Coffrets et Livres de l'éditeur L'Echappée - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.

L’Echappée


courriels
105 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 33 24 350 p. Agit-tracts
un siècle d’actions politique et militaire
T
Novak Zvonimir doc 2015 24/11/15 9782373090000 L’Echappée Action Graphique Politique et société 32,00 € 32.00 sur commande ?
AA AA

Qui n’a jamais eu de tract entre les mains ? Difficile d’imaginer que ce modeste bout de papier, tout juste bon à être jeté, fut pendant longtemps une arme capable de provoquer des séismes politiques.

Depuis qu’il existe sous la forme de libelle, de mazarinade ou de pamphlet, son pouvoir de nuisance n’est plus à démontrer.

Si l’affiche couvre les murs, le tract occupe la rue où il circule facilement de main en main. Grâce à son petit format et à son impact visuel, il devient à l’approche du XXe siècle un outil essentiel pour mener des actions politiques et militaires. Information, contre-information, désinformation, guerre psychologique, propagande électorale et manifeste, la bataille du tract se joue sur tous les fronts.

Pourtant, le rôle de cette « littérature de rue » reste encore largement sous-estimé voire méconnu. À travers l’étude de centaines de documents, souvent inédits, Agit-tract nous fait découvrir autrement un siècle de batailles idéologiques.

De l’affaire Dreyfus à Mai 68, en passant par la Grande Guerre, le Front populaire, la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’Indochine ou encore celle d’Algérie, le tract fut un moyen de diffuser des vérités souvent crues et affranchies de toute censure.

S’il comble jusque dans les années 1970 les vides d’une information sous contrôle, le tract abreuve aussi d’illustrations une société dans laquelle les images étaient rares. Or, à l’instar de l’affiche, le tract fut un important support de créations graphiques. Pour appâter, convaincre ou informer, les mots ne suffisent pas, il faut aussi des idées et de bons visuels. Toutes les techniques sont mobilisées pour amadouer l’homme de la rue : bandes dessinées, caricatures, photomontages, illustrations à la plume, au fusain ou à la gouache, rien n’est trop bien pour l’intox, rien n’est trop beau pour triompher.

x 13 20 286 p. Pirates de la liberté
Histoire détonante d’un détournement de paquebot et de la lutte armée contre Franco et Salazar (1960-1964)
T
Montanyà Xavier doc, histoire Portugal 2016 26/01/16 9782373090031 L’Echappée DANS LE FEU DE L’ACTION Politique et société -histoire 20,00 € 20.00 sur commande ?
AA AA

Le 21 janvier 1961, des révolutionnaires espagnols et portugais exilés en Amérique latine détournent en haute mer un navire transatlantique portugais, le Santa Maria, avec un millier de passagers à bord. S’ensuivent douze jours de poursuites et de négociations diplomatiques intenses qui font la une des médias et tiennent le monde entier en haleine. Ces hommes du Directoire révolutionnaire ibérique de libération (DRIL) agissent pour relancer la lutte armée contre Franco et Salazar, rappeler l’existence des deux dernières dictatures d’Europe et accoster dans leurs colonies africaines afin d’y créer un foyer de guérilla pour l’indépendance.

Ce récit captivant rend hommage à ces militants et révèle une part méconnue de l’histoire des luttes contre les fascismes ibériques, tout en les replaçant dans le contexte politique international de l’époque (révolution cubaine, indépendances africaines, intégration de l’Espagne au bloc occidental...). A partir de cette prise d’otages spectaculaire, ce livre nous plonge dans l’Espagne franquiste des années 1960, explore ses mécanismes de répression et de propagande, son évolution interne, son alliance avec la dictature de Salazar ou encore la collaboration des démocraties occidentales.

Enfin, il décrit avec minutie la réactivation des résistances anarchistes et de l’action directe contre le régime de Franco autour de ce coup d’éclat du DRIL.

x 14 20,5 250 p. Utopie et socialisme T Buber Martin essai 2016 26/01/16 9782373090048 L’Echappée Versus Politique et société 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le mouvement révolutionnaire s’est construit sur un refoulement : celui du socialisme utopique. Dès la fin du XIXe siècle, les propositions de Fourier, Saint-Simon et Owen ont été écartées par les marxistes car considérées comme non-scientifiques. Il est aujourd’hui grand temps d’en revenir à l’enseignement de ces maîtres-rêveurs. C’est ce à quoi s’emploie Martin Buber dans ce livre inspiré, source de réflexion incontournable sur les socialismes non-marxistes.

Dans le sillage de Proudhon, Kropotkine et Landauer, il en dégage le principe philosophique : ce n’est pas l’Etat ou le marché qui fait société, mais bien les structures communautaires de voisinage, de travail et d’entraide, ainsi que leur capacité à s’associer librement. La conclusion de ce changement de paradigme est limpide : une révolution est condamnée à l’échec si elle n’a pas posé au préalable les fondations du monde auquel elle aspire.

C’est donc ici et maintenant qu’il faut commencer à construire des structures de vie collective où chacun considère autrui comme son égal. Elles seront autant d’îlots de socialisme voués à s’agrandir et à se fédérer, pour aboutir enfin à la communauté des communautés.

x 14 20,5 170 p. Le syndrome du bien-être T Cederström Carl et Spicer André essai 2016 16/04/16 9782373090062 L’Echappée Pour En Finir Avec Politique et société 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

Vous êtes accro à la salle de sport ? Vous ne comptez plus les moutons mais vos calories pour vous endormir ? Vous vous sentez coupable de ne pas être suffisamment heureux, et ce malgré tous vos efforts ? Alors vous souffrez sûrement du syndrome du bien-être. Tel est le diagnostic établi par Carl Cederström et André Spicer. Ils montrent dans ce livre comment la recherche du bien-être optimal, loin de produire les effets bénéfiques vantés tous azimuts, provoque un sentiment de mal-être et participe du repli sur soi.

Ils analysent de multiples cas symptomatiques, comme ceux des fanatiques de la santé en quête du régime alimentaire idéal, des employés qui débutent leur journée par un footing ou par une séance de fitness, des adeptes du quantified self qui mesurent —gadgets et applications à l’appui— chacun de leurs faits et gestes, y compris les plus intimes... Dans ce monde inquiétant, la bonne santé devient un impératif moral, le désir de transformation de soi remplace la volonté de changement social, la culpabilisation des récalcitrants est un des grands axes des politiques publiques, et la pensée positive empêche tout véritable discours critique d’exister.

Résolument à contre-courant, ce livre démonte avec une grande lucidité les fondements du culte du corps et de cette quête désespérée du bien-être et de la santé parfaite.

x 16 20 128 p. Le maniement des larmes T Lambert Nicolas enquête armes 2016 20/08/16 9782373090079 L’Echappée Politique et société 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le 8 avril 2002, à Karachi au Pakistan, un attentat provoque la mort de 14 personnes, dont 11 employés français de la Direction des constructions navales de Cherbourg.

Le 20 octobre 2011, en Libye, le président Mouammar Kadhafi meurt dans un pays en guerre, dans des circonstances encore confuses aujourd’hui.

Tissant des fils entre ces « actualités », Le Maniement des larmes dresse un portrait de la politique de l’armement en France. Il nous permet de comprendre ce qui nous arrive et de découvrir ceux par qui cela nous arrive :

Personnalités politiques (président, ministres, députés), intermédiaires et hommes de l’ombre, mais aussi journalistes et agents du renseignement.

Entre emballements médiatiques, ténacité des juges d’instruction, écoutes téléphoniques, valse des valises et culte du secret, des guerres grondent et des familles éclatent.

Et des armes, encore, ne cessent de se négocier.

Et nous en héritons.

x 16,5 23 332 p. Le progrès m’a tuer
leur écologie et la nôtre
T
essai 2016 20/05/16 9782373090116 L’Echappée Le pas de côté Politique et société -décroissance 20,00 € 20.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le dérèglement climatique s’accélère ; les glaces fondent ; les océans s’acidifient ; le niveau des mers monte ; la maison brûle. Alors que les rapports sur les ravages environnementaux se font de plus en plus alarmistes, institutions internationales et États appellent à la mobilisation générale pour faire face au « défi » climatique. Leur plan d’urgence ? Accélérer l’innovation technologique pour rendre le développement plus durable. Leur écologie est en fait une opportunité pour conforter le système industriel et intensifier la marchandisation du monde.

En quatre décennies, ce programme a pourtant fait la preuve de son échec. Le développement durable n’a pas eu lieu. Il n’y a pas de croissance verte. L’expansion économique se nourrit d’une quantité sans cesse accrue d’énergie et émet toujours plus de pollution. Nous ne pouvons pas prétendre préserver la nature et l’homme sans nous attaquer à cette dynamique.

C’est pourquoi notre écologie, elle, porte un projet de rupture radicale : elle remet en cause le capitalisme, le déferlement technologique, l’organisation industrielle, l’impératif de croissance, un certain mode de vie et d’être. De sensibilités diverses, mais partageant tous cette perspective, les auteurs réunis ici, grandes voix critiques venant des quatre coins du monde, appellent à rejeter l’idéologie destructrice du Progrès.

x 14 20,5 256 p. Le sacrifice des paysans T Dupont Yves et Bitoun Pierre 2016 22/09/16 9782373090130 L’Echappée Pour en finir avec Politique et société -agriculture 19,00 € 19.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Pourquoi les sociétés modernes ont-elles décidé de sacrifier les paysans ? Qui est responsable de ce processus qui semble irréversible ? Pour tenter de répondre à ces questions fondamentales, ce livre montre comment, depuis des décennies, en France comme ailleurs, le productivisme s’est étendu à l’ensemble des activités humaines. Avec pour conséquences : déracinement et marchandisation, exploitation du travail et des ressources naturelles, artificialisation et numérisation de la vie. L’époque est aujourd’hui aux fermes-usines et aux usines que l’on ferme ou délocalise, tandis que dominent, partout, finance et technoscience.

Le sacrifice des paysans est l’un des éléments du processus global de transformation sociale dont il faut, au préalable, comprendre les causes. Ainsi, les auteurs analysent le mouvement historique au sein duquel s’est déployé le projet productiviste au cours des 70 dernières années, des « Trente Glorieuses aux Quarante Honteuses ». Puis ils expliquent comment le long travail d’« ensauvagement des paysans » a mené à la destruction des sociétés paysannes et des cultures rurales.

De ce véritable ethnocide, qui a empêché l’alternative au capitalisme dont une partie des paysans était porteuse, nous n’avons pas fini, tous, de payer le prix.

x 14 20,5 256 p. La silicolonisation du monde
l’irrésistible expansion du libéralisme numérique
T
Sadin Eric pamphlet numérique 2016 18/10/16 9782373090161 L’Echappée Pour En Finir Avec Politique et société 17,00 € 17.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Berceau des technologies numériques (Google, Apple, Facebook, Uber, Netflix, etc.), la Silicon Valley incarne l’insolente réussite industrielle de notre époque. Cette terre des chercheurs d’or, devenue après-guerre le cœur du développement de l’appareil militaire et de l’informatique, est aujourd’hui le lieu d’une frénésie innovatrice qui entend redéfinir de part en part nos existences à des fins privées, tout en déclarant œuvrer au bien de l’humanité.

Mais la Silicon Valley ne renvoie plus seulement à un territoire, c’est aussi et avant tout un esprit, en passe de coloniser le monde. Une colonisation d’un nouveau genre, portée par de nombreux missionnaires (industriels, universités, think tanks), et par une classe politique qui encourage l’édification de valleys sur les cinq continents, sous la forme d’écosystèmes numériques et d’incubateurs de start-up.

Après avoir retracé un historique de la Silicon Valley, ce livre, à la langue précise et élégante, montre comment un capitalisme d’un nouveau type est en train de s’instituer, un technolibéralisme qui, via les objets connectés et l’intelligence artificielle, entend tirer profit du moindre de nos gestes, inaugurant l’ère d’une « industrie de la vie ».

Au-delà d’un modèle économique, c’est un modèle civilisationnel qui s’instaure, fondé sur l’organisation algorithmique de la société, entraînant le dessaisissement de notre pouvoir de décision. C’est pour cela qu’il est urgent d’opposer à ce mouvement prétendument inexorable d’autres modalités d’existence, pleinement soucieuses du respect de l’intégrité et de la dignité humaines.

x 16,5 23 300 p. Aux origines de la décroissance T Biagini Cédric, Murray David et Thiesset Pierre biographie décroissance 2017 10/03/17 9782373090178 L’Echappée Le pas de côté Politique et société -décroissance 22,00 € 22.00 présent à Plume(s)
AA AA

La civilisation industrielle ne s’est pas imposée sans résistances. De grands esprits critiques se sont toujours levés contre la liquidation des artisans et des paysans, contre la destruction de l’environnement et le bouleversement des modes de vie, contre l’emprise du marché et des machines sur les individus. La contestation de l’idéologie du Progrès que porte aujourd’hui le courant de la décroissance se situe dans cette longue filiation.

Parmi ces illustres devanciers, les cinquante penseurs présentés ici - dont les œuvres très diverses se déploient sur les deux derniers siècles - ont de quoi alimenter les réflexions actuelles de toutes celles et tous ceux qui aspirent à une société centrée sur l’humain, et non plus soumise à la mégamachine. Leurs pensées, profondes, intemporelles et clairvoyantes, exposées dans ce livre de manière claire et didactique, remettent radicalement en cause le culte de la croissance, l’esprit de calcul, la foi dans les technologies, l’aliénation par la marchandise... Elles en appellent à une sagesse immémoriale : il n’y a de richesse que la vie.

x 22 27 78 p. La ferme des animaux T Orwell George BD, roman graphique 2016 15/11/16 9782373090185 L’Echappée Action Graphique BD -roman graphique 15,00 € 15.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Dans les années 1940, George Orwell écrit La Ferme des animaux, une fable dans laquelle les animaux chassent leurs maîtres humains et instaurent dans leur ferme un nouveau régime politique qui tourne vite à la dictature. Entre les lignes, on comprend qu’il s’agit d’une charge contre le stalinisme.
À l’aube de la guerre froide, cette critique de l’URSS sonne tellement juste que la CIA et les services secrets britanniques décident, en 1951, de la transposer en bande dessinée dans le cadre de leurs opérations de propagande anticommuniste. Elle sera diffusée partout sur la planète, et prioritairement dans les pays du tiers-monde, devenus l’enjeu des luttes entre grandes puissances. Et notamment en langue créole, version que nous avons traduite pour l’édition de ce document exceptionnel pour la première fois republié.
Bien que cette bande dessinée démontre la puissance et l’originalité de la propagande américaine, elle reste extrêmement fidèle à l’œuvre originale, de sorte que son contenu subversif finit par annuler sa visée contrerévolutionnaire. Car la leçon à tirer de La Ferme des animaux est que pour faire triompher une révolution, le peuple doit se débarrasser de ceux qui prétendent en prendre la direction.
Un document exceptionnel pour la première fois réédité.
x 16,5 21,5 384 p. Bleu-blanc-rouge
L’a-démocratie
T
Lambert Nicolas théâtre nucléaire, pétrole, armes 2016 29/07/16 9782373090192 L’Echappée Pour En Finir Avec Politique et société 30,00 € 30.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Trois couleurs pour évoquer le pétrole, le nucléaire et l’armement. Ce documentaire théâtral en triptyque se propose d’observer trois des domaines régaliens du régime français. Régaliens, c’est-à-dire qu’ils ont toujours été à la discrétion du seul roi (ou empereur, ou président de la République suivant le contexte).

BLEU (pétrole) => « Elf, la pompe Afrique » (2004)
L’affaire Elf, écrite à partir des vraies paroles des principaux protagonistes de ce scandale politico-financier qui a éclaté au milieu des années 1990 et auquel sont mêlés dirigeants du géant pétrolier, politiciens de premier rang et hommes d’affaires véreux.
Édition établie par Nicolas Lambert avec Samuël Foutoyet.
Préface de François-Xavier Verschave.

BLANC (nucléaire) => « Avenir radieux. Une fission française » (2012)
À partir des interrogations des rares citoyens présents aux débats publics sur la construction d’une centrale nucléaire de type EPR, des discours verrouillés d’EDF et de l’industrie nucléaire, une histoire du nucléaire français, ses ors républicains, ses non-dits étouffants.
Édition établie par Jean-Luc Porquet avec Jean-Baptiste Bernard et Erwan Temple.

ROUGE (armement) => « Le Maniement des Larmes » (2016)
Un portrait de la politique de l’armement en France. Il nous permet de comprendre ce qui nous arrive et de découvrir ceux par qui cela nous arrive. Entre valse des valises et culte du secret, des guerres grondent et des familles éclatent. Et des armes, encore, ne cessent de se négocier.
Édition établie par Nicolas Lambert avec Karl Laske et Erwan Temple.

x 13 20 189 p. Contingent rebelle
Récit d’un réfractaire au service militaire dans les années 1970
T
Schindler Patrick témoignage 2017 22/02/17 9782373090215 L’Echappée Dans le feu de l’action Politique et société 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

« À bas l’armée et toute autorité ! » Le service militaire a une longue histoire. Depuis la Révolution française, il a été l’objet de bien des polémiques. Des bataillons de conscrits soumis s’y sont rendus en traînant des pieds. Les sketches qui lui ont été consacrés ne faisaient rire que ceux qui avaient eu la malchance de le connaître. Les jeunes générations ont souvent du mal à imaginer que ça a pu exister — jusqu’au début des années 2000 ! —, et ce qu’on y faisait vraiment. Perte de temps, apprentissage de l’autorité, de la violence et de la magouille. Seul point positif : savoir faire son lit « au carré ».

Dans la foulée de Mai 68, un petit groupe de militants décide qu’il est temps de changer les choses. En 1974, il diffuse l’Appel des Cent qui remet en cause l’immuable institution. Il exige l’instauration de syndicats de soldats et de la liberté de la presse à l’armée. C’est une traînée de poudre. En quelques mois, l’appel recueille plus de 6 000 signataires. Manifestations en uniforme sur tout le territoire, grèves de la faim, résistances quotidiennes... Face à la révolte généralisée, le gouvernement prend enfin conscience du refus de la jeunesse de se laisser embrigader.

Ce livre raconte cette histoire, quasiment oubliée aujourd’hui, et nous plonge au coeur de ce qu’était le service militaire à travers l’aventure singulière et haute en couleur d’un des signataires qui y a fait les 400 coups avec la ferme intention de « mettre les casernes à feu et à sang » !

x 13 20 260 p. La bande noire
propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885)
T
Meunier Yves histoire anarchisme 2017 10/04/17 9782373090239 L’Echappée Dans Le Feu De L’action Politique et société -histoire 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

Dans la nuit du 15 au 16 août 1882, des jeunes mineurs en rébellion contre la toute-puissance de l’Église alliée au patronat des mines font exploser la rosace et l’entrée d’une chapelle dans le bassin houiller de Saône-et-Loire.

C’est le début d’une longue série d’actions qui vont secouer pendant trois ans la région de Montceau-les-Mines au rythme des dynamitages de croix, d’édifices religieux et de domiciles de petits chefs à la solde du patronat.

Animés par un esprit de révolte, ces anarchistes sont connus sous le nom de la Bande noire. Ils se réunissent dans les bois ou dans les auberges pour préparer des coups qu’ils réalisent le plus souvent à la faveur de l’obscurité. Moins résignés que leurs aînés, ils ne cesseront de dénoncer la dureté de leurs conditions de travail au fond des puits, mais aussi la misère sociale qui règne au dehors, où l’impitoyable patron de la Compagnie des mines impose un redoutable ordre moral et défend les pires injustices.

À partir de nombreux documents d’archives et témoignages d’époque, ce livre qui se lit comme un récit palpitant au plus près des protagonistes, revient sur l’histoire mouvementée de la Bande noire. Il montre comment, quelques années avant les célèbres attentats anarchistes perpétrés à Paris dans les années 1890, de jeunes révoltés firent de la propagande par le fait leur meilleure arme pour renverser la table et échapper à l’enfer de la mine.

x 14 21 288 p. Pour l’autonomie
la pensée politique de Castoriadis
T
Caumière Philippe et Tomès Arnaud essai 2017 19/09/17 9782373090253 L’Echappée Versus Politique et société -philosophie 18,00 € 18.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Venu du marxisme, dont il a constaté très tôt les impasses, Cornelius Castoriadis a voulu réinventer la révolution. Selon lui, la modernité voit s’affronter deux projets de société : celui d’une maîtrise rationnelle du réel et celui d’une autonomie de toutes et de tous. Le premier a donné des résultats désastreux en engendrant le règne de la technique et de l’économie. Le second reste encore à construire pour qu’advienne une société vraiment démocratique dans laquelle le peuple se gouverne lui-même, se passant de toute classe dirigeante.

Castoriadis a mis en lumière les origines de ce projet d’autonomie qui remontent à la Grèce antique. Il en a analysé les expressions modernes, de la révolution russe de 1917 aux révoltes des années 1960. Mais surtout, il en a examiné les conditions pour que se développe une politique émancipatrice aujourd’hui : auto-organisation des luttes, pratique de l’égalité et sens des limites. Ce projet d’autonomie n’est pas un programme clés en main. Il est un imaginaire autant qu’une expérience.

Il est un horizon, celui d’une société consciente du fait que le pouvoir est l’affaire de tous. C’est cette réflexion multiforme et souvent complexe que présente et questionne ce livre qui offre pour la première fois une synthèse claire, accessible et percutante de la pensée politique de Castoriadis.

x 21 29 240 p. Vive les décroissants T Cheynet Vincent et Druilhe Pierre BD décroissance 2017 13/10/17 9782373090260 L’Echappée Action Graphique Politique et société -décroissance 24,00 € 24.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Voici le recueil tant attendu du meilleur des grinçantes aventures d’une bande de décroissants, publiées tous les mois dans le journal La Décroissance. Une bonne claque donnée à la société de consommation qui aliène et détruit nature, beauté, liberté... mais aussi à ceux qui la critiquent, souvent pris dans des contradictions férocement moquées ici. De superbes dessins tout aussi mordants complètent cet ouvrage qui devrait faire date !
x 14 20,5 272 p. Remplacer l’humain
critique de l’automatisation de la société
T
Carr Nicolas essai 2017 23/09/17 9782373090277 L’Echappée Pour En Finir Avec Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

Censés alléger le travail des ouvriers et accroître les gains de productivité, les systèmes automatisés ont été introduits dans les manufactures pendant la révolution industrielle et n’ont cessé, avec l’essor de la robotique et de l’informatique, de se développer par la suite.

Tout d’abord dans l’industrie puis dans tous les domaines : de l’aviation civile à la médecine, en passant par l’enseignement, l’architecture, la finance, ou encore les ressources humaines.

Mais l’automatisation s’est aussi immiscée dans notre quotidien via le développement des applications pour smartphone, des GPS, des robots ou drones domestiques - et bientôt des voitures sans chauffeur. Ces technologies, de plus en plus puissantes, se proposent de soulager notre esprit, de nous épargner des efforts inutiles et de supprimer frictions et ralentissements dans nos vies.

En s’appuyant sur des études en psychologie, neuroscience, ergonomie, sociologie... et sur de nombreux exemples concrets, Nicolas Carr montre comment, à force de trop dépendre des systèmes automatisés et des technologies numériques, nous perdons notre autonomie, nos savoir-faire et notre pouvoir de décision, et faisons de moins en moins appel à nos sens, à notre expérience et à nos facultés intellectuelles. Il nous invite à remettre en question le primat de la technologie sur l’humain, et à nous opposer à l’automatisation intégrale de la société.

x 20 26 144 p. On achève bien les éleveurs
résistances à l’industrialisation de l’élevage
T
Trouillard Guillaume et Vidal Aude essai agriculture, élevage 2017 01/12/17 9782373090291 L’Echappée Action Graphique Politique et société -agriculture 24,00 € 24.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Ce que nous nommons encore élevage se trouve aujourd’hui pris entre deux feux. D’un côté, le souci légitime de l’impact écologique et sanitaire de la production industrielle de viande et de produits d’origine animale rejoint le refus de maltraiter - voire tuer - les animaux. De cela émerge une remise en cause profonde du geste d’élevage. Est-ce là un progrès pour notre humanité ou un nouveau stade de l’« administration du désastre » ?

De l’autre côté, les éleveurs sont dépossédés de leur métier par des procédures toujours plus rigides et intrusives : puçage RFID des ovins et caprins, chantage aux primes agricoles, bureaucratisation croissante, reproduction artificielle... Décriés d’une part, ils sont administrés de l’autre - en attendant que disparaisse la possibilité même d’élever des animaux autrement qu’en les concentrant dans de gigantesques usines.

Ces menaces qui pèsent sur l’élevage sont un des symptômes de la soumission toujours plus grande de toutes et tous à la société industrielle. Le monde se referme alors que la liberté s’efface devant le contrôle systématique : au fond, ce que nous faisons subir aux animaux, nous nous l’infligeons également à nous-mêmes.

Éleveurs et chercheurs qui les accompagnent dans leurs luttes, toutes et tous expliquent dans ce livre pourquoi l’élevage doit être préservé afin que nos vies restent authentiquement humaines.

Avec Jean-Pierre Berlan, Jocelyne Porcher, Xavier Noulhianne, Christophe Richard, le groupe Marcuse, Fabrice Jaragoyhen, les fermiers du Pic-Bois et Stéphane Dinard.

x 12 19 160 p. Le néant et le politique
critique de l’avènement Macron
T
Bernat Harold essai politique, Macron 2017 20/10/17 9782373090314 L’Echappée Pour En Finir Avec Politique et société 12,00 € 12.00 sur commande ?
AA AA
On ne compte déjà plus les révélations sur les coulisses de l’avènement d’Emmanuel Macron. Certains voient dans son élection une preuve de la toute-puissance des médias, d’autres, un putsch démocratique orchestré par le monde de la finance. Dans tous les cas, il faudrait s’enquérir de ce que l’on nous cache. Notre réflexion est aux antipodes de la démarche de ces enquêteurs du spectacle. En effet, une des raisons pour lesquelles nous peinons à exercer notre esprit critique, aujourd’hui plus qu’hier, tient à ce que nous refusons de voir ce qui est sous nos yeux. Dans un univers de simulation, les simulacres se précèdent eux-mêmes. Ils ne représentent plus rien, mais font force de loi. Notre attention se perd dans un labyrinthe de signes. Ce qu’ils montrent est à ce point irréel que nous cherchons en vain derrière eux une réalité plus consistante. Mais derrière, il n’y a rien. Tout est là, étalé au grand jour. Cette transparence rend les nouvelles stratégies de pouvoir d’autant plus inquiétantes. Macron se fond dans le discours qui s’adresse à lui, prend la forme du réceptacle. Il n’est pas brillant, il est plastique. Il apprend de ses erreurs, se corrige, affine en « se confrontant au réel ». Comme un logiciel, il intègre, classe et change de niveau. À côté des anciennes formes symboliques de représentation politique, cette stratégie du vide nous fait entrer dans un univers de simulation binaire, algorithmique, dont Emmanuel Macron est, en France, le premier 0. C’est à ce titre, et à ce titre seulement, qu’il mérite d’être pensé.
x 14 20,5 256 p. La liberté dans un monde fragile
écologie et pensée libertaire
T
Ardillo José essai écologie 2018 09/02/18 9782373090345 L’Echappée Versus Politique et société 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
Peut-on construire une société libre dans un monde aussi fragile que le nôtre ? Au cours des deux derniers siècles, la plupart des projets politiques qui avaient l’émancipation pour horizon ne se sont pas posé cette question, car tout leur paraissait possible. La raréfaction des ressources, la disparition des espèces et la pollution n’étaient pas prises en considération, la puissance des sciences et des technologies semblait alors sans limites. A contrario, l’écologie nous enseigne aujourd’hui que la liberté de l’être humain doit être mise en regard des restrictions qu’impose le monde physique.
x 13 20 320 p. Le socialisme sauvage T Reeve Charles essai socialisme 2018 23/01/18 9782373090352 L’Echappée Dans le feu de l’action Politique et société 20,00 € 20.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Désastre généralisé et crise de la représentation nous incitent à penser au présent le vieux principe de la démocratie directe, qui prit forme en 1789, traversa les époques révolutionnaires, pour se trouver à nouveau dans les mouvements de contestation. Le principe d’autogouvernement s’y est toujours heurté aux principes autoritaires de représentation permanente. Les soviets des révolutions russes et les conseils de la révolution allemande des années 1920 ont été deux expressions puissantes de cette promesse pour l’avenir, et se trouvent au coeur des réflexions développées dans ce livre.

Car si le dénouement de la révolution russe a glacé pour un siècle le mouvement ouvrier, liant l’idée de socialisme à celle du totalitarisme de parti unique, l’expérience, courte mais riche, de la révolution allemande s’est révélée proche des mouvements contemporains, de Mai 68 au mouvement assembléiste du 15M en Espagne, en passant par Occupy aux Etats-Unis et par les Printemps arabes. Les courants spontanés, autonomes et émancipateurs des mouvements sociaux ont toujours été rejetés par les chefs du socialisme avant-gardiste et qualifiés de "sauvages", car leur échappant.

Même s’il n’est pas stricto sensu une histoire du mouvement socialiste, ce livre en revisite de grands moments. Il les étudie et les discute à travers le prisme de conceptions hérétiques et "sauvages", et garde à l’esprit la perspective de l’émancipation, encore et toujours.