dans le seul but de servir notre propre survie et nos intérêts personnels ? Est-ce vraiment dans la nature humaine de se poignarder dans le dos pour gravir les échelons de la hiérarchie ? Dans ce livre stimulant, l’auteur de Le singe en nous, unanimement salué par la critique, examine comment l’empathie vient naturellement aux humains et à certains autres animaux.

Le comportement égoïste et l’esprit de compétition, souvent présentés comme conformes aux théories de l’évolution, sont ici magistralement remis en cause. Fort de son expérience sur le terrain et de ses recherches sur les chimpanzés, les bonobos et les singes capucins, ainsi que sur les dauphins, les baleines et les éléphants, Frans de Waal nous montre que de nombreux animaux sont prêts à prendre soin les uns des autres, à s’entraider et, dans certains cas, à se mobiliser pour sauver la vie de leurs congénères.

Ecrit dans un langage accessible à tous, nourri d’histoires animales aussi extraordinaires qu’émouvantes, L’Âge de l’empathie, en mettant la coopération au cour de l’évolution des espèces, ouvre des perspectives passionnantes sur la nécessaire solidarité dans nos sociétés.

x 14,5 21,9 220 p. Sortir de la société de consommation
Voix et voies de la décroissance
T
Latouche Serge essai décroissance 2010 08/09/10 9782918597209 Les Liens qui Libèrent Politique et société -consommation 18,30 € 18.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La voie de la décroissance repose sur un postulat partagé par la plupart des sociétés non occidentales : pour mystérieuse qu’elle soit, la vie est un don merveilleux.

Il est vrai que l’homme a la faculté de la transformer en un cadeau empoisonné, depuis l’avènement du capitalisme, il ne s’en est pas privé. Toutefois, arrivé au fond de l’impasse, il n’est pas trop tard pour faire demi-tour et chercher un chemin praticable, guidé par d’autres voix que celles de la pensée unique et des discours progressistes de l’économie et de la technique. Dans ces conditions la décroissance qui passe par une sortie de la société de consommation est un défi et un pari.

Un défi aux croyances les mieux installées, parce que ce slogan constitue une insupportable provocation pour les adorateurs du progrès et du développement. Un pari, parce que, pour nécessaire qu’elle soit, rien n’est moins sûr que la réalisation du projet d’une société autonome de sobriété. Toutefois, le défi mérite d’être relevé et le pari tenté. La voie de la décroissance est celle de la résistance face au rouleau compresseur de l’occidentalisation du monde, mais aussi celle de la dissidence à l’égard du totalitarisme rampant de la société de consommation mondialisée.

Ce livre explore la construction d’une civilisation de sobriété choisie et d’auto-limitation alternative à l’impasse de la société de croissance. Par petites touches, comme dans un tableau impressionniste, il s’en dégage un dessein d’ensemble, une tonalité commune, un éthos.

x 12,5 19 157 p. Une semaine chez les ours T Farrachi Armand récit ours 2010 17/03/10 9782918597124 Les Liens qui Libèrent Littérature 15,80 € 15.80 manquant sans date
AA AA

Durant une semaine, Armand Farrachi a tenu le journal de sa promenade dans la forêt slovène, à la recherche de l’ours brun qui, là-bas, n’est pas l’objet d’autant de menaces et de polémiques que dans les Pyrénées.

Une flânerie pleine de patience et de fureur qui mêle librement les descriptions du milieu - le chant d’une grive à la pointe du jour, le cours joyeux de la rivière Hiska, la rosalie des Alpes -, le récit des affûts, les réflexions sur l’état de la nature, les souvenirs ou les anecdotes personnels. Des occasions de s’émerveiller, de sourire, de s’émouvoir, de s’emporter contre une société, la nôtre, qui a banni le sauvage de son imaginaire comme de son territoire.

x 14,5 22 222 p. Le temps du monde fini
Vers l’après-capitalisme
T
Azam Geneviève essai société 2010 18/08/10 9782918597193 Les Liens qui Libèrent Politique et société 18,30 € 18.30 manquant sans date
AA AA

" Le temps du monde fini commence ", écrivait Paul Valéry en 1931.

Pourquoi cet appel n’a-t-il pas été entendu ? Comment faire de la conscience de cette finitude un commencement ? Près d’un siècle s’est écoulé et la globalisation économique a accéléré la clôture du monde et celle de l’imagination. Les vainqueurs laissent une Terre épuisée et un monde commun miné par les inégalités, le déracinement et la violence. Ce monde-là, assigné à la rentabilité immédiate, s’effondre.

Les crises mettent à nu la promesse empoisonnée de réaliser la liberté et la justice par le " libre " -échange, la croissance et la consommation. Elles dévoilent l’illusion scientiste qui repousse à l’infini les limites de la Terre et l’espoir fou de s’affranchir de la matérialité de l’existence. S’inscrire dans le temps du monde fini, c’est s’échapper de l’enclos et écouter les voix, souvent celles des vaincus, qui, au nord et au sud, expriment plus que leur défaite ; elles disent que la Terre et ses éléments sont un patrimoine commun vital et inaliénable ; elles opposent le " bien-vivre " au " toujours plus ", les mondes vécus aux abstractions expertes ; elles luttent pour conserver les biens communs qui les protègent et les enracinent, réinventent la démocratie et l’aspiration à l’universel.

Sous les décombres souffle un autre imaginaire, fait de coopération au lieu de concurrence, d’attachement à la Terre au lieu d’arrachement, d’une propriété-usage au lieu de la propriété-appropriation, d’une liberté retrouvée face à la " raison " économique et à l’asservissement de sujets renvoyés à eux-mêmes.

x 15 23,5 680 p. Une nouvelle conscience pour un monde en crise
Civilisation de l’empathie
T
Rifkin Jeremy essai société 2011 06/04/11 9782918597278 Les Liens qui Libèrent Politique et société 29,50 € 29.50 manquant sans date
AA AA

Jamais le monde n’a paru si totalement unifié (par les communications, le commerce, la culture) et aussi sauvagement déchiré (par la guerre, la crise financière, le réchauffement de la planète, la diffusion de pandémies).

Quels que soient nos efforts intellectuels face aux défis d’une mondialisation accélérée, nous ne sommes pas à la hauteur : l’espèce humaine semble incapable de concentrer vraiment ses ressources mentales collectives pour « penser globalement et agir localement ». Dans son livre le plus ambitieux à ce jour, le célèbre penseur critique Jeremy Rifkin montre que cette déconnexion entre notre vision pour la planète et notre aptitude à la concrétiser s’explique par l’état actuel de la conscience humaine.

Nos cerveaux, nos structures mentales, nous prédisposent à une façon de ressentir, de penser et d’agir dans le monde qui n’est plus entièrement adaptée aux nouveaux contextes que nous nous sommes créés. L’environnement produit par l’homme se mue à vive allure en espace planétaire, mais nos états de conscience sont encore agencés aux ères précédentes de l’histoire, qui s’évanouissent tout aussi rapidement.

L’humanité, soutient Rifkin, se trouve à l’aube de sa plus grande expérience de tous les temps : remodeler sa conscience pour que les humains puissent s’aider mutuellement à vivre et à prospérer dans leur nouvelle société mondiale… A l’heure où les forces de la mondialisation s’accélèrent, s’approfondissent et se complexifient, tout indique que les anciennes formes de conscience religieuses ou rationalistes, soumises à trop forte pression, deviennent dépassées et même dangereuses dans leurs efforts pour piloter un monde qui leur échappe de plus en plus.

L’émergence de la conscience empathique sera probablement un changement d’avenir aussi gigantesque et profond que lorsque les philosophes des Lumières ont renversé la conscience fondée sur la foi par le canon de la raison.

x 11,5 17 72 p. Manifeste d’économistes atterrés
Crise et dettes en Europe : 10 fausses évidences, 22 mesures en débat pour sortir de l’impasse
T
Askenazy Philippe, Coutrot Thomas, Orléan André, Sterdyniak Henri et Economistes atterrés Les essai économie 2010 03/11/10 9782918597261 Les Liens qui Libèrent Politique et société -économie 5,60 € 5.60 manquant sans date
AA AA

Les décideurs européens ont-ils appris quelque chose de la crise provoquée par les dérives de l’industrie financière ? On peut en douter.

Pour résorber les déficits provoqués par le sauvetage des banques et la récession, la Commission européenne et les gouvernements appliquent avec une vigueur renouvelée des programmes d’ajustement qui ont dans le passé démontré leur capacité à accroître l’instabilité économique et les inégalités sociales. Ces politiques de soumission au pouvoir de la finance mettent en danger l’avenir du projet européen.

Atterrés par ce constat, nous avons pris l’initiative d’écrire ce manifeste. Il dénonce dix fausses évidences, mal fondées scientifiquement, qui servent à justifier les politiques actuellement menées en Europe. Il soumet au débat vingt-deux propositions pour une autre stratégie. Initialement adressé à la communauté des économistes, et plus de sept cents d’entre eux, issus comme nous d’horizons théoriques très divers, l’ont signé, ce manifeste est surtout destiné à nos concitoyens.

Le décalage est aujourd’hui patent entre les affirmations péremptoires des " experts " et la fragilité de leurs diagnostics. Nous souhaitons aider les citoyens à mettre des mots et des concepts sur leurs doutes, et les conforter dans l’idée que d’autres choix peuvent être mis en débat.

x 12,5 19 96 p. Le piège de la dette publique
Comment s’en sortir
T
Attac essai dette 2011 01/05/11 9782918597292 Les Liens qui Libèrent Politique et société -économie 9,20 € 9.20 présent à Plume(s)
AA AA

La dette publique repose sur un mensonge : elle ne vient pas d’une orgie de dépenses publiques mais de l’érosion organisée des recettes fiscales : les niches et les cadeaux consentis aux plus riches et aux grandes entreprises se sont multipliés.

Elle vient également pour précisément la réduire, des emprunts souvent excessifs. Cette dette est donc largement illégitime. La crise financière de 2008, la récession et le sauvetage des banques ont alourdi le boulet. Affolés par l’envolée des dettes publiques, les marchés financiers se sont alors mis à spéculer contre les Etats qui les ont sauvés. Dans toute l’Europe, des plans d’austérité drastiques déferlent pour « rassurer les marchés ».

Mais en voulant nous faire payer la crise financière, les gouvernements nous enfoncent dans la récession et sacrifient les investissements vitaux pour la reconversion écologique de l’économie. D’autres solutions sont possibles à condition de s’attaquer à la mainmise des marchés financiers. Il faudra replacer la création monétaire sous contrôle démocratique et promouvoir un autre partage des richesses, sans hésiter à dénoncer une partie de la dette.

La manière dont sera traitée la dette publique dans les années qui viennent, loin d’être une question technique, déterminera en grande partie l’avenir de nos sociétés. Un livre d’une brûlante actualité à la fois engagé et pédagogique.

x 12,5 19 100 p. Au mépris du monde
G8-G20 et peuples en lutte
T
Attac essai libéralisme 2011 23/05/11 9782918597308 Les Liens qui Libèrent Politique et société 7,70 € 7.70 présent à Plume(s)
AA AA
"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs". Presque dix ans après que Jacques Chirac a prononcé cette phrase remarquable de pertinence et de cynisme, le constat demeure : les puissants de ce monde, au delà de proclamations aussi répétées qu’inopérantes, n’ont que mépris pour les urgences sociales et environnementales qui montent. La crise financière a montré l’instabilité congénitale des marchés financiers, la spéculation se déchaîne sur les produits agricoles ? Le G20 recommande des mesures -"transparence", "responsabilité"- qui ne changeront rien. Le réchauffement climatique s’aggrave ? Loin de réellement reconnaître et réparer la dette écologique, les pays riches du G8 mégotent leurs financements pour l’adaptation des pays pauvres les plus touchés. Il faudrait refonder les rapports économiques mondiaux, désintoxiquer le monde du productivisme ? Le G8 et le G20 ne parlent que de "croissance verte" et de libres marchés. Ils préparent la guerre des riches contre les pauvres en renforçant l’ordre sécuritaire international. Face à ce G8 illégitime, à ce G20 impuissant, les peuples persistent à dire qu’un autre monde est possible et urgent. Attac, en pointe dans le mouvement altermondialiste, fait ici le point sur ces perspectives portées par les mouvements sociaux internationaux.
x 15 24 950 p. Les grandes représentations du monde et de l’économie à travers l’histoire
De l’univers magique au tourbillon créateur...
T
Passet René essai économie 2010 14/10/10 9782918597087 Les Liens qui Libèrent Politique et société -économie 38,60 € 38.60 manquant sans date
AA AA

L’infime créature humaine, perchée sur son grain de sable, scrute l’infini des espaces célestes afin de comprendre le sens de son aventure.

L’Univers lui apparaît sous des formes différentes à mesure due s’accroît la puissance des moyens d’observation dont elle dispose. Et il semble évident qu’elle n’interprétera pas l’économie de la même façon, selon qu’elle considère le monde comme un " grand tout " organique dominé par des forces mystérieuses, d’essence magique ou divine ; comme une horloge animée par les lois d’un équilibre éternellement répétitif ; soumis à la dégradation des énergies qui le mènent à la mort thermique ; ou enfin tiraillé entre cette dégradation et les forces constructrices de la complexification et de l’immatériel.

Replacées sous l’éclairage tics grandes synthèses scientifiques, il n’est pas une théorie économique - les Physiocrates, les grands Classiques, Marx, Walras, Keynes, Schumpeter, Hayek... - qui ne gagne en signification et en profondeur. Les mutations qui caractérisent l’évolution des sociétés humaines et le regard que les hommes portent sur l’Univers s’expriment sur le plan économique par des systèmes explicatifs, des modes d’organisation et des programmes d’action différents.

Aujourd’hui, l’émergence de l’ordinateur appelle une économie autre que celle des sociétés mécaniques. Ce livre se présente comme un plaidoyer en faveur d’une économie transdisciplinaire : si l’économie est un des lieux d’où nous interrogeons le monde, les réponses aux questions qu’elle pose exigent le plus souvent un passage par d’autres disciplines. C’est en prenant du recul que l’on perçoit le contour des choses et leur véritable portée.

x 14,5 22 229 p. Elles accouchent et ne sont pas enceintes - Le déni de grossesse
Le déni de grossesse
T
Marinopoulos Sophie et Nisand Israël essai naissance 2011 30/03/11 9782918597285 Les Liens qui Libèrent Politique et société 18,00 € 18.00 manquant sans date
AA AA

Le livre était attendu ! Et en effet, à travers des histoires aussi fascinantes que surprenantes, Sophie Marinopoulos et Israël Nisan répondent à toutes nos questions.

Avec Marthe, Camille, Eléonore ... nous découvrons ce qu’est réellement le phénomène du déni. Comme des femmes peuvent accoucher en ignorant qu’elles sont enceintes ? Comment leur corps ne se modifie pas pendant leur grossesse ? Comment l’inconscient ou le psychique peuvent « gouverner le corps » ? Les auteurs distinguent également le déni de grossesse des grosses cachées, et montrent le rôle du compagnon, de la famille, de l’entourage.

Ils nous permettent ainsi d’entrer dans l’intimité de ces femmes et d’expliquer comment certaines d’entre elles vont devenir mères de l’enfant au départ clandestin et d’autres sombrer dans le drame du meurtre. Mais le livre ne s’arrête pas là et interroge ce que nous croyons être des évidences à propos de la maternité, de l’instinct maternel, de la grossesse, du lien mère/enfant, du couple et de son intimité et de la famille.

Ces deux experts très médiatiques n’hésitent pas à s’engager sur des thèmes de la société comme la contraception, le droit des femmes, la procréation, la santé psychique.

x 14,5 22 238 p. Le vrai scandale du gaz de schiste T Veillerette François et Jobert Marine essai gaz de schiste 2011 17/08/11 9782918597315 Les Liens qui Libèrent Politique et société -écologie 18,30 € 18.30 présent à Plume(s)
AA AA

Un livre essentiel sur le prochain grand scandale écologique, préfacé par José Bové.

Accusés de polluer les nappes phréatiques, les sous-sols et d’empoisonner l’air par les produits chimiques utilisés pour leur extraction ; de faire exploser le trafic routier, de provoquer des séismes et d’aggraver le réchauffement climatique par l’intensité des creusages, les gaz et pétrole de schiste sont au coeur d’un débat national. Les opposants ont gagné la première manche, mais les potentiels bénéficiaires préparent déjà leur revanche ... Les industriels et les politiques n’entendent pas en effet se priver de nouvelles ressources.

Mais en courant après l’indépendance énergétique, ils poursuivent un modèle économique qui génère la crise écologique. Ce livre est un document précieux décryptant les liens entre haute administration, industriels et politiques. Ce livre démontre pourquoi les projets d’extraction sont encore sur la table malgré les dommages immenses et prouvés de ces exploitations sur l’environnement. A l’heure du grand théâtre de la présidentielle, voici le livre qui permet d’affronter les enjeux énergétique et climatique en connaissance de cause.

x 14,5 22 379 p. Le défi positif T Janssen Thierry essai développement personnel 2011 05/10/11 9782918597360 Les Liens qui Libèrent Pratique -développement personnel 22,90 € 22.90 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Voici le troisième tome d’une trilogie commencée avec La solution intérieure. Vers une nouvelle médecine du corps et de l’esprit (Fayard, 45000 exemplaires vendus en grand format) et La maladie a-t-elle un sens
x 12,5 19 140 p. De l’impossibilité de devenir français
Nos nouvelles mythologies nationales
T
Benbassa Esther essai France 2012 14/01/12 9782918597384 Les Liens qui Libèrent Politique et société 16,80 € 16.80 présent à Plume(s)
AA AA

« La France est un grand pays, ma fille ; elle a réhabilité le capitaine Dreyfus ».

Ainsi parlait mon père, Juif d’Istanbul amoureux de la France parce qu’elle était pour lui le pays des droits de l’homme, et aussi celui de la liberté et de l’égalité. Ce qui ne l’empêchait pas de continuer en me citant quelques vers de Shakespeare...

Ainsi dus-je, dès ma prime enfance, apprendre le français, avec une préceptrice arménienne, ce qui me valut longtemps de parler la langue du pays rêvé avec un accent arménien.

Je pris ensuite, comme il se devait, le chemin d’une école congréganiste pour m’initier aux finesses de la culture qui avait produit Molière et Zola (et aux bonnes manières). Longtemps, la France a incarné des valeurs qui faisaient rêver des populations entières hors, et parfois très loin, de ses frontières. La Révolution, la République et ses principes, les lettres, la culture françaises avaient investi les imaginaires au point que pour beaucoup la France était devenue le symbole même de l’Occident « civilisé ».

Ce pays qui avait émancipé ses Juifs avant toutes les autres nations européennes était l’espérance en marche. Ainsi les Juifs français n’eurent-ils pas de mal à conjuguer harmonieusement les valeurs de la République avec celles des Prophètes bibliques, créant ce « franco-judaïsme » qui permit à des générations entières de s’intégrer à ce qu’ils tenaient réellement pour leur patrie. Plus tard, à leur tour, les immigrés juifs d’Europe orientale diront cela en une formule pleine de saveur : « heureux comme Dieu en France ».

Que s’est-il donc passé pour que la France ait cessé d’être ce pays rêvé et peine à intégrer ses immigrés ?

Le patriotisme français lui-même s’est délité avec la fin du rêve, un délitement touchant autant les Français « d’origine » que les autres. Les guerres coloniales, une décolonisation non digérée, les ruptures, telle Vichy, du contrat passé par la République avec ses minorités, la non-adaptation aux nouvelles conjonctures économiques, le rabougrissement des élites, le vieillissement du pays ont progressivement terni son image.

En fait, ceux qui l’habitent, nationaux ou « étrangers », ont cessé de croire en lui et dans son énergie créatrice. Comme le reste de l’Europe, et plus peut-être que d’autres pays européens, la France semble frappée d’une sénescence aggravée. Elle n’insuffle plus d’énergie.

Les récents débats sur l’identité nationale ont montré que les vieilles recettes barrésiennes et maurrassiennes elles-mêmes ne parviennent pas à donner un peu de substance au type de Français imaginé par la xénophobie ambiante.

Une xénophobie qui, à défaut de vrai projet de société, s’érige en pure rhétorique politique. Cette xénophobie a connu ses beaux jours d’abord à la fin du XIXe siècle, puis dans l’entre-deux-guerres, principalement sous sa forme antisémite. Aujourd’hui, c’est l’islam qu’elle prend pour cible. Alors que chacun sait qu’elle a mené à l’une des plus immenses catastrophes du XXe siècle, elle resurgit cette fois pour viser une population arrivée massivement pendant les Trente Glorieuses, et s’attaque sans vergogne à ses descendants, nés sur le sol français, et français de nationalité.

Au lieu de nourrir le terreau d’où devrait naître le Français de demain, la xénophobie l’assèche, l’appauvrit, l’asphyxie. Elle pousse les Français « de fraîche date » à se replier dans leur « communauté », en un mouvement exactement parallèle à celui du nationalisme qui enferme lui aussi dans un entre-soi fatal les Français « de bonne souche », créant ainsi plusieurs catégories de citoyens, et les hiérarchisant, « aristocratie » légitime d’un côté, vassaux suspects de l’autre.

Dans cet environnement d’Ancien Régime restauré, et de surcroît agressif, les valeurs de la République s’étiolent évidemment. Et beaucoup de ceux qui s’en réclament encore les convertissent en idéaux d’un fanatisme cherchant à mieux humilier ceux qu’on considère comme des Français de second rang. Républicanisme et laïcisme en sont les dérives les plus patentes.

Et pourtant, être français aujourd’hui pourrait être bien autre chose : redevenir un citoyen du monde, aimant la planète et tous ceux qui la peuplent, oeuvrant pour la « résurrection » d’une France internationale, cultivant plusieurs identités, traversant les frontières, tout en restant un vrai patriote, fier de sa culture, de son pays et de son ouverture.

On n’est pas français parce qu’on est né dans ce pays. Et même lorsqu’on y est né, on le devient, en le réinventant sans cesse, en le recréant non dans l’isolement et le rejet, mais dans un flux incessant, dans le paradoxe et les contradictions, dans la reconnaissance et la promotion d’une pluralité ethnique, culturelle, religieuse, sexuelle, de genre, qui est sans doute la clé d’un vrai progrès et d’un rayonnement authentique.

Être français, c’est vouloir une France combattive, renonçant à son pessimisme, ouvrant largement ses fenêtres, avec l’avenir en vue, non cette France repliée sur elle-même qui, à force de remâcher ses vieilles rengaines, dégage une inquiétante odeur de renfermé.

x 12 19 200 p. Leur grande trouille T Ruffin François essai économie, libéralisme 2011 19/10/11 9782918597377 Les Liens qui Libèrent Politique et société 18,30 € 18.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Depuis dix ans, François Ruffin visite des usines, voit des ouvriers manifester, désespérer, et avec, toujours, au bout, la défaite.

« Ça lasserait le plus vaillant des soldats, écrit-il, tant de défaites accumulées. Ça m’a lassé. Le dégoût est monté lentement, comme une marée. Mais là, avec les Parisot, il s’est installé, définitif. Il faut préparer la contre-offensive ... » Quelle est leur grande trouille ? Leur peur bleue ? Il suffit de peu d’analyse. A chaque intervention du MEDEF, la même rengaine : « Nous attendons des responsables politiques qu’ils écartent toute mesure protectionniste » ; « nous sommes convaincus que nos économies retrouveront le chemin de la croissance à condition que les pays écartent les mesures protectionnistes » ... Tous copains sur un thème, patrons européens, américains, canadiens, japonais repoussent ce spectre par un « refus commun de toute forme de protectionnisme ».

Vivement l’avenir ! A condition qu’il ressemble au présent ... Plus absurde encore, cette lutte est fondamentale « pour nos économies mais aussi nos démocraties. » Car taxer les importations, c’est bien connu, voilà le prélude du fascisme ... Voilà leur talon d’Achille. Contre leur libre-échange, des barrières douanières. Des taxes aux frontières. Des quotas d’importation. La grosse artillerie. C’est notre dernière arme.

Les seules batteries qui les feront reculer. Sans quoi, tel un hamster dans sa cage, nous serons condamnés à faire tourner notre roue, plus vite, toujours plus vite, parce que le hamster allemand, le hamster roumain, le hamster chinois, pédale bien plus vite ... ou pour moins cher. Dans cette course mortifère le « travail » est réduit à un coût ... qu’il faut sans cesse baisser. La Sécurité sociale, les retraites décentes, le salaire minimum deviennent des boulets qui nous ralentissent.

Les normes écologiques sont des « entraves » pour nos entreprises. A partir de reportages, de rencontres avec syndicalistes, patrons, économistes, douaniers, ce livre explore brillamment cette « hypothèse interdite ».