Politique et société-école - Librairie Plume(s)

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -école | Pratique

148 documents du sous-rayon : Politique et société-école



148 articles
33 pour ces critères tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 19 350 p. L’École n’est pas une entreprise
le néo-libéralisme à l’assaut de l’enseignement public
T
Laval Christian B essai éducation 2004 31/07/04 9782707144027 la Découverte Politique et société -école 12,20 € 12.20 6,10 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
L’école est soumise à des pressions considérables pour qu’elle se conforme aux nouveaux commandements du néo-libéralisme auxquels toute institution doit se soumettre. Le système éducatif n’y échappe pas : dans ce nouveau modèle, il est menacé de se réduire à la formation du « capital humain » nécessaire aux entreprises. En s’appuyant sur une enquête approfondie, Christian Laval montre comment les « recommandations » des experts de l’OCDE, de la Banque mondiale, de l’OMC et de l’Union européenne ont été appliquées par les différents gouvernements français depuis les années 1980. Elles se sont traduites par une réorganisation managériale des établissements scolaires, mis en concurrence entre eux pour assurer la liberté de choix des « consommateurs d’école », par une « professionnalisation » toujours plus poussée des études, par une décentralisation qui n’a rien à voir avec la démocratie promise. Les enseignants sont sommés de participer activement à cette métamorphose de l’école publique, qui ouvre la voie à une marchandisation générale des savoirs et des apprentissages et à un renforcement des inégalités. Mais la réalisation intégrale de l’école néo-libérale n’a rien de fatal. Résistances sourdes, luttes collectives, prise de conscience des dangers de cette mutation imposée par la globalisation du capitalisme : les acteurs de l’école doivent désormais affronter un débat crucial qui engage aussi le modèle de civilisation que nous voulons.
x 16,5 23 121 p. École libérale, École inégale T Careil Yves éducation 2002 02/07/02 9782913165991 Syllepse Nouveaux regards Politique et société -école 7,00 € 7 1,40 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

L’objectif de ce livre est de fournir des éclairages et des points de repères :

- sur le changement scolaire en cours et ses enjeux sociaux (fort peu interrogés en l’état actuel des choses) ;

- sur la « crise de sens » que connaît l’école publique et laïque aujourd’hui « massifiée » , mais également cernée par le marché qui s’y infiltre de multiples manières ;

- sur la façon dont se perpétuent désormais les inégalités scolaires, à savoir par l’intégration progressive des inégalités sociales sous toutes leurs formes dans le système éducatif lui-même ;

Le changement scolaire ne peut être compris indépendamment du changement social ; d’où l’approche socio-historique du début de l’ouvrage. L’analyse se fait ensuite plus précise sur le désengagement de l’Etat durant ces dernières décennies et sur ses conséquences : régulations nationales qui ne peuvent plus s’opérer et qui expliquent pour bonne part la diversification croissante de l’offre d’éducation par les établissements ; métier devenu « impossible « pour les enseignants exerçant en « banlieue » ; jeu « libéré » des acteurs sociaux au niveau local, avec comme principale traduction la montée en puissance des « parents d’élèves professionnels » ... L’accent est mis sur les conditions d’accès à cette « professionnalisation parentale » , sur ses deux volets (quête effrénée de la « bonne « filière, du « bon » établissement, de la « bonne « classe / pédagogisation » toujours plus forte de la vie quotidienne), et sur ce qu’elle signifie pour les autres en termes de « couverture tirée à soi ». La compréhension des nouveaux processus ségrégatifs aujourd’hui à l’oeuvre dans le système éducatif oblige certes à s’intéresser de très près aux coulisses de l’univers scolaire : les pratiques consuméristes sont examinées à la loupe (malgré la loi du silence qui les entoure habituellement). Mais cette compréhension oblige aussi à prendre pleinement en compte la manière dont s’articulent désormais dynamiques scolaires et dynamiques urbaines : ce livre analyse de manière approfondie le cercle vicieux du jeu des renforcements mutuels entre ségrégation urbaine et ségrégation scolaire.

x 14,5 18,5 128 p. Une autre école est possible T Joshua Samuel B 2003 22/08/03 9782845970861 Textuel Politique et société -école 16,30 € 16.30 8,15 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Face aux contre-réformes dans le secteur éducatif par les gouvernements successifs, le doute s’est emparé de nombreux enseignants, parents et élèves. Face à l’épuisement manifeste du pacte scolaire républicain, et alors que les paradigmes éducatifs traditionnels sont en crise, le besoin de refonder une pensée éducative de gauche à la mesure de ces enjeux devient pressant. -Le présent manifeste entend y contribuer. Il analyse d’abord la dynamique profonde des attaques portées contre l’école et il propose des orientations adaptées aux conditions contemporaines. -Alors que les politiques libérales nous éloignent toujours plus -de ces principes, une gauche digne de ce nom devrait répondre -aux questions décisives d’une politique éducative : quelle école, -pour enseigner quoi, à qui, comment ?
x 13,5 19 50 mn Un cas d’école Dreyfus Agathe et Gabory Christine doc école 2007 30/11/06 360° et même plus Politique et société -école 10,00 € 10.00 2,00 € présent à Plume(s)
AA AA
x 22 28,5 142 p. L’ecole et son miroir T Meirieu Philippe B, Pontalis Jean-Bertrand 2011 24/02/11 9782847243048 Jacob-Duvernet »» Politique et société -école 25,40 € 25.40 7,60 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

De quoi parle-t-on quand on parle de l’Ecole ? N’est-ce pas un sujet sur lequel nous sommes trop impliqués pour prétendre à l’objectivité, fût-elle scientifique ? Car l’Ecole, c’est, tout à la fois, là où nous sommes allés quand nous étions nous-mêmes enfants et là où nous envoyons nos enfants aujourd’hui.

C’est, pour nous-mêmes et nos enfants, le lieu du bonheur d’apprendre et de l’angoisse de ne pas savoir. L’Ecole, c’est aussi une immense et très sérieuse machine - la plus grosse entreprise de France - et un quotidien souvent dérisoire à mille lieues des déclarations d’intention, générales et généreuses, des politiques. L’Ecole, c’est le bien commun de la République et la juxtaposition d’histoires singulières et imprévisibles.

C’est l’objet de toutes nos colères et espérances collectives comme le réceptacle de chacune de nos ambitions familiales. C’est ici l’objet d’un échange de vues entre un pédagogue et un psychanalyste. Ce dialogue constitue le coeur de cet ouvrage qui ouvre ses pages à des photographes de l’école.

x 11,5 17 144 p. L’École et la peste publicitaire T Hirtt Nico B, Legros Bernard B essai consommation, éducation 2007 14/09/07 9782930402475 Aden Petite Bibliothèque d’Aden Politique et société -école 9,20 € 9.20 2,30 € présent à Plume(s)
AA AA

La publicité ne se donne aucune limite : son intrusion dans les écoles est une réalité de plus en plus perceptible qui n’est pas sans inquiéter. Cette tendance à l’arrivée des marques en milieu scolaire est à mettre en relation avec le désir de certains de marchandiser progressivement, avant de le privatiser, le système éducatif public. Sous quelles formes cette entrée de la pub se présente-elle ? Quels sont les soubassements idéologiques de cette immixtion ? Quelles sont les forces économiques qui la sous-tendent ? Quelles sont les stratégies mises en oeuvre ? Quelles en sont les conséquences ? Pourquoi et comment résister, collectivement et individuellement ?

À toutes ces questions, Nico Hirtt (Appel Pour une Ecole Démocratique – APED) et Bernard Legros (Résistance à l’Agression Publicitaire, Réseau Belge des Objecteurs de Croissance), par ailleurs enseignants, apportent des réponses.

x 13,5 20 190 p. Enseigner, communiquer
un art, ou un métier ?
T
Quéré Yves B essai éducation, communication 2008 30/09/08 9782746503922 Le Pommier Politique et société -école 20,00 € 20.00 6,00 € présent à Plume(s)
AA AA

Cadeau que nous faisons, cadeau que nous recevons, l’enseignement est une promesse d’ouverture aux êtres et au monde.

De simples vivants il fait de nous des personnes et nous institue - au sens où l’entend Montaigne et comme nous le dit ce beau mot d’instituteur. Il fait de nous des êtres d’appétit, d’interrogation, de renouvellement, de capacité à la raison et à l’émerveillement ou, s’il le faut, à l’indignation. Yves Quéré, distingue ici l’enseigner, où flotte un air de liberté et le communiquer soumis, lui, à quelques règles strictes.

Le premier nous parle d’un engagement de tout l’être et d’un art tout personnel, voisin de celui de l’artiste. Le second, plus pratique, évoque celui de l’artisan, conjuguant l’art et le métier en dix " mandements " exposés sur un mode enjoué. Mais qu’on ne s’y trompe pas : " enseigner et communiquer sont deux frères presque jumeaux. L’un vit sa vie dans les écoles - au sens large - sans oublier les familles ; l’autre hante plutôt les entreprises, les agences et les comités.

Dans nos sociétés de la connaissance et de l’information, ces deux frères ne sont pas guettés par le chômage. ".

x 15,5 22 202 p. Les nouvelles politiques éducatives
La France fait-elle les bons choix ?
T
Mons Nathalie B essai éducation 2007 27/11/07 9782130562030 PUF Politique et société -école 19,50 € 19.50 4,90 € présent à Plume(s)
AA AA

Les jours de l’école traditionnelle, née au XIXe siècle des mutations de l’Etat-nation, seraient-ils comptés ? Depuis deux décennies, dans la majorité des pays développés, des réformes scolaires d’envergure se sont multipliées sur le terreau propice de la dénonciation de la crise de l’école publique.

Elles ébranlent les fondations historiques des Etats-enseignant, marquant peut-être, dans l’éducation, le " tournant néo-libéral " observé dans d’autres politiques publiques. Face à ce raz-de-marée réformiste, la France est longtemps apparue en retrait. Fustigée par les observateurs pour son immobilisme en éducation, pour son néo-corporatisme paralysant, constitue-t-elle encore une exception à la montée d’un néo-libéralisme éducatif ? Mais peut-on vraiment parler d’une vague néo-libérale qui uniformiserait les systèmes scolaires des pays développés ? Pour répondre à ces questions, l’auteur évalue, à l’aune des expériences étrangères, les politiques éducatives françaises : décentralisation, autonomie scolaire, carte scolaire, collège unique.

x 14 20,5 117 p. L’elitisme républicain
L’école française à l’épreuve des comparaisons internationales
T
Baudelot Christian B, Establet Roger B essai éducation 2009 12/03/09 9782020993685 Seuil Politique et société -école 11,80 € 11.80 2,95 € présent à Plume(s)
AA AA

De quoi souffre l’Ecole en France ? D’abord et avant tout son élitisme : une culture du classement et de l’élimination précoce, doublée d’une grande tolérance aux inégalités et à leur reproduction.

Tel est l’enseignement qui ressort des comparaisons internationales développées dans ce livre. L’école française demeure au XIXe siècle otage des idées qui l’ont vu naître à la fin du XIXe siècle : distinguer une petite élite sans se soucier d’élever suffisamment le niveau des autres. Pour certains, peu nombreux, la méritocratie scolaire est une course aux meilleures positions ; pour d’autres, très nombreux, elle se traduit par une relégation rapide et désormais particulièrement coûteuse sur le marché du travail.

Au total, la France qui a longtemps cru disposer de la meilleure école du monde fait figure de mauvaise élève dans sa catégorie, celle des pays riches et développés.

x 11,4 19,1 154 p. Faites chauffer l’école
Principes pour une révolution scolaire
T
Calabuig Bernard B, Tovar José B essai école 2011 07/04/11 9782849502976 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société -école 7,50 € 7.50 3,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Le système scolaire est grippé, à bout de souffle.

La logique ségrégative qui l’organise craque de toutes parts. L’école est aujourd’hui plongée dans la tourmente libérale et la droite au pouvoir veut restructurer à marche forcée l’ensemble du système éducatif avec pour principal motif et finalité la formation d’un nouveau salariat adapté aux besoins du Capital. A gauche, faute de volonté politique, les gouvernements qui avaient fait le choix de lutter contre les inégalités ont échoué.

Il est plus que temps de penser les transformations progressistes du système éducatif comme les éléments du projet d’alternative écologique et sociale en prise avec la réalité du 21e siècle. Ce livre a l’ambition d’y contribuer en mettant en avant des propositions qui dessinent les contours d’une école commune, une école de l’intelligence, de la culture et de la professionnalisation pour tous et toutes.

x 11,5 20 155 p. Les nouveaux maîtres de l’école
L’enseignement européen sous la coupe des marchés
T
Hirtt Nico B essai école 2005 19/10/05 9782930402185 Aden Epo Politique et société -école 14,20 € 14.20 7,10 € présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre, dans sa nouvelle édition mise à jour, démonte les mécanismes qui sont à l’œuvre derrière le démantèlement de l’Ecole publique.

Il est aussi un appel à résister. Non par nostalgie. Mais pour défendre le droit à l’instruction de ceux qui n’ont que l’Ecole pour accéder aux armes du savoir. Les systèmes éducatifs européens sont soumis à un feu roulant de réformes. Lentement mais sûrement, on abandonne les structures d’enseignement centralisées et on y substitue des réseaux d’établissements autonomes, diversifiés, en situation d’intense concurrence mutuelle.

Derrière le double alibi de la lutte contre l’échec scolaire et de la promotion de l’emploi se cachent des motifs moins avouables : les milieux patronaux exigent un enseignement rationalisé et dérégulé. L’Ecole doit fournir les travailleurs flexibles que réclame la concurrence économique. Elle doit répondre rapidement aux mutations technologiques. Elle doit s’adapter à un marché du travail dualisé et instable.

Elle doit transmettre moins de savoirs mais davantage de compétences adaptables. Elle doit, plus qu’hier encore, sélectionner, diviser, hiérarchiser les jeunes. Enfin, l’École est appelée à s’ouvrir à un secteur privé en quête de nouveaux marchés.

x 13,5 22 274 p. La nouvelle école capitaliste T Laval Christian B, Dreux Guy B, Vergne Francis B, Clément Pierre B essai éducation, école 2011 10/08/11 9782707169488 la Découverte Cahiers Libres Politique et société -école 19,80 € 19.80 7,90 € présent à Plume(s)
AA AA

Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école - suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de la condition enseignante - ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école.

Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970, elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme. L’" employabilité " est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. L’école devient peu à peu un système hiérarchisé d’entreprises productrices de " capital humain " au service de l’" économie de la connaissance".

Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des " compétences " ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire.

Dans ce livre de combat et de théorie, les auteurs renouvellent la sociologie critique de l’éducation en inscrivant les mutations de l’institution scolaire et universitaire dans celles du capitalisme contemporain. Ils entendent ainsi donner à tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique éminemment politique les outils d’analyse pour construire une alternative convaincante et résolue.

réédité en poche en 2012

x 14 19 184 p. La ferme des enfants
une pédagogie de la bienveillance
T
Rabhi Sophie B essai éducation, alternatives 2011 19/12/11 9782330002022 Actes Sud Domaine du possible Politique et société -école 22,40 € 22.40 11,20 € présent à Plume(s)
AA AA

En 1997, Sophie Rabhi, enceinte de son premier enfant -investie et portée par son rôle de mère en devenir- entreprend de fonder une petite école alternative, en même temps qu’elle reprend la ferme de ses parents, en Ardèche.

Pour elle, l’école se doit d’être un lieu profondément respectueux de l’enfant, au service de son développement et à même de lui donner les outils nécessaires pour qu’il devienne un adulte critique, responsable, heureux et libre. Convaincue que la clé de la réussite de tout apprentissage se situe dans la création d’une relation d’amour et de confiance entre l’enseignant et l’enfant, elle fonde La Ferme des Enfants, afin de pouvoir mettre en pratique les enseignements et méthodes qu’elle ne retrouve pas dans le système éducatif conventionnel. Elle développe alors une pédagogie originale, à partir des analyses de M. Montessori, J. Krisnamurti, C. Freinet ou encore Alice Miller. Pédagogie qui évoluera et se singularisera au fil des douze années de travail, d’expérimentation et de mise en pratique à la Ferme des enfants.

A travers cet ouvrage, Sophie Rabhi ne propose pas une méthode d’enseignement prête à l’emploi ou un modèle éducatif supplémentaire. Elle ouvre des perspectives en nous livrant son témoignage, en tant qu’enseignante, pédagogue, mère et citoyenne.

x 14,5 21 176 p. Éduquer pour émanciper T Lenoir Hugues essai éducation 2009 01/10/09 9782915731224 CNT-RP Politique et société -école 16,00 € 16.00 8,00 € prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Comment s’interroger sur l’éducation conduit à revisiter l’Histoire d’un glorieux syndicalisme.

L’auteur, Hugues Lenoir, enseignant et anarcho-syndicaliste, a réuni dans un livre différents articles publiés ces dernières années dans plusieurs revues traitant de sa vision de l’éducation.

Dans une première partie l’auteur prend comme exemple la formation pour adulte et ses enjeux historiques pour aborder le sujet éducatif. Il tente une analyse s’appuyant sur une dialectique entre « rupture », séquence favorable à une classe permettant l’émancipation pour les travailleurs ou bien la domination du patronat et « suture » qui serait davantage l’exercice d’une forme de cogestion qui concilierait les intérêts du capital et du travail. L’histoire de la formation reposerait au centre de contradictions mêlant possibilités d’intégration, outil de modernisation et occasion d’émancipation.

Les articles suivants nous offrent la possibilité (re)découvrir les origines du syndicalisme en France par le prisme de l’éducation libertaire. Il apparaît en effet fondamental que l’émancipation des travailleurs ne peut se faire toute seule mais que le syndicalisme, dès son origine, aura pour mission d’élaborer son propre système d’éducation afin de fournir au salariat la méthode pour évaluer « la science de son malheur ». Hugues Lenoir n’hésite d’ailleurs pas à revenir au présyndicalisme pour présenter les pionniers de cette pensée. Proudhon est donc présenté comme un précurseur lorsqu’il entreprend d’aborder la question de l’« éducation intégrale », c’est-à-dire la formation intellectuelle et professionnelle qui permettra ainsi la souveraineté du producteur. Cette même « éducation intégrale » sera reprise plus tard par l’Association Internationale des Travailleurs puis lors de la Commune de Paris.

La création et le développement des Bourses du Travail chères à Fernand Pelloutier seront l’occasion de mettre enfin en place ces idées : la Bourse est une école : on peut y trouver une bibliothèque, un musée social, des cours professionnels ou d’enseignement général et en plus de cela des lieux de concerts ou de représentations théâtrales.

On s’attachera ensuite à suivre le cheminement de l’éducation libertaire au cours du vingtième siècle. On y croisera Fourier, Faure ou Ferrer que l’on connaît bien dans le milieu libertaire. Hugues Lenoir nous permet ensuite de nous pencher sur le syndicaliste un peu oublié qu’était Georges Sorel mais également sur un socialiste historique peu cité dans nos diverses revues, Jean Jaurés, dans les théories sur l’éducation pourront nous étonner.

x 15 21 208 p. École : une révolution nécessaire T Chambat Grégory B essai éducation 2008 01/03/08 CNT-RP Politique et société -école 13,00 € 13.00 6,50 € présent à Plume(s)
AA AA
Entretiens avec des militantes et des militants de la fédération CNT des travailleuses et des travailleurs de l’éducation

Ils/elles sont enseignants, en maternelle, primaire, collège ou lycée : ils sont agents, magasiniers, étudiants, cuisiniers, etc., tout nouveaux dans le métier ou à la retraite. À Lille, Marseille, Lyon, Paris, Rennes, Nancy, Besançon, etc., ils militent depuis plusieurs années ou seulement depuis quelques mois.

Témoignant ici de leur engagement, ils sont tous animés par une certitude : dans la société comme dans l’école, une révolution est nécessaire.

x 13 20 137 p. Collège brutal T Goyet Mara B essai école, violence 2012 08/09/12 9782081286696 Flammarion »» Café Voltaire Politique et société -école 12,00 € 12.00 6,00 € présent à Plume(s)
AA AA
Réflexions sur le métier d’enseignant au collège. Professeure dans le secondaire, l’auteure met en lumière les aspects négatifs et positifs de l’enseignement contemporain, sur un ton indépendant et observateur.
x 13,5 21,5 111 p. Je hais les pédagogues
L’Ecole pourra-t-elle éviter une nouvelle guerre de religion ?
T
Bouchard Pascal B essai pédagogie 2013 29/08/13 9782849222577 Fabert »» Politique et société -école 9,00 € 9.00 4,50 € présent à Plume(s)
AA AA

L’école peut-elle éviter une nouvelle « guerre de religion » ? Le processus de refondation provoque des bouleversements profonds, que le corps enseignant avait, pour partie, anticipés, et dont la nécessité est, plus ou moins, admise. Il est pourtant profondément divisé, depuis 30 ans au moins, entre réformistes et partisans de la tradition, entre « pédagogues » et « Républicains ». L’opposition est très artificielle.

Le camp des pédagogues n’existe pas. Quant aux « Républicains », leurs textes, même ceux de leurs meilleurs représentants, sont mal renseignés et mal argumentés. Ils ont pourtant trouvé hier, des oreilles attentives parmi les enseignants, et plus généralement, parmi les intellectuels. Comment une ligne de fracture fictive finit-elle par structurer les débats ? De quoi ces textes sont-ils révélateurs ? Pourquoi une telle réception alors que leur faiblesse est manifeste ? A quelles conceptions ontologiques de la relation de l’individu au savoir et à l’autorité, renvoient-ils ? Que nous disent-ils de la nature profonde de la relation pédagogique et de sa fragilité ?
Et surtout, cette opposition, pour l’instant sourde, peut-elle demain embraser notre système scolaire, dresser les uns contre les autres, et bloquer toute évolution ?

C’est à ces questions que, sans prendre de gants, cet essai répond.
Le style est direct, personnel, et n’épargne personne, ni les pédagogues, ni leurs adversaires.

x 14,5 21 200 p. Chroniques d’une école du troisième type T Collot Bernard B essai éducation, école 2013 08/11/13 9782916032368 L’Instant présent Apprendre Politique et société -école 18,00 € 18.00 9,00 € présent à Plume(s)
AA AA
En 49 chroniques à la fois novatrices et faciles à lire, ce premier tome des chroniques aborde de multiples sujets fondamentaux à l’école, comme le langage oral et écrit, le langage mathématique et scientifique, les évaluations, les rythmes de l’enfant, l’efficience du multi-âge, l’aménagement spatial de l’école, le rôle des parents, la socialisation.
x 14,5 22 140 p. Fatima moins bien notée que Marianne
L’islam et l’école de la République
T
Durpaire François B, Mabilon-Bonfils Béatrice B enquête école, France, discrimination 2016 07/01/16 9782815913614 l’Aube L’urgence de comprendre Politique et société -école 16,80 € 16.80 8,40 € présent à Plume(s)
AA AA

Fatima moins bien notée que Marianne pour un devoir équivalent, Issam et Kader plus punis que Mathieu pour un même comportement, des écoles publiques qui concentrent 90 % d’enfants musulmans quand d’autres n’en comptent aucun, des manuels scolaires qui réduisent l’islam à l’islamisme... Il ne s’agit pas là d’impressions jetées en pâture au débat polémique, mais du résultat d’années d’enquêtes et de recherches scientifiques sur l’islam et l’école.

Cette réalité a des conséquences. En janvier 2015, les réactions de certains élèves lors de la minute de silence en hommage aux victimes des attentats contre Charlie Hebdo questionnent sur le degré d’adhésion à notre République. Les attaques du 13 novembre 2015 interrogent sur le ressentiment de jeunes radicalisés qui ont fait leur scolarité au sein du système éducatif français. François Durpaire et Béatrice Mabilon-Bonfils n’en sont pas restés au simple constat.

Ils proposent une "laïcité d’inclusion" en mesure de faire de l’école une arme puissante d’intégration, meilleur rempart contre les haines.

x 13,5 21 127 p. Frankenstein pédagogue T Meirieu Philippe B essai éducation, pédagogie 2015 20/08/15 9782710130697 ESF Pratiques & enjeux pédagogiques Politique et société -école 13,90 € 13.90 6,95 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
A partir de l’histoire de Frankenstein et de sa créature, de Pinocchio et de Pygmalion, le pédagogue interroge cette représentation de l’éducation comme projet de maîtrise de l’autre, de contrôle de son destin. Plusieurs propositions concrètes sont avancées, qui constituent autant de moyens d’éduquer sans fabriquer.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |