Livres de l'éditeur FYP éditions - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :

FYP éditions


il y a des courriels envoyés à l'adresse contact@fypeditions.com
il y a des courriels envoyés à l'éditeur 2242
courriels
9 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 15,5 24 350 p. Pour tout résoudre cliquez ici
L’aberration du solutionnisme technologique
T
Morozov Evgeny B essai 2014 12/09/14 9782364051157 FYP éditions Innovation Politique et société 22,50 € 22.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Evgeny Morozov, journaliste essayiste et chercheur d’origine biélorusse, fait beaucoup parler de lui pour sa remise en cause du rôle libérateur d’Internet à la sortie de son premier livre, The Net Delusion, un best-seller dans lequel dénonce le fantasme selon lequel le web serait un outil d’émancipation des populations et un vecteur de la démocratie. Dans ce second ouvrage, Pour tout résoudre, cliquez ici, il dénonce le simplisme du discours employé pour parler des nouvelles technologies.

Avec une grande justesse et un style agréable, souvent plein d’humour, il démontre qu’Internet est généralement pensé de manière simpliste, comme un tout cohérent qui serait en train de transformer notre monde (même les phénomènes qui le dépassent !), et que l’ère du numérique s’accompagne de la tentation de vouloir tout résoudre, depuis la délinquance et la corruption jusqu’à la pollution et l’obésité, en quantifiant, surveillant ou rendant ludique numériquement les comportements.

Morozov révèle que la technologie peut constituer un facteur d’amélioration, mais que nous adoptons un comportement absurde, aberrant et même dangereux en voulant que la technologie apporte une solution à tous les problèmes économiques, éthiques, civiques, de gouvernance, d’éducation, de sociabilisation, de démocratie, etc. Les dilemmes autrefois profondément politiques, moraux et insolubles se voient dorénavant considérés comme des questions d’efficacité technologique ! Pour lui, notre société souffre d’une " pathologie intellectuelle qui identifie les problèmes en tant que tels, en fonction d’un seul critère, à savoir si l’on peut leur donner une "solution"’ technologique clean et sympa. Avec les marteaux numériques de la Silicon Valley, tous les problèmes ont tendance à ressembler à des clous, et toutes les solutions, à des applis. "

Pour tout résoudre, cliquez ici porte un regard neuf et salutaire sur les nouvelles technologies et sur nos usages, et nous met en garde contre la croyance du miracle technique et contre un monde à l’efficacité sans faille où tout le monde se voit contraint de revêtir la camisole de force numérique de la Silicon Valley.

x 15 20,5 352 p. Voitures autonomes T Lipson Hod B, Melba Kurman  B doc voiture, numérique 2018 19/10/18 9782364051669 FYP éditions Reboot Divers 22,00 € 22.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les promesses de la voiture autonome sont grandes : elle offre à des milliards de personnes dans le monde un moyen de transport plus sûr, plus propre et plus pratique, permet une réduction des embouteillages, des problèmes de parking, des accidents, l accès à la conduite pour les personnes à mobilité limitée, la réduction de la largeur des voies, le choix des meilleurs itinéraires en temps réel, la suppression des contraintes des trajets longue distance, etc. Tous les constructeurs automobiles internationaux et les grandes entreprises high-tech investissent des milliards et se sont lancés dans la course du développement et de la production de ces véhicules en remplaçant la conduite humaine par de l intelligence artificielle. Au cours des 10 prochaines années, ces engins vont envahir les rues, réorganiser les industries établies, remodeler les villes et nos modes de transport sur courte distance, mais également transformer la logistique, la livraison de marchandises et rendre peut-être obsolète l idée même de la propriété d une voiture. Mais cette vision idéale a aussi son côté sombre, et bien que la technologie soit prête, lorsque les conducteurs laissent les logiciels intelligents prendre le volant cela soulève de nombreuses questions et inquiétudes : emploi des routiers et taxis, sécurité, risque de réduction des transports en commun, traçabilité du moindre de nos déplacements, responsabilité juridique, disparition du plaisir de la conduite, etc.

Ce livre démêle les faits et la fiction. Dans un langage clair, non technique,les auteurs nous font découvrir l histoire étonnamment longue et pittoresque des véhicules autonomes, puis ils nous livrent un panorama complet de l ensemble des technologies qui rendent possibles les véhicules intelligents. Ils fournissent ensuite une analyse complète et lucide de tous les risques et des avantages des voitures autonomes sur notre vie quotidienne, sur l économie et sur notre rapport à l automobile, à la conduite et à notre culture de la mobilité.

x 15 20,5 192 p. L’évangélisme technologique
De la révolte hippie au capitalisme high-tech de la Silicon Valley
T
Durand Rémi B essai technicisme 2018 09/02/18 9782364051638 FYP éditions Reboot Politique et société 20,00 € 20.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Comment des hippies et des hackers ont-ils créé le capitalisme high-tech ?

Cet ouvrage raconte la manière dont les multinationales, comme Apple et Google, sont parvenues à évangéliser des designers, des développeurs, et surtout des utilisateurs et consommateurs passionnés, afin de créer autour de leurs marques une vénération quasi religieuse.

L’auteur nous plonge cœur de la Silicon Valley, dans les années 1970. Il nous explique comment une véritable organisation sociale s’est structurée autour des nouvelles technologies du numérique grâce à la culture hippie. Cette nouvelle culture, qui mêle drogues et puces électroniques, se caractérise par :
- la recherche d’innovations les plus disruptives possible, pouvant renverser l’ordre établi ;
- la recherche d’une forme d’extase intense provoquée par la technologie, quasi mystique, appelée l’« effet ouah ! » (cet effet fera le succès, des décennies plus tard, des fameuses conférences de présentation des produits Apple par Steve Jobs).
- un évangélisme visant à fédérer les plus grandes communautés autour de ces nouvelles technologies, sur le modèle des communautés hippies.

Puis, après l’apparition de l’ordinateur individuel, de l’internet, du web et des smartphones, ces nouvelles technologies se sont érigées en porte-étendard d’une société de plus en plus ouverte, soutenues par un discours mondialiste qui a traversé tous les niveaux de la société, portant sur la suppression progressive des hiérarchies, la collaboration pour la production des savoirs et des techniques et l’ère de la contribution en mettant en avant le lien communautaire entre les individus, la créativité de chacun, la passion.

Mais, à travers une argumentation rigoureuse et très documenté, l’auteur renverse la vision idéaliste de ces évolutions. Il montre qu’elles ont engendré des organisations centralisées et monopolistiques, concentrant à l’échelle planétaire toutes les ressources économiques et intellectuelles.

Le pouvoir politique est désormais entre les mains que quelques empires dirigés par d’anciens hippies reconvertis en ogres insatiables d’un capitalisme sans limites.

x 14 20,5 256 p. La nouvelle servitude volontaire
enquête sur le projet politique de la Silicom Valley
T
Vion-Dury Philippe B enquête 2016 10/10/16 9782364051454 FYP éditions Presence Politique et société 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA
« Enquête sur les écosystèmes de manipulation qui nous poussent au consumérisme et orientent tous nos choix, mêmes politiques »
Avec comme crédo la volonté de changer le monde, c’est au cœur de la Silicon Valley que se façonne la société numérique. Portées par une spectaculaire réussite économique, les entreprises de haute technologie veulent dessiner un monde meilleur en prenant en main la majorité des aspects de notre quotidien, en généralisant la prédiction algorithmique. L’homme devient intégralement transparent, immatériel. La liberté de choisir, la créativité et l’émancipation sont désormais remplacées par l’anticipation, la prédiction et la régulation. C’est bien plus qu’une révolution numérique ; c’est un véritable projet politique qui est à l’œuvre. Avec rigueur et précision, Philippe Vion-Dury révèle que les technologies sont porteuses d’une idéologie et d’un projet de civilisation. Il démontre que les modèles prédictifs, les algorithmes et les objets connectés instaurent une société du contrôle dans laquelle l’individu, comme le collectif, abandonne la maîtrise de son destin. Il explique comment la peur de se confronter à la solitude, à l’altérité et à l’échec nous conduit à une nouvelle servitude volontaire.
x 14 19 356 p. L’avènement des machines
robots et intelligence artificielle : la menace d’un avenir sans emploi
T
Ford Martin B essai, prospective travail, intelligence artificielle 2017 17/08/17 9782364051409 FYP éditions Presence Politique et société 22,00 € 22.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Dans L’avènement des machines, best-seller du New York Times, lauréat du prix « Business Book of the Year » du Financial Times , et « Top Business Book » du magazine Forbes, Martin Ford révèle comment la technologie est en train de saper les fondements de notre économie, jusqu’à précariser la classe moyenne, pilier de notre modèle économique et de la croissance. Il démontre que nous allons assister à un effondrement prochain du marché de l’emploi qui ne sera pas la conséquence de la mondialisation ou la délocalisation, mais de la robotique et de l’intelligence artificielle. Ces formes d’automatisation du travail commencent à détruire des millions d’emplois, ce qui entraînera un chômage de masse, une augmentation sans précédent des inégalités et une implosion de l’économie de consommation. Après l’élimination de majorité de la main-d’œuvre du secteur manufacturier, les emplois des cols blancs sont dans le collimateur, y compris en Chine et dans les pays émergents. Salariés du tertiaire, cadres, journalistes, enseignants et mêmes développeurs, tous commencent à être remplacés par des machines et des logiciels intelligents. Et ce n’est que le début. Les solutions du passé pour faire face à ces disruptions technologiques - en particulier dans l’éducation avec la pléthore de diplômes universitaires - ne fonctionnent désormais plus. Même la flexibilité, la créativité et l’ajout continu de nouvelles compétences sont impuissants.

Ni anti-technologie ni anti-progrès, entrepreneur pionnier des nouvelles technologies, Martin Ford va bien au-delà du discours de la peur et du déclin. Il propose des solutions pragmatiques pour adapter notre système économique et la société dans son ensemble aux nouvelles réalités apportées par l’avènement des machines et retrouver le chemin de la prospérité.

x 14 19 256 p. La singularité technologique T Shanahan Murray B essai, prospective intelligence artificielle 2018 10/03/18 9782364051393 FYP éditions Presence Politique et société 20,00 € 20.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Les systèmes d’intelligence artificielle vont-ils nous dépasser ? Est-ce le modèle d’intelligence artificielle présent dans nos smartphones (assistant vocal de type Siri) ou celui de HAL (l’ordinateur de 2001, l’Odyssée de l’espace) vers lequel nous nous dirigeons ? Selon beaucoup de scientifiques, lorsque les intelligences artificielles (AI) dépasseront les capacités du cerveau humain, elles seront aussi capables de générer de nouvelles intelligences artificielles, encore plus efficaces, qui évolueront trop vite pour que le cerveau humain puisse l’appréhender. À partir de ce moment-là, le progrès technique ne serait plus que l’oeuvre des machines. Une nouvelle organisation d’« êtres » artificiels prendrait le pas sur les humains. Ce moment, c’est celui de la « singularité », lorsque les humains sont dépassés par l’intelligence artificielle ou l’intelligence biologique augmentée par des implants. De nombreuses sommités mondiales, comme l’astrophysicien Stephen Hawking ou Bill Gates, lancent une alerte et prédisent que si le domaine de l’IA continue à se développer à son rythme vertigineux actuel, la singularité pourrait survenir dans moins de vingt ans. Elon Musk (PayPal, Tesla) prévoit même l’anéantissement de l’humanité par les robots. D’autres annoncent que prochainement, dans les profondeurs du web, un système d’IA pourrait nous menacer en se cachant et en développant des programmes hostiles. Pour les transhumanistes, avec comme chef de file Ray Kurzweil, la singularité serait pour 2045, date de l’avénement des posthumains, et les découvertes scientifiques seront le fruit de forces et d’énergies non humaines ou posthumaines, issues de l’intelligence artificielle. Proche ou encore lointaine, probable ou impossible, amorçant apocalypse ou utopie, quoi que l’on en dise, le principe même de la singularité soulève des questions philosophiques et pragmatiques qui nous obligent à réfléchir à l’avenir de notre espèce. Il est donc nécessaire de réfléchir à notre cohabitation avec des formes d’intelligence qui ne seront plus biologiques et d’établir des règles prudentielles à l’échelle mondiale. Murray Shanahan propose une enquête fouillée et accessible sur la singularité. Dans cet ouvrage de vulgarisation, il décrit les progrès technologiques réalisés en intelligence artificielle et explique que la transition vers une super-intelligence artificielle pourrait être très rapide. Il démontre que la singularité présente à la fois une menace existentielle pour l’humanité, mais aussi une opportunité pour transcender les limites de l’humain, une chance de résoudre tous les grands problèmes auxquels l’humanité est confrontée. Shanahan, explore les deux possibilités, tous les scénarii possibles et leurs conséquences afin que nous fassions les bons choix pour parvenir à la meilleure issue.
x 14 20,5 191 p. RIC
Le référendum d’initiative citoyenne expliqué à tous
T
Magni-Berton Raul B, Egger Clara doc RIC 2019 19/04/19 9782364051874 FYP éditions Présence/Questions de société Politique et société 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA
Au cœur de la démocratie directe

Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) est utilisé dans une dizaine d’Etats, des centaines de régions et des milliers de communes. Avec l’émergence du mouvement des Gilets jaunes, le RIC se retrouve au coeur des discussions, depuis les ronds-points de France jusqu’à l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Ce livre propose un panorama complet de l’histoire du RIC. Il analyse les grandes décisions prises à travers lui, décrypte ses principes, ses différentes modalités, ses effets sur les politiques publiques et sur les citoyens, etc.

Les auteurs, spécialistes des systèmes démocratiques contemporains, tirent les enseignements de la pratique du RIC dans différents pays et à diverses époques. En s’appuyant sur des connaissances solides et un retour d’expérience, ils expliquent les conditions de sa mise en place concrète, les formes qu’il peut prendre en France, et comment lever les obstacles à son utilisation. Cet ouvrage déconstruit les idées reçues et rend accessible au plus grand nombre tout ce qu’il y a à savoir sur cet outil central de la démocratie directe.

x 14 20,5 181 p. Contre le totalitarisme transhumaniste
Les enseignements philosophiques du sens commun
T
Weber Michel B essai transhumanisme 2018 22/11/18 9782364051720 FYP éditions Actions & Recherches Politique et société 25,00 € 25.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le transhumanisme s’impose comme une nouvelle croyance à grand renfort de promesse de jeunesse éternelle et de conférences TED. Il préconise l’utilisation d’innovations technico-médicales, afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des humains, pour concrétiser l’espérance prométhéenne : guérir, améliorer, transcender. Mais quels sont ses fondements idéologiques ? Pourquoi ses partisans veulent-ils l’installer comme une véritable croyance ? Quels sont leurs intérêts et motivations ? Michel Weber montre que mente si ce courant de pensée est souvent présenté comme apolitique, une autre réalité se cache sous les prétextes émancipateurs d’outils techniques : la volonté de tout prévoir, de tout anticiper et de tout contrôler.

Cette société fondée sur l’hypercontrôle et la maitrise absolue du cours de nos vies nous plonge encore davantage dans l’hyperindividualisme, sous l’emprise quasi totale de la technologie. Cela conduit à une nouvelle forme de totalitarisme. Le transhumanisme apparait alors comme l’aboutissement logique d’une doctrine technocapitaliste, terme d’un long processus de destruction des conditions de possibilité de la vie authentique en général et de la démocratie en particulier.

A travers une approche philosophique, Michel Weber nous livre dans cet essai un solide contre-argumentaire aux thèses transhumanistes et interroge la place actuelle et future de la technique dans l’évolution de nos sociétés et de l’humanité.

x 14 20,5 264 p. La criminologie
la nouvelle science pénitentiaire
T
Ferri Tony B essai répression novembre 2020 06/11/20 9782364052017 FYP éditions Politique et société -répression prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Un peu à la manière d’une nuit orageuse et sombre à l’occasion de laquelle de gros nuages courent au ciel et voilent la clarté de la lune, la criminologie est cette discipline qui s’accompagne encore de mille obscurités et difficultés. Ce fait n’est pas nouveau. Dans son histoire, elle s’est déjà trouvée assombrie par des inquiétudes, des bouleversements, des querelles, des soupçons d’erreurs ou de confusions. Pourtant, douée de vertus sans doute inconnues au vulgaire des hommes, elle est très susceptible de rendre de précieux services à ceux qui s’en réclament, la fréquentent, la conçoivent, la pratiquent. Plus que nulle autre matière, elle offre la chance de rencontrer l’humain dans sa diversité, ses profondeurs, ses complexités. A peine l’explorons-nous avec le sérieux nécessaire qu’elle nous révèle combien elle concerne en réalité chacun de nous.

A mi-chemin entre la science et l’art, le savoir et la pratique, le domaine de la théorie et celui de l’action, elle ouvre des perspectives innombrables, souvent méconnues, parfois inattendues, de compréhension, d’explication et de décision, non pas seulement en ce qui concerne le fait délinquant ou la personnalité criminelle, mais relativement aux évolutions de l’institution judiciaire, aux notions de bien et de mal, de juste et d’injuste, aux réalités sociales, au champ du pouvoir, aux réussites ou aux échecs en matière de prévention de la récidive.

La criminologie n’appartient ni tout à fait aux gens qui savent (ou croient savoir) ou qui ont de réelles compétences (elle n’est donc pas un pur savoir d’expert), ni absolument à ceux qui passent pour être les meilleurs ou les plus vertueux (elle ne se confond pas avec la morale ou l’aristocratie élective) : de fait il y entre et s’y mêle aussi puissamment des éléments de pouvoir et de stratégie, des rapports de force, des enjeux sociétaux, des ingrédients de connaissance in situ des personnes condamnées (milieux, profils, histoires).

Théorique par ses hypothèses et ses démonstrations, pratique par ses expérimentations et sa proximité avec ses lieux d’exercice (prisons, services d’insertion et de probation, associations habilitées par la justice, zones urbaines, cités, quartiers, habitations...), elle a pour vocation de livrer des descriptions et des explications sur le phénomène de la criminalité d’un côté, et d’énoncer des significations et des valeurs (impliquant de faire des choix) à l’égard des manières, des états, des nœuds, des faits criminels eux-mêmes de l’autre. Par conséquent, si elle vise à établir des explications et des compréhensions du fait délinquant dans ses différentes composantes (étiologie, processus, interactions, dynamiques, environnement), il appert que, dans un même mouvement, elle n’en cherche pas moins à parvenir à fixer des résultats concrets pour endiguer les infractions, à s’investir pour permettre d’évaluer, de juger, de réduire, par des décisions de politique pénale et la mise en œuvre de savoir-faire professionnels, ce malheur social qu’on nomme le crime. Bref, elle est au carrefour de la recherche de la vérité (l’ordre théorique), de la pratique de terrain (le champ pratique et professionnel), de l’exercice du pouvoir au sens large (la sphère politique et sociale) et des services rendus à la collectivité (le domaine pragmatique).

C’est de cette criminologie, scientifique, pratique et utilitaire, riche et captivante, qu’il s’agit dans ce livre, dont le programme n’est rien tant qu’ambitieux, attendu qu’il porte le projet de la redéfinir, de lui donner un nouveau souffle, de mesurer toute la tâche et les responsabilités qui lui incombent plus que jamais aujourd’hui. De sorte que vous y trouverez une énergie positive de vingt années de réflexion, de confrontation avec le réel, de pratique, où la grande histoire de la criminologie le dispute, non pas seulement à l’analyse des notions fondamentales et des réalités incontournables relatives au monde des transgressions (soumises ici à l’examen philosophique et sociologique), mais encore au relevé de certaines expérimentations, données ou procédures étonnantes, qui s’offrent à elle dans ses espaces d’exercice, quand elle veille autant à faire qu’à dire.


Préfacé par Jean Pradel, et postfacé par Jean Motte dit Falisse, deux grandes figures marquantes du droit pénal et de la criminologie.