Livres et Livre-DVDs de l'éditeur Zones - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Zones »» 


28 articles
(20 présents) tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20,5 141 p. Propaganda - Comment manipuler l’opinion en démocratie T Bernays Edward essai propagande 2007 11/10/07 9782355220012 Zones »» Politique et société 13,50 € 13.50 présent à Plume(s)
AA AA

Un document édifiant où l’on apprend que la propagande politique au XXe siècle n’est pas née dans les régimes totalitaires, mais au c�ur même de la démocratie libérale américaine.

Texte présenté par Normand Baillargeon, philosophe, professeur à l’université du Québec à Montréal, et auteur d’un Petit cours d’autodéfense intellectuelle paru chez Lux en 2007.

x 14 20 216 p. Les bandits T Hobsbawm Eric essai 2008 11/09/08 9782355220135 Zones »» Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Robin des bois, bandit au grand cœur, qui vole aux riches pour donner aux pauvres, peut-il être considéré comme un simple « criminel » ? Hors-la-loi sans nul doute aux yeux du souverain, il apparaît en revanche, à l’intérieur de la société paysanne, comme un vengeur, un justicier et un héros. C’est la figure par excellence du « bandit social », personnage qui hante la zone floue entre la criminalité organisée et la révolte sociale.

Des « Haïdoucs », bandits des Balkans, en passant par Jesse James ou Billy the Kid, le grand historien britannique Eric Hobsbawm retrace, dans cet ouvrage passionnant, l’histoire mouvementée du « banditisme social ».

En prenant ses distances avec l’histoire officielle, il s’efforce d’inscrire le destin de ces marginaux dans une étude plus large des structures économiques et sociales qui conditionnent leur apparition, en mettant notamment en évidence le lien entre les « épidémies de banditisme » qu’il repère et d’intenses phases de crises économiques. Dans cette histoire de la violence sociale, les personnages de bandits émergent comme les visages masqués de communautés paysannes réagissant à la destruction de leur mode de vie. Des ombres peuplant une zone incertaine où rodent à la fois la criminalité organisée et la mobilisation politique. Si Hobsbawm a voulu écrire l’histoire des bandits, c’est parce qu’il y décèle l’une des généalogies primitives des mouvements sociaux.

La question du bandit demeure, toujours actuelle : comment, pour des révoltés, passer de la délinquance à la politique ?

x 14 20,5 266 p. L’ultime combat
nos années au ghetto de Varsovie
T
Goldstein Bernard témoignage 39-45 2008 30/09/08 9782355220166 Zones »» Politique et société -histoire 21,00 € 21.00 présent à Plume(s)
AA AA

En avril 1943, le ghetto de Varsovie se soulève contre l’armée nazie. Ce livre-témoignage raconte les cinq années de résistance clandestine qui menèrent à cet ultime combat. Bernard Goldstein appartenait à la direction du « Bund », l’organisation révolutionnaire des travailleurs juifs de Pologne. Rescapé, il émigra aux États-Unis dans l’immédiat après-guerre, où il écrivit son récit des événements.

Goldstein raconte l’invasion de la Pologne en 1939, les débuts de l’occupation, les premières mesures antisémites, l’instauration du ghetto en octobre 1940, la vie quotidienne à l’intérieur de celui-ci, les persécutions, les rafles, les grandes déportations, la découverte par les agents du Bund de la vérité de l’extermination, et la résolution obstinée, une fois le sort connu, de rester debout et de combattre jusqu’à la fin.

Il nous offre un témoignage poignant, un véritable « tombeau » à la mémoire des combattants du ghetto qui, comprenant peu à peu que l’issue serait fatale, se dressèrent contre la mort, pour la dignité humaine.

Bernard Goldstein appartenait à ce que l’on a appelé le « yiddishland révolutionnaire » : à la fois juif et anti-sioniste, socialiste et anti-stalinien, son témoignage avait été occulté des mémoires. Cette réédition permet la redécouverte de l’une des voix les plus puissantes de l’histoire du XXe siècle.

Le texte est publié avec une mise en perspective historique signée d’un des meilleurs spécialistes de l’histoire du Bund.

x 14 20,5 192 p. La révolution sexuelle
et la camaraderie amoureuse
T
Armand Émile essai 2009 16/04/09 9782355220104 Zones »» Politique et société 16,50 € 16.50 présent à Plume(s)
AA AA
Ouvrage initialement paru en 1934 sous le titre La Révolution sexuelle et la camaraderie amoureuse aux éditions Critique et Raison, Paris.
x 14 20,5 192 p. La flottille
Solidarité internationale et piraterie d’Etat au large de Gaza
T
Sommer-Houdeville Thomas témoignage Palestine 2011 03/03/11 9782355220326 Zones »» International -Moyen Orient 12,20 € 12.20 présent à Plume(s)
AA AA

Au printemps 2010, depuis les ports de Grèce, de Chypre et de Turquie, plusieurs embarcations s’élancent vers Gaza, chargées d’aide humanitaire. C’est la " flottille de la liberté ".

Quelques jours plus tard, on dénombre neuf morts, abattus par les commandos de l’armée israélienne. Les images de l’assaut font la une des journaux.

Que s’est-il passé ? Qui sont vraiment ces militants propalestiniens ? Quelles étaient leurs motivations ? Comment l’expédition a-t-elle été organisée ? En quoi l’événement a-t-il, durablement ou non, modifié les rapports de force internationaux sur la question palestinienne ?

Dans ce livre témoignage, Thomas Sommer-Houdeville, l’un des organisateurs de la flottille, revient sur les événements, tels qu’ils furent vécus, de l’intérieur, par les membres de cette campagne de solidarité internationale d’un nouveau genre. Il fait le récit, poignant et sensible, d’une aventure humaine, où les petites histoires croisent en permanence la grande.

Depuis les premières réunions de préparation jusqu’à l’assaut meurtrier, on y voit se tisser patiemment les liens d’une coalition improbable, animée par des personnages hauts en couleur : une ancienne prix Nobel de la paix irlandaise, des militants islamiques turcs, des altermondialistes américains, un rescapé des camps de la mort, des parlementaires suédois... Un combat les regroupe, au-delà de leurs différentes histoires : la lutte en solidarité avec le peuple palestinien, devenu symbole contemporain de la lutte contre l’oppression.

Au-delà du témoignage de première main, ce livre esquisse aussi une réflexion, en acte, sur ce que peut être l’engagement internationaliste aujourd’hui. Car, en filigrane du récit, c’est bien cette question, capitale, qui est posée : alors que semble s’imposer partout l’idéologie du " choc des civilisations ", comment peut-on, aujourd’hui, rebâtir concrètement les liens fragiles d’une solidarité internationale ? L’expérience de la flottille, dans sa complexité, ouvre une première piste de réponse.

Retrouvez toutes les informations sur la campagne "un bateau français pour Gaza" :

x 14 21 143 p. Les rémunérations obscènes
le scandale des hauts revenus en France
T
Steiner Philippe essai économie 2011 13/10/11 9782355220418 Zones »» Politique et société 12,20 € 12.20 présent à Plume(s)
AA AA

Les rémunérations – salaires, bonus, stock-options, retraites « chapeau », Golden hello – flambent aux sommets de la pyramide sociale. Régulièrement, la presse se penche sur ces « très hauts revenus », offrant à l’homme ordinaire un aperçu du monde des « surhommes » du capitalisme moderne. Et, en janvier 2010, le président américain Barack Obama demandait – en vain – que Wall Street cesse de verser des « bonus obscènes » aux banquiers, alors que la crise de 2008 a plongé dans la misère des millions d’Américains.

Dans cet essai vif et documenté, Philippe Steiner met à jour l’ampleur de ces rémunérations obscènes. Il montre comment les économistes prétendent en expliquer la formation, au prix de contorsions compliquées sur le thème de la concurrence. Et à partir de la vision alternative que propose la sociologie, il s’intéresse aux réactions de l’opinion publique face aux informations médiatiques. Les réactions morales ne seraient-elles que l’expression de la méconnaissance des « lois de l’économie mondialisée » ? La manifestation pathétique de l’impuissance ? Ou plutôt le ferment d’une force politique de contestation, tant les rémunérations ont partie liée à un mouvement profond du capitalisme financier contemporain, creusant toujours plus les inégalités économiques ?

x 14 20,5 237 p. Beauté fatale
Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
T
Chollet Mona essai femmes 2012 16/02/12 9782355220395 Zones »» Politique et société -femmes 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
La « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté » travaillent à entretenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au coeur de la sphère culturelle.
Le corps féminin est sommé de devenir un produit, de se perfectionner pour mieux se vendre. Un esprit absent dans un corps-objet : tel est l’idéal féminin contemporain.
x 14,2 20,4 256 p. Le capitalisme en 10 leçons
Petit cours illustré d’économie hétérodoxe
T
Husson Michel essai capitalisme 2012 23/02/12 9782355220364 Zones »» Politique et société 16,00 € 16.00 présent à Plume(s)
AA AA

Au fil d’une dizaine de chapitres clairs et pédagogiques illustrés par Charb, Michel Husson propose un petit cours d’économie critique, résolument à contre-courant de l’idéologie dominante, destiné à mieux faire comprendre les rouages essentiels, mais aussi les contradictions structurelles d’un système économique qui domine aujourd’hui le monde.

Pour y voir clair et saisir le mode de fonctionnement d’une économie qui gouverne nos vies et les rend invivables.

x 14 20,5 196 p. Indignés
D’Athènes à Wall Street, échos d’une insurrection des conscciences
T
2012 26/04/12 9782355220449 Zones »» Politique et société 14,50 € 14.50 présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre rassemble des textes écrits par ou sur ces mouvements qui se répondent aujourd’hui en écho de part et d’autre de l’Atlantique et qui semblent prendre à leur façon, dans des pays du Nord, le relais des révolutions arabes dans la contestation de l’ordre existant.

Slogans, programmes, revendications, mais aussi textes d’analyse de fond, cet ouvrage réunit, de façon polyphonique, des expressions parmi les plus marquantes de cette constellation protestataire que la crise fracassante du capitalisme fait émerger un peu partout à l’échelle globale.

On y retrouvera, outre les contributions d’intellectuels critiques, de beaux textes anonymes et collectifs, qui, venus des quatre coins du monde, documentent un phénomène global et inédit d’insurrection des consciences.

x 14 20,5 212 p. Nous.... La cité
On est partis de rien et on a fait un livre
T
Ben Bella Rachid, Erambert Sylvain, Lakhéchène Riadh, Philibert Alexandre et Ponthus Joseph témoignage banlieues 2012 20/09/12 9782355220425 Zones »» Politique et société 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

Quand quatre jeunes de banlieue se prennent d’écrire leur quotidien avec un de leurs éducateurs, ça envoie du lourd. Entre provocations policières, soirées à tchatcher dans les halls d’immeuble, jugements et appels, embrouilles à la con, boulots foireux, visites en prison, heures d’ennui et éclats de rire, c’est le quotidien d’un quartier populaire comme tant d’autres qui est raconté. Le quotidien d’une France qui peut exploser à tout moment, qui ne veut pas être un exemple ni un modèle, qui témoigne de la vie, mais aussi de la mort.

Un quotidien où l’on enrage plus souvent qu’à son tour, mais où l’on trouve encore la force d’en rire. Un quotidien où des professionnels se démènent pour sauver ce qui peut l’être encore. Où l’on se demande même, par moments, si l’on n’aurait pas plus intérêt à ce que tout pète. Un quotidien que les médias ignorent, que les jeunes taisent parce que trop criant d’être aussi banal que brutal. Un quotidien où la solidarité est cependant l’oeuvre, où les choses se vivent et s’éprouvent plus qu’elles ne se disent, sauf quand on se décide à prendre son stylo et à écrire, entre rires et larmes, la cité.

Car c’est sans doute des mots que viendront les solutions. La découverte de l’écriture et du pouvoir de ces foutus mots. Face à des flics. Face à des juges. Face à soi-même.

x 14 20,5 93 p. Expérience sur l’obéissance et de la désobéissance à l’autorité T Milgram Stanley essai psychologie, désobéissance, autorité, obéissance 2013 23/05/13 9782355220579 Zones »» Politique et société -non-violence et désobéissance 11,50 € 11.50 présent à Plume(s)
AA AA

Le savant, en blouse blanche, vous ordonne de tourner encore la molette, d’appuyer à nouveau sur le bouton. Face à vous, à travers la vitre, vous pouvez voir l’homme assis se tordre de douleur et crier à chaque nouvelle décharge électrique. De plus en plus fort. On vous a dit que c’était une expérience scientifique. Que le cobaye était consentant. Ça a l’air sérieux. Vous êtes payé. "Augmentez le voltage, vous devez continuer", répète encore la voix derrière vous.
Allez-vous continuer ? Quand vous arrêterez-vous ? Irez-vous jusqu’à la décharge mortelle ?

Mais le cobaye n’est pas celui qu’on croit. L’homme là-bas était un acteur. Il n’y avait pas de courant dans les électrodes. Ce n’était qu’un simulacre. C’était vous et non lui qui faisiez l’objet de l’expérience.

Ce dispositif était celui que Stanley Milgram, professeur de psychologie à Yale, aux États-Unis, avait imaginé, en juillet 1961, trois mois après le retentissant procès du criminel nazi Adolf Eichmann, pour conduire une série d’expériences sur les "conditions de l’obéissance et de la désobéissance à l’autorité".

Pourquoi obéit-on ? Pourquoi se soumet-on à l’autorité ? Et surtout : comment et pourquoi décide-t-on de désobéir ? Milgram entendait percer les secrets des mécanismes du pouvoir et de l’atrocité grâce aux instruments et aux méthodes de la psychologie expérimentale. La célébrissime "expérience de Milgram" a fait couler beaucoup d’encre, inspirant critiques, militants, cinéastes ou romanciers.

En complément à ce bref texte fondateur, l’un des premiers comptes rendus de l’expérience publié en 1965 par son concepteur, cette édition propose de revenir de façon critique, plus de quarante ans plus tard, sur la longue histoire des interprétations et des débats auxquels cette expérience a donné lieu ainsi que sur les présupposés philosophiques qui la sous-tendaient.

x 14 20,5 269 p. Statactivisme
Comment lutter avec des nombres
T
Bruno Isabelle, Didier Emmanuel et Prévieux Julien essai statistiques 2014 15/05/14 9782355220548 Zones »» Politique et société 20,00 € 20.00 manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Les statistiques nous gouvernent. Argument d’autorité au service des managers, elles mettent en nombres le réel et maquillent des choix qui sont, en fait, politiques. Le parti pris de ce livre, qui rassemble les contributions de sociologues, d’artistes et de militants, procède du judo : prolonger le mouvement de l’adversaire afin de détourner sa force et la lui renvoyer en pleine face, faire de la statistique une arme critique.

L’histoire de cette forme de contestation dont Luc Boltanski indique qu’elle permet de formuler des "critiques réformistes" passe d’abord par un retour sur la longue controverse sur l’indice des prix en France, présentée par Alain Desrosières. La deuxième partie du livre s’intéresse à la façon dont on ruse, individuellement et souvent secrètement, avec les règles. L’association Pénombre, composée de statisticiens critiques, y présente une fausse interview du brigadier Yvon Dérouillé, qui explique, face caméra, comment tripatouiller les statistiques de la délinquance.

Mais les statistiques peuvent aussi servir à faire exister politiquement, en les rendant visibles, des catégories sociales discriminées. Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires, montre comment Victor Schoelcher, au XIXe siècle, mobilisait déjà des arguments quantitatifs pour la défense des droits des Noirs. Une dernière stratégie statactiviste consiste à bâtir des indicateurs alternatifs, tels que le "BIP 40", qui met en rapport les bénéfices dégagés par l’envolée des cours boursiers et le creusement des inégalités sociales.

Ces quatre démarches sont illustrées, avec humour ou sérieux, en texte ou en image, par les contributeurs de cet ouvrage, pour qui "un autre nombre est possible" : ce qu’une logique hégémonique de quantification a instauré, une pratique statactiviste avertie peut chercher à le défaire.

x 14 20,5 325 p. Chez soi
Une odyssée de l’espace domestique
T
Chollet Mona essai 2015 23/04/15 9782355220777 Zones »» Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

La maison, le chez-soi : de ce sujet, on a souvent l’impression qu’il n’y a rien à dire. L’espace domestique fait même figure de triangle des Bermudes de la politique : on le perçoit comme un lieu de repli frileux, d’indifférence à la marche du monde, d’abandon sans frein à l’hypnose consumériste, entre la télévision et les gadgets électroménagers. On valorisera plutôt le citoyen concerné, actif, qui voyage, qui descend dans la rue. Pourtant, à une époque où la vie collective semble se déliter, où le travail devient nocif pour un grand nombre de gens, où les formes de l’engagement peinent à se renouveler, le réflexe de rentrer chez soi peut revêtir une portée insoupçonnée.

La maison est aussi une base arrière où l’on peut se protéger, refaire ses forces, se souvenir de ses désirs, résister à l’éparpillement et à la dissolution. Dans l’ardeur que l’on met à rêver de l’habitation idéale se réfugie ce qu’il nous reste de vitalité, d’élans, de foi en l’avenir. C’est la thèse que veut défendre ce livre. Mais, en même temps, il aimerait saisir la façon dont le monde extérieur revient par la fenêtre, et l’acuité avec laquelle il se projette entre nos quatre murs.

Quelques années après la crise des subprimes aux États-Unis, la quête d’un logement confronte chacun à la dureté des inégalités sociales avec une crudité remarquable. Qu’il soit si difficile de profiter pleinement de son chez-soi révèle en outre notre état de « famine temporelle » et d’hyperactivité permanentes. C’est encore plus vrai pour les femmes, impuissantes à se débarrasser de l’idéal tyrannique de la « fée du logis », et toujours astreintes à l’essentiel des tâches ménagères.

En déroulant le fil rouge thématique de l’espace domestique, ce livre voudrait donc explorer quelques-unes de nos préoccupations les plus urgentes, en montrant leur nature inextricablement intime et collective.

x 14 20,5 240 p. Tentative d’évasion (fiscale) T Pinçon-Charlot Monique et Pinçon Michel enquête fiscalité 2015 10/09/15 9782355220838 Zones »» Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Comment planquer son magot ? Inspirés par les récents exemples de Jérôme Cahuzac et de Liliane Bettencourt, deux sociologies décident à leur tour d’extrader leur maigre fortune. Un jeu de rôle commence, qui va les mener au cœur du système de l’évasion fiscale.

Cette tentative d’évasion les conduit d’abord en Suisse, où ils se livrent à une observation in vivo du petit monde doré des exilés fiscaux.

De banques en trusts, ils expliquent au passage comment les milliards fugitifs s’abritent derrière un maquis touffu de montages financiers. Mais si la grande évasion fiscale finit sa course sous les palmiers ou au pied de grands sommets enneigés, elle s’organise en réalité beaucoup plus près de chez nous. Où l’on découvre, de retour en France, les petits arrangements entre amis qui se trament sous la houlette de Bercy… Au-delà des scandales qui font la une, voilà une enquête vivante et accessible permettant de comprendre les rouages de l’évasion fiscale et ses enjeux politiques.

Une investigation éclairante dont l’objectif est de battre en brèche le pouvoir symbolique lié à l’opacité de la spéculation financière, à la cupidité et au cynisme des plus riches mobilisés pour accumuler toujours plus d’argent.

x 16,5 24 995 p. Les luttes et les rêves
Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours
T
Zancarini-Fournel Michelle histoire 2016 01/12/16 9782355220883 Zones »» Politique et société -histoire 28,00 € 28.00 présent à Plume(s)
AA AA

1685, année terrible, est à la fois la date de la révocation de l’édit de Nantes, qui a exclu les protestants de la communauté nationale, et de l’adoption du Code noir, fondement juridique de l’esclavage « à la française ». Choisir d’en faire le point de départ d’une histoire de la France moderne et contemporaine, c’est affirmer que celle-ci doit être écrite du point de vue des subalternes, et pas seulement des puissants et des vainqueurs.

C’est cette histoire de la France « d’en bas », celles des classes populaires et des opprimé.e.s de tous ordres que retrace ce livre monumental : une histoire des résistances, des révoltes et des rébellions face à l’ordre établi et aux pouvoirs dominants, une histoire qui restitue le champ des possibles non aboutis dans leur contexte politique, économique et social, mais qui passe aussi par l’histoire du quotidien, de l’intime et du sensible, attentive aux émotions, aux bruits et aux sons.

Pas plus que la « France » ne remonte, comme phénomène historique, à « nos ancêtres les Gaulois », son histoire ne saurait se réduire à celle de l’Hexagone. Les colonisés – des Antilles, de la Guyane et de la Réunion en passant par l’Afrique, la Nouvelle-Calédonie ou l’Indochine – prennent ici toute leur place dans le récit, de même que les migrant.e.s qui, accueilli.e.s « à bras fermés », ont façonné ce pays.

Cet ouvrage de synthèse, écrit dans une langue précise, simple et accessible à tous, s’appuie sur des travaux existants ainsi que sur des documents d’archives, et s’attache constamment, sous les grands mouvements historiques, à mettre en exergue les vies singulières qui animent une histoire incarnée.

x 14 20,5 200 p. Être forêts
habiter des territoires en lutte
T
Vidalou Jean-Baptiste essai résistance, forêt 2017 26/10/17 9782355221170 Zones »» Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Depuis une dizaine d’années, que ce soit dans les bois de Sivens, à Notre-Dame-des-Landes, à Bure ou dans les Cévennes, il est évident qu’il se passe quelque chose du côté de la forêt. Certains ont commencé à habiter ces espaces, avec la détermination de sortir du monde mortifère de l’économie. Un tout autre rapport au monde s’y bâtit, à l’opposé de cette science militaire qu’est l’aménagement du territoire - ici contre un barrage, là contre un aéroport, ou une extraction de biomasse.

Ce n’est pas qu’une affaire locale : les paysans du Guerrero au Mexique se battent depuis plus de dix ans pour libérer leurs forêts des exploitants, les trappeurs du peuple Cri du Canada défendent la forêt boréale de Broadback contre la déforestation, les Penan de Bornéo s’arment de sarbacanes contre les compagnies de plantation de palmiers à huile... Partout des luttes résonnent de cette même idée : la forêt n’est pas une réserve de biosphère ou un puits de carbone.

La forêt, c’est un peuple qui s’insurge. Nous sommes allés à la rencontre de ces forêts et de celles et ceux qui les défendent. Nous y avons découvert des continents innombrables, des sentiers inédits, des êtres ingouvernables. Toute une géographie depuis laquelle il était possible, enfin, de respirer.

à feuilleter en ligne ici.

x 14 20,5 256 p. Sorcières
la puissance invaincue des femmes
T
Chollet Mona essai sorcier/sorcière, femmes 2018 13/09/18 9782355221224 Zones »» Politique et société -femmes 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?

Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante - puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant - puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée - devenue, et restée depuis, un objet d’horreur. Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

x 14 20,5 169 p. Le président des ultra-riches
Chronique du mépris de classe dans la politique d’Emmanuel Macron
T
Pinçon-Charlot Monique et Pinçon Michel enquête Macron 2019 31/01/19 9782355221286 Zones »» Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Macron, c’est moi en mieux", confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après Le Président des riches, les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent leur travail d’enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France. Au-delà du mépris social évident dont témoignent les petites phrases du président sur "ceux qui ne sont rien", les auteurs documentent la réalité d’un projet politique profondément inégalitaire.

Loin d’avoir été un candidat hors système, Emmanuel Macron est un enfant du sérail, adoubé par les puissants, financé par de généreux donateurs, conseillé par des économistes libéraux. Depuis son arrivée au palais, ce président mal élu a multiplié les cadeaux aux plus riches : suppression de l’ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l’exit tax, pérennisation du crédit d’impôt pour les entreprises...

Autant de mesures en faveur des privilégiés qui coûtent un "pognon de dingue" alors même que les classes populaires paient la facture sur fond de privatisation plus ou moins rampante des services publics et de faux-semblant en matière de politique écologique. Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le portrait de l’entourage, ce livre fait la chronique édifiante d’une guerre de classe menée depuis le coeur de ce qui s’apparente de plus en plus à une monarchie présidentielle.

x 14 20,5 201 p. Les besoins artificiels
comment sortir du consumérisme
T
Keucheyan Razmig essai consommation septembre 2019 19/09/19 9782355221262 Zones »» Politique et société -consommation 18,00 € 18 présent à Plume(s)
AA AA
Le capitalisme engendre des besoins artificiels toujours nouveaux. Celui de s’acheter le dernier iPhone, par exemple, ou de se rendre en avion dans la ville d’à côté. Ces besoins sont non seulement aliénants pour la personne, mais ils sont écologiquement néfastes. Leur prolifération sous-tend le consumérisme, qui lui-même aggrave l’épuisement des ressources naturelles et les pollutions. À l’âge d’Amazon, le consumérisme atteint son « stade suprême ». Ce livre soulève une question simple : comment couper court à cette prolifération de besoins artificiels ? Comment sortir par là même du consumérisme capitaliste ? La réflexion s’appuie sur des chapitres thématiques, consacrés à la pollution lumineuse, à la psychiatrie de la consommation compulsive ou à la garantie des marchandises, pour élaborer une théorie critique du consumérisme. Elle fait des besoins « authentiques » collectivement définis, en rupture avec les besoins artificiels, le coeur d’une politique de l’émancipation au XXIe siècle. Chemin faisant, le livre évoque la théorie des besoins de Karl Marx, André Gorz et Agnes Heller. Pour ces auteurs, les besoins « authentiques » ont un potentiel révolutionnaire. Comme disait Marx, « une révolution radicale ne peut être que la révolution des besoins radicaux ».
x 14 20,5 208 p. Jouir
en quête de l’orgasme féminin
T
Barmak Sarah enquête femmes octobre 2019 03/10/19 9782355221453 Zones »» Politique et société -femmes 17,00 € 17 présent à Plume(s)
AA AA

Libérée, la sexualité des femmes d’aujourd’hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d’entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d’un manque de désir ou de difficultés à atteindre l’orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu’elles n’ont rien d’anormal et que ce n’est pas à la pharmacie qu’il faut aller chercher la solution. Le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir.

Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l’orgasme féminin. On y apprend ainsi qu’une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu’au festival Burning Man, où l’orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d’une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l’aide de massages sensuels.