Politique et société-école - Librairie Plume(s)

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -école | Pratique

148 documents du sous-rayon : Politique et société-école



148 articles
148 pour ces critères tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 11,5 20 155 p. Les nouveaux maîtres de l’école
L’enseignement européen sous la coupe des marchés
T
Hirtt Nico B essai école 2005 19/10/05 9782930402185 Aden Epo Politique et société -école 14,20 € 14.20 7,10 € présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre, dans sa nouvelle édition mise à jour, démonte les mécanismes qui sont à l’œuvre derrière le démantèlement de l’Ecole publique.

Il est aussi un appel à résister. Non par nostalgie. Mais pour défendre le droit à l’instruction de ceux qui n’ont que l’Ecole pour accéder aux armes du savoir. Les systèmes éducatifs européens sont soumis à un feu roulant de réformes. Lentement mais sûrement, on abandonne les structures d’enseignement centralisées et on y substitue des réseaux d’établissements autonomes, diversifiés, en situation d’intense concurrence mutuelle.

Derrière le double alibi de la lutte contre l’échec scolaire et de la promotion de l’emploi se cachent des motifs moins avouables : les milieux patronaux exigent un enseignement rationalisé et dérégulé. L’Ecole doit fournir les travailleurs flexibles que réclame la concurrence économique. Elle doit répondre rapidement aux mutations technologiques. Elle doit s’adapter à un marché du travail dualisé et instable.

Elle doit transmettre moins de savoirs mais davantage de compétences adaptables. Elle doit, plus qu’hier encore, sélectionner, diviser, hiérarchiser les jeunes. Enfin, l’École est appelée à s’ouvrir à un secteur privé en quête de nouveaux marchés.

x 14 20,5 216 p. Pédagogie et révolution
Questions de classe et (re)lectures pédagogiques
T
Chambat Grégory B essai école 2011 18/10/11 9782918059219 Libertalia Terra Incognita Politique et société -école 14,20 € 14.20 manquant sans date
AA AA

Cantonné à la seule question des moyens ou englué dans l’artificielle querelle opposant réac-publicains et pédagogistes, le débat autour de l’école est aujourd’hui dans l’impasse.

Proposer une relecture des « classiques » de la pédagogie et questionner leur actualité à la lumière des enjeux présents est une manière de réactiver cette inspiration révolutionnaire qui guidait les éducateurs d’hier. De Francisco Ferrer à Jacques Rancière, en passant par Célestin Freinet, Paulo Freire ou Ivan Illich, ce recueil de chroniques publiées dans la revue N’Autre école esquisse le bilan d’un siècle de pratiques et de luttes pour une éducation réellement émancipatrice.

Ce parcours pédagogique empreinte également des chemins oubliés ou plus inattendus : l’apport du syndicalisme révolutionnaire, de Fernand Pelloutier à Albert Thierry ou l’œuvre éducative de la révolution libertaire espagnole. Car, si la postérité a conservé la trace de quelques-unes des figures convoquées ici, elle ne doit pas nous faire oublier que le combat pour une école de la liberté et de l’égalité fut toujours une pratique collective et sociale. Dans le domaine de la pédagogie, comme dans celui de l’action militante, ceux qui savent de quoi ils parlent sont ceux qui font…

Montaigne l’affirmait : « Éduquer, ce n’est pas emplir un vase, c’est allumer un feu »… il est temps de souffler sur les braises !

x 15 22 125 p. Eloge de l’éducation lente T Domènech Francesch Joan B essai éducation 2011 01/09/11 9782850088759 Chronique sociale Comprendre la société Politique et société -école 13,70 € 13.70 sur commande ?
AA AA

"Je n’ai pas le temps...

". Alors, je passe à la vitesse supérieure... Ce faisant, je m’éloigne du sens profond des choses et je contribue à une société névrosée et impersonnelle. Plus, plus tôt et plus vite ne sont pas synonymes de meilleur. L’auteur applique ce principe au champ éducatif - scolaire, familial et personnel : il envisage un temps qui permet notamment de retrouver le sens de la diversité des rythmes d’apprentissage.

L’éducation lente ne signifie pas agir lentement, mais savoir trouver le temps adapté à chacun et à chaque activité. Eduquer lentement, c’est ajuster la vitesse au moment et à la personne. Faire un éloge de l’éducation lente, c’est faire l’éloge d’un modèle éducatif essentiel pour l’humanisation de la société. Le temps n’a pas à coloniser notre vie ni celle de l’école ou des familles ; le temps appartient aux enfants, aux parents et aux professeurs.

Pleinement vécu, il est pleinement éducatif.

x 13,5 22 274 p. La nouvelle école capitaliste T Laval Christian B, Dreux Guy B, Vergne Francis B, Clément Pierre B essai éducation, école 2011 10/08/11 9782707169488 la Découverte Cahiers Libres Politique et société -école 19,80 € 19.80 7,90 € présent à Plume(s)
AA AA

Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école - suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de la condition enseignante - ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école.

Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970, elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme. L’" employabilité " est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. L’école devient peu à peu un système hiérarchisé d’entreprises productrices de " capital humain " au service de l’" économie de la connaissance".

Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des " compétences " ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire.

Dans ce livre de combat et de théorie, les auteurs renouvellent la sociologie critique de l’éducation en inscrivant les mutations de l’institution scolaire et universitaire dans celles du capitalisme contemporain. Ils entendent ainsi donner à tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique éminemment politique les outils d’analyse pour construire une alternative convaincante et résolue.

réédité en poche en 2012

x 14 19 184 p. La ferme des enfants
une pédagogie de la bienveillance
T
Rabhi Sophie B essai éducation, alternatives 2011 19/12/11 9782330002022 Actes Sud Domaine du possible Politique et société -école 22,40 € 22.40 11,20 € présent à Plume(s)
AA AA

En 1997, Sophie Rabhi, enceinte de son premier enfant -investie et portée par son rôle de mère en devenir- entreprend de fonder une petite école alternative, en même temps qu’elle reprend la ferme de ses parents, en Ardèche.

Pour elle, l’école se doit d’être un lieu profondément respectueux de l’enfant, au service de son développement et à même de lui donner les outils nécessaires pour qu’il devienne un adulte critique, responsable, heureux et libre. Convaincue que la clé de la réussite de tout apprentissage se situe dans la création d’une relation d’amour et de confiance entre l’enseignant et l’enfant, elle fonde La Ferme des Enfants, afin de pouvoir mettre en pratique les enseignements et méthodes qu’elle ne retrouve pas dans le système éducatif conventionnel. Elle développe alors une pédagogie originale, à partir des analyses de M. Montessori, J. Krisnamurti, C. Freinet ou encore Alice Miller. Pédagogie qui évoluera et se singularisera au fil des douze années de travail, d’expérimentation et de mise en pratique à la Ferme des enfants.

A travers cet ouvrage, Sophie Rabhi ne propose pas une méthode d’enseignement prête à l’emploi ou un modèle éducatif supplémentaire. Elle ouvre des perspectives en nous livrant son témoignage, en tant qu’enseignante, pédagogue, mère et citoyenne.

x 15 21 540 p. L’école de la simplexité T Collot Bernard B essai pédagogie 9782954094304 TheBookEdition Politique et société -école 25,19 € 25.19 sur commande ?
AA AA

Depuis longtemps les pédagogies nouvelles ont démontré leur efficience quant à la construction des apprentissages. Bernard COLLOT a poussé leur logique à l’extrême dans sa classe unique, une école sans programmes, sans évaluation, sans leçons, sans cahiers, sans horaires, ouverte en permanence. Il l’a appelé « Une école du 3ème type » dans un premier ouvrage (éd. L’Harmattan).

Mais pourquoi, lorsque toutes les références habituelles disparaissent ainsi, « cela marche » ?

Bernard COLLOT décortique les fondements sur lesquels peut se construire une autre école en s’appuyant sur la systémique et sur une conception bien particulière des langages.

Le puzzle qu’il nous convie à reconstruire conduit dans un autre paradigme.

x 16 24 152 p. Anthologie des textes clés en pédagogie
Des idées pour enseigner
T
Alexandre Danielle B anthologie pédagogie 2010 23/04/10 9782710121473 ESF Pédagogies Politique et société -école 13,10 € 13.10 épuisé
AA AA

Puisant parmi les auteurs les plus réputés en pédagogie, ce livre reprend des extraits de leurs ouvrages pour constituer une anthologie de textes sélectionnés à partir des collections " Pédagogies " et " Pratiques et enjeux pédagogiques ".

Perrenoud, Astolfi, Meirieu, Peretti, Houssaye, Develay, Hameline, et bien d’autres, ont marqué l’histoire de la pédagogie ces trente dernières années. Réunir des textes fondateurs mais aussi faire découvrir ou redécouvrir des textes moins connus, faire entendre d’autres auteurs, tel est le parti pris de cet ouvrage. Ainsi, au moyen de ce livre, étudiants et débutants pourront entrer dans cet univers foisonnant qu’il faut absolument connaître pour réussir les examens et les concours.

Cette anthologie s’adresse également aux enseignants désireux de se former et fournit à chacun un florilège de textes pour nourrir la réflexion. Les extraits sélectionnés sont classés par mots-clés et éclairés systématiquement par les commentaires de Danielle Alexandre. Elle replace ces textes fondateurs dans leur contexte historique, restitue les débats ambiants et souligne la pertinence, l’importance de ces travaux et leur modernité.

Grâce à ce livre, le lecteur pourra lire Astolfi sur le rôle de l’erreur, Perrenoud sur les compétences ou la différenciation, Meirieu sur la relation pédagogique, Peretti sur l’évaluation, Houssaye et le fameux triangle pédagogique, Hameline et les objectifs pédagogiques... Chacun pourra ainsi revenir aux sources. On retrouvera tous ces auteurs et bien d’autres tout aussi importants au fil de ces pages ainsi que dans une présentation détaillée en fin d’ouvrage.

x 11,6 17,6 126 p. Les violences à l’école T Carra Cécile B, Faggianelli Daniel B doc école, violence 2011 25/10/11 9782130588283 PUF Que sais-je ? Politique et société -école 10,00 € 10 sur commande ?
AA AA

Une enseignante bousculée par des parents dans une école d’un quartier " pourtant calme ", des élèves abattus dans un pays qui n’est " pourtant " pas les États-Unis.

Les réactions politiques se multiplient : discours de soutien aux victimes ou de dénonciation des auteurs de violence, lois, circulaires, plans de lutte. Des états généraux sont convoqués, des commissions créées, des recherches commanditées et de nouvelles lois votées. Faut-il plus de fermeté et plus de sanctions ? Faut-il construire des dispositifs particuliers pour les élèves violents ? Depuis le début des années 1990, s’est imposée dans le débat public une évidence de la violence.

Face à ce phénomène, ce livre cherche moins à imposer un discours de plus sur la violence à l’école qu’à proposer les outils permettant de mieux saisir les enjeux, de sa dénonciation et de son traitement, des manières de l’étudier et des conceptions sous-jacentes de l’individu et de la société qu’elles supposent. Il dresse ainsi un état actuel des recherches et évaluations existantes sur les formes de violences à l’école.

x 14 22 185 p. Cessons de démotiver les élèves
18 clés pour favoriser l’apprentissage
T
Favre Daniel B 2010 25/08/10 9782100534449 Dunod enfances Politique et société -école 18,00 € 18.00 épuisé
AA AA

Organisé en 18 clés synthétiques et concrètes, cet ouvrage est porteur d’un projet : permettre aux élèves de se remotiver pour l’apprentissage.

Pour ce faire, il en propose la théorie, appuyée sur des notions neurobiologiques, et en illustre la mise en application au quotidien. Les élèves devraient ainsi renouer avec le plaisir d’apprendre, motivation endogène, pour lequel le cerveau humain est conçu. Les enseignants, quant à eux, bénéficieront du projet pour : travailler ensemble, tout en se remettant en question ; se montrer vulnérables, tout en développant une plus grande sécurité de base ; réinventer leur métier, tout en se rapprochant des valeurs à l’origine de leur vocation.

Prendre véritablement en compte la dimension affective de l’apprentissage, c’est l’ambition du nouveau livre de Daniel Favre, qui a déjà démontré avec succès dans son précédent ouvrage que la violence et l’échec scolaire sont réversibles à cette même condition.

x 12 18,5 165 p. Le bavardage, parlons-en enfin
Pour une classe à l’écoute
T
Ehnuel Florence B pamphlet éducation 2012 25/01/12 9782213668369 Fayard Doc. témoignage Politique et société -école 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

Il y a les élèves qui bavardent et ceux que le bavardage des autres empêche de se concentrer.
Il y a les profs autoritaires et ceux qui se contentent, résignés, d’avaler des aspirines.
Il y a les parents qui trouvent que ça commence à bien faire et ceux qui pensent qu’après tout leurs enfants ont droit à la parole.

Mais le plus beau paradoxe de l’affaire, c’est que le bavardage, personne n’en parle. Il ne s’agit pourtant pas que d’un simple désagrément, ni d’une tendance infantile qui disparaît d’elle-même avec l’âge, ni d’un problème confiné à certains établissements réputés difficiles.

Le bavardage sévit partout, à tous niveaux, et constitue de ce fait une menace pour la qualité de l’enseignement. Essayiste et romancière, mais aussi professeur de philosophie confrontée quotidiennement au brouhaha dans ses classes, Florence Ehnuel propose de faire enfin du bavardage l’objet d’un vrai débat. Et elle lance un défi : sauvegarder la transmission en réinventant une classe à l’écoute.

x 10,5 15 203 p. L’école, le numérique et la société qui vient T Stiegler Bernard B, Meirieu Philippe B, Kambouchner Denis B, Gautier Julien, Vergne Guillaume essai éducation, école 2012 25/01/12 9782755506440 Mille et une nuits Les petits libres Politique et société -école 5,10 € 5.10 manquant sans date
AA AA

Que reste-t-il de la querelle scolaire et du vieux clivage entre « pédagogues » et « républicains » ? Partis de convictions très divergentes, Denis Kambouchner et Philippe Meirieu font aujourd’hui, avec Bernard Stiegler, le constat que les termes dans lesquels se posa cette querelle ont perdu de leur acuité dans le contexte de la vaste mutation engendrée par les nouvelles technologies.

Ces nouvelles technologies créent les conditions d’une démocratisation inespérée de l’accès au savoir ; mais en même temps, associées à un consumérisme effréné et à un marketing intrusif, elles apparaissent comme les vecteurs d’un système toujours plus perfectionné de captation des esprits. Une telle évolution met à mal les équilibres fondamentaux de l’éducation scolaire. Surtout, l’école n’est pas armée pour penser cette mutation : ni pour remédier à ses effets les plus perturbants, ni pour s’assurer la maîtrise et l’usage effectif des potentialités qui lui sont liées.

Il y a urgence. Plus que jamais les esprits ont besoin d’une solide formation du jugement, de méthodes et de repères que seule l’école peut, à l’échelle d’une société, enseigner. Au fil de leur conversation, les trois interlocuteurs s’entendent pleinement sur l’importance de réaffirmer une haute ambition pour l’école.

x 20 27 480 p. Un mythe à détruire ?
Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes
T
Soulié Charles B doc, histoire éducation 2012 22/03/12 9782842923334 PU Vincennes »» Politique et société -école 29,00 € 29.00 épuisé
AA AA

Vincennes, cet enfant terrible de Mai 68, est sans doute une des universités françaises les plus connues, tant en France qu’à l’étranger.

Et c’est notamment à une histoire des premiers pas de cette institution hautement paradoxale, car foncièrement anti institutionnelle, que se livre cet ouvrage. C’est donc à une véritable exploration de l’inconscient académique qu’invite cet ouvrage qui, rompant avec la vision politique ordinairement de mise quand on pense l’histoire de l’université française d’après 68, dévoile quelques-uns des enjeux académiques, intellectuels et pédagogiques sous-jacents à cette formidable expérience collective.

x 11 18 240 p. Apprendre à désobéir
petite histoire de l’école qui résiste
T
Chambat Grégory B, Biberfeld Laurence B essai éducation, désobéissance 2012 31/03/12 9782915731309 CNT-RP N'autre école Politique et société -école 10,00 € 10.00 sur commande ?
AA AA
De l’œuvre éducative de la Commune de Paris à la dénonciation du fichage informatique des élèves, de la naissance du syndicalisme dans l’éducation aux écoles populaires kanak des années 1980, en passant par les luttes anti-hiérarchies ou la résistance à la « rééducation » vichyste, cet ouvrage retrace 150 ans de lutte et d’insoumission dans et contre l’institution scolaire.
« Enseigner la désobéissance, c’est remettre en question toutes les dominations qui entravent, c’est créer l’espace où s’exercera une souveraineté qui n’est pas celle de l’isoloir, mais qui se vit dans la rue, au village, à l’usine, au bureau, dans la famille, etc. Mais est-ce que la liberté peut s’enseigner ? Ce livre nous l’affirme en quelque sorte (…) Il nous dit que préparer des humains à l’autonomie, à l’égalité, à un monde délivré de toute oppression ne saurait se faire au moyen de l’autorité. Au contraire, non-directivité et exercice précoce de la responsabilité personnelle seront privilégiés par la pratique de la coopération concrète. Enseigner la désobéissance, c’est “faire l’école” pour la liberté. »
x 12 20 133 p. Manifeste pour une école compétente T essai éducation 2011 31/05/11 9782760529458 PU Québec Education Politique et société -école 7,00 € 7.00 sur commande ?
AA AA
Dix ans après le lancement de la réforme, 29 chercheurs en éducation des 12 universités québécoises s´allient et signent ce manifeste. Affligés de constater le négativisme ambiant, ils remettent les pendules à l´heure et prennent la parole en faveur des avancées scientifiques et technologiques de cette réforme.
x 12,5 20 176 p. L’école commune
Propositions pour une refondation du système éducatif
T
Groupe de Recheche sur la Démocratisatiion Scolaire  B essai école 2012 12/01/12 9782843032233 La Dispute Politique et société -école 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

La démocratisation scolaire est en panne : les inégalités scolaires n’ont pas bougé depuis un demi-siècle et l’élargissement de l’accès aux savoirs est bloqué depuis quinze ans. provoquant une véritable crise de confiance des Français dans leur école. Il est urgent d’élaborer des propositions concrètes pour refonder le système éducatif.

Le GRDS (Groupe de recherches sur la démocratisation scolaire) composé d’enseignants syndicalistes et de chercheurs universitaires. entend contribuer à la démocratisation de l’école en soumettant ses travaux au plus large débat. Il propose dans cet ouvrage de substitues à l’actuelle "école unique" une "école commune" caractérisée notamment par un tronc commun de 3 à 18 ans, la suppression des notes et de la concurrence entre les élèves, ainsi qu’un vaste réexamen des procédures d’apprentissage et des contenus d’enseignement, de la culture commune à transmettre aux jeunes générations, et de la formation des enseignants.

Ces propositions,audacieuses. réfléchies et réalistes - sont à la hauteur des attentes. en France. envers ce qui pourrait être une rénovation ambitieuse de l’école. C’est ce dont témoigne le succès de l’Appel pour une grande réforme démocratique de l’école, lancé fin 2010 à l’initiative du GRDS. adressé aux partis de gauche par cinquante chercheurs spécialistes du système éducatif, et qui a connu un retentissement important.

x 14,5 21 176 p. Éduquer pour émanciper T Lenoir Hugues essai éducation 2009 01/10/09 9782915731224 CNT-RP Politique et société -école 16,00 € 16.00 8,00 € prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Comment s’interroger sur l’éducation conduit à revisiter l’Histoire d’un glorieux syndicalisme.

L’auteur, Hugues Lenoir, enseignant et anarcho-syndicaliste, a réuni dans un livre différents articles publiés ces dernières années dans plusieurs revues traitant de sa vision de l’éducation.

Dans une première partie l’auteur prend comme exemple la formation pour adulte et ses enjeux historiques pour aborder le sujet éducatif. Il tente une analyse s’appuyant sur une dialectique entre « rupture », séquence favorable à une classe permettant l’émancipation pour les travailleurs ou bien la domination du patronat et « suture » qui serait davantage l’exercice d’une forme de cogestion qui concilierait les intérêts du capital et du travail. L’histoire de la formation reposerait au centre de contradictions mêlant possibilités d’intégration, outil de modernisation et occasion d’émancipation.

Les articles suivants nous offrent la possibilité (re)découvrir les origines du syndicalisme en France par le prisme de l’éducation libertaire. Il apparaît en effet fondamental que l’émancipation des travailleurs ne peut se faire toute seule mais que le syndicalisme, dès son origine, aura pour mission d’élaborer son propre système d’éducation afin de fournir au salariat la méthode pour évaluer « la science de son malheur ». Hugues Lenoir n’hésite d’ailleurs pas à revenir au présyndicalisme pour présenter les pionniers de cette pensée. Proudhon est donc présenté comme un précurseur lorsqu’il entreprend d’aborder la question de l’« éducation intégrale », c’est-à-dire la formation intellectuelle et professionnelle qui permettra ainsi la souveraineté du producteur. Cette même « éducation intégrale » sera reprise plus tard par l’Association Internationale des Travailleurs puis lors de la Commune de Paris.

La création et le développement des Bourses du Travail chères à Fernand Pelloutier seront l’occasion de mettre enfin en place ces idées : la Bourse est une école : on peut y trouver une bibliothèque, un musée social, des cours professionnels ou d’enseignement général et en plus de cela des lieux de concerts ou de représentations théâtrales.

On s’attachera ensuite à suivre le cheminement de l’éducation libertaire au cours du vingtième siècle. On y croisera Fourier, Faure ou Ferrer que l’on connaît bien dans le milieu libertaire. Hugues Lenoir nous permet ensuite de nous pencher sur le syndicaliste un peu oublié qu’était Georges Sorel mais également sur un socialiste historique peu cité dans nos diverses revues, Jean Jaurés, dans les théories sur l’éducation pourront nous étonner.

x 15 21 208 p. École : une révolution nécessaire T Chambat Grégory B essai éducation 2008 01/03/08 CNT-RP Politique et société -école 13,00 € 13.00 6,50 € présent à Plume(s)
AA AA
Entretiens avec des militantes et des militants de la fédération CNT des travailleuses et des travailleurs de l’éducation

Ils/elles sont enseignants, en maternelle, primaire, collège ou lycée : ils sont agents, magasiniers, étudiants, cuisiniers, etc., tout nouveaux dans le métier ou à la retraite. À Lille, Marseille, Lyon, Paris, Rennes, Nancy, Besançon, etc., ils militent depuis plusieurs années ou seulement depuis quelques mois.

Témoignant ici de leur engagement, ils sont tous animés par une certitude : dans la société comme dans l’école, une révolution est nécessaire.

x 19 23 206 p. Education populaire, une utopie d’avenir T éducation populaire 2012 07/11/12 9791020900128 Les Liens qui Libèrent Politique et société -école 19,90 € 19.90 remplacé >>(2016)
AA AA

L’éducation populaire est l’un des mouvements les plus exaltants initié au lendemain de la Libération. Un succès foudroyant qui fut quelque peu remis en cause par ce que l’on a appelé la démocratisation culturelle. Aujourd’hui, nombre d’associations reprennent le flambeau et nombre de “stages de réalisation” ont lieu un peu partout en France. N’est-il pas vital de faire vivre l’idée de la construction d’un être humain pensant, rêvant, imaginant hors de toute injonction économique ou politique ?

Ce livre collector au format original est illustré d’une cinquantaine de photos noir et blanc, et nourri par les textes d’historiens ou de sociologues spécialistes de ce mouvement mais également par les témoignages et les analyses de ceux, parfois connus comme Jean Vilar ou Renucci, qui y ont participé.

x 14 20 221 p. La fabrique du crétin
 Ou la mort programmée de l’école
T
Brighelli Jean-Paul B essai école 2005 22/08/05 9782350130354 Gawsewitch (Jean-Claude) Politique et société -école 17,15 € 17.15 épuisé
AA AA

Nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu’on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d’années ce qui fut l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses " preuves " : l’école a cessé d’être le moteur d’un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent.

Dès lors, que faire ?

x 14 20,5 160 p. Apprendre à lire
des sciences cognitives à la salle de classe
T
Dehaene Stanislas B essai éducation, pédagogie, lecture, cerveau 2011 20/10/11 9782738126801 Odile Jacob Sciences Politique et société -école 13,90 € 13.90 sur commande ?
AA AA

« Comment faisons-nous pour lire ? Au cours des vingt dernières années, la recherche scientifique sur le cerveau et la lecture a progressé à grands pas. Nous disposons aujourd’hui d’une véritable science de la lecture. Toutefois, ces recherches restent méconnues du grand public et, surtout, des premiers concernés : les parents et les enseignants des enfants des écoles primaires.

Nous avons écrit ce livre avec un objectif bien précis : que les connaissances scientifiques sur les neurosciences cognitives de la lecture soient diffusées et mises en pratique dans les écoles.

Nous espérons également avec ce livre que les parents trouveront un plaisir plus grand encore à comprendre l’esprit de leurs enfants, à suivre leurs progrès en imaginant les étonnantes transformations qui se produisent dans leur cerveau et à prolonger le travail de l’école à la maison par des jeux pertinents.

Un seul objectif doit nous guider : aider l’enfant à progresser pour qu’il devienne un lecteur autonome, qui lit autant pour apprendre que pour son plaisir. »
Stanislas Dehaene

Avec Ghislaine Dehaene-Lambertz, Édouard Gentaz, Caroline Huron, Liliane Sprenger-Charolles


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |