Livres de l'éditeur du Sandre - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

du Sandre


5 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 13,5 21 288 p. Les Dieux antiques T Mallarmé Stéphane 2004 01/01/04 9782914958035 du Sandre Littérature 26,00 € 26.00 en cours de réimpression
AA AA

Les poètes ne font autre chose qu’attribuer la vie à ce qu’ils voient et à ce qu’ils entendent autour d’eux. Qu’importe l’image elle-même ? Tout au moins elle revêt, dans l’étude des mythes du passé, un charme historique qui est à la fois curieux et touchant. Qu’est le Soleil ? Un fiancé qui sort de sa chambre ou un héros qui se réjouit de parcourir sa route.
Stéphane Mallarmé

Manuel de mythologie pour gens du monde, Les Dieux Antiques visent tout autant à rencontrer dans les mythes ces rythmes, mots, phrases origines - premières paroles poétiques du monde. Histoires fabuleuses, tissages d’énoncés, elles disent aussi une histoire du langage et ouvrent en creux à son pouvoir de création et d’anéantissement.

Préface de Gwenn Froger.

x 13,5 21,5 50 p. Marxisme contre dictature
Centralisme et démocratie, Masse et chef, Liberté de la critique et de la science
T
Luxemburg Rosa essai 2007 19/11/07 9782914958752 du Sandre Bibliothèque rouge Politique et société 11,00 € 11.00 actuellement indisponible
AA AA
Cette brève série d’essais traite des rapports, tels que les conçoit Rosa Luxembourg (1870-1919), entre la théorie marxiste et l’organisation politique concrète de la cité. Il s’agit pour elle avant tout de mettre en garde ses lecteurs contre le péril qu’elle discerne dès 1904 : l’ultracentralisme dictatorial.
x 31,5 44,5 34 p. Le Naturien T Collectif anthologie écologie 2018 01/03/18 9782358211123 du Sandre Politique et société 25,00 € 25.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Fac-similé de la collection complète du journal (1898), suivi de celui du numéro unique de « L’Ordre naturel »

Si l’écologie est devenue la préoccupation omniprésente que l’on sait, son histoire nous est relativement mal connue. Cette dernière est pourtant nécessaire à qui veut ne pas être trop naïf face à une notion faisant l’objet de tant de manipulations. Ce que mettra en lumière cette publication du rarissime journal

Le Naturien et de nombreux documents relatifs à l’histoire du mouvement naturien qui viennent l’enrichir, c’est un mouvement écologiste né dans la mouvance anarchiste fin-de-siècle qui se refuse à concevoir l’environnement comme un domaine isolé de la vie alors qu’il est indissociable d’aversions (anti-industrialisme, critique du salariat, du consumérisme) et d’aspirations (à la solidarité concrète, au temps libre, à la contemplation de la nature...) humaines et politiques.

Le Naturien est rédigé par plusieurs plumes qui participent du bouillonnement anarchiste de la fin du XIXe. On y croise Henri Zisly, sorte de Thoreau français, Émile Gravelle, réfractaire absolu pour qui la civilisation est une dégénérescence, des vagabonds sublimes tel Albert Libertad, des « pré-hippies » ayant fui leur destin ouvrier pour la vie communautaire – les fameux milieux libres –, des illégalistes, des amour- libristes ou des aristocrates en rupture de ban à l’image d’un Zo d’Axa.

x 13,5 21,5 56 p. Le Militantisme, stade suprême de l’aliénation T Guillon Claude essai politique, militantisme 2010 15/04/10 9782358210416 du Sandre Politique et société 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA
Si la critique et la condamnation du militantisme est une tâche indispensable pour la théorie révolutionnaire, elle ne peut être faite que du " point de vue " de la révolution. Les idéologues bourgeois peuvent traiter les militants de voyous dangereux, d’idéalistes manipulés, leur conseiller d’occuper leur temps à travailler ou à le passer au Club-Méditerranée ; ils ne peuvent pas s’attaquer au militantisme en profondeur car cela revient à mettre en lumière la misère de toutes les activités que permet la société moderne. Nous ne cachons pas notre parti pris, notre critique ne sera pas " objective et valable de tous les points de vue ".
Le Militantisme, stade suprême de l’aliénation (1972)
x 15,5 24 678 p. Comme un chat
Souvenirs turbulents d’un anarchiste, faussaire à ses heures, vers la fin du vingtième siècle
T
Cuadrado Floréal autobiographie 2015 16/05/15 9782358211055 du Sandre Éditions du Sandre Littérature 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA

«  Ce que je dis de moi ici n’a d’autre but que de montrer comment nous sommes passés du romantisme de la révolution radicale aux chimères de l’action “révolutionnaire” illégale sans poursuivre véritablement de but révolutionnaire ; comment nous sommes devenus, en quelque sorte, des politiciens de l’illégalisme… J’ai voulu dresser un portrait, qui se voudrait lucide et sans complaisance, loin des illusions consolatrices, d’une génération trop disposée à s’engager et preste à se reconvertir avec brio auprès de toutes les institutions de pouvoir.  »
F. C.

Fils aîné d’une famille d’anarchistes espagnols convaincus et déterminés, Floréal Cuadrado, né en 1946 au Poujol-sur-Orb, livre dans cet ouvrage ce que peu de militants ont raconté : son enfance, son éducation, ses premières amours et cette volonté de devenir un « bon petit Français » ordinaire, loin d’un trop encombrant héritage politique. L’usine et la rencontre de syndicalistes vont très tôt faire de lui un révolté, sinon un révolutionnaire. Le voici sur les sentiers étranges, souvent tragi-comiques, d’un idéal prônant l’action, échafaudant de façon parfois saugrenue un réseau d’activistes qui veulent en découdre violemment avec l’« État policier ». Floréal Cuadrado explore la diversité du milieu libertaire, celui de l’écologie radicale et de l’extrême gauche parisienne. Il y côtoie des figures marquantes, dont il brosse le portrait pas toujours amène.
Les derniers sursauts de la dictature franquiste l’entraînent dans le combat des Groupes d’action révolutionnaire internationalistes (GARI). Il participe à de nombreuses actions rocambolesques  : l’enlèvement du banquier Suarez ou la tentative d’enlèvement de Michel Hidalgo… Entré en clandestinité, il devient faussaire et se prend de passion pour ce métier. Il travaille alors avec prudence et méticulosité pour le mouvement libertaire : faux papiers, faux chèques, détournements de journaux…
Après quelques chamailleries épiques, vient le temps des arrestations et des interrogatoires, la Cour de sûreté de l’État et la prison. Il lui faudra ensuite goûter au pain de l’exil. Il sera accueilli au Venezuela par l’ancien chef de l’une des guérillas du pays. Ce sera une forme de pause. Elle lui permettra, entre autres choses, de réfléchir à ses démêlés judiciaires et de préparer sa défense lors du procès du hold-up de Condé-sur-l’Escault.
Comme un chat, Floréal Cuadrado est souvent retombé sur ses pattes. Selon lui, l’unique sauf-conduit qui lui a permis de surnager dans ce siècle où « il est minuit depuis toujours » est l’éthique rigoureuse et exigeante que lui ont transmise – par l’exemple – ses parents et amis anarchistes espagnols.

Document de premier ordre, ces «   souvenirs turbulents  » se lisent comme un roman d’aventures.