Livres et Livre-DVDs de l'éditeur L'Insomniaque - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.

L’Insomniaque


courriels
25 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 12 21 62 p. La grève des électeurs T Mirbeau Octave pamphlet politique 2001 30/04/01 9782915694246 L’Insomniaque Politique et société 6,10 € 6.10 présent à Plume(s)
AA AA

« L’électeur ? Rien ne lui sert de leçon, ni les comédies les plus burlesques, ni les plus sinistres tragédies. »

Toutes les raisons exposées par Mirbeau, pour ne pas participer à la farce électorale sont encore pleinement actuelles.

Dans le choix d’aphorismes, mots d’humeur et mots d’humour, on lira que bien d’autres ont critiqué, sur tous les tons, la fiction démocratique et la dépossession du citoyen.

x 13 21 345 p. La révolte des Taiping (1851-1864) T Reclus Jacques histoire Chine 2008 23/01/08 9782915694291 L’Insomniaque International -Asie 15,00 € 15.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le soulèvement Taiping (1851-1864) préluda à la déconfiture du pouvoir impérial en Chine.

Cette rébellion massive et fulgurante contre la " bureaucratie céleste " était animée par un ardent messianisme égalitaire. Partie du sud de la Chine, elle se propagea jusqu’à contrôler durablement plusieurs provinces, établissant sa capitale à Nankin. Elle ne put être jugulée puis écrasée qu’au prix de millions de morts - et avec l’active complicité des puissances occidentales prédatrices.

La Révolte des Taiping est l’unique ouvrage disponible en langue française sur ce sujet historique majeur.

x 13 21 190 p. Dans un village d’Aragon dont je ne veux pas rappeler le nom T Vazquez Prada Ricardo témoignage Espagne 2008 24/06/08 9782915694338 L’Insomniaque Politique et société -histoire 12,20 € 12.20 sur commande ?
AA AA

En juillet 1936, l’arrivée des troupes franquistes dans un village d’Aragon précipite dans l’horreur ses habitants, parmi lesquels la famille du menuisier don Pedro.

Pour sa femme, dora Maria, et ses deux filles, il s’ensuivra une petite odyssée, tissée de tragédies, d’amours et d’espoirs, au gré des aléas d’une terrible lutte à mort. Parallèlement, un torero et un étudiant de leurs amis rejoignent la fameuse colonne Durruti, au-delà de la ligne de front toute proche...

En toile de fond se profile un affrontement entre les fascistes, auxquels se rallient les grands propriétaires terriens, et la nouvelle société égalitaire et communautaire que tentent d’instaurer les anarchistes.

x 12,5 21 63 p. Du parti des myosotis T Levaray Jean-Pierre témoignage 2007 28/06/07 9782915694222 L’Insomniaque Divers 6,10 € 6.10 actuellement indisponible
AA AA

" Du parti des myosotis " relève le défi de faire exister après sa mort un être dont la vie a été marquée au sceau du silence et de l’absence.

" Taiseux " depuis toujours, Marceau Levaray est devenu dans les dernières années de sa vie, sous l’effet des différentes maladies dont il souffre, carrément autiste. Et devant la perspective de sa disparition, son fils se rend compte, effaré, qu’il ne sait presque rien du passé de son père. Nous sortons un peu sonnés de la lecture de ce petit livre, car il nous fait vertigineusement entrevoir l’existence de ceux qui ne défrayent jamais la chronique, ceux auxquels ne s’intéresse aucun romancier, aucun cinéaste, aucun journaliste ou chroniqueur...

x 10,5 17,5 96 p. Dans l’Etat le plus libre du monde T Traven B. almanach révolte 2011 11/04/11 9782915694536 L’Insomniaque Littérature -poches 8,00 € 8.00 actuellement indisponible
AA AA
B. Traven, illustre romancier traduit en quarante langues,refusait à toute force d’avouer de son vivant qu’il avait été Ret Marut,révolutionnaire allemand de tendance stirnérienne,éditeur et rédacteur de la revue munichoise radicale Der Ziegelbrenner (1917-1921). Publiés pour la première fois par l’Insomniaque en 1994,ces textes choisis nous apprennent comment Ret Marut a échappé d’un cheveu au massacre,lors de la sanglante répression de la République des conseils de Bavière en 1919.Ils donnent une claire idée de ce que ce « fondeur de briques » pensait de la guerre,de l’État,de la presse et de tous ces charniers immondes que l’on rougit de nommer – auxquels il oppose la nécessité d’un bouleversement mondial et total des conditions existantes.
x 14 22 160 p. Avis au consommateur T Ngai Pun témoignage consommation, travail, Chine, travail clandestin 2011 15/04/11 9782915694543 L’Insomniaque Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 15,30 € 15.30 actuellement indisponible
AA AA

En trente ans,la Chine est devenue l’immense usine qui fournit au consommateur occidental toute la camelote dont les marchés sont inondés.

Comment s’est produit ce « miracle » qui bouleverse l’ordre du monde ? Plus de deux cents millions de paysans ont quitté leurs villages de l’intérieur de la Chine pour aller se faire embaucher dans les usines de la côte.

Seize paysannes devenues ouvrières racontent leur aventure,souvent cruelle,une fois débarquées dans les villes où sévit un système d’exploitation féroce.Bas salaires, horaires démentiels,discipline brutale, encasernement — les conditions décrites par les femmes qui témoignent dans cet ouvrage révèlent de véritables bagnes industriels.

Pourtant,rentrées au village avec un pécule,elles ne tardent pas à repartir car la ville a ouvert leur horizon et offert la possibilité de nouer des liens amicaux ou amoureux hors du carcan patriarcal et d’échapper mariages forcés.

Elles y découvrent aussi la lutte,les grèves et la force de la solidarité ouvrière. C’est alors un va-et-vient incessant entre le village arriéré auquel on reste attaché sentimentalement et la ville où l’on cherche à s’émanciper – malgré l’exploitation féroce de la main-d’œuvre dans l’atelier du monde.

On lira ces témoignages – recueillies récemment par une sociologue de Hong Kong – avec d’autant plus d’intérêt que ce genre de document est rare en français et qu’il devrait titiller quelque peu la bonne conscience repue du consommateur occidental.

Enquête réalisée par Pun Ngai.

Traduit du chinois par Hervé Dénès et Claire Simon

x 10,5 17,5 62 p. Travailler, moi ? Jamais ! T Black Bob essai travail 2010 01/11/10 9782915694512 L’Insomniaque Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 7,00 € 7.00 actuellement indisponible
AA AA

Nul ne devrait jamais travailler.

Le travail est la source de toute misère, ou presque, dans ce monde. Tous les maux qui se peuvent nommer proviennent de ce que l’on travaille, ou de ce que l’on vit dans un monde voué au travail. Si nous voulons cesser de souffrir, il nous faut arrêter de travailler. Cela ne signifie nullement que nous devrions arrêter de nous activer. Cela implique surtout d’avoir à créer un nouveau mode de vie fondé sur le jeu ; en d’autres mots : une révolution ludique.

Par " jeu ", j’entends aussi bien la fête que la créativité, la rencontre que la communauté, et peut-être même l’art...

x 15 22 205 p. Max Stirner, le philosophe qui s’en va tout seul T L’Aminot Tanguy et Joubert Daniel essai philosophie 2012 30/04/12 9782915694598 L’Insomniaque Politique et société 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA

Cet ouvrage commence par une biographie du philosophe Max Stirner, s’inscrivant dans le contexte du grand débat philosophique de l’Allemagne des années 1840, opposant entre eux les disciples de Hegel (Feuerbach, Marx, Bakounine…). Ce récit est suivi d’une explication très claire de son maître ouvrage, L’Unique et sa propriété, qui a influencé la pensée et les élans individualistes peu ou prou révolutionnaires, de Nietzsche, Georges Darien ou Zo d’Axa à Raoul Vaneigem et Michel Onfray, en passant par les existentialistes ou les surréalistes, B. Traven ou Victor Serge. Il est suivi de la savante étude de Daniel Joubert sur la critique laborieuse que fit Karl Marx de L’Unique et de « saint Max » dans L’Idéologie allemande (avant de taire à jamais le nom de ce rival post-hégélien) – déjà paru (et épuisé) chez L’insomniaque en 1997. Le tout est accompagné d’une bibliographie exhaustive et d’une iconographie variée.

Cet ouvrage explore au passage le rapport compliqué entre individualisme radical et association communautaire (le vertigineux paradoxe stirnérien : l’association des égoïstes comme seule garantie d’une pleine liberté) tel qu’il apparaît de nos jours dans le contexte de la triomphante dichotomie individualisme hédoniste-uniformité marchande.

Le texte de Tanguy L’Aminot a l’immense mérite de rendre limpide une pensée un peu hermétique (surtout en français, car encore plus difficile à traduire que Hegel ou le jeune Marx). En se penchant sur la postérité de la pensée de Stirner, il nous aide à comprendre pourquoi tant de réfractaires, d’insoumis et de poètes "maudits" ont préféré le modèle stirnérien (la bande à Bonnot, Artaud, etc.) au modèle marxo-bakouninien teinté ou non de proudhonisme. Et "saint Max" sent encore le soufre, sous le voile de sa phraséologie très particulière, ici décryptée par un auteur qui va, pour ce faire, au-delà de la spécialisation philosophique – qu’il réfute même comme une forme de confiscation du savoir – pour instruire tout un chacun de ce qui fonde la réputation de ce penseur singulier.

En apostille, le texte de Daniel Joubert vient éclairer l’opposition entre Marx et Stirner, telle qu’elle traça pour longtemps une fracture dans les rangs de la révolte et de la critique du monde marchand, fracture à tous points de vue plus profonde que celle qu’occasionna la fameuse rivalité, plus politique et "psychologique" entre marxistes et bakouninistes au sein de la Ière Internationale. »

x 17 24 143 p. Zad partout T doc 2013 23/05/13 9782915694673 L’Insomniaque Politique et société 15,00 € 15.00 actuellement indisponible
AA AA

Un coin de bocage dont l’aménagement, différé depuis des décennies, est devenu un enjeu de pouvoir – symbole des choix aberrants qu’affectionnent les oligarchies qui nous gouvernent. Un projet d’aéroport, inutile et odieux, imposé sans se soucier des réactions des habitants, qu’on prévoyait dociles et résignés, et qui se sont avérés diablement combatifs.

Un rêve de grandeur technocratique conçu pour rabougrir un peu plus le lien social, mais qui a suscité l’un des plus beaux élans de résistance anticapitaliste de ces dernières années.

Un lieu où se rencontrent la solidarité avec des paysans spoliés, l’amour pour la terre nourricière et la volonté d’en découdre avec les puissances mortifères qui asphyxient la planète.

Une forteresse végétale, assiégée par de pléthoriques forces de répression, qui est devenue zone à défendre, mais aussi zone à vivre – au fil d’un combat asymétrique.

Un espace de débat et d’autonomie, où fleurissent des potagers et des modes de vie communautaires, fondés sur l’entraide et semés du désir de vivre librement.

Une friche où ont surgi d’étranges édifices, pleins de poésie, qui témoignent d’autres possibilités d’habitat que celles que dictent la logique marchande et la standardisation autoritaire. Une lutte qui a su se préserver des récupérations politiques ou médiatiques, sans pour autant s’aliéner les soutiens ou les sympathies que lui valent son importance et sa portée.

x 10 20 22 p. Lettre de Mordovie T Tolokonnikova Nadejda témoignage répression, Russie 2013 11/12/13 9782915694772 L’Insomniaque International -Europe 2,00 € 2.00 sur commande ?
AA AA
Membre du groupe punk Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova purge, pour expier son célèbre et splendide blasphème, une peine de deux ans de travaux forcés au camp de travail IK-14 en Mordovie, aux confins de la mort et de la vie. Le 23 septembre 2013, elle a commencé une grève de la faim pour protester contre les conditions de détention dans ce goulag. Elle s’en explique dans la présente lettre, fort édifiante sur le système carcéral russe et les souffrances des 800000 détenus qui, dans une persistante tradition stalinienne, y sont réduits en esclavage.
x 12,5 19,5 80 p. Le réveil sonne : première humiliation de la journée
144 raisons d’abolir le travail salarié
T
anthologie travail, salariat 2015 13/05/15 9782915694802 L’Insomniaque Littérature 5,00 € 5.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Citations qui déplorent, dénoncent, vitupèrent, critiquent, raillent le joug que portent les femmes et les hommes de ce temps : le travail salarié – sa monotonie, son iniquité, sa pénibilité, son néant.

Ces citations sont ordonnées de sorte à décrire d’abord la pesanteur du système salarial, racine du mal, puis les vicissitudes de l’esclavage au quotidien, opposé au sain goût de la paresse, et enfin le refus, la révolte contre le travail, l’utopie d’un monde sans salariat.

Ces miscellanées, d’une lecture aisée, rassemblent des formules glanées chez des auteurs conservateurs ou progressistes, sérieux ou fantaisistes, individualistes ou collectivistes (De Prévert à Claudel, de Marx à Nietzsche, de Céline à Vaneigem) qui tous ont pour point commun de s’être un jour désolés de la servitude plus ou moins volontaire qui rend la vie des hommes si fades quand elle est confisquée par un travail répétitif et aliénant.

Offrant un plaisant avant-goût de la résistance possible à une telle ignominie, ce vade-mecum du non-travailleur réjouira tous ceux qui ne communient pas dans le culte du turbin et savent que la liberté ne sera qu’un vain fantôme tant qu’on perdra.

x 13 21 62 p. Le jour de l’addition
Aux sources de la crise
T
Mattick Paul essai économie 2009 23/06/09 9782915694413 L’Insomniaque Politique et société -économie 7,10 € 7.10 présent à Plume(s)
AA AA

La débâcle économique mondiale, précipitée par la défaillance massive du crédit hypothécaire aux Etats-Unis, marque la fin d’un cycle et pourrait annoncer celle d’une époque.

Tandis que les circuits financiers implosent, gestionnaires et gouvernants comptent bien faire payer l’addition aux pauvres. A contre-courant du discours économique ambiant, Paul Mattick souligne, dans ce bref rappel aux réalités, qu’une politique interventionniste ne suffira pas à résoudre les épineuses contradictions que la panique financière a révélées à tous. Car c’est la logique même de la quête du profit qui, de fuite en avant en fuite en avant, est arrivée à son point d’explosion.

Tant que les êtres humains ne sauront pas la dépasser en actes, les aberrations du système s’aggraveront, ainsi que les calamités sociales, culturelles et environnementales.

x 19,1 20 356 p. Au pied du mur - 765 Raisons d’en finir avec toutes les prisons
avec 1 CD audio
T
essai prison 2000 28/06/00 9782908744347 L’Insomniaque Politique et société -répression 15,30 € 15.30 présent à Plume(s)
AA AA

Au pied du mur est une anthologie de paroles et d’écrits de toutes origines et de tous temps contre toutes les prisons... " Vous avez fait de la prison ?
- Comme tout le monde mon bon m’sieur...
- Ah non ! moi je n’en ai jamais fait !
- Alors laissez-moi vous regarder m’sieur car, de toute ma vie, c’est la première fois que je vois...

un homme libre ? " La prison, poupée gigogne : quatre murs, un homme ou une femme enfermant en eux, en leur crâne, un détenu ou une détenue qui, lui-même, elle-même, tient prisonnier un enfant. La prison commence là où l’enfance s’achève. La véritable enfance, celle qui fait que le monde social desdits adultes croit vivre alors qu’il n’est que le contenant d’un contenu, à savoir le cercueil qu’est l’adulte portant le cadavre de l’enfant. Quel gamin a dit : " Plus tard je veux être gardien de prison ? " Aucun et pourtant tous, toutes, sans exception, ont arraché des ailes de mouches...

ont commis vol de bonbons ou crime de pensée. Méritions-nous le placard ? la punition sous le bureau du maître ? la claustrophobie de l’imaginaire ? La prison commence aussi là où naît un crime, celui contre la vie car il est inhumain d’enfermer, même un monstre persuadé d’être encore un homme et à qui la société, la morale des puissants impunis, tente tout pour lui faire croire que : " C’est pour ton bien, dit la morale.

- Qu’on enferme mon mal ? " demande le monstre. Il y a des antres odieux, des lieux terribles, habitats d’épouvante où des ogres vous sourient en vous dépiautant jour à jour, nuit à nuit, de votre peau ou, pire, en vous glissant dans le corps, par l’oeil, une paille avec laquelle il vous aspire l’âme, l’esprit, la conscience et l’envie de vivre jusqu’à vous pendre à leur poutre. La prison est ce lieu où Ulysse est sous l’oeil d’un cyclope qui garde et mange les moutons. A.H.

BENOTMAN

x 17 24 220 p. Eloge des jardins anarchiques
avec 1 DVD
T
Montpied Bruno essai art, jardinage 2011 01/03/11 9782915694482 L’Insomniaque Politique et société -alternatives 29,50 € 29.50 épuisé
AA AA

Ce livre est un tour de France des environnements spontanés créés par des autodidactes - jardins populaires et anarchiques, anciens et actuels, drôles et surprenants, enchanteurs et émouvants.

Il est constitué d’articles rédigés depuis vingt ans par Bruno Montpied, bien connu pour son engagement en faveur de la création populaire. Il y évoque les bâtisseurs excentriques de jardins bruts ou naïfs avec rigueur et respect, sans se priver pour autant d’une approche poétique de leurs oeuvres. De brèves monographies voisinent avec des écrits plus généraux sur l’histoire et les traits distinctifs d’un mode d’expression qui hésite entre art et passe-temps.

Ces textes pointent un nouvel usage social de la création, qui va jusqu’à dynamiter la notion d’art elle-même, en tant qu’activité vouée au vénal et séparée de la vie quotidienne. Plus de 250 photos montrent les oeuvres de ces inspirés qui n’ont d’autre prétention que de s’accomplir eux-mêmes en donnant forme à leurs rêves.

DVD inclus : "Bricoleurs de paradis, (le gazouillis des éléphants)", film de Rémy Ricordeau, écrit en collaboration avec Bruno Montpied.
Défense et illustration des jardins de création spontanée en tant que pratique et enjeu symbolique de la liberté, ce road movie dans le Nord et l’Ouest de la France part à la découverte de drôles de sites et de créateurs prolifiques. Une plongée dans l’univers, trop méconnu, voire dédaigné, de ces environnements singuliers...

x 15 20 95 p. La voie du jaguar
Conversations de Georges Lapierre avec Rubén Valencia et David Venegas
T
Lapierre Georges entretien Mexique 2008 01/11/08 9782915694376 L’Insomniaque International -Amériques 8,20 € 8.20 présent à Plume(s)
AA AA
Dans la ville d’Oaxaca, l’insurrection des quartiers populaires a pu se développer et constituer une menace réelle pour le pouvoir parce qu’elle a su renouer très vite avec un mode de vie communautaire, dont elle retrouvait les automatismes au fur et à mesure de son déploiement. C’est dans la nostalgie d’une vie communautaire encore proche qu’elle a trouvé ses appuis et puisé son sens. La communication est le point de départ de tout mouvement insurrectionnel : les gens sont dangereux pour l’ordre quand ils se mettent à communiquer… C’est une étincelle, bien souvent, qui allume le feu de la communication ; dans le cas d’Oaxaca, c’est la brutalité de la répression contre les maîtres d’école le 14 juin 2006 qui a tout déclenché. La rencontre de la lutte pour le territoire et l’autonomie menée par les peuples indiens des différentes régions de l’État d’Oaxaca et l’insurrection urbaine pour une autre société a constitué aux yeux de l’État un moment critique : celui de tous les périls…
x 16 24 152 p. Hommes de maïs, coeurs de braise
Cultures indiennes en rébellion au Mexique
T
Collectif international, Mexique 2002 01/09/02 9782908744576 L’Insomniaque International -Amériques 10,20 € 10.20 présent à Plume(s)
AA AA

Depuis 1994 et le succès tactique des escarmouches zapatistes, les Indiens du Mexique sont entrés en effervescence.

Cette réaction de défense des communautés a fait tache d’huile, s’appuyant sur la tradition comme sur l’utopie, échappant presque toujours aux carcans idéologiques. Le Mexique indien se cabre, s’organise et nous parle : l’exigence rêveuse d’une autonomie réelle pour les cultures indigènes s’est faite grondeuse, souvent frondeuse. Des voyageurs, s’extirpant d’une Europe putréfiée, ont été séduits par cet assaut - si lointain, si proche - contre l’ordre marchand.

Ils laissent conter les hommes et femmes de maïs qui sont la poésie et la sagesse mêmes. La machette hors du fourreau, ces partisans de la communauté humaine réfutent en actes le nihilisme marchand d’un monde-machine qui s’obstine partout à traquer la vie.

x 15 22 608 p. Etre ouragans
Ecrits de la dissidence
T
Lapierre Georges essai 2015 23/05/15 9782915694796 L’Insomniaque Politique et société 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Soyons ouragans", clament les Indiens du Chiapas, du Guerrero et de l’Oaxaca d’un si proche et si lointain Mexique, et que les forces de la Terre-Mère se déchaînent ! Face aux dévastations inouïes que cause la prétendue civilisation, nous serons de toutes les tempêtes qui la renverront à son néant. Etre ouragans comprend trois livres qui interrogent : comment saisir notre présent, cette réalité fuyante, à la fois inédite et trop familière pour être connue ? L’auteur a cherché à contourner cette familiarité, en prenant le parti de la dissidence, pour proposer une mise en perspective légèrement décalée de notre époque.

Dans le premier livre, intitulé De la réalité et des représentations que nous en avons, l’auteur critique deux concepts propres à la représentation occidentale du monde et de l’être, celui de nature et celui d’individu.

Le deuxième livre comprend Six thèses pour une brève histoire du capitalisme des origines à nos jours : ou comment les marchands de l’Occident chrétien ont réussi à s’émanciper de la tutelle des États théocratiques pour imposer un point de vue unique et pauvre sur le monde et l’être humain - il s’agit là d’un discours sur l’apparence comme réalité.

Le troisième livre, L’expérience mexicaine, se présente comme une chronique des temps présents : il évoque la résistance au jour le jour que les peuples du Mexique opposent à l’avancée du monde marchand.

x 15 21 64 p. Une épiphanie à l’envers
janvier 2015 : la France éteint les Lumières
T
pamphlet 2015 09/10/15 9782915694864 L’Insomniaque Politique et société 6,00 € 6.00 sur commande ?
AA AA

Entre les 7 et 9 janvier 2015, les attaques contre Charlie Hebdo et le magasin Hyper Cacher font 20 morts et des millions d’hébétés. Ce qui domine, dans les jours et les semaines qui suivent, est la sidération, au sens propre du mot : « État d’anéantissement subit produit par certaines maladies, qui semblent frapper les organes avec la promptitude de l’éclair ou de la foudre. » Pareille sidération, amplifiée par le système médiatique et s’emmêlant à l’émotion qui s’est emparée du pays, mène à la plus grande confusion : il faut s’efforcer d’examiner ce qui s’est passé et dit avec circonspection. Et si bien des effets, de prime abord exceptionnels, se sont dégonflés aussi vite qu’ils ont surgi, ils ont pu focaliser et détourner l’attention de mesures graves, établies pour durer, telles que des lois liberticides qui donnent à la police toute latitude pour espionner toute la population.

C’est en ce sens que l’on pourrait parler d’un « 11 septembre français » — à cela près que la France a déjà vécu les répercussions de la destruction des Twin Towers par une poignée d’illuminés décidés au « martyre ». Dans l’Hexagone, les conséquences de cet attentat cathartique ont alors été beaucoup moins extrêmes qu’aux États-Unis en matière de militarisation et de surveillance de la société — certes, mais la France rattrape rapidement ce « retard », en dépit des déclarations rassurantes de nos dirigeants sur « nos valeurs » et « notre solide démocratie ».

Cette compilation de réactions — exagérées voire aberrantes, mais révélatrices, ou tout bonnement grotesque — qui sont apparues dans la presse ou sur Internet les « jours d’après » participera, nous l’espérons, à mettre au jour des vessies qu’on tente de faire passer pour des lanternes, dans ce pays volontiers cartésien et voltairien qui, face aux obscurantismes, a éteint les Lumières.

x 13 20 109 p. Putain d’usine
le livre + le film
T
Levaray Jean-Pierre et Ricordeau Rémy témoignage travail 2008 31/12/07 9782908744453 L’Insomniaque Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 15,00 € 15.00 épuisé
AA AA

Cette édition du livre-témoignage de Jean-Pierre Levaray sur le quotidien des ouvriers d’une gigantesque usine chimique s’accompagne d’un DVD du documentaire du même nom qu’en a tiré Rémy Ricordeau - ainsi que d’un bref recueil de citations intitulé Le réveil sonne : première humiliation de la journée.

Le film permet de dépasser l’expérience de l’auteur du livre, en la confrontant à d’autres histoires personnelles, en donnant la parole aux prolos. À rebours de l’idée reçue d’une classe ouvrière adhérant à son travail, attachée à son entreprise et soucieuse de défendre son emploi, des travailleurs évoquent la lassitude et le désir de fuir la condition oppressante du salarié. Tiraillés entre la contrainte de trimer pour subvenir à leurs besoins et le dégoût de la " sale gueule du travail ", ils exposent tout au long du film les contradictions d’un prolétariat devenu presque invisible sur les écrans du monde.

A l’intolérable répond parfois la colère. Le temps d’une grève, la dignité acquiert une dimension commune, partageable : " C’est jouissif de voir une usine s’arrêter, les chefs qui courent dans tous les coins. Là, tu te prends en main, tu te bats pour ta situation, tu inverses les rapports de force. Dans ces moments-là, le temps prend une consistance qui fait que tu te sens un peu plus maître de ton destin.

x 14 22 352 p. Insaisissable
Les Aventures de B. Traven
T
Recknagel Rolf biographie anarchisme 2008 17/12/08 9782915694369 L’Insomniaque Littérature 18,30 € 18.30 épuisé
AA AA

Elle est l’aboutissement des longs travaux de Rolf Recknagel qui prouva dès les années soixante que le mystérieux B. Traven (1882 ?- 1969) – vagabond et conteur établi au Mexique dans les années 1920, qui prétendait à l’anonymat complet – n’était autre que l’agitateur allemand Ret Marut.

Ce pamphlétaire brava la censure militaire pendant le premier conflit mondial et joua un rôle actif dans l’éphémère République des Conseils de Bavière en 1919.

Jusqu’à sa mort en 2006, Recknagel ne cessa d’affiner le portrait de ce grand défenseur des pauvres et chantre de la subjectivité – immensément populaire en Allemagne et au Mexique, et dont les œuvres ont été traduites dans des dizaines de langues (dont une douzaine de titres en français).

On verra à la lecture de cette biographie à la fois rigoureuse et passionnée qu’on peut dire de Traven, à l’instar d’un Lord Byron ou d’un Jack London, que sa vie aventureuse fut encore plus romanesque que ses écrits.