Politique et société-école - Librairie Plume(s)

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -école | Pratique

148 documents du sous-rayon : Politique et société-école



148 articles
148 pour ces critères tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 50 | 100

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 15 22 118 p. Comprendre la pédagogie Freinet
Genèse d’une pédagogie évolutive
T
Goupil Guy B guide éducation 2007 30/11/07 9782951378926 Les Amis de Freinet Politique et société -école 12,00 € 12.00 sur commande ?
AA AA

Voici un ouvrage simple, à la portée de tous, parents ou éducateurs. Il décrit, à partir des racines où Freinet et son Mouvement ont puisé leur humanisme, les fondamentaux et les étapes des découvertes qui ont fait la pédagogie Freinet d’aujourd’hui. En permettant de mieux comprendre l’homme Freinet et le développement de son Mouvement, on peut espérer que chacun pourra se faire une opinion sur une pédagogie qui, aujourd’hui encore, oppose ses partisans inconditionnels et ses adversaires irréductibles.

Au travers de la présentation de ce parcours exceptionnel, on pourra mesurer la formidable générosité, la volonté exigeante qui animaient ces instituteurs syndicalistes, ces « hussards de la République ». On pourra voir leur extraordinaire espérance, leur état d’esprit et leur désir profond de participer à l’avènement d’une société plus juste et plus équitable pour tous.

Comme en témoignent les quelques 700 participants au 48e congrès tenu à Paris en août 2007, 41 ans après la mort de son fondateur, le Mouvement demeure encore extrêmement vivant dans le monde entier, à la recherche d’une pédagogie toujours plus humaine.

Guy Goupil, enseignant à la retraite, a été responsable départemental du Mouvement Freinet dans la Mayenne pendant près de 20 ans. Il est aujourd’hui, en 2007, Président de l’Association « Amis de Freinet » dont le but est de perpétuer, en liaison avec l’ICEM (Institut Coopératif de l’École Moderne), la FIMEM (Fédération Internationale des Mouvements d’École Moderne) et toutes les associations du Mouvement Freinet français et international, par les moyens les plus efficaces, le souvenir du grand pédagogue Célestin Freinet, son œuvre pédagogique, philosophique, sociale et politique et de faciliter aux chercheurs l’accès à tous les documents témoignant de cette œuvre et du Mouvement qu’il a fondé.

x 12,5 19 350 p. L’École n’est pas une entreprise
le néo-libéralisme à l’assaut de l’enseignement public
T
Laval Christian B essai éducation 2004 31/07/04 9782707144027 la Découverte Politique et société -école 12,20 € 12.20 6,10 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
L’école est soumise à des pressions considérables pour qu’elle se conforme aux nouveaux commandements du néo-libéralisme auxquels toute institution doit se soumettre. Le système éducatif n’y échappe pas : dans ce nouveau modèle, il est menacé de se réduire à la formation du « capital humain » nécessaire aux entreprises. En s’appuyant sur une enquête approfondie, Christian Laval montre comment les « recommandations » des experts de l’OCDE, de la Banque mondiale, de l’OMC et de l’Union européenne ont été appliquées par les différents gouvernements français depuis les années 1980. Elles se sont traduites par une réorganisation managériale des établissements scolaires, mis en concurrence entre eux pour assurer la liberté de choix des « consommateurs d’école », par une « professionnalisation » toujours plus poussée des études, par une décentralisation qui n’a rien à voir avec la démocratie promise. Les enseignants sont sommés de participer activement à cette métamorphose de l’école publique, qui ouvre la voie à une marchandisation générale des savoirs et des apprentissages et à un renforcement des inégalités. Mais la réalisation intégrale de l’école néo-libérale n’a rien de fatal. Résistances sourdes, luttes collectives, prise de conscience des dangers de cette mutation imposée par la globalisation du capitalisme : les acteurs de l’école doivent désormais affronter un débat crucial qui engage aussi le modèle de civilisation que nous voulons.
x 12,5 19 476 p. Libres enfants de Summerhill T S.Neill Alexander B récit éducation 2004 29/02/04 9782707142160 la Découverte Politique et société -école 16,00 € 16.00 sur commande ?
AA AA

« Summerhill, c’est l’aventure d’une école autogérée fondée en 1921 dans la région de Londres. Son fondateur, le psychanalyste A. S. Neill, a mis les découvertes psychanalytiques au service de l’éducation. Il s’est dressé contre l’école traditionnelle soucieuse d’instruire mais non pas d’éduquer. Il s’est dressé contre les parents hantés par le critère du succès (l’argent). Il s’est insurgé contre un système social qui forme, dit-il, des individus “manipulés” et dociles, nécessaires à l’ensemble bureaucratique hautement hiérarchisé de notre ère industrielle. » Maud Mannoni. Libres enfants de Summerhill, publié aux Éditions François Maspero en 1970, dix ans après sa première publication à New York et dans le bouillonnement de l’après-Mai 68, est devenu en quelques années un best-seller et s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires. Depuis sa parution, l’expérience éducative originale décrite dans cet ouvrage a suscité de nombreux débats pédagogiques et a contribué à lancer la question des droits de l’enfant. L’école autogérée de Summerhill, malgré les controverses dont elle a pu et continue de faire l’objet, accueille toujours des pensionnaires.

Préface de Maud MANNONI
Traduit de l’anglais par Micheline LAGUILHOMIE

x 16,5 23 121 p. École libérale, École inégale T Careil Yves éducation 2002 02/07/02 9782913165991 Syllepse Nouveaux regards Politique et société -école 7,00 € 7 1,40 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

L’objectif de ce livre est de fournir des éclairages et des points de repères :

- sur le changement scolaire en cours et ses enjeux sociaux (fort peu interrogés en l’état actuel des choses) ;

- sur la « crise de sens » que connaît l’école publique et laïque aujourd’hui « massifiée » , mais également cernée par le marché qui s’y infiltre de multiples manières ;

- sur la façon dont se perpétuent désormais les inégalités scolaires, à savoir par l’intégration progressive des inégalités sociales sous toutes leurs formes dans le système éducatif lui-même ;

Le changement scolaire ne peut être compris indépendamment du changement social ; d’où l’approche socio-historique du début de l’ouvrage. L’analyse se fait ensuite plus précise sur le désengagement de l’Etat durant ces dernières décennies et sur ses conséquences : régulations nationales qui ne peuvent plus s’opérer et qui expliquent pour bonne part la diversification croissante de l’offre d’éducation par les établissements ; métier devenu « impossible « pour les enseignants exerçant en « banlieue » ; jeu « libéré » des acteurs sociaux au niveau local, avec comme principale traduction la montée en puissance des « parents d’élèves professionnels » ... L’accent est mis sur les conditions d’accès à cette « professionnalisation parentale » , sur ses deux volets (quête effrénée de la « bonne « filière, du « bon » établissement, de la « bonne « classe / pédagogisation » toujours plus forte de la vie quotidienne), et sur ce qu’elle signifie pour les autres en termes de « couverture tirée à soi ». La compréhension des nouveaux processus ségrégatifs aujourd’hui à l’oeuvre dans le système éducatif oblige certes à s’intéresser de très près aux coulisses de l’univers scolaire : les pratiques consuméristes sont examinées à la loupe (malgré la loi du silence qui les entoure habituellement). Mais cette compréhension oblige aussi à prendre pleinement en compte la manière dont s’articulent désormais dynamiques scolaires et dynamiques urbaines : ce livre analyse de manière approfondie le cercle vicieux du jeu des renforcements mutuels entre ségrégation urbaine et ségrégation scolaire.

x 14,5 18,5 128 p. Une autre école est possible T Joshua Samuel B 2003 22/08/03 9782845970861 Textuel Politique et société -école 16,30 € 16.30 8,15 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Face aux contre-réformes dans le secteur éducatif par les gouvernements successifs, le doute s’est emparé de nombreux enseignants, parents et élèves. Face à l’épuisement manifeste du pacte scolaire républicain, et alors que les paradigmes éducatifs traditionnels sont en crise, le besoin de refonder une pensée éducative de gauche à la mesure de ces enjeux devient pressant. -Le présent manifeste entend y contribuer. Il analyse d’abord la dynamique profonde des attaques portées contre l’école et il propose des orientations adaptées aux conditions contemporaines. -Alors que les politiques libérales nous éloignent toujours plus -de ces principes, une gauche digne de ce nom devrait répondre -aux questions décisives d’une politique éducative : quelle école, -pour enseigner quoi, à qui, comment ?
x 13,5 19 50 mn Un cas d’école Dreyfus Agathe et Gabory Christine doc école 2007 30/11/06 360° et même plus Politique et société -école 10,00 € 10.00 2,00 € présent à Plume(s)
AA AA
x 14 20 158 p. Mémoires et histoire à l’école de la République - Quels enjeux ? T De Cock Laurence B, Falaize Benoît B, Bonafoux Corinne B essai histoire, école 2007 07/11/07 9782200346355 Armand Colin Politique et société -école 22,60 € 22.60 sur commande ?
AA AA

L’école est un des lieux privilégiés de manifestation des tensions entre mémoires et histoire.

L’histoire et la mémoire relèvent de logiques différentes qui toutes deux sont présentes dans les finalités de l’institution scolaire. Tiraillée entre la fonction républicaine, laïque, consensuelle, et le réveil de revendications mémorielles et religieuses, l’institution scolaire semble mise en difficulté. Plusieurs problèmes se posent : la maîtrise des connaissances par les enseignants de ces sujets sensibles, la didactique de ces questions controversées, la manière de faire classe, les réactions des élèves.

Comment aborder ces sujets ? Comment articuler ce qui ressort de l’émotion et de la nécessaire transmission d’un savoir ? Cet ouvrage propose des repères et des pistes de réflexion sur les enjeux de mémoire en France et en Europe et leurs répercussions sur un enseignement toujours ancré dans des présupposés nationaux.

x 13,5 21 201 p. Insoumission à l’école obligatoire T Baker Catherine B essai éducation, école 2006 01/10/06 9782912631121 Tahin Party Politique et société -école 8,00 € 8.00 actuellement indisponible
AA AA

Après avoir refusé de scolariser sa fille et quand celle-ci arrive à l’âge de quatorze ans, Catherine Baker écrit ce livre pour lui expliquer ses choix.

Si l’école est la première cible de Baker, ses attaques portent beaucoup plus profondément : la domination adulte et, au-delà, l’asservissement social et sa gestion des individus. La première parution de ce livre date de 1985. Si les constats que dresse Baker sont très actuels, la radicalité de la remise en cause à laquelle elle se livre est quasiment impensable aujourd’hui. " Parce que ce livre est extrêmement personnel, parce qu’il est le partage, l’offrande, ou la simple proposition d’une subjectivité, il a su toucher certain-es de ses lectrices et lecteurs au plus profond, modifier leur intelligence du monde.

Sans chercher plus loin, nous sommes plusieurs [...] dont les vies seraient sans doute bien différentes aujourd’hui s’il ne nous était un jour tombé entre les mains. "

x 22 28,5 142 p. L’ecole et son miroir T Meirieu Philippe B, Pontalis Jean-Bertrand 2011 24/02/11 9782847243048 Jacob-Duvernet »» Politique et société -école 25,40 € 25.40 7,60 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

De quoi parle-t-on quand on parle de l’Ecole ? N’est-ce pas un sujet sur lequel nous sommes trop impliqués pour prétendre à l’objectivité, fût-elle scientifique ? Car l’Ecole, c’est, tout à la fois, là où nous sommes allés quand nous étions nous-mêmes enfants et là où nous envoyons nos enfants aujourd’hui.

C’est, pour nous-mêmes et nos enfants, le lieu du bonheur d’apprendre et de l’angoisse de ne pas savoir. L’Ecole, c’est aussi une immense et très sérieuse machine - la plus grosse entreprise de France - et un quotidien souvent dérisoire à mille lieues des déclarations d’intention, générales et généreuses, des politiques. L’Ecole, c’est le bien commun de la République et la juxtaposition d’histoires singulières et imprévisibles.

C’est l’objet de toutes nos colères et espérances collectives comme le réceptacle de chacune de nos ambitions familiales. C’est ici l’objet d’un échange de vues entre un pédagogue et un psychanalyste. Ce dialogue constitue le coeur de cet ouvrage qui ouvre ses pages à des photographes de l’école.

x 11,5 17 144 p. L’École et la peste publicitaire T Hirtt Nico B, Legros Bernard B essai consommation, éducation 2007 14/09/07 9782930402475 Aden Petite Bibliothèque d’Aden Politique et société -école 9,20 € 9.20 2,30 € présent à Plume(s)
AA AA

La publicité ne se donne aucune limite : son intrusion dans les écoles est une réalité de plus en plus perceptible qui n’est pas sans inquiéter. Cette tendance à l’arrivée des marques en milieu scolaire est à mettre en relation avec le désir de certains de marchandiser progressivement, avant de le privatiser, le système éducatif public. Sous quelles formes cette entrée de la pub se présente-elle ? Quels sont les soubassements idéologiques de cette immixtion ? Quelles sont les forces économiques qui la sous-tendent ? Quelles sont les stratégies mises en oeuvre ? Quelles en sont les conséquences ? Pourquoi et comment résister, collectivement et individuellement ?

À toutes ces questions, Nico Hirtt (Appel Pour une Ecole Démocratique – APED) et Bernard Legros (Résistance à l’Agression Publicitaire, Réseau Belge des Objecteurs de Croissance), par ailleurs enseignants, apportent des réponses.

x 21 29,7 120 p. Hors-Série Numéro 3 : L’instruction en famille magazine éducation, famille 2008 09/07/08 Grandir Autrement Politique et société -école 8,50 € 8.50 épuisé
AA AA
x 16 24 240 p. Pierre Guérin sur les pas de Freinet T Gast Marceau, Guérin Madeleine et Guérin Claudie essai pédagogie 2008 11/09/08 9782910728786 Ibis Press Politique et société -école 24,34 € 24.34 épuisé
AA AA

L’appropriation des technologies par les élèves, l’ouverture au monde par les moyens modernes de communication, les techniques d’expression libre… sont autant d’innovations que Pierre Guérin a mises à la portée du plus grand nombre dans le cadre scolaire. Ainsi, dès le début des années 1950, avec quelques passionnés, il introduisit le magnétophone à l’école pour donner la parole aux enfants. Véritable passeur de savoir, il organisa des rencontres avec des scientifiques et intellectuels dans l’objectif d’aider les jeunes à se construire sur des bases solides. Quarante personnalités (scientifiques, enseignants, bibliothécaires…) ou com­pagnons témoignent ici de ses réalisations novatrices et de son rayonnement. À leurs textes sont mêlés quelques-uns des écrits de Pierre Guérin.

Un CD propose des extraits de documents sonores réalisés par lui-même ou son équipe.

Pierre Guérin, enseignant, a été l’initiateur d’une pratique amateur de l’enregistrement de témoins, soit inconnus dans l’optique d’une histoire sociale, soit acteurs incontournables du XXe siècle pour réaliser une histoire de notre temps incarnée par ses acteurs. Héritier de la pédagogie Freinet, collaborateur de Jean Thévenot (“Chasseurs de sons” sur France-Culture), Pierre Guérin a œuvré pour inscrire l’audiovisuel dans le système éducatif de la fin du XXe siècle, comme un outil de structuration et de formation à part entière.

Patrick Frémeaux

x 14 21 317 p. Le maître qui apprenait aux enfants à grandir
Un parcours en pédagogie Freinet vers l’autogestion
T
Le Gal Jean essai éducation 2008 12/09/08 9782919568338 ICEM Politique et société -école 15,00 € 15.00 épuisé
AA AA

Qui aurait pu imaginer que cet enfant, né au fin fond de la Bretagne, d’un milieu pauvre et analphabète, allait devenir un instituteur militant engagé ainsi qu’un chercheur reconnu dans le monde de l’enseignement et des droits de l’enfant ? La destinée hors du commun de Jean Le Gal nous montre qu’à nul enfant, à nul homme, rien n’est impossible.

C’est entre XXe et XXIe siècle que nous suivons ici la trajectoire individuelle d’un homme au cœur d’une aventure collective, celle du mouvement Freinet. Nous y partageons de manière directe son cheminement personnel et professionnel au cours des évènements politiques du siècle : la naissance d’un militant, ses premiers pas en pédagogie Freinet, son engagement dans l’Ecole Moderne, une coopération intime avec Elise et Célestin Freinet,.

Son travail inlassable pour la reconnaissance des droits de l’enfant et la recherche d’une organisation démocratique au sein de l’école s’impose, tant en France qu’au niveau international. L’enjeu fondamental au cœur de cette aventure humaine repose sur l’enfant, le jeune, dans une perspective d’homme autonome et apte à prendre sa vie en main, d’homme libre et responsable, d’homme apte à agir en coopération.

L’école de demain ne peut être qu’une école laïque, populaire, moderne et libératrice. C’est à travers ses multiples expériences et engagements que Jean Le Gal nous fait vivre son parcours de la classe coopérative jusqu’à son aventure autogestionnaire dans laquelle nous pouvons resituer la dimension d’éducation sociale et politique de la pédagogie Freinet. Cette destinée, à la fois individuelle et collective, ouvre des portes essentielles pour repenser l’éducation, l’Ecole de demain dans un objectif d’émancipation et de formation de futurs citoyens critiques et responsables.

x 13,5 20 190 p. Enseigner, communiquer
un art, ou un métier ?
T
Quéré Yves B essai éducation, communication 2008 30/09/08 9782746503922 Le Pommier Politique et société -école 20,00 € 20.00 6,00 € présent à Plume(s)
AA AA

Cadeau que nous faisons, cadeau que nous recevons, l’enseignement est une promesse d’ouverture aux êtres et au monde.

De simples vivants il fait de nous des personnes et nous institue - au sens où l’entend Montaigne et comme nous le dit ce beau mot d’instituteur. Il fait de nous des êtres d’appétit, d’interrogation, de renouvellement, de capacité à la raison et à l’émerveillement ou, s’il le faut, à l’indignation. Yves Quéré, distingue ici l’enseigner, où flotte un air de liberté et le communiquer soumis, lui, à quelques règles strictes.

Le premier nous parle d’un engagement de tout l’être et d’un art tout personnel, voisin de celui de l’artiste. Le second, plus pratique, évoque celui de l’artisan, conjuguant l’art et le métier en dix " mandements " exposés sur un mode enjoué. Mais qu’on ne s’y trompe pas : " enseigner et communiquer sont deux frères presque jumeaux. L’un vit sa vie dans les écoles - au sens large - sans oublier les familles ; l’autre hante plutôt les entreprises, les agences et les comités.

Dans nos sociétés de la connaissance et de l’information, ces deux frères ne sont pas guettés par le chômage. ".

x 11 18 289 p. Entre les murs T Bégaudeau François B roman éducation 2007 28/02/07 9782070342907 Gallimard »» Politique et société -école 7,90 € 7.9 épuisé
AA AA

" Ne rien dire, ne pas s’envoler dans le commentaire, rester à la confluence du savoir et de l’ignorance, au pied du mur.

Montrer comment c’est, comment ça se passe, comment ça marche, comment ça ne marche pas. Diviser les discours par des faits, les idées par des gestes. Juste documenter la quotidienneté laborieuse. " Entre les murs s’inspire de l’ordinaire tragi-comique d’un professeur de français. Dans ce roman écrit au plus près du réel, François Bégaudeau révèle et investit l’état brut d’une langue vivante, la nôtre, dont le collège est la plus fidèle chambre d’échos.

x 13,5 20,5 96 p. Pratiques démocratiques à l’école T Rasson Natalie essai éducation, alternatives 2008 31/08/08 9782870034972 Couleur Livres Politique et société -école 9,63 € 9.63 actuellement indisponible
AA AA

Ce livre montre des enseignants, des élèves, des équipes éducatives qui travaillent et réfléchissent ensemble à plus de démocratie dans les relations scolaires. Il propose aussi une analyse plus globale des phénomènes sociaux et du contexte dans lesquels de telles expériences peuvent se développer.

La question de la démocratie à l’école ne se joue pas au seul niveau des établissements. La dualisation toujours plus grande de l’enseignement force à élargir le débat et à redire que l’Ecole ne sera jamais démocratique tant qu’elle reproduira, sans se remettre en question, les inégalités de la société.

Le parti pris de ce travail est d’observer l’institution scolaire à partir des acteurs qui la composent (élèves, enseignants, direction, personnel administratif et d’entretien, pouvoir organisateur, parents, pouvoir public) et des relations hiérarchiques que ceux-ci entretiennent entre eux. Pourquoi ce choix ? Tout d’abord parce qu’il permet de penser l’Ecole sans occulter les rapports de pouvoir qui la traversent. Ensuite parce que c’est à chaque “étage” que les acteurs de l’Ecole sont concernés et devraient construire des pratiques plus démocratiques.

x 13,5 21,5 270 p. Conditions de l’éducation T Gauchet Marcel B, Blais Marie-Claude B, Ottavi Dominique B essai éducation 2008 30/09/08 9782234061798 Stock »» Politique et société -école 22,00 € 22 sur commande ?
AA AA

Jamais l’accord sur les objectifs et les valeurs de l’éducation n’a été aussi large : tout le monde se retrouve dans l’idéal d’une éducation vraiment démocratique.

Mais jamais l’incertitude n’a été aussi grande quant aux moyens à employer pour y parvenir. Les divisions font rage chez les professionnels de l’éducation. Les uns souhaitent le retour à des pratiques qui, disent-ils, ont fait leurs preuves ; les autres s’efforcent d’adapter les discours et les pratiques à une réalité sociale nouvelle et confuse. L’effort des trois auteurs est ici de repenser radicalement le lien entre démocratie et éducation, en s’interrogeant cette fois sur les conditions de l’enseignement. Car nous nous accordons tous pour dire que l’école doit transmettre des savoirs, mais nous ne savons plus quelle signification ce mot a aujourd’hui. Qu’est-ce qu’un savoir dans un monde qui égalise toutes les convictions ? Qu’est-ce que l’autorité dans un monde qui énonce l’égalité des individus ? Qu’est-ce que la transmission dans un monde marqué par l’instantanéité et la coupure des générations ?

Tant que l’on n’aura pas posé ces questions, et qu’on ne leur aura pas trouvé d’éléments de réponse, on continuera à ne pas savoir ce qu’enseigner veut dire.

Les auteurs ont déjà fourni une première piste de réflexion dans un ouvrage publié en 2002 (réédition en « Pluriel »), Pour une philosophie politique de l’éducation. Six questions d’aujourd’hui.

x 17,5 24 192 p. L’idéologie de l’évaluation
la grande imposture
T
essai éducation 2009 09/03/09 9782130572510 PUF Politique et société -école 15,50 € 15.50 sur commande ?
AA AA

Éditorial : Yves-Charles Zarka

I. Dossier : L’idéologie de l’évaluation
Yves Charles Zarka, Présentation
Barbara Cassin, La qualité est-elle une propriété émergente de la quantité ?
Sophie Basch, Le démon de l’explicite
Michel Blay, L’évaluation par indicateurs dans la vie scientifique : choix politique et fin de la connaissance
François Simonet, L’évaluation : objet de standardisation des pratiques sociales
Agnès Aflalo, Le scientisme de l’évaluation
Bertrand Guillaume, Indicateurs de performance dans le secteur public : entre illusion et perversité
Emmanuel Picavet, Les universités françaises, victimes de l’idéologie de l’"enseignement supérieur"
Emmanuelle Jouet, L’évaluation en matière de santé
Roland Gori, Les scribes de nos nouvelles servitudes
Michela Marzano, « Publish or perish »

II. Grand article
Yves Charles Zarka, Un pouvoir supposé savoir

III. Glossaire
Michel Espagne, La nouvelle langue de l’évaluation

IV. Chronique intellectuelle
Raphaël Draï, La prédation de la pensée

V. Recensions
Peter Sloterdjik, Colère et Temps, Essai politico-psychologique (par Michel Herland)
Pierre Dockès, Hobbes. Économie, Terreur et Politique (par Delphine Thivet)


Collection "Cités" n°37

x 12,5 21 24 p. Je suis prof et je désobéis T Cazals Bastien B essai école 2009 29/05/09 9782911939686 Indigène Ceux qui marchent contre le vent Politique et société -école 3,10 € 3.10 sur commande ?
AA AA
Ce livre est le développement de la lettre qu’adresse le 25 novembre 2008 Bastien Cazals, professeur des écoles, au président de la République, et qui en a fait un des porte-parole de la révolte des enseignants contre une école de plus en plus gérée comme une entreprise et au service de la société marchande. Il ne s’agit pas d’une démarche d’un professionnel de la désobéissance civile mais bien de la réaction d’un citoyen qui, en son âme et conscience, décide de défendre une idée de l’éducation inspirée des plus hautes valeurs de la République française et dans le sillage de personnalités de la Résistance telles que Lucie et Raymond Aubrac ou Stéphane Hessel.
x 15 21 200 p. Une journée dans une classe coopérative
Le désir retrouvé
T
Laffitte René récit école, coopération 1998 30/06/98 9782905642400 Matrice Politique et société -école 22,00 € 22.00 manquant sans date
AA AA
Le livre de René LAFFITTE, paru en 1985, était épuisé. Le voici, actualisé. Les Editions Matrice ont en effet l’ambition de rééditer les " classiques de la pédagogie institutionnelle ". Ce livre en est l’un des plus clairs. Une journée, dans une classe coopérative " institutionnalisée ", pour mieux saisir comment enfants et groupes retrouvent le désir d’apprendre et de grandir ? Car la pédagogie, l’école, la classe, ne sont qu’une longue traque du désir. Avec ce livre, le maître, comme le souligne François TOSQUELLES, dans la postface, se révèle être un maître en sciences humaines. " Rien ne peut advenir sans désir. Les enfants, qui ont à dire, accèdent à la parole. Au pouvoir, aussi, quand l’institutionnalisation permanente leur permet d’agir sur leur vie d’écolier. Correspondance, journal, enquêtes : communiquer devient une nécessité. Le désir retrouvé, les écoliers apprennent. Pas aussi bien. Mieux. " C’est ce que Fernand OURY écrivait pour la première édition. Là est la clé. Autant dans le désir d’école de l’élève que dans le désir du maître de faire l’école. Mais le désir, ça ne se décrète pas. Ca se construit en commun. Les structures, les groupes, l’inconscient, " l’institutionnel " : les techniques Freinet " fomentent " du désir, ajoutait Fernand OURY. " Faire " du désir ? La société y trouve son compte. On grandit le sujet, mais responsable, on devient citoyen. L’école peut aujourd’hui aller jusque-là.
x 15,5 22 202 p. Les nouvelles politiques éducatives
La France fait-elle les bons choix ?
T
Mons Nathalie B essai éducation 2007 27/11/07 9782130562030 PUF Politique et société -école 19,50 € 19.50 4,90 € présent à Plume(s)
AA AA

Les jours de l’école traditionnelle, née au XIXe siècle des mutations de l’Etat-nation, seraient-ils comptés ? Depuis deux décennies, dans la majorité des pays développés, des réformes scolaires d’envergure se sont multipliées sur le terreau propice de la dénonciation de la crise de l’école publique.

Elles ébranlent les fondations historiques des Etats-enseignant, marquant peut-être, dans l’éducation, le " tournant néo-libéral " observé dans d’autres politiques publiques. Face à ce raz-de-marée réformiste, la France est longtemps apparue en retrait. Fustigée par les observateurs pour son immobilisme en éducation, pour son néo-corporatisme paralysant, constitue-t-elle encore une exception à la montée d’un néo-libéralisme éducatif ? Mais peut-on vraiment parler d’une vague néo-libérale qui uniformiserait les systèmes scolaires des pays développés ? Pour répondre à ces questions, l’auteur évalue, à l’aune des expériences étrangères, les politiques éducatives françaises : décentralisation, autonomie scolaire, carte scolaire, collège unique.

x 12,5 19 109 p. L’education peut-elle être encore au coeur d’un projet de société ? T Meirieu Philippe B, Frackowiak Pierre essai école 2008 15/05/08 9782752603951 l’Aube Monde en cours Politique et société -école 11,50 € 11.5 épuisé
AA AA

" La priorité à l’Ecole est loin de se limiter à quelques réformes techniques de l’institution scolaire.

Elle interroge tout notre fonctionnement social et toutes nos options politiques. Il s’agit de savoir si l’on va se résigner à laisser le darwinisme social - relooké en idéologie du maillon faible - nous submerger, ou si l’on va s’engager dans une société ouverte, où l’on ne désespère jamais de quiconque, où l’on permet à chacun de trouver une place et de continuer à apprendre tout au long de sa vie, où l’on suscite l’intelligence individuelle et collective pour en faire le moteur de notre progrès.

Plus que jamais, et selon la belle formule de Gaston Bachelard, l’enjeu est là : La société doit être faite pour l’Ecole et non l’Ecole pour la société. " Philippe Meirieu, mars 2008.

x 14 20,5 117 p. L’elitisme républicain
L’école française à l’épreuve des comparaisons internationales
T
Baudelot Christian B, Establet Roger B essai éducation 2009 12/03/09 9782020993685 Seuil Politique et société -école 11,80 € 11.80 2,95 € présent à Plume(s)
AA AA

De quoi souffre l’Ecole en France ? D’abord et avant tout son élitisme : une culture du classement et de l’élimination précoce, doublée d’une grande tolérance aux inégalités et à leur reproduction.

Tel est l’enseignement qui ressort des comparaisons internationales développées dans ce livre. L’école française demeure au XIXe siècle otage des idées qui l’ont vu naître à la fin du XIXe siècle : distinguer une petite élite sans se soucier d’élever suffisamment le niveau des autres. Pour certains, peu nombreux, la méritocratie scolaire est une course aux meilleures positions ; pour d’autres, très nombreux, elle se traduit par une relégation rapide et désormais particulièrement coûteuse sur le marché du travail.

Au total, la France qui a longtemps cru disposer de la meilleure école du monde fait figure de mauvaise élève dans sa catégorie, celle des pays riches et développés.

x 13,5 22 189 p. Les héritiers
Les étudiants et la culture
T
Bourdieu Pierre B, Passeron Jean-Claude essai éducation 1994 01/07/94 9782707300812 Minuit Politique et société -école 13,50 € 13.50 sur commande ?
AA AA

Si l’école aime à proclamer sa fonction d’instrument démocratique de la mobilité sociale, elle a aussi pour fonction de légitimer - et donc, dans une certaine mesure, de perpétuer - les inégalités de chances devant la culture en transmuant par les critères de jugement qu’elle emploie, les privilèges socialement conditionnés en mérites ou en " dons " personnels.

A partir des statistiques qui mesurent l’inégalité des chances d’accès à l’enseignement supérieur selon l’origine sociale et le sexe et en s’appuyant sur l’étude empirique des attitudes des étudiants et des professeurs ainsi que sur l’analyse des règles -souvent non écrites - du jeu universitaire, on peut mettre en évidence, par-delà l’influence des inégalités économiques, le rôle de l’héritage culturel, capital subtil fait de savoirs de savoir-faire et de savoir-dire, que les enfants des classes favorisées doivent à leur milieu familial et qui constitue un patrimoine d’autant plus rentable que professeurs et étudiants répugnent à le percevoir comme un produit social.

Collection : le sens commun

x 12 19 160 p. La fabrique scolaire de l’histoire T De Cock Laurence B, Picard Emmanuelle B essai école 2009 16/09/09 9782748901061 Agone Politique et société -école 16,30 € 16.30 épuisé
AA AA

Depuis la révolution française, l’enseignement de l’histoire s’est vu associé à la construction d’une identité nationale. En prenant la forme d’un récit ethnocentré, l’histoire scolaire devait permettre l’intégration de tous les futurs citoyens, quelles que soient leurs identités originelles, dans un ensemble politique unique. Une historiographie nationale standardisée venant affermir la légitimité d’une histoire majoritairement franco-française.

Depuis le XIXe siècle se sont multipliées les contestations de la validité de ce « roman national » par les groupes qui s’en sentaient exclus : immigrés, femmes, ouvriers, « minorités régionales », etc.

Aujourd’hui, dans une période favorable à la reconnaissance des « identités plurielles », les exclus de cette fabrique de l’histoire réclament l’ajustement des programmes scolaires et critiquent le roman national vu comme un instrument de domination. Les nouveaux programmes du collège prétendent décentrer les points de vue en accordant une place substantielle à l’histoire d’autres aires géographiques. Ne risque-t-on pas, sous couvert d’une volonté d’inclusion, de reléguer autrement ces absents du roman national ? C’est ici la question d’une histoire commune et donc de l’universalité qui est en jeu.

Au sommaire

À quoi sert l’enseignement de l’histoire ?
Evelyne Héry, « Le temps dans l’histoire scolaire »
Patricia Legris, « Sociologie des producteurs de programmes en France »

La difficile intrusion du social dans la « vulgate scolaire »
Marc Deleplace, « Comment enseigne-t-on la Révolution française ? »
André Loez et Marie-Albane de Suremain, « Culture de guerre, culture coloniale »

Les résonances scolaires des débats publics
Françoise Lantheaume, « L’histoire coloniale, un passé problématique »
Jean-François Bossy, « L’enseignement de la Shoah »

Perspectives : Pour un roman post-national ?
Thierry Aprile, « Le manuel franco-allemand »
Charles Heimberg, « Pour une nouvelle grammaire de l’histoire scolaire »

x 13,5 21 160 p. Pédagogie : le devoir de résister T Meirieu Philippe B essai éducation 2008 25/08/08 9782710119739 ESF Politique et société -école 10,05 € 10.05 épuisé, réédité avec l'ean 9782710137115
AA AA

Educateurs, professeurs et parents, nous sommes encore quelques-uns à croire à l’éducation.

Nous sommes pourtant confrontés, comme tout un chacun, à d’immenses difficultés. Nos enfants, souvent, errent sans repères. Ils basculent parfois dans le passage à l’acte systématique quand ils ne fuient pas dans de terribles addictions. Nos élèves sont agités, certains sont violents. Il nous arrive d’être découragés par leur orthographe ou leur méconnaissance de l’Histoire. Nous sommes inquiets... Mais ne nous réfugions pas, pour autant, dans l’autoritarisme facile ou l’invocation des " bonnes vieilles méthodes ".

Nous refusons de traquer les déviants dès le plus jeune âge pour leur imposer une camisole chimique, hypnotique ou judiciaire. En revanche, nous croyons qu’il faut créer, ensemble, des situations pédagogiques qui permettent tout autant la transmission de savoirs structurants que l’émergence de sujets libres et solidaires. Nous sommes convaincus qu’il faut résister aussi bien au caprice mondialisé de la marchandisation libérale qu’au contrôle technocratique des obsédés de la mesure.

Nous ne voulons ni d’une fuite en avant dans une société pulsionnelle, ni d’un retour vers un passé qui n’avait rien d’un âge d’or. Nous enrageons devant le présent et nous voulons construire l’avenir. Pour tout cela, nous croyons à la pédagogie.

x 16 24 212 p. Faire travailler les élèves à l’école
Sept clés pour enseigner autrement
T
Grandserre Sylvain B, Lescouarch Laurent B essai éducation 2009 03/09/09 9782710120452 ESF Politique et société -école 23,35 € 23.35 épuisé
AA AA

N’en déplaise aux spécialistes des " y a qu’à ", tout enseignant sait bien que les apprentissages ne se décrètent pas.

Et quoi qu’en pensent les technocrates, on n’éradiquera pas l’échec scolaire en multipliant les prothèses de toutes sortes après la classe, sans toucher à l’organisation même de cette dernière. Les pédagogues, en dépit des anathèmes et des malentendus, ne sont en rien de doux rêveurs ayant abdiqué leur autorité et renoncé à transmettre des savoirs. Ils témoignent, au contraire, d’une inlassable obstination dans ce domaine.

Articulant, avec inventivité, la volonté d’instruire et celle de former à la liberté. Sylvain Grandserre et Laurent Lescouarch en font ici la remarquable démonstration. Adossés aux grandes figures de la pédagogie, informés des meilleures recherches en éducation, soucieux d’être toujours au plus près des pratiques, ils nous offrent un ouvrage exceptionnel. Jean Houssaye dit d’eux, dans la préface, que ce sont des " sages ".

Et, effectivement, ce livre est un livre de " sagesse pédagogique " : il conjugue, avec un rare talent, équilibre et exigence. Equilibre entre les informations théoriques et les préconisations concrètes. Entre le souci de créer du collectif et celui d’aider chacun au plus près de ses besoins. Entre les impératifs de la transmission et ceux de l’émancipation... Exigence aussi : d’apprentissages rigoureux, d’une culture porteuse de promesses d’humanité, d’une formation authentique à la démocratie...

Voilà donc, tout à la fois, un manifeste et un outil pour une véritable pédagogie de la liberté. Philippe Meirieu.

x 11,5 19 135 p. La grande mutation T Bruno Isabelle B essai éducation 2010 30/04/10 9782849502693 Syllepse Comprendre et agir Politique et société -école 7,10 € 7.10 épuisé
AA AA

L’avenir de nos écoles et de nos universités se décide de plus en plus à l’échelle européenne. Encore mal connue, la politique de l’Europe en matière d’éducation reste peu visible alors même que son influence s’accroît. Connaître le sens de la «  stratégie de Lisbonne  » et du processus de Bologne  », c’est se donner la possibilité de mieux comprendre la grande mutation de nos institutions d’enseignement. C’est aussi comprendre le projet de société que l’Union européenne met en œuvre au travers des réformes nationales en se servant de relais multiples et parfois inattendus à l’intérieur de chaque pays.

L’enjeu de cette politique néolibérale est considérable. En rupture avec les bases humanistes de l’école, elle fait de cette dernière un instrument au service exclusif de la compétitivité économique dans le cadre du capitalisme globalisé. Par là, elle menace la formation de citoyens libres et le développement de la pensée et de la science.

De la mise en concurrence des écoles à la pédagogie des compétences, de l’évaluation quantitative à l’augmentation des droits universitaires, du pouvoir managérial à la professionnalisation généralisée des cursus, une cohérence s’impose par touches successives à tous les niveaux de l’enseignement  : le projet de construire un «  marché européen de la connaissance  ».

Partout en Europe les mêmes réformes régressives engendrent des mobilisations qui demandent aujourd’hui à être coordonnées. Dans toutes les langues de l’Europe, les mots d’ordre disent un même refus de l’«  école-entreprise  » et de la «  connaissance-marchandise  ».

Le message de ce livre fortement documenté est clair  : mieux connaître la politique européenne en matière d’éducation et de recherche, c’est se donner les moyens d’engager la lutte sur le terrain transnational où seule désormais elle peut être gagnée.

x 11 18 212 p. Qu’est-ce que l’école ? T Pena-Ruiz Henri essai éducation 2005 13/10/05 9782070318803 Gallimard »» Folio actuel Politique et société -école 6,60 € 6.60 sur commande ?
AA AA

Pourquoi exposer le sens de l’école et remonter aux principes fondateurs d’une telle institution ? À l’origine, il y a, bien au-delà du suffrage universel et du principe juridique de la souveraineté populaire, une certaine idée de l’homme-citoyen : il ne s’agit pas seulement de transmettre à tous les enfants les savoirs et les savoir-faire nécessaires à la production des biens requis pour vivre ; il faut aussi, en cultivant l’autonomie de jugement, faire de chaque citoyen le maître de ses pensées.

En raison de son exigence, cet idéal ne peut pas se réaliser aisément. Une société ne se met pas spontanément à distance d’elle-même, surtout lorsqu’elle est dominée par des puissances médiatiques, désireuses de " faire l’opinion ", et déchirée par un chômage structurel. Dans ce contexte, l’existence de l’institution scolaire n’est elle pas en péril ? Telle est la singularité du présent ouvrage : à la fois présentation raisonnée de l’idéal fondateur de l’école et mise à l’épreuve de cet idéal au regard d’une réalité qui en contrarie la réalisation, il donne des repères conceptuels propres à affranchir le jugement des malentendus polémiques.

x 13,5 22 197 p. Sanctions et discipline à l’école T Defrance Bernard B essai éducation, répression 2009 20/08/09 9782707158499 la Découverte Politique et société -école 16,00 € 16.00 sur commande ?
AA AA

Entre ceux qui pensent que l’école est devenue incapable d’inculquer aux élèves les règles élémentaires de la vie en collectivité, ceux qui considèrent que les enseignants sont trop souvent dépassés par les déchaînements de jeunes sans repères, ceux qui réclament plus de discipline, ceux qui dénoncent l’incohérence de l’application de la règle ou les sanctions trop systématiques...

la polémique fait rage et s’enlise. Selon Bernard Defrance, on ne peut sortir de débat sans issue, entre répression et démission, qu’en articulant construction des savoirs et institution de la loi. L’enjeu est à la fois disciplinaire et pédagogique. S’appuyant sur de nombreux témoignages d’élèves, l’auteur montre pourquoi des situations de blocage ou des conflits violents peuvent survenir et comment il est possible d’en sortir, en permettant aux jeunes de trouver des repères et d’accepter règles, valables pour tous.

Cet ouvrage, publié pour la première fois en 1993 et qui a vu depuis la plupart de ses propositions reprises dans les textes officiels, fournit aux parents et aux éducateurs des clefs de compréhension de l’institution scolaire, et en particulier des repères juridiques clairs. Cette nouvelle édition, entièrement mise à jour, tient compte des réformes et des débats les plus récents concernant l’école : elle était d’autant plus nécessaire que les évolutions actuelles, côté des instances officielles, menacent gravement les acquis pédagogiques et les quelques progrès de la période antérieure.

x 13,5 22 153 p. La violence à l’école
édition revue et augmentée
T
Defrance Bernard B essai éducation, violence 2009 20/08/09 9782707158505 la Découverte Politique et société -école 13,20 € 13.2 épuisé
AA AA

La violence à l’école défraie tous les jours la chronique.

Elle est devenue une préoccupation majeure du ministère de l’Education nationale et de l’ensemble du corps social : des colloques sont organisés pour réfléchir à des solutions, et des mesures sont prises à tous les niveaux pour encadrer les " barbares " que seraient les nouveaux collégiens et lycéens, mais elles se révèlent trop souvent insuffisantes et inefficaces. Plusieurs fois réédité depuis sa première publication en 1988, ce livre a été le premier à mettre en cause le fonctionnement de l’institution elle-même : il montre que la violence à l’école trouve largement son origine dans la violence de l’école.

La thèse que Bernard Defrance défend depuis plus de vingt ans commence à être entendue : tant qu’on ne s’attaquera pas aux violences ordinaires, consubstantielles à notre système scolaire, qui s’exercent quotidiennement contre les élèves (brimades diverses, interrogatoires humiliants, notations empiriques, procédures de sélection, punitions illégales...), on ne résoudra rien. Et les établissements, en tout premier lieu ceux des quartiers défavorisés, continueront à être des marmites sous pression.

Cette nouvelle édition est entièrement actualisée : elle tient compte des dernières études et les propositions pour agir et prévenir s’appuient sur les évolutions récentes. Une lecture indispensable pour tous les professionnels concernés et pour les parents sensibles aux problèmes de l’école.

x 16 24 334 p. Apprendre avec les pédagogies coopératives
Démarches et outils pour l’école
T
Connac Sylvain B guide éducation, pédagogie 2009 12/03/09 9782710120094 ESF Pedagogies Politique et société -école 23,35 € 23.35 épuisé, réédité avec l'ean 9782710133667
AA AA

Oui, la pédagogie coopérative, issue de " l’Education nouvelle " et des " méthodes actives ", a pour projet inlassable de transmettre des savoirs.

Non, elle ne confond pas le bricolage permanent avec le véritable apprentissage... Oui, le maître y assume son autorité. Non, elle n’a rien à voir avec le spontanéisme libertaire... Oui, elle s’attache à construire des outils précis et des démarches rigoureuses. Non, elle ne s’enferme pas dans un jargon technocratique... Il faut expliquer que la pédagogie coopérative est en phase avec les connaissances dont nous disposons aujourd’hui sur les apprentissages, le développement de la personne et le fonctionnement des groupes.

Il faut rappeler que c’est aussi un projet porteur des valeurs de solidarité et de liberté. Il faut souligner qu’il s’agit bien, ici, de travailler, en même temps, au quotidien et dans le moindre geste, à articuler transmission et émancipation. Voilà tout ce que fait l’ouvrage-somme de Sylvain Connac. Véritable manuel de pédagogie pour l’école primaire, il va aussi plus loin : les apports théoriques et les exemples concrets s’y nourrissent réciproquement, un ensemble complet d’outils y est présenté couvrant aussi bien les objectifs d’apprentissage que l’organisation de la classe, la construction de l’autonomie que l’accès à la pensée réflexive.

Des références historiques, des expériences de classes et d’école, des tableaux synthétiques, un lexique complet des principales notions complètent ce livre. Cet ouvrage fondamental, on se demandera après l’avoir lu, comment on a pu s’en passer. Il deviendra une référence obligé pour les praticiens, comme pour les chercheurs et les formateurs. Philippe Meirieu.

x 14,2 20,1 126 p. Des ateliers Montessori à l’école - Une expérience en maternelle T Missant Béatrice essai éducation, pédagogie, école 2011 20/01/11 9782710122173 ESF Pratiques & enjeux pédagogiques Politique et société -école 14,20 € 14.20 épuisé
AA AA

Ce livre décrit la pédagogie Montessori et comment celle-ci, jusqu’à maintenant largement réservée à l’école privée, peut s’intégrer avec pertinence dans une pratique de classe à l’école publique en respectant à la fois sa propre quintessence et les objectifs de l’Education nationale.

La confiance en soi, la motivation, la curiosité, la maîtrise de soi et les capacités d’adaptation sont des qualités indispensables et déterminantes pour s’intégrer au monde de demain. Leur développement est l’objectif premier de cette pédagogie qui propose un enseignement individualisé, respectant le rythme d’apprentissage de chaque enfant. Ce livre est le seul à l’heure actuelle à présenter une expérience concrète d’enseignement Montessori dans une école maternelle publique.

Les enseignants peuvent y puiser tous les éléments nécessaires pour comprendre, à travers un éclairage actualisé, cette pédagogie et démarrer des ateliers Montessori dans leur classe. Les parents peuvent saisir les enjeux de celle-ci et comprendre combien il est important de ne pas dissocier scolarité et développement de la personnalité de l’enfant.

x 14,5 21 319 p. Une école différente pour mon enfant ? - Montessori, Freinet, Steiner ... T Viaud Marie-Laure B guide éducation, pédagogie, école 2008 11/09/08 9782092782347 Nathan Politique et société -école 14,90 € 14.90 épuisé
AA AA

Au moment de l’entrée à la maternelle, à l’école élémentaire, au collège ou lorsqu’un enfant ou un ado s’ennuie, ou décroche, de plus en plus de parents choisissent une école dite "alternative".

Une école à l’écoute du rythme de l’enfant, qui respecte ses stades de développement, fait la part belle à ses initiatives et cultive son désir d’apprendre. Mais quelle école choisir ? Montessori, Freinet, Steiner et les autres... que proposent réellement ces écoles, sur le terrain ? Une présentation détaillée des différentes pédagogies à travers de nombreux reportages de terrain pendant les heures de classe.

Les résultats de ces écoles et l’adaptation des anciens élèves qui ont rejoint le système "classique". Comment appliquer le meilleur de ces pédagogies à la maison ? En fin d’ouvrage, des cartes par niveau et toutes les adresses de ces écoles, partout en France.

x 21,5 13,5 139 p. Ecole, la servitude au programme
Notes et morceaux choisis n°10
T
Gouget Florent et Thevenet Roland essai école 2011 01/01/11 9782952778060 La Lenteur Politique et société -école 8,20 € 8.20 épuisé
AA AA
L’article principal de ce numéro traite du déferlement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication dans l’Éducation Nationale. Il est centré sur l’étude du rapport d’un haut-fonctionnaire, M. Fourgous, intitulé « Réussir l’école numérique » et qui a été remis au ministre concerné en février 2010. Ce rapport se présente comme un élément essentiel du cadrage de l’institution pour les années à venir. La critique virulente des conséquences présentes et prévisibles de l’invasion numérique de l’école par Florent Gouget s’appuie sur une analyse des contradictions historiques de l’École républicaine, traditionnellement à la fois outil d’adaptation à la domination capitaliste et lieu de transmission des savoirs et de la réflexion. Dans la lignée de L’Enseignement de l’ignorance de Jean-Claude Michéa (1999), l’auteur constate la disparition de cette dimension « humaniste » au profit d’une adaptation de l’école aux conditions modernes de la domination. C’est ainsi qu’il faut entendre les différentes réformes de l’institution menées depuis la fin des années 1980, qui trouvent un parfait appui dans l’introduction massive des NTIC dans les établissements scolaires. La recension du livre de Charlotte Nordmann, La Fabrique de l’impuissance 2 (éditions Amsterdam, 2008). est l’occasion de préciser cette analyse. Nordmann tend en effet à faire de l’École républicaine, depuis ses origines, un pur objet de légitimation et de reproduction de l’ordre social, et ce essentiellement de par son fonctionnement interne – le principe d’autorité du professeur sur l’élève. Florent Gouget, tout en partageant en partie le constat de Nordman, en souligne les insuffisances. Premièrement, elle dénie toute intention d’émancipation de la part de l’école républicaine et de ses défenseurs, qu’elle renvoie, toutes tendances confondues, à une même position réactionnaire. Surtout, Nordman n’aborde pas la question du type d’organisation sociale à laquelle est liée l’école, et ses changements éventuels depuis Jules Ferry… Étrange discours critique, qui ne dit mot des bouleversements des trente dernières années, dont l’informatisation n’est pas le moindre aspect.
x 12,5 19 95 p. Résister et enseigner de façon éthique et responsable T Refalo Alain B essai éducation 2011 01/03/11 9782354721206 Golias Politique et société -école 10,00 € 10.00 sur commande ?
AA AA

Les contre réformes appliquées à l’école publique depuis 2008 déconstruisent méthodiquement ses fondements, ses valeurs et ses objectifs. Face à cet immense défi, un mouvement de résistance d’une ampleur inégalée dans l’Éducation Nationale s’est développé chez les enseignants du primaire qui n’ont pas voulu devenir les complices de cette politique destructrice du service public d’éducation.

Cette résistance, ciblée sur le terrain pédagogique, est exposée ici avec rigueur et clarté par l’auteur de la lettre « En conscience, je refuse d’obéir » du 6 novembre 2008. Une résistance collective qui refuse l’idée d’une école élitiste. Une résistance éthique et responsable qui porte l’exigence d’une école du progrès pour tous au service d’une société plus juste, plus solidaire et plus humaine.

Préface de Philippe Meirieu.

x 11,4 19,1 154 p. Faites chauffer l’école
Principes pour une révolution scolaire
T
Calabuig Bernard B, Tovar José B essai école 2011 07/04/11 9782849502976 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société -école 7,50 € 7.50 3,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Le système scolaire est grippé, à bout de souffle.

La logique ségrégative qui l’organise craque de toutes parts. L’école est aujourd’hui plongée dans la tourmente libérale et la droite au pouvoir veut restructurer à marche forcée l’ensemble du système éducatif avec pour principal motif et finalité la formation d’un nouveau salariat adapté aux besoins du Capital. A gauche, faute de volonté politique, les gouvernements qui avaient fait le choix de lutter contre les inégalités ont échoué.

Il est plus que temps de penser les transformations progressistes du système éducatif comme les éléments du projet d’alternative écologique et sociale en prise avec la réalité du 21e siècle. Ce livre a l’ambition d’y contribuer en mettant en avant des propositions qui dessinent les contours d’une école commune, une école de l’intelligence, de la culture et de la professionnalisation pour tous et toutes.

x 11 17,5 136 p. Tableau noir
Résister à la privatisation de l’enseignement
T
Hirtt Nico B, Selys (de) Gérard B essai école 2010 10/05/10 9782805900051 Aden EPO Politique et société -école 9,90 € 9.90 actuellement indisponible
AA AA
Des milliers d’écoles fermées. Des millions d’enseignants mis à pied. Des dizaines de millions d’enfants à peine alphabétisés. Les autres, obligés de payer, et cher, pour apprendre. Science fiction ? Non ! C’est la stratégie secrètement mise en œuvre aujourd’hui pour privatiser l’enseignement. Partout dans le monde. Une catastrophe culturelle, sociale et démocratique sans précédent si cette stratégie aboutit. Cet ouvrage salutaire la dévoile, preuves à l’appui. Le lire, c’est entrer en résistance.
x 14 22 256 p. Enfants au carré
une prévention qui ne tourne pas rond
T
Collectif Pasde0deconduite  B essai éducation, répression 2011 19/05/11 9782749214054 Erès Politique et société -école 12,50 € 12.50 sur commande ?
AA AA

Dans ce nouvel ouvrage, le collectif Pasde0deconduite s’attache à mieux comprendre les hiatus entre prévention et évaluation des comportements des enfants, à préciser en quoi l’accompagnement vers la socialisation est d’une autre nature que les apprentissages précoces de conduites adaptatives, à analyser les méthodes utilisées, leurs fondements théoriques, leur cadre d’application.

Comment une politique bénéfique pour l’enfance et la famille pourrait-elle émerger de la logique de contrôle qui prévaut actuellement ? Malmener la dimension éthique dans le rapport à l’enfant n’ouvre-t-il pas... sur une impasse ? Conformément à l’esprit de travail multidisciplinaire et citoyen du collectif Pasde0deconduite, ces questions seront abordées sous les aspects psychologique, médical, éducatif, philosophique, sociologique et politique.

x 12 19 40 p. Petite enfance : pour une prévention prévenante
manifeste
T
Collectif Pasde0deconduite  B essai éducation, répression 2011 19/05/11 9782749214603 Erès Politique et société -école 3,10 € 3.10 sur commande ?
AA AA

Face à la ténacité du pouvoir politique pour installer une prévention prédictive, un contrôle et un formatage précoce des enfants, le collectif Pasde0deconduite reste mobilisé.

Parce qu’un enfant n’est pas un organisme programmé et programmable, rien n’est définitivement joué dans l’évolution d’un être humain, ni à 3 ans ni à 7 ou 15 ans. Le collectif Pasde0deconduite persiste et signe : la prévention prévenante est une finalité en soi qui n’a pas à se nicher à l’ombre des politiques de sécurité.

Dans ce manifeste, destiné à devenir un document de référence, le collectif Pasde0deconduite interroge les fondements scientifiques et politiques des programmes de promotion de la santé mentale et appelle à en cerner les enjeux humains, scientifiques, sociaux, politiques, démocratiques et éthiques.

Il défend une recherche qui prend appui sur toutes les approches théoriques et relie les disciplines entre elles, une recherche qui ne soit pas soumise aux intérêts financiers des lobbies pharmaceutiques. Enfin il propose et valorise des pratiques existantes qui ont prouvé leur pertinence ainsi que des dispositifs innovants dans les domaines de la prévention pour les enfants.

x 11,5 20 155 p. Les nouveaux maîtres de l’école
L’enseignement européen sous la coupe des marchés
T
Hirtt Nico B essai école 2005 19/10/05 9782930402185 Aden Epo Politique et société -école 14,20 € 14.20 7,10 € présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre, dans sa nouvelle édition mise à jour, démonte les mécanismes qui sont à l’œuvre derrière le démantèlement de l’Ecole publique.

Il est aussi un appel à résister. Non par nostalgie. Mais pour défendre le droit à l’instruction de ceux qui n’ont que l’Ecole pour accéder aux armes du savoir. Les systèmes éducatifs européens sont soumis à un feu roulant de réformes. Lentement mais sûrement, on abandonne les structures d’enseignement centralisées et on y substitue des réseaux d’établissements autonomes, diversifiés, en situation d’intense concurrence mutuelle.

Derrière le double alibi de la lutte contre l’échec scolaire et de la promotion de l’emploi se cachent des motifs moins avouables : les milieux patronaux exigent un enseignement rationalisé et dérégulé. L’Ecole doit fournir les travailleurs flexibles que réclame la concurrence économique. Elle doit répondre rapidement aux mutations technologiques. Elle doit s’adapter à un marché du travail dualisé et instable.

Elle doit transmettre moins de savoirs mais davantage de compétences adaptables. Elle doit, plus qu’hier encore, sélectionner, diviser, hiérarchiser les jeunes. Enfin, l’École est appelée à s’ouvrir à un secteur privé en quête de nouveaux marchés.

x 14 20,5 216 p. Pédagogie et révolution
Questions de classe et (re)lectures pédagogiques
T
Chambat Grégory B essai école 2011 18/10/11 9782918059219 Libertalia Terra Incognita Politique et société -école 14,20 € 14.20 manquant sans date
AA AA

Cantonné à la seule question des moyens ou englué dans l’artificielle querelle opposant réac-publicains et pédagogistes, le débat autour de l’école est aujourd’hui dans l’impasse.

Proposer une relecture des « classiques » de la pédagogie et questionner leur actualité à la lumière des enjeux présents est une manière de réactiver cette inspiration révolutionnaire qui guidait les éducateurs d’hier. De Francisco Ferrer à Jacques Rancière, en passant par Célestin Freinet, Paulo Freire ou Ivan Illich, ce recueil de chroniques publiées dans la revue N’Autre école esquisse le bilan d’un siècle de pratiques et de luttes pour une éducation réellement émancipatrice.

Ce parcours pédagogique empreinte également des chemins oubliés ou plus inattendus : l’apport du syndicalisme révolutionnaire, de Fernand Pelloutier à Albert Thierry ou l’œuvre éducative de la révolution libertaire espagnole. Car, si la postérité a conservé la trace de quelques-unes des figures convoquées ici, elle ne doit pas nous faire oublier que le combat pour une école de la liberté et de l’égalité fut toujours une pratique collective et sociale. Dans le domaine de la pédagogie, comme dans celui de l’action militante, ceux qui savent de quoi ils parlent sont ceux qui font…

Montaigne l’affirmait : « Éduquer, ce n’est pas emplir un vase, c’est allumer un feu »… il est temps de souffler sur les braises !

x 15 22 125 p. Eloge de l’éducation lente T Domènech Francesch Joan B essai éducation 2011 01/09/11 9782850088759 Chronique sociale Comprendre la société Politique et société -école 13,70 € 13.70 sur commande ?
AA AA

"Je n’ai pas le temps...

". Alors, je passe à la vitesse supérieure... Ce faisant, je m’éloigne du sens profond des choses et je contribue à une société névrosée et impersonnelle. Plus, plus tôt et plus vite ne sont pas synonymes de meilleur. L’auteur applique ce principe au champ éducatif - scolaire, familial et personnel : il envisage un temps qui permet notamment de retrouver le sens de la diversité des rythmes d’apprentissage.

L’éducation lente ne signifie pas agir lentement, mais savoir trouver le temps adapté à chacun et à chaque activité. Eduquer lentement, c’est ajuster la vitesse au moment et à la personne. Faire un éloge de l’éducation lente, c’est faire l’éloge d’un modèle éducatif essentiel pour l’humanisation de la société. Le temps n’a pas à coloniser notre vie ni celle de l’école ou des familles ; le temps appartient aux enfants, aux parents et aux professeurs.

Pleinement vécu, il est pleinement éducatif.

x 13,5 22 274 p. La nouvelle école capitaliste T Laval Christian B, Dreux Guy B, Vergne Francis B, Clément Pierre B essai éducation, école 2011 10/08/11 9782707169488 la Découverte Cahiers Libres Politique et société -école 19,80 € 19.80 7,90 € présent à Plume(s)
AA AA

Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école - suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de la condition enseignante - ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école.

Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970, elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme. L’" employabilité " est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. L’école devient peu à peu un système hiérarchisé d’entreprises productrices de " capital humain " au service de l’" économie de la connaissance".

Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des " compétences " ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire.

Dans ce livre de combat et de théorie, les auteurs renouvellent la sociologie critique de l’éducation en inscrivant les mutations de l’institution scolaire et universitaire dans celles du capitalisme contemporain. Ils entendent ainsi donner à tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique éminemment politique les outils d’analyse pour construire une alternative convaincante et résolue.

réédité en poche en 2012

x 14 19 184 p. La ferme des enfants
une pédagogie de la bienveillance
T
Rabhi Sophie B essai éducation, alternatives 2011 19/12/11 9782330002022 Actes Sud Domaine du possible Politique et société -école 22,40 € 22.40 11,20 € présent à Plume(s)
AA AA

En 1997, Sophie Rabhi, enceinte de son premier enfant -investie et portée par son rôle de mère en devenir- entreprend de fonder une petite école alternative, en même temps qu’elle reprend la ferme de ses parents, en Ardèche.

Pour elle, l’école se doit d’être un lieu profondément respectueux de l’enfant, au service de son développement et à même de lui donner les outils nécessaires pour qu’il devienne un adulte critique, responsable, heureux et libre. Convaincue que la clé de la réussite de tout apprentissage se situe dans la création d’une relation d’amour et de confiance entre l’enseignant et l’enfant, elle fonde La Ferme des Enfants, afin de pouvoir mettre en pratique les enseignements et méthodes qu’elle ne retrouve pas dans le système éducatif conventionnel. Elle développe alors une pédagogie originale, à partir des analyses de M. Montessori, J. Krisnamurti, C. Freinet ou encore Alice Miller. Pédagogie qui évoluera et se singularisera au fil des douze années de travail, d’expérimentation et de mise en pratique à la Ferme des enfants.

A travers cet ouvrage, Sophie Rabhi ne propose pas une méthode d’enseignement prête à l’emploi ou un modèle éducatif supplémentaire. Elle ouvre des perspectives en nous livrant son témoignage, en tant qu’enseignante, pédagogue, mère et citoyenne.

x 15 21 540 p. L’école de la simplexité T Collot Bernard B essai pédagogie 9782954094304 TheBookEdition Politique et société -école 25,19 € 25.19 sur commande ?
AA AA

Depuis longtemps les pédagogies nouvelles ont démontré leur efficience quant à la construction des apprentissages. Bernard COLLOT a poussé leur logique à l’extrême dans sa classe unique, une école sans programmes, sans évaluation, sans leçons, sans cahiers, sans horaires, ouverte en permanence. Il l’a appelé « Une école du 3ème type » dans un premier ouvrage (éd. L’Harmattan).

Mais pourquoi, lorsque toutes les références habituelles disparaissent ainsi, « cela marche » ?

Bernard COLLOT décortique les fondements sur lesquels peut se construire une autre école en s’appuyant sur la systémique et sur une conception bien particulière des langages.

Le puzzle qu’il nous convie à reconstruire conduit dans un autre paradigme.

x 16 24 152 p. Anthologie des textes clés en pédagogie
Des idées pour enseigner
T
Alexandre Danielle B anthologie pédagogie 2010 23/04/10 9782710121473 ESF Pédagogies Politique et société -école 13,10 € 13.10 épuisé
AA AA

Puisant parmi les auteurs les plus réputés en pédagogie, ce livre reprend des extraits de leurs ouvrages pour constituer une anthologie de textes sélectionnés à partir des collections " Pédagogies " et " Pratiques et enjeux pédagogiques ".

Perrenoud, Astolfi, Meirieu, Peretti, Houssaye, Develay, Hameline, et bien d’autres, ont marqué l’histoire de la pédagogie ces trente dernières années. Réunir des textes fondateurs mais aussi faire découvrir ou redécouvrir des textes moins connus, faire entendre d’autres auteurs, tel est le parti pris de cet ouvrage. Ainsi, au moyen de ce livre, étudiants et débutants pourront entrer dans cet univers foisonnant qu’il faut absolument connaître pour réussir les examens et les concours.

Cette anthologie s’adresse également aux enseignants désireux de se former et fournit à chacun un florilège de textes pour nourrir la réflexion. Les extraits sélectionnés sont classés par mots-clés et éclairés systématiquement par les commentaires de Danielle Alexandre. Elle replace ces textes fondateurs dans leur contexte historique, restitue les débats ambiants et souligne la pertinence, l’importance de ces travaux et leur modernité.

Grâce à ce livre, le lecteur pourra lire Astolfi sur le rôle de l’erreur, Perrenoud sur les compétences ou la différenciation, Meirieu sur la relation pédagogique, Peretti sur l’évaluation, Houssaye et le fameux triangle pédagogique, Hameline et les objectifs pédagogiques... Chacun pourra ainsi revenir aux sources. On retrouvera tous ces auteurs et bien d’autres tout aussi importants au fil de ces pages ainsi que dans une présentation détaillée en fin d’ouvrage.

x 11,6 17,6 126 p. Les violences à l’école T Carra Cécile B, Faggianelli Daniel B doc école, violence 2011 25/10/11 9782130588283 PUF Que sais-je ? Politique et société -école 10,00 € 10 sur commande ?
AA AA

Une enseignante bousculée par des parents dans une école d’un quartier " pourtant calme ", des élèves abattus dans un pays qui n’est " pourtant " pas les États-Unis.

Les réactions politiques se multiplient : discours de soutien aux victimes ou de dénonciation des auteurs de violence, lois, circulaires, plans de lutte. Des états généraux sont convoqués, des commissions créées, des recherches commanditées et de nouvelles lois votées. Faut-il plus de fermeté et plus de sanctions ? Faut-il construire des dispositifs particuliers pour les élèves violents ? Depuis le début des années 1990, s’est imposée dans le débat public une évidence de la violence.

Face à ce phénomène, ce livre cherche moins à imposer un discours de plus sur la violence à l’école qu’à proposer les outils permettant de mieux saisir les enjeux, de sa dénonciation et de son traitement, des manières de l’étudier et des conceptions sous-jacentes de l’individu et de la société qu’elles supposent. Il dresse ainsi un état actuel des recherches et évaluations existantes sur les formes de violences à l’école.

x 14 22 185 p. Cessons de démotiver les élèves
18 clés pour favoriser l’apprentissage
T
Favre Daniel B 2010 25/08/10 9782100534449 Dunod enfances Politique et société -école 18,00 € 18.00 épuisé
AA AA

Organisé en 18 clés synthétiques et concrètes, cet ouvrage est porteur d’un projet : permettre aux élèves de se remotiver pour l’apprentissage.

Pour ce faire, il en propose la théorie, appuyée sur des notions neurobiologiques, et en illustre la mise en application au quotidien. Les élèves devraient ainsi renouer avec le plaisir d’apprendre, motivation endogène, pour lequel le cerveau humain est conçu. Les enseignants, quant à eux, bénéficieront du projet pour : travailler ensemble, tout en se remettant en question ; se montrer vulnérables, tout en développant une plus grande sécurité de base ; réinventer leur métier, tout en se rapprochant des valeurs à l’origine de leur vocation.

Prendre véritablement en compte la dimension affective de l’apprentissage, c’est l’ambition du nouveau livre de Daniel Favre, qui a déjà démontré avec succès dans son précédent ouvrage que la violence et l’échec scolaire sont réversibles à cette même condition.

x 12 18,5 165 p. Le bavardage, parlons-en enfin
Pour une classe à l’écoute
T
Ehnuel Florence B pamphlet éducation 2012 25/01/12 9782213668369 Fayard Doc. témoignage Politique et société -école 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

Il y a les élèves qui bavardent et ceux que le bavardage des autres empêche de se concentrer.
Il y a les profs autoritaires et ceux qui se contentent, résignés, d’avaler des aspirines.
Il y a les parents qui trouvent que ça commence à bien faire et ceux qui pensent qu’après tout leurs enfants ont droit à la parole.

Mais le plus beau paradoxe de l’affaire, c’est que le bavardage, personne n’en parle. Il ne s’agit pourtant pas que d’un simple désagrément, ni d’une tendance infantile qui disparaît d’elle-même avec l’âge, ni d’un problème confiné à certains établissements réputés difficiles.

Le bavardage sévit partout, à tous niveaux, et constitue de ce fait une menace pour la qualité de l’enseignement. Essayiste et romancière, mais aussi professeur de philosophie confrontée quotidiennement au brouhaha dans ses classes, Florence Ehnuel propose de faire enfin du bavardage l’objet d’un vrai débat. Et elle lance un défi : sauvegarder la transmission en réinventant une classe à l’écoute.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |