Politique et société-école - Librairie Plume(s)

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -école | Pratique

148 documents du sous-rayon : Politique et société-école



148 articles
148 pour ces critères tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 15 21 540 p. L’école de la simplexité T Collot Bernard B essai pédagogie 9782954094304 TheBookEdition Politique et société -école 25,19 € 25.19 sur commande ?
AA AA

Depuis longtemps les pédagogies nouvelles ont démontré leur efficience quant à la construction des apprentissages. Bernard COLLOT a poussé leur logique à l’extrême dans sa classe unique, une école sans programmes, sans évaluation, sans leçons, sans cahiers, sans horaires, ouverte en permanence. Il l’a appelé « Une école du 3ème type » dans un premier ouvrage (éd. L’Harmattan).

Mais pourquoi, lorsque toutes les références habituelles disparaissent ainsi, « cela marche » ?

Bernard COLLOT décortique les fondements sur lesquels peut se construire une autre école en s’appuyant sur la systémique et sur une conception bien particulière des langages.

Le puzzle qu’il nous convie à reconstruire conduit dans un autre paradigme.

x 16 24 Les utopiques
numéros 2, 3, 4, 5
T
magazine Les Utopiques Politique et société -école 5,00 € 5.00 2,50 € présent à Plume(s)
AA AA

Sommaire du n° 5

- Édito
- Éclairer la politique antisociale du FN, pour mieux combattre l’extrême-droite
- Dossier « unité syndicale »
- Le sexe du cerveau : au-delà des préjugés
- La violence structurelle du travail et la violence contre l’autogestion des travailleurs
- Uber pour les enfants de prolos, les grandes écoles pour les mômes de la bourgeoisie
- L’interprofessionnelle à proximité : de l’histoire de la construction des unions interprofessionnelles locales (UIL) dans le Pas-de-Calais
- L’interprofessionnelle à proximité : développement et place des unions locales dans solidaires à partir de l’exemple de Saint-Denis
- Recourir aux tribunaux pour s’attaquer aux syndicats, c’est critiquable. utiliser n’importe quel argument, c’est dangereux !
- L’armée française en Afrique
- Sommaires des numéros 1, 2, 3 des cahiers Les utopiques et abonnement

x 15 21 52 p. Parents d’élèves, éveillez-vous ! T Collot Bernard B école, parents 9791092275001 TheBookEdition Politique et société -école 9,81 € 9.81 sur commande ?
AA AA

Il est paradoxal que les parents, les premiers intéressés par la réussite de l’école, aient toujours été son problème ainsi que celui de ses enseignants.

L’auteur de cet ouvrage le sait très bien : il a d’abord été instituteur pendant toute une carrière et, avec les parents, il a transformé sa classe unique en ce qu’il a appelé une école du 3ème type. Puis, à la retraite, les circonstances ont voulu qu’il soit à nouveau parent d’élève, mais cette fois complètement de l’autre côté de la barrière.

Fort de cette double expérience, il a acquis la conviction que l’école ne pourra changer, malgré toutes les expériences novatrices qui se succèdent depuis un siècle, tant que les parents ne feront pas, de leur côté, l’effort de franchir la barrière. Soit en l’acceptant quand des enseignants leur offrent cette possibilité, soit en la forçant.

Bernard Collot appelle à changer de comportement pour que l’école soit réellement refondée. Mais il en souligne aussi les difficultés.

Il n’appelle pas à la révolte mais à l’éveil.

x 13,5 22 189 p. Les héritiers
Les étudiants et la culture
T
Bourdieu Pierre B, Passeron Jean-Claude essai éducation 1994 01/07/94 9782707300812 Minuit Politique et société -école 13,50 € 13.50 sur commande ?
AA AA

Si l’école aime à proclamer sa fonction d’instrument démocratique de la mobilité sociale, elle a aussi pour fonction de légitimer - et donc, dans une certaine mesure, de perpétuer - les inégalités de chances devant la culture en transmuant par les critères de jugement qu’elle emploie, les privilèges socialement conditionnés en mérites ou en " dons " personnels.

A partir des statistiques qui mesurent l’inégalité des chances d’accès à l’enseignement supérieur selon l’origine sociale et le sexe et en s’appuyant sur l’étude empirique des attitudes des étudiants et des professeurs ainsi que sur l’analyse des règles -souvent non écrites - du jeu universitaire, on peut mettre en évidence, par-delà l’influence des inégalités économiques, le rôle de l’héritage culturel, capital subtil fait de savoirs de savoir-faire et de savoir-dire, que les enfants des classes favorisées doivent à leur milieu familial et qui constitue un patrimoine d’autant plus rentable que professeurs et étudiants répugnent à le percevoir comme un produit social.

Collection : le sens commun

x 15 21 200 p. Une journée dans une classe coopérative
Le désir retrouvé
T
Laffitte René récit école, coopération 1998 30/06/98 9782905642400 Matrice Politique et société -école 22,00 € 22.00 manquant sans date
AA AA
Le livre de René LAFFITTE, paru en 1985, était épuisé. Le voici, actualisé. Les Editions Matrice ont en effet l’ambition de rééditer les " classiques de la pédagogie institutionnelle ". Ce livre en est l’un des plus clairs. Une journée, dans une classe coopérative " institutionnalisée ", pour mieux saisir comment enfants et groupes retrouvent le désir d’apprendre et de grandir ? Car la pédagogie, l’école, la classe, ne sont qu’une longue traque du désir. Avec ce livre, le maître, comme le souligne François TOSQUELLES, dans la postface, se révèle être un maître en sciences humaines. " Rien ne peut advenir sans désir. Les enfants, qui ont à dire, accèdent à la parole. Au pouvoir, aussi, quand l’institutionnalisation permanente leur permet d’agir sur leur vie d’écolier. Correspondance, journal, enquêtes : communiquer devient une nécessité. Le désir retrouvé, les écoliers apprennent. Pas aussi bien. Mieux. " C’est ce que Fernand OURY écrivait pour la première édition. Là est la clé. Autant dans le désir d’école de l’élève que dans le désir du maître de faire l’école. Mais le désir, ça ne se décrète pas. Ca se construit en commun. Les structures, les groupes, l’inconscient, " l’institutionnel " : les techniques Freinet " fomentent " du désir, ajoutait Fernand OURY. " Faire " du désir ? La société y trouve son compte. On grandit le sujet, mais responsable, on devient citoyen. L’école peut aujourd’hui aller jusque-là.
x 19,5 28 175 p. Apprendre à lire et à écrire à l’âge adulte
Méthode Naturelle de Lecture-Ecriture pour les apprenants illettrés débutants, Guide méthodologique et pratique
T
De Keyzer Danielle B guide apprentissage 1999 15/06/99 9782725619927 Retz »» Au Coeur De La Formation Politique et société -école 30,00 € 30.00 sur commande ?
AA AA

Cet ouvrage n’a pas son équivalent dans le panorama actuel des outils et méthodes pour l’apprentissage de la lecture-écriture chez les adultes en situation d’illettrisme. Il montre en effet comment la Méthode Naturelle de Lecture-Ecriture (MNLE), mise au point initialement pour les enfants de l’école primaire par des pédagogues du mouvement Freinet, a été transposée avec succès à l’apprentissage du lire-écrire par des adultes illettrés débutants. Livre-ressource, il présente, de manière claire et détaillée, la démarche et les outils mis en œuvre. Il a été conçu pour permettre à tout formateur de s’approprier la méthodologie et les techniques qui permettent d’enclencher une dynamique d’apprentissage ou de réapprentissage. Deux axes principaux font l’originalité de cette méthode :
- Des situations de production de textes courts à travers lesquels les adultes retrouvent la légitimité de leur parole. Ces textes deviennent ainsi des référents où les apprenants peuvent puiser les mots et les expressions dont ils ont besoin.
- Un travail sur le code mené en deux temps : traitement des unités plus facilement accessibles (analogies visuelles, syllabes traitées globalement, etc.) puis apprentissage des unités plus abstraites (correspondances graphèmes-phonèmes).

La démarche est expliquée pas à pas, à l’aide de nombreux exemples et avec la volonté constante de faire comprendre le cheminement cognitif des apprenants. Ce livre-ressource propose aussi les outils d’évaluation et de renforcement nécessaires à une intervention individualisée.

x 15 22 144 p. Prévenir l’échec scolaire
Apprendre pour de vrai
T
Hubert Bruno B, Chartrain Xavier B essai 2000 22/03/00 9782850083778 Chronique sociale Pédagogie formation Politique et société -école 13,40 € 13.40 sur commande ?
AA AA
Comment apprendre dix pages de géographie ? Comment préparer le contrôle de maths ? Comment mémoriser le vocabulaire d’anglais, le lexique d’histoire ? Comment sortir des exemples particuliers pour construire les concepts ? Comment réinvestir des notions abordées dans les séances précédentes ? Comment distinguer l’essentiel de l’accessoire ? Comment agir sur ses mauvaises notes ? C’est parce qu’un grand nombre d’élèves dont pas de réponses à ces questions qu’ils sont peu à peu mais inexorablement happés par la spirale de l’échec. Les auteurs de ce livre n’acceptent pas cet échec car ils pensent qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que ces élèves réussissent. Cela passe, pour les enseignants comme pour les élèves, par une autre représentation des apprentissages, un autre rapport au savoir. Cet ouvrage propose six axes de travail, six directions pour aider enseignants et élèves à adopter une autre posture, à accepter d’apprendre, de toujours apprendre. Écrit par des praticiens, ce livre s’adresse aux enseignants et à tous ceux que l’école questionne. De nombreux schémas et séquences provenant des pratiques des auteurs (comme professeurs et formateurs) illustrent la réflexion. L’ouvrage dessine une professionnalité de l’enseignant de la maternelle au lycée.
x 13,5 21,5 254 p. La littérature à la portée des enfants
enjeux des ateliers d’écriture des l’école primaire
T
Desvignes Marie-Josée B essai école, écriture 2000 01/06/00 9782738491350 L’Harmattan Politique et société -école 20,85 € 20.85 sur commande ?
AA AA
L’auteur tente, ici, de donner une définition " pédagogique " de l’atelier d’écriture, tel qu’il est conçu dans le cadre d’une activité pour la promotion de la lecture et d’une meilleure maîtrise de la langue en milieu scolaire. Il ne s’agit pas de faire de chaque " écrivant " un écrivain. Il s’agit d’apporter très tôt une culture des textes par l’écriture, pour amener les enfants à la lecture.
x 13,5 21,5 232 p. Les jeunes en rupture scolaire
du processus de confrontation à celui de remédiation
T
Tanon Fabienne guide 2001 12/01/01 9782747500579 L’Harmattan Politique et société -école 23,00 € 23.00 sur commande ?
AA AA

Parmi les difficultés que rencontre le système éducatif et qui interrogent la société actuelle se trouve le phénomène du " décrochage " scolaire, autrement dit le départ prématuré d’élèves qui sortent du système éducatif sans en avoir atteint le terme et qui se retrouvent dans la société " des adultes " sans aucun diplôme pour assurer leur insertion professionnelle. Ce livre est issu d’une université d’été qui s’est tenue en 1998 à l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay/St-Cloud, intitulée : " Comment repenser l’école à partir de la parole des décrocheurs ". A travers leurs interrogations et remises en cause de l’école, les " décrocheurs " nous amènent, nous les acteurs du système éducatif, à repenser notre action, à revenir sur nous-mêmes, sur nos représentations, nos motivations profondes lorsque nous nous sommes engagés dans la voie de l’enseignement. Ces mêmes décrocheurs nous obligent également à questionner le rapport de l’éduqué face au monde environnant à travers le modèle éducatif que nous lui proposons, à savoir la place du sujet dans l’acte éducatif et dans la construction sociale concomitante. Trois thèmes de réflexion se sont construits au fil des discussions, nombreuses et passionnées :
- Le décrochage scolaire est un phénomène complexe qui met en jeu un faisceau de causes et qui demande, de ce fait, une diversité de réponses et de solutions possibles.
- Le décrochage est un phénomène qui dépasse le cadre purement scolaire et pour le prévenir ou y remédier cela nécessite des équipes et un travail en partenariat, à l’interne dans l’institution et à l’externe avec le quartier, les familles, les associations.
- La reconnaissance pleine et entière d’un référent choisi par l’élève en difficulté comme partenaire, voire interlocuteur spécifique, pouvant intervenir dans les réunions et aider dans les prises de décision a représenté une autre idée forte.

Articulé en trois parties, ce livre cherche à mêler discours de chercheurs et témoignages d’acteurs scolaires ou extra-scolaires peu habitués à écrire dans des ouvrages académiques. Aussi leurs contributions sont des éclairages indispensables pour saisir les dynamiques en jeu, sur place et au quotidien, intervenant dans le phénomène de la rupture scolaire.

x 14 21,5 168 p. Les jeunes et le savoir. - Perspectives internationales T Charlot Bernard B essai éducation 2001 01/02/01 9782717841923 Economica Anthropos Education Politique et société -école 14,00 € 14.00 sur commande ?
AA AA
La mondialisation du savoir est à l’ordre du jour. Mais on en parle surtout en termes de nouvelles technologies et l’on s’est peu intéressé aux jeunes eux-mêmes. Pour des jeunes de pays et de cultures différents, qu’est-ce qu’il est important d’apprendre, quelles sont les relations entre le savoir et la vie ? Bernard Charlot a posé cette question à des équipes de recherche de quatre pays, culturellement contrastés : la France, le Brésil, la République tchèque et la Tunisie. Ces équipes se sont saisies de cette question dans toute son ampleur. A un pôle, la question anthropologique : apprendre c’est entrer dans un monde humain et, en milieu populaire, survivre dans un monde difficile. A l’autre pôle, la question didactique : apprendre c’est être confronté à des objets de savoir précis. Tous les jeunes, quelle que soit leur culture, doivent mettre ces deux pôles en relation pour que le savoir fasse sens et pour que l’école ne s’oppose pas à " la vie ".
x 11 18 259 p. La machine-école T Meirieu Philippe B, Le Bars Stéphanie essai école 2001 04/09/01 9782070420490 Gallimard »» Folio actuel Politique et société -école 9,20 € 9.20 sur commande ?
AA AA
La machine-école : qui se soucie vraiment, dans les débats sur l’école, de la réalité de l’Education nationale, de cette machine qui avance, mais broie, fabrique, mais rejette, relève de réglages délicats entre les politiques, les enseignants, les parents, voire les élèves ? L’ouvrage de Philippe Meirieu - qui répond aux questions de Stéphanie Le Bars, journaliste au Monde - n’est pas un livre de plus sur l’école, mais une coupe anatomique du système de l’Education nationale. Il n’est pas question ici de la seule réaffirmation de grands principes, mais de leur application de plus en plus difficile dans le cambouis quotidien d’une machine prisonnière des corporatismes enseignants, du consumérisme des parents, de la volonté, sans lendemain ni suivi, des ministres de laisser leur nom à des réformes dont ils ne verront pas les suites ni n’assumeront les échecs éventuels. Philippe Meirieu, longtemps tenu par la presse pour le conseiller occulte de Claude Allègre, est aujourd’hui chargé par Jack Lang de réfléchir à la réforme des Instituts universitaires de formation des maîtres ; il fut la cible de virulentes campagnes de presse ad hominem de la part de publicistes ou d’intellectuels brandissant haut les principes de la République. Il explique ici comment ne pas laisser, sous couvert des grands principes, les inégalités - sociales, économiques, culturelle - créer une école à deux vitesses.
x 16,5 23 121 p. École libérale, École inégale T Careil Yves éducation 2002 02/07/02 9782913165991 Syllepse Nouveaux regards Politique et société -école 7,00 € 7 1,40 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

L’objectif de ce livre est de fournir des éclairages et des points de repères :

- sur le changement scolaire en cours et ses enjeux sociaux (fort peu interrogés en l’état actuel des choses) ;

- sur la « crise de sens » que connaît l’école publique et laïque aujourd’hui « massifiée » , mais également cernée par le marché qui s’y infiltre de multiples manières ;

- sur la façon dont se perpétuent désormais les inégalités scolaires, à savoir par l’intégration progressive des inégalités sociales sous toutes leurs formes dans le système éducatif lui-même ;

Le changement scolaire ne peut être compris indépendamment du changement social ; d’où l’approche socio-historique du début de l’ouvrage. L’analyse se fait ensuite plus précise sur le désengagement de l’Etat durant ces dernières décennies et sur ses conséquences : régulations nationales qui ne peuvent plus s’opérer et qui expliquent pour bonne part la diversification croissante de l’offre d’éducation par les établissements ; métier devenu « impossible « pour les enseignants exerçant en « banlieue » ; jeu « libéré » des acteurs sociaux au niveau local, avec comme principale traduction la montée en puissance des « parents d’élèves professionnels » ... L’accent est mis sur les conditions d’accès à cette « professionnalisation parentale » , sur ses deux volets (quête effrénée de la « bonne « filière, du « bon » établissement, de la « bonne « classe / pédagogisation » toujours plus forte de la vie quotidienne), et sur ce qu’elle signifie pour les autres en termes de « couverture tirée à soi ». La compréhension des nouveaux processus ségrégatifs aujourd’hui à l’oeuvre dans le système éducatif oblige certes à s’intéresser de très près aux coulisses de l’univers scolaire : les pratiques consuméristes sont examinées à la loupe (malgré la loi du silence qui les entoure habituellement). Mais cette compréhension oblige aussi à prendre pleinement en compte la manière dont s’articulent désormais dynamiques scolaires et dynamiques urbaines : ce livre analyse de manière approfondie le cercle vicieux du jeu des renforcements mutuels entre ségrégation urbaine et ségrégation scolaire.

x 11 18 220 p. Une société sans école T Illich Ivan B essai pédagogie, école 2003 15/03/03 9782020055512 Points points essais Politique et société -école 7,10 € 7.10 remplacé >>(2015)
AA AA

L’école obligatoire, la scolarité prolongée, la course aux diplômes, autant de faux progrès qui consistent à produire des élèves dociles, prêts à consommer des programmes tout à fait préparés par les " autorités " et à obéir aux institutions. A cela il faut substituer des échanges entre " égaux " et une véritable éducation qui prépare à la vie dans la vie, qui donne le goût d’inventer et d’expérimenter.

L’auteur de Libérer l’avenir poursuit ici sa recherche, pour les nations riches ou pauvres, d’un autre mode de vie : or l’école est le principal lieu d’une rupture avec le conformisme.

x 14,5 18,5 128 p. Une autre école est possible T Joshua Samuel B 2003 22/08/03 9782845970861 Textuel Politique et société -école 16,30 € 16.30 8,15 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Face aux contre-réformes dans le secteur éducatif par les gouvernements successifs, le doute s’est emparé de nombreux enseignants, parents et élèves. Face à l’épuisement manifeste du pacte scolaire républicain, et alors que les paradigmes éducatifs traditionnels sont en crise, le besoin de refonder une pensée éducative de gauche à la mesure de ces enjeux devient pressant. -Le présent manifeste entend y contribuer. Il analyse d’abord la dynamique profonde des attaques portées contre l’école et il propose des orientations adaptées aux conditions contemporaines. -Alors que les politiques libérales nous éloignent toujours plus -de ces principes, une gauche digne de ce nom devrait répondre -aux questions décisives d’une politique éducative : quelle école, -pour enseigner quoi, à qui, comment ?
x 12,5 19 476 p. Libres enfants de Summerhill T S.Neill Alexander B récit éducation 2004 29/02/04 9782707142160 la Découverte Politique et société -école 16,00 € 16.00 sur commande ?
AA AA

« Summerhill, c’est l’aventure d’une école autogérée fondée en 1921 dans la région de Londres. Son fondateur, le psychanalyste A. S. Neill, a mis les découvertes psychanalytiques au service de l’éducation. Il s’est dressé contre l’école traditionnelle soucieuse d’instruire mais non pas d’éduquer. Il s’est dressé contre les parents hantés par le critère du succès (l’argent). Il s’est insurgé contre un système social qui forme, dit-il, des individus “manipulés” et dociles, nécessaires à l’ensemble bureaucratique hautement hiérarchisé de notre ère industrielle. » Maud Mannoni. Libres enfants de Summerhill, publié aux Éditions François Maspero en 1970, dix ans après sa première publication à New York et dans le bouillonnement de l’après-Mai 68, est devenu en quelques années un best-seller et s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires. Depuis sa parution, l’expérience éducative originale décrite dans cet ouvrage a suscité de nombreux débats pédagogiques et a contribué à lancer la question des droits de l’enfant. L’école autogérée de Summerhill, malgré les controverses dont elle a pu et continue de faire l’objet, accueille toujours des pensionnaires.

Préface de Maud MANNONI
Traduit de l’anglais par Micheline LAGUILHOMIE

x 144 p. Corps et pédagogie
Accord perdu entre le corps et le savoir ?
T
Vanier Véronique essai éducation, pédagogie, corps 2004 01/07/04 9782909680606 Adapt Politique et société -école 14,00 € 14.00 sur commande ?
AA AA

Accord perdu entre le corps et le savoir ? Comment comprendre ce qui se joue dans les corps, qu’il s’agisse de ceux des enseignants ou de ceux des élèves, à travers l’acte pédagogique ?

Corps fatigués ou hyper-actifs, corps inertes ou violents : gérer ces vécus si différents rend nos métiers plus exigeants. On est réduit à un constat d’indigence du système éducatif français sur ces questions.

Adopter une bonne posture, savoir utiliser notre voix ou notre regard peut considérablement modifier la tenue d’une classe. Lire les difficultés des élèves à être bien dans leur corps, les aider à intervenir à l’oral ou dans tout autre acte d’apprentissage peut aussi s’avérer profitable.

Dans cet ouvrage les approches philosophique, psychanalytique ou sociologique permettent de comprendre quelle place le corps occupe par tradition dans notre système éducatif et comment une autre articulation pourrait être mise en place par un léger décentrage des différents acteurs.

Des témoignages d’enseignants, des entretiens avec des praticiens viennent humaniser la réflexion par l’apport de leurs expériences concrètes.

Ainsi le corps à corps pédagogique au lieu d’être vécu comme une confrontation peut devenir une piste d’expérimentation. Accepter que l’apprentissage, le rapport au savoir passe aussi par le corps, c’est rétablir l’usage des cinq sens dans l’éducation, c’est ouvrir un champ à la créativité, à l’autonomie. C’est permettre dans le cadre collectif nécessaire à toute institution l’émergence d’un sujet individuel.

x 12,5 19 350 p. L’École n’est pas une entreprise
le néo-libéralisme à l’assaut de l’enseignement public
T
Laval Christian B essai éducation 2004 31/07/04 9782707144027 la Découverte Politique et société -école 12,20 € 12.20 6,10 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
L’école est soumise à des pressions considérables pour qu’elle se conforme aux nouveaux commandements du néo-libéralisme auxquels toute institution doit se soumettre. Le système éducatif n’y échappe pas : dans ce nouveau modèle, il est menacé de se réduire à la formation du « capital humain » nécessaire aux entreprises. En s’appuyant sur une enquête approfondie, Christian Laval montre comment les « recommandations » des experts de l’OCDE, de la Banque mondiale, de l’OMC et de l’Union européenne ont été appliquées par les différents gouvernements français depuis les années 1980. Elles se sont traduites par une réorganisation managériale des établissements scolaires, mis en concurrence entre eux pour assurer la liberté de choix des « consommateurs d’école », par une « professionnalisation » toujours plus poussée des études, par une décentralisation qui n’a rien à voir avec la démocratie promise. Les enseignants sont sommés de participer activement à cette métamorphose de l’école publique, qui ouvre la voie à une marchandisation générale des savoirs et des apprentissages et à un renforcement des inégalités. Mais la réalisation intégrale de l’école néo-libérale n’a rien de fatal. Résistances sourdes, luttes collectives, prise de conscience des dangers de cette mutation imposée par la globalisation du capitalisme : les acteurs de l’école doivent désormais affronter un débat crucial qui engage aussi le modèle de civilisation que nous voulons.
x 13,5 19 4101 p. Coopérer pour apprendre
C’est à plusieurs qu’on apprend tout seul
T
Menahèze (le) François B pédagogie 2005 31/12/04 ICEM Politique et société -école 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

L’idée que l’enfant peut ne plus être seul face au savoir et au maître, mais qu’il s’inscrit dans un processus de construction avec d’autres a fait son chemin. La coopération est une étape essentielle de l’apprentissage.

Cet échange qui définit la coopération se joue à plusieurs niveaux : mise en commun des savoirs, organisation des groupes de travail qui fait que cette coopération prend sa pleine mesure éducative, échanges réflexifs entre les enfants permettant d’analyser le travail et les savoirs acquis.

Les mécanismes de la compréhension, comme le savoir lui-même, doivent être facilités : “Je t’aide à comprendre, tu m’aides à apprendre”. Apprendre est un acte individuel, à la condition de le replacer dans un contexte coopératif, de le penser dans une communauté d’apprenants qui s’épaulent, coopèrent, et construisent ensemble du sens.

Le document présent à travers le film montre un certain nombre de pratiques de classes de différents niveaux de l’école élémentaire. Elles n’ont pas valeur de modèle mais illustrent cette thématique qui est de donner à voir, de montrer que chaque enfant peut apprendre en coopérant, peut coopérer en apprenant. Ce film peut devenir un outil efficace d’information, de formation à un principe fondateur de la pédagogie Freinet.

x 14 20 221 p. La fabrique du crétin
 Ou la mort programmée de l’école
T
Brighelli Jean-Paul B essai école 2005 22/08/05 9782350130354 Gawsewitch (Jean-Claude) Politique et société -école 17,15 € 17.15 épuisé
AA AA

Nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu’on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d’années ce qui fut l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses " preuves " : l’école a cessé d’être le moteur d’un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent.

Dès lors, que faire ?

x 11 18 212 p. Qu’est-ce que l’école ? T Pena-Ruiz Henri essai éducation 2005 13/10/05 9782070318803 Gallimard »» Folio actuel Politique et société -école 6,60 € 6.60 sur commande ?
AA AA

Pourquoi exposer le sens de l’école et remonter aux principes fondateurs d’une telle institution ? À l’origine, il y a, bien au-delà du suffrage universel et du principe juridique de la souveraineté populaire, une certaine idée de l’homme-citoyen : il ne s’agit pas seulement de transmettre à tous les enfants les savoirs et les savoir-faire nécessaires à la production des biens requis pour vivre ; il faut aussi, en cultivant l’autonomie de jugement, faire de chaque citoyen le maître de ses pensées.

En raison de son exigence, cet idéal ne peut pas se réaliser aisément. Une société ne se met pas spontanément à distance d’elle-même, surtout lorsqu’elle est dominée par des puissances médiatiques, désireuses de " faire l’opinion ", et déchirée par un chômage structurel. Dans ce contexte, l’existence de l’institution scolaire n’est elle pas en péril ? Telle est la singularité du présent ouvrage : à la fois présentation raisonnée de l’idéal fondateur de l’école et mise à l’épreuve de cet idéal au regard d’une réalité qui en contrarie la réalisation, il donne des repères conceptuels propres à affranchir le jugement des malentendus polémiques.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |