roman - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 2229 documents de type : roman


Les dernières arrivées à Plume(s) de type roman


2229 articles
(462 présents) tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 |...

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 11,5 19 253 p. L’Épervier qui danse T Kawalec Julian roman histoire 2006 01/11/06 9782922868500 Les Allusifs Littérature 19,30 € 19.30 présent à Plume(s)
AA AA

L’épervier qui danse évoque crûment l’ascension et la chute d’un être peu scrupuleux, Michael Toporny. Amené à renier sa terre et les siens au nom du développement industriel, mais rejetés par les citadins de vieille souche, Toporny se voit condamné à errer entre deux mondes, jusqu’à sa perte. Composé le désarroi de la paysannerie aux prises avec la ville triomphante. Julian Kawalec dépeint à travers cette quête identitaire une fresque étonnante de la Pologne du XXe siècle.

EXTRAIT La vie de Michal Toporny s’étira sur cinquante ans et, sans se livrer au décompte précis du temps, on peut dire que ce fut une vie à moitié rurale et à moitié urbaine. Durant ces cinquante années, Michal Toporny a fait un long chemin, il s’est trouvé à de nombreux tournants, il a vu et appris beaucoup de choses, il est arrivé très haut à la force du poignet et il aurait pu vivre plus longtemps, mais il se trouve qu’il n’a vécu que cinquante ans ; car lorsqu’il eut atteint le sommet de la hauteur qu’il avait gravie aux derniers instants de sa vie, et qu’il revit la vallée noircie de son enfance et de sa jeunesse, qu’il la regarda comme un oiseau planant haut dans le ciel, alors — en même temps que l’image de la vallée noircie où il ne voyait plus le garçon et le jeune homme qu’il avait été — la mort l’emporta. Il naquit un jour pluvieux de l’automne 1914. Couverte d’un méchant sac pour se protéger de la pluie, la sage-femme du village entra dans la chambre où gémissait Agnieszka Toporna née Duda, la future mère de Michal Toporny qui était sur le point de naître, et l’accouchement put commencer. Tandis que l’accouchement se déroulait dans la chambre où il n’y avait pas de plancher mais seulement de la terre battue polie à l’eau, Wincenty Toporny, le père de l’enfant à naître, se tenait dans la cuisine, derrière la porte étroite, il attendait, et à chaque instant on entendait sa grosse voix : « ça y est ? » Il se mit bientôt à donner des coups de pied dans la porte en demandant avec une impatience grandissante : « ça y est ? » — car il attendait un fils et non une quatrième fille, parce qu’un fils, une fois adulte, ça se débrouille, ça se débrouille mieux qu’une fille. Il finit par s’engouffrer dans la chambre, la sagefemme lui dit que c’était un garçon, il regarda alors sa femme qui s’endormait, épuisée par l’accouchement, et lui dit : « Un fils » ; elle se contenta de hocher la tête, car elle n’avait pas la force de parler, et il s’assit sur une chaise en haletant, comme s’il venait juste de transporter un sac très lourd sur son dos. Il eut soudain l’impression que la sage-femme lui avait menti parce qu’elle l’avait entendu s’emporter derrière la porte et qu’elle savait à quel point il voulait avoir un garçon ; et quand ce soupçon l’eut saisi, il s’approcha du nouveau-né, du nourrisson qui vagissait, il fourra sa main dans les langes, entre les cuisses jaunes de l’enfant, parce que cet homme stupide et coléreux voulait vérifier lui-même si c’était vraiment un fils. Il avait tenu à le vérifier lui-même parce qu’il voulait un garçon, parce qu’un garçon, une fois adulte, ça se débrouille ; il se rassit et dit à la sagefemme ce qu’elle avait été la première à savoir : « C’est un garçon. » Il y eut alors un long moment de repos et de silence, mais le temps ne lambinait pas pour autant et, chargé d’une nouvelle tâche, il se mit vite à tracer un itinéraire de cinquante ans à l’intention de ce gosse emmailloté dans des chiffons blancs, pour cette créature tremblotante qu’un grain de sable aurait suffi à tuer ; et déjà apparaissaient au loin des routes, des pentes et des montées ; déjà se formaient les plaines que fouleraient les pieds de celui qui venait de naître, déjà le vent commençait à rabattre et à amasser l’air qu’il respirerait, l’espace préparait la place qu’il remplirait de son corps ou, encore, qui serait remplie par celui-ci. La terre et l’air entamaient un nouvel ouvrage, comme chaque fois que vient au monde un mioche, un gosse tremblotant qu’une goutte d’eau pourrait étouffer. Par la suite, les trois filles qui étaient nées avant Michal mourraient de maladie en bas âge, si bien qu’il ne resterait que ce seul et unique fils, Michal. Wincenty Toporny porta les jolis petits cercueils à l’église et au cimetière tout seul ; sa femme était restée à la maison parce qu’elle avait quelque chose aux jambes, et les gens ne font pas de cortège derrière les cercueils des petits enfants ; il les emporta à un mois d’intervalle, l’un après l’autre, les tenant sous le bras car ils étaient si légers qu’il était inutile de les hisser sur l’épaule. Si quelqu’un l’avait regardé de près, il aurait bien vu qu’il était triste, mais aussi en quelque sorte fier d’avoir à porter son malheur et ces petits cercueils qui contenaient ses enfants morts, ces êtres qui avaient été si voraces de leur vivant, et de les mettre lui-même en terre au cimetière ; c’est pourquoi si quelqu’un l’avait regardé de près, il aurait vu sur son grand visage mal rasé non seulement de la tristesse, mais encore une espèce de satisfaction ; comme si on pouvait se réjouir de la mort des enfants, se réjouir de porter au cimetière des enfants plutôt que des vieux que la mort doit prendre de toute façon ; c’est pourquoi Wincenty Toporny portait ces petits cercueils non comme s’ils contenaient des enfants morts, mais comme s’ils étaient vides, comme s’il apportait ces petits cercueils vides à ses enfants vivants en guise de jouets pour qu’ils jouent à l’enterrement, pour qu’ils y mettent des poupées de chiffon et des fleurs, fassent semblant de les enterrer dans la terre meuble, pour qu’ils en rient et se réjouissent que l’enterrement ait réussi comme un vrai. Le vrai, celui de Michal Toporny, né à l’automne 1914, a lieu cinquante ans plus tard, en septembre 1964, dans une grande ville. Il fait chaud et le soleil brille tandis qu’on le met en terre au cimetière de la ville, parmi de belles tombes ; ce cimetière est obligé de l’accueillir et de devenir son cimetière, parce qu’il a bien mérité ce caveau maçonné et cette stèle de marbre dans un grand cimetière de la ville. Tristes et silencieux par profession, les fossoyeurs en uniforme ouvrent la grande grille devant celui qui était né dans une maison où la terre battue tenait lieu de plancher, et les paysans qui sont venus aux obsèques pensent sans doute à leur propre vie, car ils frémissent de fierté en franchissant la grille puis, avec cette fierté dissimulée et avec étonnement, posant n’importe comment leurs pieds sur la large allée recouverte de gravier, ils se joignent au cortège, à la foule dense, aux couronnes et aux fleurs qui accompagnent le cercueil de l’ingénieur Michal Toporny, directeur général d’un important groupe minier, vers son tombeau ouvert, plus précisément vers le caveau qui sera — comme aiment à le dire ceux qui veulent flatter la terre — sa dernière demeure.

x 12 20 96 p. Romance provinciale T Filipowicz Kornel roman 2008 29/02/08 9782922868647 Les Allusifs Littérature 13,20 € 13.20 présent à Plume(s)
AA AA

Au premier temps de la valse, cette scène de la vie de province apparaît comme le lointain reflet d’un roman trop connu et à peine déformé : Varsovie remplace Rouen, Emma est professeur de piano et Fabian, son séducteur, est en quelque sorte un aristocrate de l’esprit, Charles est un bâtisseur d’immeubles aussi mornes que lui, on devine même le brave Homais derrière « la femme du pharmacien » et, enfin, l’arsenic se change en quinine. Il ne manque pas non plus les deux autres ingrédients que sont l’ennui d’une petite ville de province et la passion de la chair.

Au deuxième temps de la valse, le tableau s’enrichit de quelques tons de gris, particularités de la province polonaise des années 1950 : les queues devant les magasins, la pénurie, certes, mais aussi les artistes au service de la propagande d’État. Écrasée par l’autoritarisme de sa mère impotente, Elzbieta donne des cours de piano, la vie baigne dans un univers tchékhovien, à la fois résigné et rempli d’improbables espoirs. Mais l’inattendu se produit bientôt, quand un poète, Fabian Milobrzeski, arrive en ville pour une soirée de lectures. Le poète se met en tête de séduire Elzbieta. Au troisième temps de la valse, la nuit peut commencer.

À PROPOS
« Kornel Filipowicz fut dans la littérature polonaise le seul continuateur inventif de la manière d’écrire de Tchekhov. C’était le même regard incisif, la même ironie, une vision du monde comparable. Et la même virtuosité. » Jerzy Pilch | auteur de Sous l’aile d’un ange

EXTRAIT
« Pourquoi Elzbieta se rendait-elle à Varsovie ? Avait-elle l’espoir que Milobrzeski l’aiderait ? L’homme avec lequel une femme a dormi une fois lui devient proche. Il semble qu’il y ait des choses qu’on ne peut dire qu’à l’homme avec lequel on a passé une seule nuit, et qu’on ne révélerait jamais à celui qu’on connaît depuis dix ans. »

x 12,5 20 256 p. Petit et Méchant T Gauquelin Blaise roman politique, société 2007 31/08/07 9782353460175 Altiplano Noir & blanc Littérature 17,80 € 17.80 présent à Plume(s)
AA AA

4e de couverture :
Deux minutes avant le générique de lancement de la soirée électorale, les invités se regroupent face au poste à mauvaises nouvelles. Debout, prête à bondir en direction de la cuisine à la moindre requête, Vera puise nerveusement et régulièrement dans sa coupe. La snob parle et l’on voit soudain apparaître le visage du nouveau chancelier. Il est très mat. «  O mein Gott  », crie une invitée en plaçant une main potelée devant sa bouche. Élu au premier tour, le président du parti Ö – Ö comme Österreich – entre dans l’histoire avec cinquante et un pour cent des voix. «  Vive le bronzé  ! Vive Branau  ! Vive le Schmarotzer   ! Le pique-assiette  ! Le parasite  !  » Les trois autres candidats restent genou à terre. Vera se laisse retomber sur le canapé et j’ai envie de manger des barres chocolatées.

L’ouvrage :
Balthazar est né du côté des gens qui font le travail à la place des autres. Il vit dans l’ombre des beaux et des riches et ne s’en plaint pas trop. Quand il n’écrit pas les textes que ceux d’en haut récitent à l’écran, il met son corps à leur disposition.

Jusqu’au jour où Balthazar commet l’irréparable : le meurtre d’un «  grand  ». Sa vie bascule et le voilà fuyard dans un pays étranger.

Il ne va cependant pas y trouver la tranquillité souhaitée. L’ Autriche, où il atterrit par hasard, est en plein bouleversement politique : une dictature populiste se met en place.

Balthazar s’accommodera de cette situation comme des précédentes. Mais sa lâcheté permanente finit par le rattraper. Car quand on tue un «  grand  », on doit s’attendre à un retour de bâton.

Argumentaire :
Autrefois, le tiers état était représenté à quatre pattes, portant sur son dos le clergé et la noblesse. Aujourd’hui, dans la même position, il s’agit de lécher les culs afin que tout aille pour le mieux. Le protagoniste du roman l’a bien compris.

Les scènes de sexe sont crues. Pourtant, ce n’est pas leur précision qui les rend repoussantes, mais les situations de domination sociale qu’elles peuvent symboliser. Loin de se vouloir le propos essentiel de l’ouvrage, elles n’en constituent pas moins le permanent décor.

Petit et Méchant, c’est surtout l’observation du pouvoir par le bas. À travers le regard d’un anti-héros, désabusé, cynique et profiteur, mais affûté sur ce qui l’entoure, on suit le glissement étonnamment facile d’un État démocratique vers un État dictatorial.

Cependant Petit et Méchant n’est pas particulièrement ancré dans un pays : l’ Autriche n’est ici que le prétexte au récit d’une mauvaise fable universelle.

x 15 21 64 p. Mon HLM T Guillemard Béatrice jeunesse, roman banlieues 2008 01/02/08 9782953020311 Chant d’orties Graines d’orties Jeunesse -littérature 8,20 € 8.20 présent à Plume(s)
AA AA

Arrivé d’Afrique avec sa mère pour rejoindre son père, Demba découvre son nouveau lieu de vie, un HLM qui lui paraît bien étrange. Les sept étages le séparant de son futur appartement suscitent des rencontres avec, entre autres, de drôles de gardiens, Fatou et Soraya, une femme acariâtre, Kevin, Abou et leur ballon. Le HLM et ces personnages plus ou moins attachants contribuent à son apprentissage de la vie.

Pour son premier roman, Béatrice Guillemard bat en brèche les idées reçues sur les Grands Ensembles de nos villes : violences, voitures brûlées, jeunes désœuvrés, trafics illégaux, zones de non droit. Ces tours qu’on supprime les unes après les autres sont aussi des lieux de vie, avec leurs joies et leurs peines. Ceux et celles qui montent et descendent les escaliers s’y créent une identité.

x 13,5 21 128 p. Occasions manquées T Benoist Cécile roman 2005 22/08/05 9782866456023 Le Félin Littérature 15,11 € 15.11 présent à Plume(s)
AA AA

Dans un bar du port de La Rochelle, Lézia trouve une sacoche abandonnée. À l’intérieur, des documents aussi saugrenus qu’insignifiants… et puis le récit de vie d’un thésard. Au fil des heures et des jours, au gré de ses pérégrinations et de son quotidien, elle se fait happer par les réflexions et les anecdotes sur l’université, l’ordinaire de l’étudiant, ses tourments intellectuels et psychologiques exagérés. Quand les mots de l’auteur du manuscrit croisent la voix intérieure de Lézia, deux solitudes singulières se font face. Devant une liberté qui encombre ou délivre, et le hasard incertain qui s’amuse, chacun emprunte un chemin distinct… les rencontres deviennent improbables.


Ce livre est lauréat du concours Premiers Gestes Littérature 2005.

x 11 18 222 p. Aux fruits de la passion T Pennac Daniel roman 2000 19/09/00 9782070415335 Gallimard »» Folio Littérature -poches 7,50 € 7.5 présent à Plume(s)
AA AA

La tribu Malaussène et ses proches ont le regret de vous annoncer le mariage de Thérèse Malaussène avec le comte Marie-Colbert de Roberval, conseiller référendaire de première classe.

Cet avis tient lieu d’invitation.

Folio n° 3434

x 11 18 177 p. Belle de jour T Kessel Joseph roman 1972 01/06/72 9782070361250 Gallimard »» Folio Littérature -poches 5,70 € 5.7 présent à Plume(s)
AA AA

« Ce que j’ai tenté avec Belle de Jour, c’est de montrer le divorce terrible entre le cœur et la chair, entre un vrai, immense et tendre amour amour et l’exigence implacable des sens. Ce conflit, à quelques rares exceptions près, chaque homme, chaque femme qui aime longtemps, le porte en soi. Il est perçu ou non, il déchire ou il sommeille, mais il existe. »
Joseph Kessel.

Folio n° 125

x 11 18 656 p. Mr Malaussène T Pennac Daniel roman 2000 19/09/00 9782070403004 Gallimard »» Folio Littérature -poches 10,90 € 10.9 présent à Plume(s)
AA AA

« - La suite ! réclamaient les enfants. La suite ! La suite !

Ma suite à moi c’est l’autre petit moi-même qui prépare ma relève dans le giron de Julie. Comme une femme est belle en ces premiers mois où elle vous fait l’honneur d’être deux ! Mais, Julie, crois-tu que ce soit raisonnable ? Julie, le crois-tu ? Franchement... hein ? Et toi, petit con, penses-tu que ce soit le monde, la famille, l’époque où te poser ? Pas encore là et déjà de mauvaises fréquentations !
- La suite ! La suite !

Ils y tenaient tellement à leur suite que moi, Benjamin Malaussène, frère de famille hautement responsable, bouc ressuscité, père potentiel, j’ai fini par me retrouver en prison accusé de vingt et un meurtres.

Tout ça pour un sombre trafic d’images en ce siècle Lumière. Alors, vous tenez vraiment à ce que je vous la raconte, la suite ? »

Folio n° 3000

x 11 18 420 p. La petite marchande de prose T Pennac Daniel roman 2000 19/09/00 9782070403684 Gallimard »» Folio Littérature -poches 9,10 € 9.1 présent à Plume(s)
AA AA

« "L’amour, Malaussène, je vous propose l’amour !" L’amour ? J’ai Julie, j’ai Louna, j’ai Thérèse, j’ai Clara, Verdun, le Petit et Jérémy. J’ai Julius et j’ai Belleville...
"Entendons-nous bien, mon petit, je ne vous propose pas la botte ; c’est l’amour avec un grand A que je vous offre : tout l’amour du monde !"

Aussi incroyable que cela puisse paraître, j’ai accepté. J’ai eu tort. »

Transformé en objet d’adoration universelle par la reine Zabo, éditeur de génie, Benjamin Malaussène va payer au prix fort toutes les passions déchaînées par la parution d’un best-seller dont il est censé être l’auteur.

Vol de manuscrit, vengeance, passion de l’écriture, frénésie des lecteurs, ébullition éditoriale, délires publicitaires, La petite marchande de prose est un feu d’artifice tiré à la gloire du roman. De tous les romans.


Collection Folio n° 2342

x 12 18 160 p. Le dernier chant de l’inca T Herzhaft Gérard jeunesse, roman 2007 23/08/07 9782092512982 Nathan Jeunesse -littérature 5,50 € 5.50 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
En 1561, au Pérou, Incas et Espagnols, pourtant ennemis, plongent ensemble au cœur de l’Amazonie pour une incroyable quête de l’or…
Pérou, 1561. L’empire inca est presque entièrement sous domination espagnole. Le jeune Inca Titu Cusi, caché au cœur de la forêt amazonienne, demeure le seul à résister à l’invasion, espérant avec ses hommes faire renaître son empire. Dans le village d’Ahuaytambo, les Incas continuent de respecter leur coutumes ancestrales, tout en simulant leur conversion au christianisme. Lorsque Huarachi, le vieux troubadour-guerrier, arrive au village, il y est célébré pour ses chants et ses exploits. Mais Don Fernando et ses hommes, conquistadores espagnols, envahissent le village. En échange de la sauvegarde des villageois, Huarachi promet alors à Don Fernando de le guider vers les plus grands gisements d’or de tout l’Empire. Le vieil homme, accompagné de son disciple Yanawa et du chef du village, conduisent alors l’Espagnol et ses soldats sur un chemin semé d’embûches, pour un voyage animé par la soif de l’or…
x 14 20,5 180 p. Et il y eut un matin T Cohen Sylvie, Degon Edna et Kashua Sayed roman Palestine 2006 01/03/06 9782879294766 L’Olivier »» Littérature 21,30 € 21.30 présent à Plume(s)
AA AA

Depuis quelque temps ce journaliste arabe, sans doute l’unique reporter à travailler pour la presse israélienne, ne se sent plus en sécurité.

Relégué au rang de pigiste occasionnel par sa rédaction, découragé par les marques d’ostracisme qui envahissent son quotidien, il décide de retourner vivre avec sa famille dans son village natal, tout près de Jérusalem. Sans grande illusion. Lorsque l’armée israélienne encercle le village, tous pensent que cette mesure est provisoire. Pourtant la situation perdure, le chaos s’installe : l’eau et l’électricité sont coupées, la pénurie alimentaire menace, les ordures s’entassent et les esprits s’échauffent.

Et, plus inquiétant encore, aucune information ne filtre sur les événements. Dans cette fiction née de sa propre histoire, Sayed Kashua explore l’impossible identité des Arabes israéliens. La singularité de sa vision des sociétés juives et arabes donne à ce roman, écrit en hébreu, une force saisissante.

également disponible en format poche : Et il y eut un matin

x 13 20 150 p. Cinq heures pour le sauver:Pékin, une médaille d’or pour le Tibet T Simard Eric jeunesse, roman Tibet 2008 17/04/08 9782350002774 Oskar Jeunesse -littérature 11,95 € 11.95 8,30 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Depuis qu’il a fui son pays, le Tibet occupé par les Chinois, Lodrö n’attend qu’une chose : gagner la médaille d’or de tir à l’arc aux Jeux Olympiques de Pékin.

Pendant cinq ans Lodrö s’est entraîne pour être prêt le jour J, mais trois mois avant l’épreuve, sa fille Yangchen reçoit l’étrange visite d’un asiatique.

x 14 20 219 p. Le figurant T Vassé Claire roman 2007 21/12/07 9782755702927 Panama Littérature 18,00 € 18.00 9,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

" Si vous vivez dans le passé ou le futur, n’insistez pas.

Vous ne ferez jamais un bon figurant. " Pour le narrateur du roman, le cinéma, ce ne sont pas les grandes stars. celles qui hantent vos nuits blanches. Non, pour lui, ce sont ceux qui sont derrière, qui animent l’image, qui remplissent les décors pour donner l’illusion de la vraie vie. Et c’est ainsi qu’il est devenu un élément de ce petit monde qui imprime discrètement la pellicule, anonyme, toujours présent, indispensable.

Sa vie elle-même est figuration ; il est transparent aux yeux des autres, à son propre regard. Jusqu’au jour où un meurtre est commis sur un tournage. Une étrange jeune femme s’installe chez lui, sa mère lui avoue un secret familial, une comédienne promise à un bel avenir s’attache à lui. Peu à peu, les pièces du puzzle s’ajustent. Un titre hommage à Buster Keaton pour un roman burlesque, sentimental et policier où les arrière-plans sont des miroirs qui ne demandent qu’à être traversés.

x 13 20,5 544 p. Transgression T Khan roman Asie 2004 17/03/04 9782877307079 Philippe Picquier Inde/Pakistan Littérature 21,30 € 21.30 10,60 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Lorsque Dia se promène dans Karachi, c’est escortée de deux gardes du corps armés. Son père a été sauvagement torturé et assassiné, et sa mère est chef d’entreprise dans un monde où les femmes, traditionnellement, restent en retrait. Après trois ans passés aux Etats-Unis, Daanish, lui, ne trouve plus sa place dans un pays où l’on est toujours l’étranger de quelqu’un d’autre. Les deux jeunes gens sauront-ils gagner dans leur amour une forme de liberté et échapper à la loi sociale ? Un roman passionné sur le Pakistan d’aujourd’hui.
x 11 18 352 p. Mesopotamia Tome 1 : La légende de Ninmah T Herscovici Armand jeunesse, roman antiquité 2006 18/05/06 9782266158701 Pocket Jeunesse -littérature 6,95 € 6.95 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

7 000 ans avant Jésus-Christ. Sur les contreforts des monts du Zagros séparant la Mésopotamie des hauts plateaux de l’Iran d’aujourd’hui, le Peuple de la Grotte vit en parfaite harmonie avec la nature. Mais cette paisible communauté semblant se préoccuper uniquement de son confort et de sa pérennité compte dans ses rangs une jolie jeune fille à l’esprit nomade : Ninmah, 13 ans, à présent nubile.

Hésitant à accepter celui qui lui est destiné, Ninmah se prend à imaginer une vie faite de voyages et d’aventures. Une soif de découvertes et de connaissances aiguisée par les récits colportés par les caravaniers venus de la plaine et les marchands de passage. Une légende, en particulier, la fascine : celle de l’œuf d’obsidienne, roche capable de réaliser tous les vœux et d’assurer le bonheur éternel de son possesseur…

x 11 18 416 p. Mesopotamia Tome 2 : Le secret de Razin T Herscovici Armand jeunesse, roman être parent, antiquité 2007 16/05/07 9782266158718 Pocket Jeunesse -littérature 7,95 € 7.95 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Après La Légende de Ninmah, le deuxième volet de la grande saga Mesopotamia.

3000 ans av. J.-C., Uruk, en pays Sumer. Razin est le cinquième enfant d’un couple d’esclaves akkadiens, sans espoir de sortir un jour de sa condition. Mais le notable et maître du domaine agricole où vit sa famille décide de réserver Razin à son fils Akal. Cette faveur du destin va le mener dans une école de scribes, puis jusqu’au palais du roi, où, adulte, il devient l’intime du souverain et son Grand Intendant. Razin est sage, fidèle en amitié et d’une clairvoyance déterminante pour la gestion de la cité… Mais la pierre d’obsidienne n’a pas fini de réapparaitre pour infléchir le destin des enfants de Ninmah…

Le premier volet de la trilogie « Mesopotamia », La Légende de Ninmah, sort en poche chez Pocket en même temps que Le Secret de Razin.

En attendant Tupsar, après les grandes figures de Ninmah et de Razin, dans le troisième et ultime volet de « Mesopotamia », à paraître en 2007 chez Panama.

x 11 18 155 p. L’enfant-pluie T Bebey Francis roman Afrique, art de vivre 2008 01/04/08 9782842801380 Sepia Littérature -poches 7,10 € 7.10 présent à Plume(s)
AA AA
« Le temps, c’est comme l’eau du fleuve. On a l’impression qu’elle passe, mais elle est toujours là. Va au bord du fleuve à n’importe quel moment, il y a toujours de l’eau et tu puises si tu en veux. Crois-moi, le temps ne passe pas, Mwana. Il passerait pour aller où ? » C’est avec cette conviction, continuellement insufflée par sa grand-mère Iyo, que Mwana grandit. La vie est belle à Douala, quelle que soit la saison. Belle et pleine de péripéties souvent amusantes que ce roman raconte comme de vives voix. Mais tout va devenir différent à partir du jour où, adolescent, Mwana entrera à l’école. Et découvrira, tout surpris, un tyran à l’air conciliant pourtant : la montre. À vrai dire, avec Mwana, c’est tout un continent qui est ainsi pris au piège d’un temps nouveau. Car maintenant, même en Afrique et n’en déplaise à Iyo, le temps s’est mis à passer. Bel et bien. Comme partout ailleurs dans le monde.
x 14 20,5 180 p. Le jour où mon père s’est tu T Linhart Virginie roman politique 2008 13/03/08 9782020913676 Seuil Politique et société 16,20 € 16.20 présent à Plume(s)
AA AA


- Papa, je voudrais faire une enquête sur les maos, qui faudrait-il interviewer à ton avis ?

Il a grimacé…
- On ne parle plus jamais du maoïsme en France, et toi, qui en étais une des têtes pensantes, tu es devenu silencieux. J’aimerais demander à ceux qui militaient avec toi alors, ce qu’ils pensent de ton silence.

Haussement d’épaule.
- Tu sais papa, moi, quand tu t’es arrêté de parler, j’avais quinze ans. À quinze ans, on a beaucoup de souvenirs. Arrête de penser que parce que tu parais vivre sans mémoire, c’est pareil pour tout le monde !

Il me regarde, il a les larmes aux yeux.
- C’est notre secret ma petite fille…
- C’est quoi notre secret ?
- Que tu saches tout ça, et que moi je ne parle plus.

Je suis la fille de Robert Linhart, fondateur du mouvement prochinois en France et auteur de L’Etabli. Mon père est une des figures les plus marquantes des années 1968. Malheureusement, il en est aussi l’une des figures les plus marquées.

En chemin pour retrouver les anciens compagnons de mon père, j’ai découvert leurs enfants. À travers leurs souvenirs, c’est ma propre enfance qui a ressurgi : tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents révolutionnaires…

VL

x 14,5 22 312 p. Un printemps très chaud T Khalifa Sahar roman Palestine 2008 07/02/08 9782020906753 Seuil Littérature 20,30 € 20.30 présent à Plume(s)
AA AA

Le camp palestinien de ’Ayn el-Morjân et la colonie israélienne de Kiryat Sheiba sont séparés par une clôture métallique. De part et d’autre, deux enfants s’apprivoisent. Mais la clôture devient un mur entre deux communautés qui se haïssent ou, au mieux, s’ignorent. Ou pactisent. Tout est vu à travers le regard d’Ahmad, le jeune Palestinien, en proie aux problèmes de son âge, à sa timidité, à un amour naissant, aux conflits de générations, à la rivalité qui l’oppose tendrement à son grand frère Majid. Son univers bascule quand il s’introduit derrière la clôture : emprisonné, il passe de l’enfance à l’adolescence. Des illusions à une réalité d’autant plus dure et amère que, entre-temps, la seconde Intifada a éclaté, et que Majid, accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, doit entrer dans la clandestinité, début d’un calvaire qui l’entraînera notamment jusque dans le quartier général assiégé de Yasser Arafat.

Sans manichéisme, la romancière palestinienne Sahar Khalifa brosse une fresque bouleversante de la réalité de son pays, de son désespoir grandissant, de ses paradoxes et de ses antagonismes. Et pose une question essentielle : quel avenir y-a-t-il pour la jeunesse, qu’elle soit palestinienne ou israélienne ?

x 23 23 32 p. L’autre monsieur Paul T Sadat Mandana roman différence, amitié, entraide 2007 10/05/07 9782748505887 Syros Jeunesse -albums 7,50 € 7.50 3,70 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
La rencontre pleine de tendresse de deux petits personnages irrésistibles, bien différents l’un de l’autre, mais qui ont tout à gagner à se connaître mieux. Un ouvrage d’exception aux atouts multiples pour une utilisation en classe !

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |