prison - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 49 documents sur le thème : prison



49 articles
(27 absents) tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 11 15 224 p. Un monde sans prisons ? Jacquard Albert essai prison 1993 12/03/93 9782020122337 Points Politique et société -répression 6,00 € 6.00 épuisé
AA AA
x 14 21 197 p. Non
Construire des prisons pour enrayer la délinquance, c’est comme construire des cimetières pour enrayer l’épidémie
T
Hénault Rolland essai répression, prison 2006 31/10/06 9782914980364 Libertaires Politique et société -répression 12,20 € 12.20 sur commande ?
AA AA

OUI, bien sûr, les méchants, ceux qui massacrent, détruisent, torturent, tuent... doivent être mis hors d’état de nuire. Oui, bien sûr...

Pour autant, la prison est-elle la bonne réponse à ce désir légitime de sanctionner et de mettre hors d’état de nuire. Dans ce livre, l’auteur nous brosse les portraits d’une trentaine de prisonniers. A travers chaque histoire particulière, c’est toujours la même histoire qui revient. Celle du quotidien d’un enfermement visant à humilier et détruire les prisonniers et leurs familles.

A l’heure du délire sécuritaire actuel, il était logique que ce livre qui prône l’abolition de la prison ait obtenu le grand prix "Ni dieu ni maître" 2006.

x 14 20,5 244 p. Retour d’exil d’une femme recherchée T Castel Hélène récit prison 2009 05/02/09 9782020967853 Seuil Littérature 19,30 € 19.30 sur commande ?
AA AA

Dans ce récit d’une rare dignité, Hélène Castel va et vient entre sa mémoire et la réalité accidentée de la détention, entre le Mexique qui l’a adoptée et ses "retrouvailles" avec la France... Mettant en miroir ses deux identités, son livre éclaire le chemin singulier qu’elle a dû emprunter dès le moment de son arrestation, jusqu’à son procès fortement médiatisé.

Nancy Huston écrit dans sa préface : "Ce qui était grave, ce n’était ni son braquage, rocambolesque et tragique, ni son exil sous un faux nom, ni son arrestation au Mexique par Interpol en raison d’un ordre donné par le ministre français de l’Intérieur [...]. Non, ce qui était grave, c’était la prison. C’était à cela qu’elle avait envie de réfléchir, de cela qu’elle avait envie de parler. C’étaient les lumières de l’ombre que, désormais et de façon urgente, elle avait à c ?ur de partager."

x 13 20 311 p. Infinitif présent T Rouillan Jann-Marc récit prison 2010 21/10/10 9782729118808 La Différence littÉrature Politique et société -répression 18,25 € 18.25 actuellement indisponible
AA AA

Fresnes, Fleury-Mérogis, Fresnes, Lannemezan..._ et à nouveau Fresnes... Saint-Maur, Fresnes encore, Les Baumettes, Moulins, Lyon, Moulins, Fleury-Mérogis, Fresnes et enfin Lannemezan...

Rouillan raconte son voyage derrière les murs depuis vingt ans, ou comment on brise un homme dans la France démocratique et républicaine. Au long des jours interminables, des bouffées du passé remontent, souvenirs de la clandestinité, de la lutte armée avec ses compagnons Joëlle Aubron, Nathalie Menigon, Georges Cipriani.

Les scènes d’un lointain passé se superposent à celles de la veille ou de l’avant-veille - et parfois résonne la voix de Joëlle qui se meurt d’un cancer au cerveau. Est-ce parce que son amie lui intime de rester la mémoire vivante de ce qu’ils ont vécu, ou parce que, en écrivain véritable, il éprouve le besoin impérieux, en prenant la plume, de relater avec exactitude ce qui a été ? En tout cas, ce livre est un grand livre.

Quand Jann-Marc Rouillan écrit : " Pour moi, jamais plus le temps ne sera réconcilié. La blessure ne se refermera pas. J’irai la gorge tranchée. Avec la pression urgente de l’hémorragie. Je marche. J’écris. Je marche. J’écris. Je soliloque ", l’on pense à une révolte aussi ancienne que le monde, au cri d’Antigone que Créon condamne à être enterrée vivante.

x 11 18 224 p. Paul des Epinettes et moi
Sur la maladie et la mort en prison
T
Rouillan Jann-Marc récit maladie, prison 2010 07/01/10 9782748901160 Agone Eléments Littérature 10,20 € 10.20 sur commande ?
AA AA

D’abord une rumeur.

Puis des cris. Des cris d’homme. Si mes phrases hésitent, mon corps, lui, avait su tout de suite. Du bord de la falaise on la voyait, tapie au creux du vallon, un bon kilomètre devant nous. Sans obstacle, portées par le vent, les voix de la prison volaient jusqu’à nous. La rumeur amplifiait l’architecture de torture. Pétrifié, je suivais les murs, les chemins de ronde, les miradors, les cours de promenade, les myriades de grilles aux fenêtres...

Je connaissais si bien le tableau. La puanteur des soirs de peur. Quand on existe malgré tout. Quand la mort rode, de cellule en cellule, invisible sur les coursives, invisible aux yeux des détenus. Comme les autres, je tremble, humilié comme les autres par la défaite féroce des misérables. Mais quelque chose avait changé. Cette fois je témoignais de la rencontre des deux mondes... Longtemps témoin des ravages de la maladie en milieu carcéral, l’auteur témoigne ici d’une expérience plus directe encore :la sienne.

Et de retour en prison il évoque les mois de semi-liberté dont il a bénéficié en portant notamment son regard sur le monde de l’Extérieur et le type de liberté qui y a cours.

x 14 22,5 197 p. Je hais les matins T Rouillan Jann-Marc témoignage prison 2001 05/05/01 9782207252246 Denoël »» impacts Politique et société -répression 15,30 € 15.30 manquant sans date
AA AA

" Voici plus de treize ans que je matricule en rond.

J’ai beaucoup désappris. J’ai désappris la nuit. Il ne fait jamais nuit dans vos prisons. Nous sommes toujours sous les projecteurs au halo orangé, comme sur les autoroutes belges et les parkings de supermarché. J’ai désappris le silence. La prison ne connaît pas le silence. Il s’en écoule toujours une plainte, un cri, une rumeur. " (Jean-Marc Rouillan)

" Si vous pensiez trouver ici un essai de critique politique rédigé par un "ennemi de l’intérieur", vous serez déçu.

Ce livre n’est pas celui d’un donneur de leçon ou d’un idéologue. Ce livre, au risque de faire hurler certains, est celui d’un citoyen. [...] Jean-Marc Rouillan ne cherche pas à attirer l’attention sur sa condition propre. Il parle beaucoup plus des autres que de lui-même. Il parle de l’humanité humiliée qui l’entoure... " (Martin Winckler)

x 14 22 242 p. Prisons de femmes en Europe
Rapport d’observation sur les conditions de détention
T
Guyard Véronique et Albrecht Elke doc prison, femmes 2001 14/09/01 9782910019709 Dagorno »» Politique et société -répression 12,17 € 12.17 épuisé
AA AA
De l’Allemagne à la Turquie, seize pays sont l’objet de ce rapport réalisé pour l’Observatoire international des prisons. Un dossier accablant.
x 23,8 32 160 p. Moi René Tardi prisonnier au Stalag IIB T Tardi Jacques, Tardi Rachel et Tardi Oscar BD guerre, 39-45, prison 2012 21/11/12 9782203048980 Casterman BD -historique 25,00 € 25.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Avec Moi, René Tardi, prisonnier de guerre - Stalag IIB, Jacques Tardi concrétise un projet mûri de très longue date : transposer en bande dessinée les carnets de son propre père, rédigés des années durant sur des cahiers d’écolier, où celui-ci tient par le menu la chronique de sa jeunesse, en grande partie centrée sur ses années de guerre et de captivité en Allemagne.

Après avoir, comme on le sait, énormément travaillé sur la guerre de 14 – 18, c’est la première fois que Tardi se penche d’aussi près sur la période de la Seconde Guerre mondiale. Ce faisant, il développe également un projet profondément personnel : en mettant en images l’histoire de son père militaire, Tardi explore rien moins que les racines, les origines et les ressorts de sa propre vie.

Ce « roman familial » prend des accents d’autant plus intimes que Tardi a associé au projet deux de ses propres enfants, Rachel (qui assure la mise en couleur) et Oscar (documentation et recherches iconographiques).

x 12,9 20 234 p. Réclusion à perpétuité T Valentino Nicola essai prison 2012 18/10/12 9782729119980 La Différence Politique Politique et société -répression 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA

"Réclusion à perpétuité" est un réquisitoire, écrit par un ancien condamné, rendu à la vie libre de "dehors" au bout de "27 ans, 8 mois et 8 jours", contre cette peine "d’esclavage" qui fait de celui qui la subit un être séparé de l’espèce humaine. Tissé de témoignages de prisonniers politiques ou de droit commun, le livre décrit les conditions inhumaines de détention dues aux lois d’exception appliquées aux "terroristes" et évoque les problèmes variés rencontrés par ces reclus vivants : problèmes d’identité, de sexualité, de dissociation quand s’ouvre la période de semi-liberté ou de libération conditionnelle.

Un trouble saisit le lecteur à l’énumération des articles de droit et des règles absurdes auxquelles sont soumis ces condamnés, qui devrait mener à une réflexion sur le statut de la "peine" qui se confond de plus en plus, dans les démocraties dites avancées, avec une expiation.

x 13 20 168 p. Scènes de la vie carcérale T Lacheb Aïssa témoignage prison 2013 07/02/13 9782846264884 Au Diable Vauvert Politique et société -répression 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

Treize ans après le Plaidoyer pour les justes, Aïssa Lacheb revient enfin sur cette période de sa vie pour raconter ces histoires, ces destins croisés dans la dureté de la prison.

Treize années, c’est le temps qu’il lui aura fallu pour pouvoir raconter ce qu’il y a derrière les murs, et nous livrer son expérience de la réclusion et de la détention.

C’est le quotidien de ces hommes, leurs histoires, leurs crimes et leurs sentiments, leur folie, leur désespoir, mais aussi les fous rires, les amitiés nouées et l’amour pour les livres et la littérature.

J’écris la taule en la nommant une. J’ai fait le tour de la France carcérale. La prison, c’est le même principe partout : l’enfermement par des murs concrets de pierre et de béton. Inutile de préciser où cela se passait. C’était la taule, simplement. Ici, ailleurs, n’importe… Le temps n’a aucune importance. Aucune unité ni de temps ni de lieu dans ce qui m’est revenu en mémoire et que je relate ici.

x 13,5 22 246 p. Moi, ancien détenu, bâtisseur de prisons nouvelles T Botton Pierre essai prison 2012 04/04/12 9782756407050 Pygmalion »» Documents Et Temoignages Pygmalion Politique et société -répression 16,90 € 16.90 sur commande ?
AA AA

Je n’ai jamais été un faux cul : la justice m’a condamné et je méritais d’aller en prison. Mieux, elle a sauvé ma vie, m’ouvrant les yeux sur ce qui est abusif ou pas. Mais cette période de détention n’a pas préservé mes liens familiaux, et notamment ceux avec mes enfants. Aussi, en 2010, j’ai pensé que mon expérience pourrait servir à réformer l’incarcération des primo-délinquants. J’ai proposé l’instauration de mesures améliorant le choc subi par ceux qui entrent en prison pour la première fois, ainsi que la création d’établissements différents...

"Construire des prisons nouvelles préservant les liens avec les proches, donc luttant contre la récidive", telle était mon utopie. Avec le soutien du président de la République, des gardes des Sceaux, des médias, de certains surveillants, de différentes associations, de tous les partis politiques, d’icônes comme Robert Badinter, Simone Veil, mais aussi de quinze patrons des plus grandes sociétés françaises, de vedettes emblématiques de la musique ou du sport, allais-je pour autant parvenir à faire évoluer les mentalités et les conditions de détention des 65 500 détenus enfermés dans les prisons de la République ? C’est cette aventure humaine, mouvementée et passionnante, douloureuse, aussi, que je vous livre dans ces pages.

x 13,5 19 116 mn Être là T Sauder Régis doc prison 2013 05/04/13 3760189660385
SHE058
Shellac »» Divers -DVD 19,95 € 19.95 sur commande ?
AA AA
Aux côtés de Catherine Paulet et des membres de son service, Régis Sauder nous immerge dans la réalité physique de cet engagement, et dans la beauté d’une pensée en mouvement, libre, qui résiste.

"En se situant sur cette brèche de l’univers carcéral, regardant les combattantes de ce front trop ignoré pardessus l’épaule de ces hommes en souffrance, ce film fait œuvre, une œuvre nécessaire.

C’est d’abord en fondant son dispositif, en trouvant la seule place possible dans cet univers où les prisonniers sont interdits d’image, que le film s’affirme. Il prend appui sur les contraintes pour y puiser une énergie formelle très prégnante, mais qui ne fait jamais écran à la vérité nue de ce qu’il montre. C’est un film qui bouleverse, qui coupe le souffle souvent, qui fait mal, et qui ne passe pas à côté de toute la complexité de la situation : il ne tait ni la trivialité ni la pauvreté âpre des échanges ni la profondeur inaccessible des douleurs. Il ne tait rien de cet harassant combat contre le chaos et la barbarie. Comme elles, ces femmes fatiguées et si belles, le film assume une certaine forme de séduction sans jamais être complaisant.

En exposant clairement son dispositif – l’intrusion d’un micro sensible, le retrait d’une caméra qui s’incline sans jamais se détourner – il donne à penser la question même de l’image, de l’irruption d’un regard extérieur dans ce terrible huis clos ; en mettant hors champ les prisonniers, il nous renvoie à la destruction institutionnelle ; en faisant face à ces femmes, il dit la fragilité de leur combat. L’expérience très forte que ce film propose au spectateur fait écho à cette question qui les taraude : être là, être le témoin – le complice ? – de ce qui est à l’oeuvre entre ces murs, y faire face, autant qu’on le peut, résister à l’envie de fuir, c’est toute la question."

Sylvaine Dampierre, cinéaste de l’ACID

x 13 19 224 p. Les derniers forçats T Marty Henry et Martinez Philippe témoignage prison 2013 27/06/13 9791091013000 Albache Littérature 12,00 € 12.00 remplacé >>(2014)
AA AA

C’est le bagne, celui des illégitimes qui d’habitude ne témoignent pas, que la lecture de ce livre dévoile. Ces témoignages de bagnards ne sont pas des pamphlets politiques, des manifestes contre l’injustice sociale ou contre l’univers carcéral. Leurs auteurs, Marty et Martinez, ne sont pas anarchistes, n’ont pas lu Proudhon ou Hegel.

Et pourtant, c’est leur conscience de classe qui les pousse à écrire. Ni réfléchis, ni structurés, ces récits instinctifs sont nés de la plume de deux bagnards, de ces rares anonymes qui ont écrit sans pourtant avoir défié la chronique lors de leurs procès  ; des milliers qui, meurtriers ou petits voleurs, finissent par mourir dans l’indifférence. C’est du bagne, celui de la pègre et des assassins dont ces écrits sont les témoins.

Le Bagne supprimé administrativement et le dernier convoi parti, les deux auteurs n’ont plus grand espoir de regagner la métropole. Sollicités par une journaliste, ils saisissent l’occasion pour coucher sur des carnets d’écoliers leurs mémoires, publiées ici pour la première fois.

x 13 17 144 p. Le tricard
Chronique du dehors d’un interdit de séjour
T
Rouillan Jann-Marc témoignage prison 2013 13/09/13 9782847617887 Al Dante Politique et société -répression 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

La chronique au quotidien d’un militant révolutionnaire en liberté conditionnelle. dans Autopsie du dehors (paru aux éditions Al dante en mars 2012), Jean-Marc Rouillan, militant du groupe Action Directe, raconte son quotidien de relégué sous surveillance électronique, avec ses autorisations de sorties à respecter : en semaine de 10h à 20h30 ; le samedi de 14h à 19h et l’obligation de rester enfermé chez lui le dimanche.

En mai 2012, il est enfin en libération conditionnelle, avec une interdiction de séjour à respecter, qui concerne 38 départements … Il a 60 ans, et a passé presque la moitié de sa vie en prison.

Le tricard, dans la continuité d’Autopsie du dehors, raconte le scénario de cette décision de liberté conditionnelle et ses premiers mois de liberté - toujours sous cette forme de chronique, mais avec un rythme plus posée, une densité plus réflexive.

La prison est toujours présente, dans la chair et dans la mémoire. Et le récit est émaillé de rencontres, de discussions, d’échanges... Le révolutionnaire, toujours en alerte, va à la rencontre des membres du NPA, des ouvriers en lutte de fralib, des militants communistes et anarchistes du Havre... Ce livre n’est pas seulement le journal d’un ex-détenu qui se réinvente une vie en dehors des murs de la prison. C’est également l’analyse lucide et sans concession d’une civilisation en crise.

x 11 18 144 p. Luttes en prison
Témoignages
T
Mouesca Gabriel récit, témoignage prison 2013 29/09/13 9782954012926 Zortziko Politique et société -répression 10,00 € 10.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Sous la plume d’un Gabi Mouesca témoin et acteur direct, découvrez 33 récits-réels, tendus, forts et poignants, qui libèrent la parole d’un monde trop souvent passé sous silence, voire sous oubli ...
x Demain abolir la prison ? T Agret Roland et Rizet Dominique pamphlet prison 2015 01/10/15 9782841867806 Michalon »» Politique et société -répression 17,00 € 17.00 à paraître
AA AA
La prison est une grotesque prothèse sociale qui représente matériellement la distinction entre le Bien et le Mal. Elle joue un rôle de « sécateur social » entre la société et les détenus, qui à force de ruptures, sont complétement déshumanisés. La situation carcérale en France est d’un archaïsme absolu, humainement indigne jusque dans ses fonctionnements. De nombreux rapports dénoncent les conditions de détention inhumaines, les cellules insalubres, les activités proposées sont souvent « débilisantes ». Les droits aux soins sont dispensés selon le bon vouloir administratif et les disponibilités. Les condamnés en fin de vie sont totalement délaissés, leur cellule devient un mouroir. On compte un suicide tous les trois jours. Le constat est terrible et la prison se révèle un microcosme social où tout est exacerbé : la peur, la punition, l’émasculation collective, les privations et surtout la violence. L’enfermement est une pseudo-thérapie dangereuse, qui attise la dangerosité de ceux qui y sont soumis. En vérité, la prison est un échec constant. Alors quelles alternatives au milieu carcéral ? Les auteurs font plusieurs propositions : promouvoir une stratégie policière d’infiltration, plus d’accompagnement à la sortie, la libération sous contrainte, et surtout plus de prisons ouvertes. Il n’y en a qu’une seule en France, Casabianda en Corse, alors que les établissements pénitentiaires ouverts fonctionnent parfaitement et les résultats sont positifs : moins de récidive, moins de suicide, meilleur réinsertion dans la société (pays scandinaves, 20 % à 30 % de la population carcérale vit dans des prisons ouvertes). Les réformes ont été assez superficielles et tout reste à faire.
x 13 20 127 p. Pour en finir avec la prison T Brossat Alain essai prison 2001 08/10/01 9782913372139 La Fabrique Politique et société -répression 12,20 € 12.20 actuellement indisponible
AA AA

La question est donc posée : l’état d’exception permanent qui se constate dans les prisons françaises est-il lié à des effets de conjoncture ou à des « pesanteurs » diverses (manque de moyens, routines, négligences...) ou bien s’agit-il d’un état institué des choses, destiné à reproduire des effets politiques ou idéologiques réglés ? En d’autres termes, quelles sont les limites d’une approche humanitaire des prisons qui en envisage l’état toujours sous l’angle de la souffrance des détenus et de la réforme salvatrice perpétuellement reportée au lendemain et jamais sous celui de la violence de l’Etat ?

Il apparaît plus nécessaire que jamais de tenter de reconstituer un espace critique autour de la question de la prison en France – de repolitiser la question – ce qui dans le passé, a toujours été la condition première pour que les pouvoirs publics prennent en compte ce qui, dans l’ordre pénitentiaire, fait interminablement scandale. C’est à réactualiser les questions telles que « à quoi servent les prisons ? » (posée déjà par Michel Foucault il y a trente ans) ou « Comment décarcériser nos sociétés ? » que veut contribuer cet essai. Tant il est vrai que l’état d’exception permanent dans lequel persistent nos prisons en dit long sur ce qui fait règle dans nos sociétés.

x 15 21 248 p. La vie des forcats T Dieudonné Eugène témoignage prison 2014 06/11/14 9782918059530 Libertalia Politique et société -répression 12,00 € 12.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
En 1913, Eugène Dieudonné, membre de la bande à Bonnot, est condamné à tort aux travaux forcés à perpétuité. Évadé en 1927, puis grâcié à la suite d’une campagne de presse orchestrée par le grand reporter Albert Londres, Dieudonné publia ses souvenirs du bagne en 1930 (Gallimard). C’est ce texte, épuisé depuis 80 ans, et magnifiquement illustré par le dessinateur Thierry Guitard, que Libertalia a réédité en 2007 puis en 2009, et dont voici une nouvelle édition enrichie.
x 13,5 19 90 mn Sur les toits T Drolc Nicolas doc prison, révolte 2014 25/04/14 3770001117133
MUT014
Les Mutins de Pangée Divers -DVD 14,95 € 14.95 sur commande ?
AA AA
"Un film qui donne la pêche !" (Siné) "C’est de la dynamite !" (Noël Godin)

Que s’est-il passé dans les prisons françaises entre septembre 1971 et la fin de l’année 1972 ?

En réponse aux conditions inhumaines que leur fait subir l’administration pénitentiaire, les détenus déclenchent des révoltes collectives. Pour la première fois en France des prisonniers prennent le contrôle de leurs prisons, occupent les toits et communiquent leurs revendications en s’adressant à la foule. Sur 35 mutineries répertoriées, deux vont marquer l’opinion : la première a lieu à la centrale de Toul, en Meurthe-et-Moselle, au début du mois de décembre 1971. La deuxième éclate à peine un mois plus tard et 40 kilomètres plus loin, à la maison d’arrêt Charles III, en plein centre de la ville de Nancy. 40 ans plus tard, ce film dépoussière cette page méconnue de l’histoire des luttes sociales en compagnie de ceux qui ont vécus, déclenchés, réprimés et défendus ces révoltes : les mutins de la prison de Nancy, un ancien surveillant de la prison de Toul, le ténor du barreau Maître Henri Leclerc, le sociologue Daniel Defert, et l’ancien détenu, écrivain et militant Serge Livrozet.

Au cœur d’une actualité toujours brûlante autour de l’univers carcéral, d’où ressurgit l’inévitable constat d’échec de la fonction de la prison, le film dépoussière cette première grande période de lutte.

Bonus : Entretien avec Serge Livrozet,ancien détenu, écrivain et militant - 35 mn

x 13 21 205 p. De l’abolition du système pénal
Le regard de Louk Hulsman
T
Coquet Margaux essai justice, prison 2016 08/12/16 9791090293298 Campus ouvert Politique et société -répression 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA
La parole abolitionniste du criminologue Louk Hulsman (1923-2009) résonne comme un appel à quitter le sentier de la rétribution pour trouver les voies de l’apaisement. A l’aide d’une déconstruction de nos préjugés, l’auteur invite à porter sur notre façon d’envisager la déviance un regard aussi critique que celui que nous posons traditionnellement sur le délinquant. Cet ouvrage guide le lecteur le long d’un chemin tracé par Louk Hulsman qui mène à un changement nécessaire de politique criminelle.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |