Livres de l'éditeur Robert Laffont - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.

Robert Laffont


97 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 15 24 360 p. Le parfum de notre terre : Voix de Palestine et d’Israël T Mourad Kenizé B essai Palestine, société, Israël 2003 17/04/03 9782221098226 Robert Laffont International -Moyen Orient 21,50 € 21.50 présent à Plume(s)
AA AA

Kenizé Mourad, auteur de « De la part de la princesse morte », a travaillé pendant quinze ans comme reporter spécialisé dans les affaires du Moyen-Orient et du sous-continent indien. C’est avec son expérience de journaliste et sa sensibilité de romancière qu’elle aborde aujourd’hui le drame vécu par Israéliens et Palestiniens. Évitant les analyses politiques et les généralités dont nous sommes submergés, ce livre décrit et laisse s’exprimer des hommes et des femmes des deux camps.

Jérusalem bien sûr, mais aussi Jénine, Gaza, ou les implantations de colons… Kenizé Mourad est allée à la rencontre de tous. C’est leur histoire qu’elle nous raconte, mais aussi celle de leur famille, car il est impossible de mesurer ce qui se passe aujourd’hui sans remonter le fil des tragédies vécues par les générations successives. Palestiniens, Arabes israéliens, Juifs… Il y a Oript, dont la sœur a été tuée dans un attentat et qui n’arrive plus à vivre ; Itaï, l’officier israélien, objecteur de conscience ; Naomi, qui chaque jour craint pour la vie de son fils, tout jeune soldat ; Mohammed, l’imam emprisonné et torturé ; ou encore Leïla, qui voit son plus jeune fils prendre le chemin de l’aîné, tué pendant l’Intifada et dont il porte le prénom… En retraçant leur vie, et celle de leurs parents, rescapés des camps de la mort, ou chassés de leurs villages de Palestine et parqués dans des camps de réfugiés, Kenizé Mourad nous fait comprendre leurs besoins, leurs angoisses, et leurs façons d’appréhender le présent

x 24,2 27,3 204 p. 2033, Atlas des futurs du monde T Raisson Virginie B atlas 2010 10/11/10 9782221112342 Robert Laffont Divers 30,50 € 30.50 sur commande ?
AA AA

Surpopulation, crise alimentaire, épuisement des ressources, pénurie de pétrole, réchauffement climatique, disparition des espèces, guerre de l’eau : l’avenir que le monde réserve est-il aussi noir qu’on le laisse généralement penser ? 2033, Atlas des Futurs du Monde apporte des éléments de réponse à cette ambitieuse question.

Au travers des nombreux enjeux que l’ouvrage de prospective aborde et relie ensemble, il repère les mutations en cours afin d’éclairer les futurs possibles d’une manière raisonnée, sans céder au fatalisme ni à l’utopisme. En croisant la science politique, l’économie et la géographie, il propose une cartographie des futurs possibles et donne à voir les contours du monde en gestation. La réponse s’impose alors au fil des pages : ce n’est que si nous restons passifs que nous nous réservons le pire des futurs possibles.

Car le futur n’est pas écrit. Plusieurs années de travail, de recherche et de terrain, des scénarios, des textes synthétiques d’une grande clarté, plus de cent cinquante cartes et graphiques innovants, des centaines de références : 2033, l’Atlas des Futurs du Monde est un livre hors normes. « Atlas du futur » et « futur de l’atlas », il allie le sens et le beau pour esquisser d’un trait nouveau le monde et son avenir.

x 13,8 21,5 313 p. Brooklyn T Toibin Colm B roman Irlande 2011 06/01/11 9782221113493 Robert Laffont pavillons Littérature 20,50 € 20.50 actuellement indisponible
AA AA

Enniscorthy, sud-est de l’Irlande, années 50.

Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, sa soeur Rose obtient pour elle un emploi aux Etats-Unis. En poussant sa jeune soeur à partir, Rose se sacrifie : elle sera seule désormais pour s’occuper de leur mère veuve et aura peu de chance de se marier. Terrorisée à l’idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l’Irlande.

A Brooklyn, elle loue une chambre dans une pension de famille irlandaise et commence son existence américaine sous la surveillance insistante de la logeuse et des autres locataires. Au début, le mal du pays la submerge, la laissant triste et solitaire. Puis, peu à peu, elle s’attache à la nouveauté de son existence. A son travail de vendeuse dans un grand magasin où les premières clientes noires font une apparition timide qui scandalise les âmes bien-pensantes, sauf Eilis, qui, dans sa petite ville d’origine, n’a jamais connu le racisme.

Au bal du vendredi à la paroisse du quartier. Aux cours du soir grâce auxquels elle se perfectionne en comptabilité. Dans ce rythme entre monotonie rassurante et nouveautés excitantes, Eilis trouve une sorte de liberté assez proche du bonheur. Et quand Tony, un Italien tendre, sérieux et très amoureux, entre dans sa vie, elle est convaincue que son avenir est tout tracé : elle deviendra américaine. Mais un drame familial l’oblige à retraverser l’Atlantique pour un séjour de quelques semaines en Irlande.

Au pays, Eilis est devenue une femme à la mode, désirable, parée du charme des exilées. Brooklyn, Tony, la vie américaine se voilent de l’irréalité des rêves. Un nouvel avenir l’attend dans la bourgade de son enfance : un homme prêt à l’épouser, un travail. Deux pays, deux emplois, deux amours. Les possibilités inconciliables déferlent sur Eilis, lui infligeant cette petite mort que suppose l’impératif des choix.

x 13,5 21,5 234 p. Heureux les simples d’esprit : (Le ciel leur est acquis) T Zina Cara B roman 2008 19/07/08 9782221110041 Robert Laffont Littérature 18,50 € 18.50 épuisé
AA AA

« Le monde est bien trop cruel pour les écorchés vifs. » C’est la tête encore pleine de révoltes et d’utopies que Cara Zina nous offre une autofiction rythmée comme un pur moment de punk’n’rap.

C’est l’histoire d’une insoumission, l’immersion réaliste d’une punkette dans le monde des squats, de la vie en meute, de la manche sur le macadam, des back-stages de concerts, des échappées belles. Devenue adulte, intégrée socialement et bien sous tous rapports, notre héroïne ne s’est pourtant jamais beaucoup éloignée de ses désirs d’adolescente. On la suit à travers toutes ses contradictions, en quête d’équilibre entre son métier d’institutrice, ses responsabilités face à son fils handicapé, la zone, la chanson, la déjante, le mensonge, les hommes... Féministe convaincue, elle est capable de s’amouracher du premier lascar venu, même macho, parasite et psychologiquement dérangé pour peu qu’il soit jeune et beau. Cara Zina nous raconte sa vie comme elle pourrait mixer et sampler de la musique et réussit le pari de rester punk sans être sombre, nihiliste en étant optimiste et crier sa colère sans jamais être triste. Si la vie a offert à Cara Zina la chance de jouer plusieurs histoires, elle lui a surtout donné en cadeau une belle amitié avec Virginie Despentes, fil rouge incandescent de son parcours.

Heureux les simples d’esprit est un livre mordant sur l’acceptation de la différence ; un texte vif comme un riff de guitare, d’une jeune femme toujours ramenée à la marge et qui revendique son humour comme carte de séjour.

x 15,3 24 432 p. Pour en finir avec Dieu T Dawkins Richard B essai racisme, religion 2008 22/07/08 9782221108932 Robert Laffont Politique et société -philosophie 22,50 € 22.50 épuisé
AA AA

Voici l’essai qui crée l’événement et vient à point nommé : où l’un des plus grands esprits d’aujourd’hui démontre qu’on peut en finir définitivement avec Dieu et vivre dans un monde sans religion.

Le biologiste Richard Dawkins, athée « pur et dur », a un objectif : donner toutes les explications et les encouragements nécessaires au plus grand nombre d’esprits libres afin qu’ils se libèrent complètement de l’emprise de la religion. Et qu’ils soient fiers d’être athées, car, pour l’auteur, l’athéisme est presque toujours la marque d’une saine indépendance d’esprit, et d’un esprit sain. Richard Dawkins s’attaque ici non à une « version particulière » de Dieu, mais à tous les dieux et tout ce qui est surnaturel.

Pour ce spécialiste de l’évolution, la question de Dieu n’est pas hors de portée de la science. Insistant sur le fait que « la probabilité de l’existence de Dieu est extrêmement faible », il dit mener sa vie en se fondant sur le présupposé qu’il n’existe pas. Tout particulièrement choqué par le fait que les parents imposent leurs opinions religieuses à leurs enfants, Richard Dawkins, au nom du rationalisme, entre en guerre contre la forme de superstition la plus répandue selon lui et contre cette idée que pour avoir des principes moraux, on ne saurait se passer de convictions religieuses.

Qualifié par les scientifiques de « rottweiler de Darwin » pour sa défense virulente et efficace de l’évolution, désigné par le magazine Prospect comme l’un des trois plus grands intellectuels du monde (à côté d’Umberto Eco et de Noam Chomsky), Dawkins concentre aujourd’hui son esprit brillant sur la religion, qu’il dénonce en s’appuyant sur des démonstrations scientifiques. Un cocktail explosif qui a provoqué une chaude polémique dans tous les pays où le livre a été publié, lequel s’est vendu à plus de quinze millions d’exemplaires à travers le monde.

x 13,5 21,5 154 p. Des libertés et autres chinoiseries T Ménard Robert essai droits de l'homme, international, politique 2008 08/10/08 9782221111642 Robert Laffont Politique et société -médias 17,50 € 17.50 présent à Plume(s)
AA AA

Les images des militants de Reporters sans frontières perturbant la cérémonie d’allumage de la flamme olympique ont fait le tour du monde.

En quelques semaines, de Paris à Nagano, la petite organisation de défense de la liberté de la presse aura réussi à faire descendre dans la rue des dizaines de milliers de personnes. Son fondateur, Robert Ménard, est ainsi devenu la bête noire des autorités chinoises, le cauchemar du Comité international olympique, la cible d’une gauche radicale indulgente pour les régimes communistes et la mauvaise conscience de nombreux hommes politiques.

Comment s’est préparée l’opération d’Olympie ? Pourquoi décide-t-on d’escalader Notre-Dame ? Quelle bataille s’est jouée derrière le rideau ? D’où viennent les pressions, les menaces subies par ses militants ? Qui se cache derrière les mises en cause de Reporters sans frontières ? Avec ce livre, Robert Ménard nous donne un aperçu passionnant des coulisses et un récit inédit des négociations secrètes.

Un pamphlet très argumenté sur la presse, les droits de l’homme et les lâchetés d’une bonne partie de la classe politique. Complété par des fragments d’un parcours personnel marqué par l’Algérie, la rupture avec le gauchisme et la montée à Paris d’un petit provincial, c’est aussi un magnifique éloge de l’engagement.

x 13 20,5 432 p. Nouvelles brèves de comptoir T Gourio Jean-Marie B humour société 2008 15/10/08 9782221109434 Robert Laffont Littérature 20,50 € 20.50 présent à Plume(s)
AA AA

Pêcher la brève exige de la patience, une audition affinée, un foie d’acier et une sensibilité poétique exacerbée. Depuis bientôt dix ans, le monde a changé, les mœurs ont évolué, les bistrots ont perdu une partie de leur âme. (Ah, le mal qu’ont fait aux bistrots les chasseurs de nicotine !) Mais les poètes de comptoir n’ont pas changé. Ils sont toujours fidèles au poste, toujours inventifs, étranges, cruels, tendres et hilarants…

La preuve : " Maintenant, quand un oiseau chante, on croit que c’est un portable qui sonne " ; " On dit pas à des Gitans qu’ils font du camping ! " ; " Plus c’est un géant des lettres, plus c’est écrit petit " ; " Quand on est incinéré, on ne peut plus se retourner dans sa tombe " ; " Pour moi, l’énergie renouvelable, c’est l’ouvrier qui se lève le matin ! " ; " L’eau sur Mars, c’est bien, ça permettra de laver les fusées " ; " La langue la plus dure à apprendre, c’est se taire ! "…

x 13,5 21,5 276 p. La route de glace T Viollier Yves roman 2008 31/08/08 9782221110881 Robert Laffont Littérature 19,50 € 19.50 présent à Plume(s)
AA AA

Dans La Flèche rouge, Pierre, un jeune communiste français, tombait fou amoureux d’une très belle danseuse du Bolchoï, Maïa, à l’occasion d’un voyage en train joignant Saint-Pétersbourg à Moscou. Une passion commune que le début de la Seconde Guerre mondiale se chargea de réduire à néant…

Treize ans plus tard, Pierre s’est résigné à reconstruire sa vie et connaît un mariage heureux avec la douce Hélène. Mais quand l’occasion se présente de retourner à Moscou, il ne peut résister : il part retrouver Maïa. Là-bas, les deux amants renouent, l’espace d’une nuit, avec la force dévastatrice de leur amour. Rentré dans son village, Pierre souffre mille morts. Comment peut-il abandonner Maïa ? De quel droit ose-t-il trahir Hélène et le fils qu’elle lui a donné ?

Lorsque, quelques années plus tard, Maïa décide de profiter du passage du Bolchoï à Paris pour fuir le régime communiste, Pierre va l’aider sans hésiter. En faisant ce choix, il sait que pour lui et les gens qu’il aime, rien ne sera jamais plus pareil. Ce qu’il ignore, c’est que l’Histoire, une fois de plus, s’apprête à les rattraper…

x 12 18 329 p. La femme qui se cognait dans les portes T Doyle Rody roman violence 2008 30/09/08 9782221111383 Robert Laffont Littérature -poches 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA

Après le succès de sa trilogie de Barrytown et le triomphe de Paddy Clarke Ha Ha Ha, Roddy Doyle réussit un nouveau tour de force avec ce roman où il trouve - lui, un homme - le ton juste pour dire "Moi, Paula, trente-neuf ans, femme battue".

C’est avec un mélange d’humour - irlandais bien sûr - et de cruauté qu’il prend la voix de cette Paula Spencer, une Dublinoise dont la vie conjugale a été ponctuée de raclées, de dents et de côtes brisées, alcoolique au surplus et par voie de conséquence. Mais qui reste digne et garde la force de prétendre, à l’hôpital, après chaque dérouillée, qu’elle s’est "cognée dans la porte", un grand livre.

x 12 18 120 p. Une trop bruyante solitude T Hrabal Bohumil B littérature 2007 18/10/07 9782221109847 Robert Laffont Pavillon poche Littérature -poches 6,00 € 6.00 épuisé
AA AA

Chef-d’œuvre de Bohumil Hrabal, une fable politique à huis clos, grinçante, émouvante et désespérée où planent l’esprit de Beckett, de Kafka et de George Orwell.

Voilà trente-cinq ans que M. Hanta nourrit la presse d’une usine de recyclage où s’engloutissent jour après jour des tonnes de livres interdits par la censure, et jusqu’aux chefs-d’œuvre de l’humanité. « Ce genre d’assassinat, ce massacre d’innocents, il faut bien quelqu’un pour le faire. » Hanta travaille, boit de la bière, déambule dans les rues de Prague, lit, et ressasse la mission dont il s’est investi : sauver la culture en arrachant à la mort des trésors si injustement condamnés. Il en sauve jusqu’à deux tonnes qu’il entasse au-dessus de son lit. Mais à ce jeu de cache-cache, son rendement baisse. Rejeté, abandonné de tous, il ne lui reste plus qu’à rejoindre ses livres bien-aimés… Le lecteur suit les pensées de Hanta à travers un long monologue obsessionnel et émaillé d’images singulières. Hanta revient sans cesse sur son travail, son passé et, sans le dire réellement, sur la solitude qui le mine. C’est le destin d’un homme, un ouvrier, rattrapé par une modernité assassine.

Publié d’abord en 1976, traduit dans plus d’une dizaine de langues, ce soliloque, révélant l’absurdité tragicomique du quotidien, à propos duquel Hrabal disait : « Je ne suis venu au monde que pour écrire Une trop bruyante solitude », est un splendide apologue de la « normalisation », machine à broyer l’esprit, dont Hrabal fut lui-même la victime.