Livres de l'éditeur Dilettante - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :

Dilettante »» 


8 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 20,5 640 p. La consolante T Gavalda Anna 2008 29/02/08 9782842631529 Dilettante »» Littérature 24,50 € 24.50 sur commande ?
AA AA

Résumé

Pendant presque trois ans (mille quatre-vingt-quinze jours), j’ai vécu dans la tête, et le corps, d’un homme qui s’appelle Charles. Charles Balanda. (Parce que le matin où je me suis dit « Allez... J’y vais. Je commence aujourd’hui », nous étions en août 2006 et qu’avant de monter dans ma soupente, j’avais (pour gagner du temps !) feuilleté le journal. On y faisait part du décès d’un homme qui portait ce nom et j’aimais cette idée, de contrarier un peu les Parques... (À ce moment-là, j’ignorais tout de ce Charles (ce qui m’amuse dans l’écriture, c’est de me lire évidemment) et ne savais pas qu’il aurait une peur panique des chevaux, (j’étais loin d’imaginer qu’il en croiserait...), or il se trouve que Balanda (cela je le savais, Galoubet etc.) est un nom célèbre dans le milieu hippique. Bah... Nobody’s perfect...) (Beaucoup de parenthèses et un(e) prière d’insérer qui part déjà dans tous les sens, tant pis pour l’éditeur...))
Au début de l’histoire, ce Charles, mon Charles, 47 ans, apprend la mort de la mère d’un de ses amis d’enfance et perd complètement les péd... les étriers. Comme c’est un garçon cartésien (architecte et ingénieur), il prend sur lui et fait de grands efforts pour se remettre en selle. En vain.
Bien des chapitres plus tard, sa sœur, inquiète, lui demandera :
- Hé… Tu ne serais pas en train de nous préparer une petite crise de la cinquantaine, toi ?
La midlife crisis, comme ils disent…
- Tu crois ?
- Mais ça m’en a tout l’air…
- Quelle horreur. J’aurais aimé être plus original… Je crois que je me déçois un peu, réussit-il à plaisanter.
Non, Charles, je vous rassure. Ce n’est pas ça. Enfin, ce n’est pas ce que j’ai voulu... Je n’aurai pas le culot d’affirmer que vous êtes, que nous sommes tous les deux, « plus originaux », mais la crise de la cinquantaine n’était pas du tout mon propos.
Ce que je voulais, c’était vous choper un matin à la descente d’un avion, vous tabasser, vous rouer de coups jusqu’à ce que vous soyez à terre, et vous le serez, souvenez-vous, sur le boulevard de Port-Royal, à terre et couvert de sang, pour ensuite vous aider à vous relever en vous tendant... d’autres rênes...
Voilà qui n’est pas tellement plus original, je le concède, mais ce qui « bouge encore » à l’heure de ma prière, ce sont les deux femmes qui encadrent votre chute.
Celle qui vous a désarçonné, qui s’appelle Anouk, qui était très gaie, mais qui donne à ce texte un petit goût triste et amer.
Et l’autre, her name is Kate, qui va vous aider à virer les éperons, et qui –en nous racontant des choses affreuses, en nous prenant à la gorge le temps de sa confession– changera la lumière.
La lumière, le ton, l’écriture, et même la typographie de cette histoire. Tout devient plus léger, plus souple, plus... incliné.
Donc vous voyez, c’est vous qui m’avez obsédée, mais ce n’est pas vous le héros.
Ce sont elles. Vous étiez là pour les servir. Et si nous les avons tant aimées, vous et moi, c’est parce qu’elles sont, chacune à leur manière, absolues, absolument généreuses.
Encore des bons sentiments, on va dire...
Oui. Pardon. À défaut de faire de la bonne littérature, les gens généreux font de beaux personnages. Je dis pardon mais n’en pense rien. À la page 478, Kate m’a déjà graciée : « ... il ne faut pas croire à la bonté des gens généreux. En réalité ce sont les plus égoïstes... »
Et puis il y a les enfants aussi...
Je voulais un livre avec des enfants qui soient vivants à l’intérieur.
Et là, ce mercredi 6 février 2008, à l’heure où je m’insère comme je peux en comptant mes abattis, je me souviens qu’ils y sont, ces enfants, et, rien que pour eux, je suis bien heureuse de l’avoir écrit...
Deux femmes, un homme qui va boitillant de l’une à l’autre et plein de gamins tout autour.

Voilà pour La Consolante.

A.G.

x 12 18 128 p. Vue sur la mère T Almendros Julien roman famille, enfance, mère 2008 11/09/08 9782842631581 Dilettante »» Littérature -poches 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA
On connaît l’enfance « vipère au poing » ; on la connaît moins « couleuvre au cou ». C’est en effet la situation du récitant, qui nous vient au monde strangulé par son cordon ombilical : image d’une dépendance et d’une appropriation maternelle reptilienne avec laquelle il va bien falloir ruser. Toute mère est unique, mais l’espèce recèle des variations infinies : oublieuse, farceuse, voleuse, frondeuse ou, comme dans le cas présent, celui de Julien Almendros, dévoreuse. C’est en effet dans un espace aérien redoutablement surveillé qu’évolue un narrateur toujours en vaine de trouées, d’escapades et d’échappatoires ; secondé par un père en majorité fragile et un frère en minorité relative. Reste le chien, enjeu de toutes les conquêtes. La mère : faire avec. Avec ses coups de gueule, de sang, de blues, de poing sur la table, sa manière de traquer les coups bus en douce et les clopes ou les joints grillés sous le manteau. Sa manière surtout d’assaillir les copines. Tant d’électricité accumulée, un jour forcément se résout en éclair : « Connasse ». C’est soudain, sec, spontané, mais ça touche. Cœur de cible. D’un petit mot, Julien, de sa mère, a fait une femme. Plus de mythe, une simple femme, à qui l’on n’a plus rien à dire. Rien. Que du calme, enfin.
x 12 18 320 p. La peur T Chevallier Gabriel témoignage guerre, peur, 14-18 2008 30/09/08 9782842631642 Dilettante »» Littérature -poches 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA

Gabriel Chevallier ! J’entends déjà les commentaires : Ah ! oui ! "Clochemerle", 1934, pimpante caleçonnade cantonale à base de cornards joviaux et de crus de pays. Succès mondial, un régal !

Certes, mon bon, mais c’est sauter une étape, moins affriolante : 1930, "la Peur". Enrôlé en 1914, revenu à l’air libre en 1919, seconde classe, Chevallier a lampé la Grande Guerre jusqu’à la dernière goutte de "vase sanglante" collée au fond du quart. Il en a tout vu, tout connu, tout subi. Au pied de la colonne "pertes", il a tiré ce trait : "La Peur" et donne sa conclusion : la peur décompose mieux que la mort. Pourrir de peur. Et pourtant, le contact des cadavres, Chevallier en a fait son quotidien : en tas, en piles, connus ou inconnus, pourris, en pièces, assis, enterrés. Mais ceux qui sont bien morts, "les épis mûrs et les blés moissonnés", vont leur destin : épaissir la glaise, gaver les vers. Ceux qui restent ont affaire à cette grande sœur étouffante : la trouille. Présente à chaque instant, durant la marche, en tranchée, en rêve, à la gamelle. La peur vous vide, vous berce à la folie. Tel le fringant médecin Charlet, siphonné par la terreur de monter au Front et qui végète dans un hôpital de l’arrière, vide - pot pour mutilés caustiques, rebaptisé "caca". Loin du feu, du sang ou de la boue, la guerre a une plus simple expression à laquelle tout se réduit : la peur. La peur, notre mère.

Existe maintenant en poche

x 10,1 18 164 p. L’Echappée belle T Gavalda Anna roman 2009 04/11/09 9782842631840 Dilettante »» Littérature -poches 10,00 € 10.00 5,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Simon, Garance et Lola, trois frères et soeurs devenus grands (vieux ?), s’enfuient d’un mariage de famille qui s’annonce particulièrement éprouvant pour aller rejoindre Vincent, le petit dernier, devenu guide saisonnier d’un château pendu au fin fond de la campagne tourangelle.

Oubliant pour quelques heures marmaille, conjoint, divorce, soucis et mondanités, ils vont s’offrir une dernière vraie belle journée d’enfance volée à leur vie d’adultes. Légère, tendre, drôle, L’Echappée balte, cinquième livre d’Ana Gavalda aux éditions Le Dilettante, est un hommage aux fratries heureuses, aux belles-soeurs pénibles, à Dario Moreno, aux petits vins de Loire et à la boulangerie Pidoune.

x 12 18 284 p. Enfantillages T Perret Jacques nouvelles enfance 2009 04/02/09 9782842631710 Dilettante »» Littérature 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
Des Jacques Perret, mon bon, les Lettres Françoises ( maison de confiance fondée au IXe siècle ) en exposent deux en vitrine : Jacques II, latiniste sorbonicole et inventeur de l’ordinateur ( entendez le mot ) et Jacques Ier, le très nôtre ( 1901-1992 ), auquel le Dilettante prête ces quelques "enfantillages" hirsutes et hautement rafraîchissants. Un Jacques Ier qu’on ne parvient pas à faire asseoir et qui n’a guère le goût du cadre et le sens de l’alignement : à peine s’habitue-t-on à son falzar bouffant de tirailleur algérien qu’il faut apprécier ses godillots de chercheur d’or ; tout juste s’est -on fait aux semelles de crèpe du reporter tout-terrain (Suède, Honduras, Liban, etc) qu’il faut subir sa capote de prisonnier de guerre et son moment maquisard. Il aimait le vin de pays et l’indien guyanais, le bateau très à voile et l’Algérie bien française. Il est donc normal que cet inguérissable grand môme monarchiste soit pris à gaminer un peu. Ouvrent le bal "Les Mystères de la chambre rouge", une apologie douillette et épiquement rêveuse du département de l’Ain où siègeait la maison de famille recélant ladite chambre. À ce pourpre paradis succède en fanfare un mince traité de vélologie et protocole d’anatomie bicyclétique : la bête à deux roues nous est saisie en plein vol et scrutée de la naissance à la mort. Vient l’instant légendaire avec un "pique - nique" familial qui voit le jeune Émile Cuisset, de la race des dénicheurs de nids et des dégommeurs de vitres, assigné à résidence pour trouble pétaradant de la messe dominicale : il rentrera en grâce en rapatriant le clan familial entier assailli par la foudre et harcelé par un sanglier à bord d’une voiture de parade. S’ajoutent à cela une plongée dans les profondeurs odorantes du cartable scolaire et les abysses de l’encrier d’émail blanc , une leçon de calcul enchantée et les mésaventures d’une tirelire - grenouille. Voilà, sonnez, fin de récré ! Mais où est donc Perret ?
x 14 20,5 287 p. 33 leçons de philosophie par et pour les mauvais garçons T Guyard Alain essai philosophie 2013 02/05/13 9782842637736 Dilettante »» Politique et société -philosophie 20,00 € 20.00 sur commande ?
AA AA
33 leçons de philo où les philosophes sont révélés sous leur vrai jour : des mauvais garçons, en butte à l’autorité religieuse, politique de leur temps, en bagarre constante contre la bêtise, parfois en fricotant furieusement avec les limites de la légalité. 33 cours théoriques pour dépoussiérer la philosophie suivis d’exercices pratiques et métaphysiques cocasses, surprenants et/ou cochonesques. 33 leçons pour rendre à la philosophie, aujourd’hui si populaire mais si inoffensive son maquis et sa bonne odeur de poudre, de fer chauffé à blanc, et de vin rouge.
x 12 18 172 p. Que pourrais-je vous donner de plus grand que mon gouffre ?
Suivi de Solstices terrassés, Mémoire seconde et Translucide
T
Valet Paul poésie 2020 08/01/20 9791030800098 Dilettante »» Littérature -poésie 17,00 € 17 sur commande ?
AA AA
"Le pseudonyme Valet : je l’ai choisi pour ce qu’il signifie, je ne suis pas libre d’écrire ce que j’écris : la pensée va au-delà de la parole et, pour exprimer ma pensée, il faut que je la soumette aux lois de la parole. Je suis donc le valet de la parole, la valet de la poésie."
Paul Valet, entretien avec Madeleine Chapsal, L’Express, 15 août 1963.
x 14 20,5 256 p. 22 leçons de philosophie par et pour les mauvaises filles,
les goudous, les travelos, les couires, les petits pédés et les grandes folles
T
Guyard Alain essai féminisme, philosophie 4 novembre 2020 04/11/20 9791030800241 Dilettante »» Politique et société -femmes 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Depuis Platon, la philosophie est une affaire de mecs en mal de muscles, et pour lesquels le concept est un substitut au zguègue. Par bonheur, l’histoire de cette discipline est truffée de gonzesses qui n’eurent pas froid aux yeux et montèrent à l’assaut de l’Olympe phallocratique de la pensée. De furieuses gisquettes s’ingénièrent à débusquer la supercherie sexiste et à voler l’héritage aux hommes, d’autres s’appliquèrent joyeusement à le démolir.

D’autres encore se mirent à philosopher par-delà femme et mâle, dans un pétaradant carambolage de concepts transgenres. C’est de tous ces phénomènes oubliés qu’on va causer, en dressant les portraits de ces mauvaises filles, goudous, travelos, couires, petits pédés et grandes folles qui s’amusèrent au chamboul’-tout, bousculant la respectabilité de la vieille dame Philosophie pour la convertir en meneuse de revue d’un cabaret conceptuel d’un nouveau genre.