Politique et société-école - Librairie Plume(s)

Quelques revues présentes à Plume(s) :
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -école | Pratique

148 documents du sous-rayon : Politique et société-école



148 articles
148 pour ces critères tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 20,5 117 p. L’elitisme républicain
L’école française à l’épreuve des comparaisons internationales
T
Baudelot Christian B, Establet Roger B essai éducation 2009 12/03/09 9782020993685 Seuil Politique et société -école 11,80 € 11.80 2,95 € présent à Plume(s)
AA AA

De quoi souffre l’Ecole en France ? D’abord et avant tout son élitisme : une culture du classement et de l’élimination précoce, doublée d’une grande tolérance aux inégalités et à leur reproduction.

Tel est l’enseignement qui ressort des comparaisons internationales développées dans ce livre. L’école française demeure au XIXe siècle otage des idées qui l’ont vu naître à la fin du XIXe siècle : distinguer une petite élite sans se soucier d’élever suffisamment le niveau des autres. Pour certains, peu nombreux, la méritocratie scolaire est une course aux meilleures positions ; pour d’autres, très nombreux, elle se traduit par une relégation rapide et désormais particulièrement coûteuse sur le marché du travail.

Au total, la France qui a longtemps cru disposer de la meilleure école du monde fait figure de mauvaise élève dans sa catégorie, celle des pays riches et développés.

x 15,5 22 202 p. Les nouvelles politiques éducatives
La France fait-elle les bons choix ?
T
Mons Nathalie B essai éducation 2007 27/11/07 9782130562030 PUF Politique et société -école 19,50 € 19.50 4,90 € présent à Plume(s)
AA AA

Les jours de l’école traditionnelle, née au XIXe siècle des mutations de l’Etat-nation, seraient-ils comptés ? Depuis deux décennies, dans la majorité des pays développés, des réformes scolaires d’envergure se sont multipliées sur le terreau propice de la dénonciation de la crise de l’école publique.

Elles ébranlent les fondations historiques des Etats-enseignant, marquant peut-être, dans l’éducation, le " tournant néo-libéral " observé dans d’autres politiques publiques. Face à ce raz-de-marée réformiste, la France est longtemps apparue en retrait. Fustigée par les observateurs pour son immobilisme en éducation, pour son néo-corporatisme paralysant, constitue-t-elle encore une exception à la montée d’un néo-libéralisme éducatif ? Mais peut-on vraiment parler d’une vague néo-libérale qui uniformiserait les systèmes scolaires des pays développés ? Pour répondre à ces questions, l’auteur évalue, à l’aune des expériences étrangères, les politiques éducatives françaises : décentralisation, autonomie scolaire, carte scolaire, collège unique.

x 15 21 540 p. L’école de la simplexité T Collot Bernard B essai pédagogie 9782954094304 TheBookEdition Politique et société -école 25,19 € 25.19 sur commande ?
AA AA

Depuis longtemps les pédagogies nouvelles ont démontré leur efficience quant à la construction des apprentissages. Bernard COLLOT a poussé leur logique à l’extrême dans sa classe unique, une école sans programmes, sans évaluation, sans leçons, sans cahiers, sans horaires, ouverte en permanence. Il l’a appelé « Une école du 3ème type » dans un premier ouvrage (éd. L’Harmattan).

Mais pourquoi, lorsque toutes les références habituelles disparaissent ainsi, « cela marche » ?

Bernard COLLOT décortique les fondements sur lesquels peut se construire une autre école en s’appuyant sur la systémique et sur une conception bien particulière des langages.

Le puzzle qu’il nous convie à reconstruire conduit dans un autre paradigme.

x 14 20,5 230 p. Le désastre de l’école numérique
Plaidoyer pour une école sans écrans
T
Bihouix Philippe B, Mauvilly Karine B essai école, numérique 2016 25/08/16 9782021319187 Seuil Politique et société -école 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

Alors que les cadres de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles sans écrans (la véritable fracture numérique qui vient c’est celle de l’exposition plus intense des couches populaires), cet essai lance l’alerte à propos des dangers d’une politique orchestrée par les sociétés d’informatique et le gouvernement. Une tablette par enfant, c’est le pillage de ressources rares et la mise en décharge sauvage, à l’autre bout de la planète, de déchets dangereux et polluants.

L’école numérique, c’est la mise en contact hasardeuse de nos enfants avec des substances et des ondes électromagnétiques dangereuses. C’est l’aggravation du déficit commercial de la France et de l’Europe. C’est la mainmise des multinationales de l’internet et de l’informatique sur nos enfants. C’est, par fascination d’une nouveauté qui serait toujours meilleure, la confiscation de la notion d’innovation pédagogique par le numérique.

C’est, en gestation, la destruction complète de l’école républicaine et de la relation entre enseignants et élèves, avec le développement des cours massifs en ligne qui se feront par l’intermédiaire d’écrans. Ce sont, à terme, les fondements même de la société, des conditions du vivre-ensemble, qui sont remis en question.

x 13,5 22 189 p. Les héritiers
Les étudiants et la culture
T
Bourdieu Pierre B, Passeron Jean-Claude essai éducation 1994 01/07/94 9782707300812 Minuit Politique et société -école 13,50 € 13.50 sur commande ?
AA AA

Si l’école aime à proclamer sa fonction d’instrument démocratique de la mobilité sociale, elle a aussi pour fonction de légitimer - et donc, dans une certaine mesure, de perpétuer - les inégalités de chances devant la culture en transmuant par les critères de jugement qu’elle emploie, les privilèges socialement conditionnés en mérites ou en " dons " personnels.

A partir des statistiques qui mesurent l’inégalité des chances d’accès à l’enseignement supérieur selon l’origine sociale et le sexe et en s’appuyant sur l’étude empirique des attitudes des étudiants et des professeurs ainsi que sur l’analyse des règles -souvent non écrites - du jeu universitaire, on peut mettre en évidence, par-delà l’influence des inégalités économiques, le rôle de l’héritage culturel, capital subtil fait de savoirs de savoir-faire et de savoir-dire, que les enfants des classes favorisées doivent à leur milieu familial et qui constitue un patrimoine d’autant plus rentable que professeurs et étudiants répugnent à le percevoir comme un produit social.

Collection : le sens commun

x 13,5 19 50 mn Un cas d’école Dreyfus Agathe et Gabory Christine doc école 2007 30/11/06 360° et même plus Politique et société -école 10,00 € 10.00 2,00 € présent à Plume(s)
AA AA
x 21,5 13,5 176 p. Le harcèlement moral dans l’enseignement
sévices publics
T
Arnaud Daniel B essai 2013 22/04/13 9782343008233 L’Harmattan Politique et société -école 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

Le harcèlement moral au travail cause de multiples dégâts dans les services publics. Daniel Arnaud livre une passionnante enquête sur le harcèlement moral dans l’enseignement, sur fond de baisse du niveau scolaire et de délires pédagogiques. Un ouvrage qui permet de nommer ce que vivent des milliers de professeurs, avec la complicité d’une administration qui entretient le déni. Indispensable pour comprendre la ruine du système éducatif français.

Préface de Françoise Guichard.

x 17 25 288 p. Le guide-annuaire des écoles différentes 2013
Changer l’école ? Nous sommes tous ministres de l’éducation : une autre école est-elle possible ?
Auffrand Roger annuaire alternatives, école 2012 01/09/12 9782906808195 AIE Politique et société -école 24,20 € 24.20 sur commande ?
AA AA
x 13,5 21,5 270 p. Conditions de l’éducation T Gauchet Marcel B, Blais Marie-Claude B, Ottavi Dominique B essai éducation 2008 30/09/08 9782234061798 Stock »» Politique et société -école 22,00 € 22 sur commande ?
AA AA

Jamais l’accord sur les objectifs et les valeurs de l’éducation n’a été aussi large : tout le monde se retrouve dans l’idéal d’une éducation vraiment démocratique.

Mais jamais l’incertitude n’a été aussi grande quant aux moyens à employer pour y parvenir. Les divisions font rage chez les professionnels de l’éducation. Les uns souhaitent le retour à des pratiques qui, disent-ils, ont fait leurs preuves ; les autres s’efforcent d’adapter les discours et les pratiques à une réalité sociale nouvelle et confuse. L’effort des trois auteurs est ici de repenser radicalement le lien entre démocratie et éducation, en s’interrogeant cette fois sur les conditions de l’enseignement. Car nous nous accordons tous pour dire que l’école doit transmettre des savoirs, mais nous ne savons plus quelle signification ce mot a aujourd’hui. Qu’est-ce qu’un savoir dans un monde qui égalise toutes les convictions ? Qu’est-ce que l’autorité dans un monde qui énonce l’égalité des individus ? Qu’est-ce que la transmission dans un monde marqué par l’instantanéité et la coupure des générations ?

Tant que l’on n’aura pas posé ces questions, et qu’on ne leur aura pas trouvé d’éléments de réponse, on continuera à ne pas savoir ce qu’enseigner veut dire.

Les auteurs ont déjà fourni une première piste de réflexion dans un ouvrage publié en 2002 (réédition en « Pluriel »), Pour une philosophie politique de l’éducation. Six questions d’aujourd’hui.

x 11 17,5 144 p. Arrêtons les frais
pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur
T
Collectif Acides  B essai éducation, gratuité 2015 29/01/15 9782912107800 Raisons d’agir Politique et société -école 8,00 € 8.00 sur commande ?
AA AA

À mesure que la situation des finances publiques se dégrade et que les universités désormais « autonomes » se retrouvent sans ressources au point d’être menacées par la faillite, une solution miraculeuse et vertueuse s’élabore presque secrètement pour surmonter les difficultés des secondes sans aggraver celles de l’État : l’augmentation dpour la gratuité de l’enseignement supérieures frais d’inscription.

Cette solution n’est pas inscrite ouvertement au programme des grands partis politiques tant elle paraît difficile à soutenir devant l’opinion publique. Elle est pourtant largement partagée de la droite à la gauche libérale. Elle est d’ores et déjà mise en oeuvre en catimini par des institutions de l’enseignement supérieur privé et apparaîtra très prochainement sans doute comme la seule solution possible pour sortir l’enseignement supérieur de sa débâcle financière.

Augmenter de manière significative les frais d’inscription de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers, c’est offrir une manne financière considérable qui ne manque pas d’attirer l’attention surtout dans une période de difficultés financières. Mais une telle réforme ne peut être défendue sur cette seule base et c’est pour des raisons d’efficacité et, de manière plus étonnante, de justice sociale qu’elle est mise en avant.

L’objectif de ce livre est d’expliciter les enjeux économiques et politiques d’une augmentation des frais d’inscriptions en donnant à la fois les limites des arguments en sa faveur et en présentant les effets réels de sa mise en oeuvre dans un certain nombre de pays où elle a été appliquée.

Les arguments en faveur d’une augmentation des frais d’inscription tiennent en quelques éléments : les étudiants qui paient leurs études s’investissent plus, sont plus exigeants, mettent en concurrence les établissements améliorant ainsi non seulement les ressources mais aussi l’efficacité du système ; l’université gratuite est inégalitaire puisque les enfants des classes aisées en bénéficient relativement plus que les autres et elle contribue à perpétuer les inégalités puisqu’ils obtiendront de meilleurs salaires en étant diplômés ; les frais d’inscriptions fonction des ressources des parents et des gains futurs des étudiants donneront son caractère redistributif et égalitaire au système.

L’ouvrage démontre les limites de ces arguments : les frais d’inscriptions ne sont pas des ressources financières supplémentaires mais un autre moyen de les obtenir ; les effets incitatifs sur les étudiants ne sont pas avérés, en revanche le paiement de droits pèsent sur leur liberté d’orientation, qui plus est de manière inégalement distribuée socialement ; la mise en concurrence des universités contribue moins à augmenter leur efficacité qu’à rompre l’égalité républicaine dans la qualité du service rendu. Le caractère anti-redistributif de l’enseignement supérieur est indéniable. La question est de savoir si on doit juger du bon fonctionnement d’un service public à son caractère redistributif. Faudrait-il, par exemple, augmenter les cotisations santé de groupes sociaux qui sont plus souvent malades pour qu’ils contribuent à hauteur des bénéfices qu’ils en tirent ?

Un système universitaire dont le financement serait principalement organisé dans une logique d’investissement individuel en capital humain et où chacun contribuerait à proportion de ce qu’il en retire ensuite sur le marché, conduirait à terme à imposer à l’université la hiérarchie des prix et des valeurs du marché, à inscrire les choix du savoir et de la connaissance dans la seule mesure des rendements présents de diplômes bâtis sur mesure pour répondre aux besoins du moment de l’économie. Les expériences observées dans d’autres pays montrent les dangers d’une telle évolution, le plus immédiat étant l’explosion de l’endettement des jeunes actifs et leur vulnérabilité accrue sur le marché du travail. Elle rend patent l’éclatement du système d’enseignement supérieur entre des institutions d’élites qui cumulent tous les avantages et toutes les ressources et des établissements de relégation dépourvus de moyens. Elles font aussi apparaître la perte d’autonomie réelle du monde universitaire, conçue non pas comme un privilège indu mais comme un garant de sa capacité à défendre la valeur de la connaissance et de la citoyenneté mais aussi de constituer un lieu irremplaçable d’innovation et de progrès social, y compris dans le domaine économique.

Le livre s’attache enfin à démontrer qu’un autre modèle de financement des universités est possible.

x 22 28,5 142 p. L’ecole et son miroir T Meirieu Philippe B, Pontalis Jean-Bertrand 2011 24/02/11 9782847243048 Jacob-Duvernet »» Politique et société -école 25,40 € 25.40 7,60 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

De quoi parle-t-on quand on parle de l’Ecole ? N’est-ce pas un sujet sur lequel nous sommes trop impliqués pour prétendre à l’objectivité, fût-elle scientifique ? Car l’Ecole, c’est, tout à la fois, là où nous sommes allés quand nous étions nous-mêmes enfants et là où nous envoyons nos enfants aujourd’hui.

C’est, pour nous-mêmes et nos enfants, le lieu du bonheur d’apprendre et de l’angoisse de ne pas savoir. L’Ecole, c’est aussi une immense et très sérieuse machine - la plus grosse entreprise de France - et un quotidien souvent dérisoire à mille lieues des déclarations d’intention, générales et généreuses, des politiques. L’Ecole, c’est le bien commun de la République et la juxtaposition d’histoires singulières et imprévisibles.

C’est l’objet de toutes nos colères et espérances collectives comme le réceptacle de chacune de nos ambitions familiales. C’est ici l’objet d’un échange de vues entre un pédagogue et un psychanalyste. Ce dialogue constitue le coeur de cet ouvrage qui ouvre ses pages à des photographes de l’école.

x 12 18 59 p. Manifeste pour une école populaire
2020
T
manifeste éducation, école 2020 30/11/19 9791092623116 ICEM Politique et société -école 5,00 € 5 2,50 € présent à Plume(s)
AA AA

Tout parent souhaite le meilleur pour son enfant, notamment une scolarité qui guide chacun·e au maximum de ses possibilités, qui l’aide à s’épanouir et à se construire un avenir librement choisi.

Une utopie ?

La société change vite. Notre planète s’épuise et se réchauffe.
L’École publique ne joue plus son rôle d’ascenseur social ; elle va mal dans une société qui va mal.

Quelles valeurs devons-nous défendre ?
Que faudrait-il pour que sortent de l’École, sans souffrances ni sentiment d’exclusion, des jeunes émancipé·e·s créateurs·trices d’une société juste et fraternelle, et capable de gérer durablement les ressources de leur unique planète ?

Les praticien·ne·s Freinet apportent des réponses à ces attentes légitimes. Un avenir meilleur est possible, sous réserve de changements que nous mettons déjà en œuvre au sein de l’École publique.

x 11 18 289 p. Entre les murs T Bégaudeau François B roman éducation 2007 28/02/07 9782070342907 Gallimard »» Politique et société -école 7,90 € 7.9 épuisé
AA AA

" Ne rien dire, ne pas s’envoler dans le commentaire, rester à la confluence du savoir et de l’ignorance, au pied du mur.

Montrer comment c’est, comment ça se passe, comment ça marche, comment ça ne marche pas. Diviser les discours par des faits, les idées par des gestes. Juste documenter la quotidienneté laborieuse. " Entre les murs s’inspire de l’ordinaire tragi-comique d’un professeur de français. Dans ce roman écrit au plus près du réel, François Bégaudeau révèle et investit l’état brut d’une langue vivante, la nôtre, dont le collège est la plus fidèle chambre d’échos.

x 13,5 21 190 p. Désobéir est parfois un devoir
Récit et analyse d’une désobéissance en milieu scolaire
T
Le Ménahèze François B essai désobéissance, école 2020 24/01/20 9782900886106 Libertaires Politique et société -école 14,00 € 14.00 sur commande ?
AA AA
Dans le tourbillon de mesures technocratiques et démagogiques liée à la "politique scolaire", il fallait la lucidité de François Le Ménahèze instituteur et directeur d’école publique, praticien-chercheur du mouvement Freinet pour nous rappeler au devoir de résistance. Résistance à la dictature du contrôle de conformité. Résistance aux injonctions de circonstance. Résistance à la pédagogie paresseuse de la sélection. Résistance à l’individualisme et à la concurrence. Ce qui fait de l’enseignant un homme debout, un véritable "instituteur" qui "institue l’humanité dans l’homme" , requiert une éthique exigeante, qui désobéit à ce qui dégrade l’entreprise éducative.
x 15 21 200 p. Une journée dans une classe coopérative
Le désir retrouvé
T
Laffitte René récit école, coopération 1998 30/06/98 9782905642400 Matrice Politique et société -école 22,00 € 22.00 manquant sans date
AA AA
Le livre de René LAFFITTE, paru en 1985, était épuisé. Le voici, actualisé. Les Editions Matrice ont en effet l’ambition de rééditer les " classiques de la pédagogie institutionnelle ". Ce livre en est l’un des plus clairs. Une journée, dans une classe coopérative " institutionnalisée ", pour mieux saisir comment enfants et groupes retrouvent le désir d’apprendre et de grandir ? Car la pédagogie, l’école, la classe, ne sont qu’une longue traque du désir. Avec ce livre, le maître, comme le souligne François TOSQUELLES, dans la postface, se révèle être un maître en sciences humaines. " Rien ne peut advenir sans désir. Les enfants, qui ont à dire, accèdent à la parole. Au pouvoir, aussi, quand l’institutionnalisation permanente leur permet d’agir sur leur vie d’écolier. Correspondance, journal, enquêtes : communiquer devient une nécessité. Le désir retrouvé, les écoliers apprennent. Pas aussi bien. Mieux. " C’est ce que Fernand OURY écrivait pour la première édition. Là est la clé. Autant dans le désir d’école de l’élève que dans le désir du maître de faire l’école. Mais le désir, ça ne se décrète pas. Ca se construit en commun. Les structures, les groupes, l’inconscient, " l’institutionnel " : les techniques Freinet " fomentent " du désir, ajoutait Fernand OURY. " Faire " du désir ? La société y trouve son compte. On grandit le sujet, mais responsable, on devient citoyen. L’école peut aujourd’hui aller jusque-là.
x 14 22,5 240 p. Principal de collège ou imam de la république ? T Ravet Bernard B doc collège/lycée 2017 23/08/17 9782366583878 Kero Politique et société -école 16,90 € 16.90 sur commande ?
AA AA
Quinze années durant, Bernard Ravet s’est tu. Parce que son statut de principal de collège le lui imposait le devoir de réserve du fonctionnaire. Parce que, dans les collèges de ZEP classés "Violence" qu’il dirigeait, les journées étaient rythmées par une alternance du grave et de l’urgent qui ne laissaient pas une seconde à l’introspection. Mais aussi pour ne pas craquer. Aujourd’hui à la retraite, il s’est décidé à parler. A raconter sa vie, qui est celle de tout le personnel envoyé dans ces établissements ghetto. La violence. La montée du religieux. Les familles au mieux absentes, au pire fracassées. L’hypocrisie et le clientélisme des politiques. L’immense solitude des personnels de direction et des enseignants qui ressentent un profond sentiment d’abandon par leur hiérarchie. Une vie qui tient de celle du commissaire de police, du directeur d’ONG pédagogique et, de plus en plus, face à la montée du religieux, d’imam de la république. Avec, pourtant, chevillée au corps, la conviction qu’il est encore possible d’agir pour que des élèves otages de leur environnement échappent à cette fatalité.
x 16 24 Les utopiques
numéros 2, 3, 4, 5
T
magazine Les Utopiques Politique et société -école 5,00 € 5.00 2,50 € présent à Plume(s)
AA AA

Sommaire du n° 5

- Édito
- Éclairer la politique antisociale du FN, pour mieux combattre l’extrême-droite
- Dossier « unité syndicale »
- Le sexe du cerveau : au-delà des préjugés
- La violence structurelle du travail et la violence contre l’autogestion des travailleurs
- Uber pour les enfants de prolos, les grandes écoles pour les mômes de la bourgeoisie
- L’interprofessionnelle à proximité : de l’histoire de la construction des unions interprofessionnelles locales (UIL) dans le Pas-de-Calais
- L’interprofessionnelle à proximité : développement et place des unions locales dans solidaires à partir de l’exemple de Saint-Denis
- Recourir aux tribunaux pour s’attaquer aux syndicats, c’est critiquable. utiliser n’importe quel argument, c’est dangereux !
- L’armée française en Afrique
- Sommaires des numéros 1, 2, 3 des cahiers Les utopiques et abonnement

x 16 24 240 p. Pierre Guérin sur les pas de Freinet T Gast Marceau, Guérin Madeleine et Guérin Claudie essai pédagogie 2008 11/09/08 9782910728786 Ibis Press Politique et société -école 24,34 € 24.34 épuisé
AA AA

L’appropriation des technologies par les élèves, l’ouverture au monde par les moyens modernes de communication, les techniques d’expression libre… sont autant d’innovations que Pierre Guérin a mises à la portée du plus grand nombre dans le cadre scolaire. Ainsi, dès le début des années 1950, avec quelques passionnés, il introduisit le magnétophone à l’école pour donner la parole aux enfants. Véritable passeur de savoir, il organisa des rencontres avec des scientifiques et intellectuels dans l’objectif d’aider les jeunes à se construire sur des bases solides. Quarante personnalités (scientifiques, enseignants, bibliothécaires…) ou com­pagnons témoignent ici de ses réalisations novatrices et de son rayonnement. À leurs textes sont mêlés quelques-uns des écrits de Pierre Guérin.

Un CD propose des extraits de documents sonores réalisés par lui-même ou son équipe.

Pierre Guérin, enseignant, a été l’initiateur d’une pratique amateur de l’enregistrement de témoins, soit inconnus dans l’optique d’une histoire sociale, soit acteurs incontournables du XXe siècle pour réaliser une histoire de notre temps incarnée par ses acteurs. Héritier de la pédagogie Freinet, collaborateur de Jean Thévenot (“Chasseurs de sons” sur France-Culture), Pierre Guérin a œuvré pour inscrire l’audiovisuel dans le système éducatif de la fin du XXe siècle, comme un outil de structuration et de formation à part entière.

Patrick Frémeaux

x 12 18 57 p. L’apprentissage informel
expliqué à mon inspecteur
T
Renau Claudia B essai éducation 2012 01/06/12 9782916032245 L’Instant présent Politique et société -école 5,00 € 5.00 épuisé, réédité avec l'ean 9782491978044
AA AA
Parmi les familles qui ont opté pour l’instruction hors école, un certain nombre pratique la pédagogie des apprentissages autonomes et informels. Lors des contrôles auxquels les familles sont soumises, les inspecteurs ont parfois des difficultés à appréhender la richesse de ces modalités d’apprentissage. Une ancienne enseignante de l’Éducation Nationale traduit ces modalités à leur intention dans un petit livre concret et documenté qui va à l’essentiel.
x 15 21 88 p. Démarrer en pédagogie Freinet, pourquoi ? comment ? T guide pédagogie 2009 30/11/08 ICEM Politique et société -école 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

Conçu comme un véritable outil pour démarrer… et continuer en pédagogie Freinet, il permet des entrées multiples. La brochure apporte quelques points d’appui fondamentaux. Le CD-Rom propose une approche personnalisée à travers des témoignages pratiques, des outils concrets, mais aussi des réflexions plus théoriques.

Avec un CD-ROM comportant des vidéos qui "peuvent être lues par de nombreux systèmes,... peut-être pas tous. (...) Le format CD entraîne un taux de compression très élevé, elles ne peuvent offrir une image plein écran de qualité."


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |