Livres et Revues de l'éditeur Minuit - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Minuit


40 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 11,3 17,8 94 p. Palestine mon pays T Darwich Mahmoud essai Palestine 1998 29/12/98 9782707311887 Minuit International -Moyen Orient 10,50 € 10.50 présent à Plume(s)
AA AA

Le 28 avril 1988, quatre mois après le déclenchement de la " Révolution des pierres " dans les territoires occupés, le Premier ministre d’Israël, Ytzhak Shamir, monte à la tribune de la Knesset pour dénoncer.

un poème : " L’expression exacte des objectifs recherchés par les bandes d’assassins organisés sous le paravent de l’OLP, déclare-t-il, vient d’être donnée par l’un de leurs poètes, Mahmoud Darwich, soi-disant ministre de la Culture de l’OLP et dont on se demande à quel titre il s’est fait une réputation de modéré. J’aurais pu lire ce poème devant le Parlement, mais je ne veux pas lui accorder l’honneur de figurer dans les archives de la Knesset.

" L’histoire de ce poème, " Passants parmi les paroles passagères ", et du tollé qu’il a provoqué en Israël et dans la Diaspora doit être située dans le cadre des rapports psychologiques complexes existant entre l’Etat juif et le peuple palestinien. Le livre que nous présentons comporte, en dehors du poème lui-même et de deux commentaires rédigés à son propos par Mahmoud Darwich, trois contributions d’auteurs juifs israéliens : Simone Bitton fait l’historique de l’événement et de ses lointaines origines ; Mati Peled se livre à une exégèse linguistique du poème ; quant à Ouri Avnéri, il montre que cette affaire est aussi une illustration de l’arrogance dont tant de prétendus libéraux israéliens font preuve à l’égard des Palestiniens.

x 13,4 18,4 94 p. Plus rares sont les roses T Darwich Mahmoud littérature Palestine 1989 01/04/89 9782707312839 Minuit Littérature -poésie 10,00 € 10.00 sur commande ?
AA AA
Recueil de poèmes de cet auteur palestinien qui vit en exil depuis de longues années. Contient un texte en hommage à Ezzedine Kalak
x 11 18 180 p. L’etabli T Linhart Robert essai politique 1981 01/04/81 9782707303295 Minuit Politique et société -histoire 6,50 € 6.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

L’Établi, ce titre désigne d’abord les quelques centaines de militants intellectuels qui, à partir de 1967, s’embauchaient, “ s’établissaient ” dans les usines ou les docks. Celui qui parle, ici a passé une année, comme O S. 2, dans l’usine Citroën de la porte de Choisy. Il raconte la chaîne, les méthodes de surveillance et de répression, il raconte aussi la résistance et la grève. Il raconte ce que c’est, pour un Français ou un immigré, d’être ouvrier dans une grande entreprise parisienne. Mais L’Établi, c’est aussi la table de travail bricolée où un vieil ouvrier retouche les portières irrégulières ou bosselées avant qu’elles passent au montage.

Ce double sens reflète le thème du livre, le rapport que les hommes entretiennent entre eux par l’intermédiaire des objets : ce que Marx appelait les rapports de production.

x 13 18,5 232 p. Rien qu’une autre année T Darwich Mahmoud poésie Palestine 2001 01/01/01 9782707306654 Minuit Littérature -poésie 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA
Que peut la poésie pour l’enfant ayant grandi dans les blessures ? Comment dire le pays enseveli dans le souvenir de plus en plus lointain, épais et tremblant ? Pour le Palestinien Mahmoud Darwich, il reste le corps et les mots, citadelle abritant une douleur d’orgueil. Il reste l’errance pour un peuple voyageant dans " la caravane ininterrompue de l’exode ". Mahmoud Darwich a deux métiers : la poésie et le souvenir. Parfois les deux se rejoignent. Avec le poème, le souvenir devient miroir, échelle pour le temps et défaite du sommeil et de l’oubli. Célèbre dans le monde arabe, il n’est pas pour autant ce qu’on appellerait un " poète militant ". Son engagement est dans l’écriture, dans la poésie ; il est loyal envers l’imaginaire de son peuple, de tout peuple voué à l’errance. Rien à voir avec cette poésie qui brandit les slogans et ruine la beauté et l’émotion. Darwich est un poète épique. Tahar Ben Jelloun. (Le Monde).
x 13,5 22 189 p. Les héritiers
Les étudiants et la culture
T
Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude essai éducation 1994 01/07/94 9782707300812 Minuit Politique et société -école 13,50 € 13.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Si l’école aime à proclamer sa fonction d’instrument démocratique de la mobilité sociale, elle a aussi pour fonction de légitimer - et donc, dans une certaine mesure, de perpétuer - les inégalités de chances devant la culture en transmuant par les critères de jugement qu’elle emploie, les privilèges socialement conditionnés en mérites ou en " dons " personnels.

A partir des statistiques qui mesurent l’inégalité des chances d’accès à l’enseignement supérieur selon l’origine sociale et le sexe et en s’appuyant sur l’étude empirique des attitudes des étudiants et des professeurs ainsi que sur l’analyse des règles -souvent non écrites - du jeu universitaire, on peut mettre en évidence, par-delà l’influence des inégalités économiques, le rôle de l’héritage culturel, capital subtil fait de savoirs de savoir-faire et de savoir-dire, que les enfants des classes favorisées doivent à leur milieu familial et qui constitue un patrimoine d’autant plus rentable que professeurs et étudiants répugnent à le percevoir comme un produit social.

Collection : le sens commun

x 13,5 18,5 141 p. Courir T Echenoz Jean roman 2008 09/10/08 9782707320483 Minuit Littérature 13,80 € 13.80 sur commande ?
AA AA

On a dû insister pour qu’Emile se mette à courir.

Mais quand il commence, il ne s’arrête plus. Il ne cesse plus d’accélérer. Voici l’homme qui va courir le plus vite sur la Terre.

x 13,5 18,5 288 p. Des hommes T Mauvignier Laurent roman 2009 03/09/09 9782707320759 Minuit Littérature 17,75 € 17.75 sur commande ?
AA AA

Ils ont été appelés en Algérie au moment des « événements », en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d’autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies.

Mais parfois il suffit de presque rien, d"une journée d’anniversaire en hiver, d’un cadeau qui tient dans la poche, pour que, quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier.

x 11,5 17,7 112 p. Fin de partie T Beckett Samuel théâtre 2009 01/06/09 9782707300706 Minuit Littérature -théâtre 6,80 € 6.80 sur commande ?
AA AA
Dans Fin de partie il y a déjà cette notion d’immobilité, cette notion d’enfouissement.
Le personnage principal est dans un fauteuil, il est infirme et aveugle, et tous les mouvements qu’il peut faire c’est sur son fauteuil roulant, poussé par un domestique, peut-être un fils adoptif, qui est lui-même assez malade, mal en point, qui marche difficilement. Et ce vieillard a ses parents encore, qui sont dans des poubelles, son père et sa mère qu’on voit de temps en temps apparaître et qui ont un très charmant dialogue d’amour.
Nous voyons deux êtres qui se déchirent, qui jouent une partie comme une partie d’échecs et ils marquent des points, l’un après l’autre, mais celui qui peut bouger a peut-être une plus grande chance de s’en tirer, seulement ils sont liés, organiquement, par une espèce de tendresse qui s’exprime avec beaucoup de haine, de sarcasme, et par tout un jeu. Par conséquent, il y a dans cette pièce - qui est à un niveau théâtral absolument direct, où il n’y a pas d’immense symbole à cher-cher, où le style est d’une absolue simplicité -, il y a cette espèce de jeu qu’ils se font l’un à l’autre, et qui se termine aussi d’une façon ambiguë parce que le suspense dérisoire de la pièce, s’il y a suspense, c’est ce fils Clov, partira-t-il ou non ? Et on ne le sait pas jusqu’à la fin.
Je dois dire aussi que c’est une pièce comique. Les exégètes de Beckett parlent d’un " message ", d’une espèce de chose comme ça. Ils oublient de dire le principal, c’est que c’est une chose qui est une découverte du langage, de faire exploser un langage très quotidien. Il n’y a pas de littérature plaquée, absolument pas. Faire exploser un langage quotidien où chaque chose est à la fois comique et tragique.
x 11 18 392 p. Rosie Carpe T NDiaye Marie roman 2009 03/09/09 9782707320971 Minuit Littérature -poches 9,65 € 9.65 sur commande ?
AA AA

Le septième roman de Marie NDiaye ne commence pas par le début, non, les premières pages racontent l’arrivée de Rosie Carpe à la Guadeloupe où elle vient rejoindre son frère Lazare qui ne l’attend pas, elle est enceinte, enceinte de personne, sans le sou, malheureuse, malheureuse et lavée d’avoir laissé le malheur passé sur la rive ancienne de l’Atlantique.

C’est déjà le commencement de la fin. Lazare n’est pas là, il est ailleurs, dans de mauvais coups, défait, il a envoyé Lagrand les chercher à l’aéroport. Lagrand est peut-être le premier personnage noir de Marie NDiaye, tous livres confondus. Il est également le seul personnage clair de ce livre, le seul innocent, donc le seul impardonnable. L’histoire commence plus tard, vers la page 50, à Brive-la-Gaillarde, une ville jaune avec un magnolia inoubliable dans la cour, le seul souvenir commun de Rosie et Lazare Carpe.

Là-bas, ils avaient des parents et un avenir. Les parents et l’avenir ont fini par se désintéresser d’eux. Rosie travaille dans un hôtel, s’y fait engrosser, endure, espère et désespère, boit. Part. Arrive. Rosie vit à côté de son nom. En Guadeloupe, la vie empire, on laisse mourir, on tue, on s’accouple et on se désaccouple au partage des générations, on salit, on se salit, on a peur, on a peur de sa peur, on transgresse d’aveugles et invisibles tabous.

x 11 18 250 p. Je m’en vais T Echenoz Jean roman 2001 13/10/01 9782707317711 Minuit Littérature -poches 7,00 € 7.00 sur commande ?
AA AA

" Je m’en vais ", ce sont les premiers mots prononcés par le héros du roman d’Echenoz, qui vient de décider de quitter sa femme. Ce sont également les derniers mots du livre, émis par ce même héros lorsque, après une année d’errance et d’aventure, le coeur brisé, il revient hanter ce qui fut le domicile conjugal.

La boucle est bouclée, la révolution est terminée, la parenthèse se ferme, le héros a simplement un peu vieilli. Il a connu des aventures qu’on dirait palpitantes à cause des dérèglements de son muscle cardiaque, il est allé jusqu’au pôle Nord pour récupérer un trésor d’ancien art esquimau, il a été volé et voleur, escroc et escroqué, séducteur et séduit, il a vécu. Il ne lui en reste qu’un vague malaise et un essoufflement.

De livre en livre, depuis Le Méridien de Greenwich, paru il y a vingt ans, Jean Echenoz s’est fait le cartographe de son temps. De ses séismes, de ses catastrophes, de son imaginaire, de ses objets, de ses rêves et de sa longue glissade hors du réel : dans les images, dans les fantasmes, dans les rêveries de conquête, dans l’éloignement de soi et des autres.Je m’en vais, c’est aussi la formule d’adieu d’un siècle bien incapable de savoir où il va et qui oublie même de se poser la question. Il s’en va, c’est tout. Pierre Lepape, Le Monde

x 13,5 19 223 p. Au piano T Echenoz Jean roman 2003 11/01/03 9782707318121 Minuit Littérature 14,70 € 14.70 sur commande ?
AA AA
La pratique professionnelle du piano suppose une discipline stricte. Elle exclut tout divertissement susceptible d’éloigner l’artiste de son clavier. Pourtant il aimerait, lui aussi, jouir de la lumière du monde, de la douceur de vivre, de la tiédeur de l’air et de l’amour des femmes. Eh bien non : mort ou vif, le pianiste se doit d’abord à son public.
x 11 18 231 p. Cherokee T Echenoz Jean roman 2003 11/01/03 9782707318275 Minuit Littérature -poches 6,80 € 6.80 sur commande ?
AA AA

Georges Chave, né à Ivry-sur-Seine le jour de la bataille d’Okinawa, domicilié à Paris dans le 11e arrondissement, vit de peu.

Il meuble son existence d’une activité de bars, de cinémas, de voyages en banlieue, de sommeils imprévus, d’aventures provisoires, écoute souvent des disques américains ; l’un de ces disques lui manque, une version rare de Cherokee, qu’on lui a dérobé il y a dix ans. Tout cela n’est rien, mais il s’en contente jusqu’à ce que Véronique surgisse dans sa vie. Dès lors Georges s’agite un peu.

x 11 18 426 p. Dans la foule T Mauvignier Laurent roman 2009 03/09/09 9782707320919 Minuit Littérature -poches 9,65 € 9.65 sur commande ?
AA AA
Jeff et Tonino venus de France, Geoff et ses frères de Grande-Bretagne, Tana et Francesco qui viennent de se marier en Italie, mais aussi Gabriel et Virginie de Bruxelles, tous seront au rendez-vous du " match du siècle " : la finale de la coupe d’Europe des champions qui va se jouer au stade du Heysel, ce 29 mai 1985.
x 11,1 18 314 p. La Modification T Butor Michel roman 1994 01/11/94 9782707303127 Minuit Littérature -poches 8,50 € 8.50 sur commande ?
AA AA

Dès la première phase, vous entrez dans ce livre, ce livre que vous écrivez en le lisant et que vous finirez par ramasser sur la banquette du train qui vous a conduit de Paris à Rome, non sans de multiples arrêts et détours.

Le troisième roman de Michel Butor, paru en 1957, la même année que la jalousie d’Alain Robbe-Grillet, le vent de Claude Simon et Tropismes de Nathalie Sarraute, reçut d’emblée un excellent accueil de la critique. Couronné par le prix Renaudot, traduit dans vingt langues, c’est encore aujourd’hui le plus lu des ouvrages du Nouveau Roman.

x 13,5 18,5 204 p. La vérité sur Marie T Toussaint Jean-Philippe roman 2009 17/09/09 9782707320889 Minuit Littérature 14,70 € 14.70 sur commande ?
AA AA

L’orage, la nuit, le vent, la pluie, le feu, les éclairs, le sexe et la mort.

Plus tard, en repensant aux heures sombres de cette nuit caniculaire, je me suis rendu compte que nous avions fait l’amour au même moment, Marie et moi, mais pas ensemble.

La Vérité sur Marie n’est pas à proprement parler une suite, mais un prolongement de Faire l’amour (2002) et Fuir (Prix Médicis 2005).

x 11 18 92 p. La question
Suivi de La torture au coeur de la République
T
Alleg Henri essai, témoignage guerre d Algérie, torture 2008 06/11/08 9782707320629 Minuit « Double » Politique et société -histoire 6,60 € 6.60 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La première édition de La Question, d’Henri Alleg fut achevée d’imprimer le 12 février 1958.

Des journaux qui avaient signalé l’importance du texte furent saisis. Quatre semaines plus tard, le jeudi 27 mars 1958 dans l’après-midi, les hommes du commissaire divisionnaire Mathieu, agissant sur commission rogatoire du commandant Giraud, juge d’instruction auprès du tribunal des forces armées de Paris, saisirent une partie de la septième réédition de La Question. Le récit d’Alleg a été perçu aussitôt comme emblématique par sa brièveté même, son style nu, sa sécheresse de procès-verbal qui dénonçait nommément les tortionnaires sous des initiales qui ne trompaient personne.

Sa tension interne de cri maîtrisé a rendu celui-ci d’autant plus insupportable : l’horreur était dite sur le ton des classiques. La Question fut un météorite dont l’impact fit tressaillir des consciences bien au-delà des " chers professeurs ", des intellectuels et des militants. A l’instar de J’accuse, ce livre minuscule a cheminé longtemps.

x 13,5 21,8 447 p. Nécessité ou contingence
l’aporie de Diodore et les systèmes philosophiques
T
Vuillemin Jules essai philosophie 1984 01/01/84 9782707306852 Minuit le sens commun Politique et société -philosophie 39,55 € 39.55 épuisé, réédité avec l'ean 9782707344670
AA AA

Les conditions qui rendent possible un acte libre existent-elles dans la nature et en nous-mêmes ? Y a-t-il nécessité ou contingence ? Un philosophe grec, du nom de Diodore Kronos, à peut près contemporain d’Aristote, a formulé une aporie connue sous le nom d’argument dominateur.

C’est un fait que les Anciens ont considéré cette aporie comme valide. A leurs yeux, elle démontrait l’incompatibilité de plusieurs principes dont on s’accorde à trouver la présence dans les conditions d’un acte libre et que le bon sens est porté spontanément à tenir pour vrais. Réduits à l’essentiel, voici ces principes : a) le passé étant irrévocable, seul un événement futur peut être possible. b) Un impossible ne peut pas être la conséquence logique d’un possible. c) Il y a un possible dont la réalisation n’a jamais lieu, ni dans le présent, ni dans le futur. d) Ce qui est est nécessairement pendant qu’il est. C’est encore un fait, historiquement attesté, que, en réponse à la question de la nécessité ou de la contingence, les philosophes de l’Antiquité ont élaboré plusieurs solutions mutuellement exclusives en procédant comme on fait en mathématiques lorsqu’il s’agit d’accommoder un système d’axiomes démontré incohérent.

Ils ont sacrifié l’un d’eux pour sauver ceux qui leur paraissaient inattaquables. La question de fait ainsi résolue - son examen occupe les trois premières parties du présent ouvrage -, restait à poser la question de droit. Les philosophies sont des systèmes de pensées, des systèmes d’assertions. Il fallait donc se demander s’il existe un lot fini d’assertions irréductibles et telles qu’une philosophie soit à même d’élire l’une d’elles comme principe.

L’examen, auquel on a consacré la dernière partie de l’ouvrage, montre qu’il en va bien ainsi et la classification des assertions fondamentales fournit la raison qui rend possible une classification des systèmes philosophiques.

x 11,5 18 134 p. En attendant Godot Beckett Samuel 2007 05/07/07 9782707301482 Minuit Littérature -théâtre 6,90 € 6.90 sur commande ?
AA AA
x 11,5 18 225 p. Le désert à l’aube T Favrelière Noël témoignage guerre d Algérie 2000 03/11/00 9782707317247 Minuit documents Politique et société -histoire 13,50 € 13.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

En 1956, l’auteur de ce récit autobiographique a été rappelé en Algérie dans un régiment parachutiste pour participer à ce qu’on appelait faussement « La pacification ».

Mais un jour, afin de soustraire à une exécution sommaire un jeune rebelle blessé, il le libère et déserte avec lui pour l’aider dans son évasion. Après une fuite d’une semaine dans le désert, ils réussissent à rejoindre l’Armée de Libération Nationale. L’auteur resta dix mois avec les combattants de l’A.L.N. avant de gagner Tunis et de là les États-Unis.

En 1966, blanchi des deux condamnations à mort prononcées contre lui, il a pu revenir en France.

Une semaine après sa parution aux Éditions de Minuit en octobre 1960, Le Désert à l’aube était saisi et sa diffusion interdite.

x 11,5 18 176 p. Provocation à la désobéissance
Le procès du Déserteur
T
doc guerre d Algérie 2012 02/02/12 9782707304834 Minuit documents Politique et société -histoire 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

On se rappelle comment, en décembre 1961, l’opinion française assista à cet épisode [...] d’une qualité particulière d’absurdité : le jugement et la condamnation de Jérôme Lindon, directeur des Éditions de Minuit, pour avoir publié Le Déserteur, roman.

[...] Sous le titre Provocation à la désobéissance, le compte rendu sténotypique des débats, augmenté de quelques pièces annexes, lettres et documents, est publié. L’aspect mineur du scandale est celui qui apparaît le premier : poursuivre un éditeur sous prétexte qu’il a publié un roman contenant certains traits autobiographiques [...] en lui imputant les opinions d’un personnage de roman. Mais le véritable scandale n’est pas là : il est d’abord d’entendre des magistrats user [...] d’affirmations qu’on aimerait croire sincères.

"Tout le monde est d’accord contre la torture" affirment juges et procureurs. Et de condamner Lindon. [...] Le côté farce prime le côté drame : les mines vertueuses des magistrats condamnant, bien sûr, comme tout le monde, la révoltante pratique de la torture, voilà qui eût tenté un moderne Daumier.

Paul-Louis Thirard, Tribune socialiste, 24 février 1962.

L’ouvrage de Maurienne (Jean-Louis Hurst), Le Déserteur, a été réimprimé en 2005 aux Éd. L’Échappée