essai - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 4361 documents de type : essai


Les dernières arrivées à Plume(s) de type essai


4361 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 |...

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 15 21 96 p. [Taïteul] n° 33 T Guy Jean-Michel, Israël Nathan, Mondor Julie, Neal Tom et Vidal Jordi L. essai cirque 2009 20/08/09 9782912877956 Entretemps Jeunesse -théâtre 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

Jongleur, acrobate et musicienne perdent inexorablement la mémoire. En s’acharnant en vain à garder trace de tout ce qu’ils peuvent, ils aggravent leur cas. Leur univers est étrange, qui évoque les pages d’un livre, les plis d’un cerveau dérangé, les oubliettes de l’histoire. Cette fable drôle et cauchemardesque sur les excès de la mémoire et de l’oubli est aussi une critique féroce de l’écervelage général que tente d’orchestrer, par overdose de pathos, l’empire mondial de la marchandise et de l’image.

[TAÏTEUL] est un spectacle constamment changeant, dont chaque représentation, numérotée, diffère de toutes les autres. Ce n° 33 est unique et autonome : ni trace ni matrice de l’œuvre, il en constitue une facette spéciale. La pièce fond d’une manière inédite le théâtre, le cirque, la danse et la musique, et ne saurait être assignée à l’un ou à l’autre de ces genres « consacrés ». Fruit d’un travail collectif, elle témoigne de la recherche artistique que mène La Scabreuse, sur l’identité et le « fil du rasoir ».


Bibliothèque Scénogrammes / série Pistes
Domaine : Cirque / Genre : Texte dramatique

x 18 24 404 p. Zoopolis
une théorie politique des droits des animaux
T
Donaldson Sue et Kymlicka Will essai antispecisme 2016 13/10/16 9782362792052 Alma Editeur Politique et société 25,90 € 25.90 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

En matière de droit des animaux les théories classiques visent à protéger les animaux contre les violences qu’ils peuvent subir et érigent une barrière protectrice autour d’eux. Or, une telle approche ne donne aucun résultat pratique significatif. Raison pour laquelle Will Kymlicka et Sue Donaldson se focalisent non sur les droits des animaux mais sur nos obligations concrètes à leur égard. Ce qui suppose que l’on examine nos relations avec eux.

Ils proposent trois catégories d’animaux : domestique, sauvages et liminaire. Et pour chacune, trois modèles de vivre ensemble : la citoyenneté, la souveraineté, le statut de résident. Pour ce faire, ils s’appuient sur des travaux concernant les personnes en situation de handicap et la manière dont on peut les sortir de l’invisibilité sociale et politique. Aujourd’hui les théories de la justice intègrent enfin la notion de vulnérabilité reléguant par là même l’idée de citoyens de seconde zone. Cette reconnaissance, à la fois morale et politique, d’individus vulnérables, les auteurs de Zoopolis suggèrent de l’appliquer aux animaux.

x 11 16,6 80 p. Zone interdite T Bey Hakim essai anarchisme 2010 05/10/10 9782851979292 L’Herne »» Carnets de l’Herne Politique et société -alternatives 5,50 € 5.50 manquant sans date
AA AA

Babylone se fait haine devant quiconque prend réellement plaisir à la vie, au lieu de seulement dépenser de l’argent en quelque vaine tentative pour acheter l’illusion du plaisir.

Si vous ne vous dilapidez pas dans la vacuité de la marchandise, c’est évidemment que vous êtes un tordu et vous devez, par définition, être en train d’enfreindre une loi. Dans cette société, le vrai plaisir est plus dangereux qu’un braquage de banque. Au moins, les braqueurs de banque partagent le respect des masses pour l’argent des masses. Mais vous ! Vous les pervers, vous méritez clairement de mourir sur le bûcher.

(...) Soudain les flics pullulent et débarquent par légions de tous les côtés. Vos papiers sont en ordre ? Avez-vous votre permis d’exister ?

x 11 18 880 p. Zomia ou l’art de ne pas être gouverné
Une histoire anarchiste des hautes terres d’Asie du sud-est
T
C. Scott James essai ethnologie 2019 29/05/19 9782757878231 Points Points Essai Divers -sciences 12,30 € 12.30 présent à Plume(s)
AA AA

James C. Scott propose ici une étonnante contre-histoire de la modernité. Depuis deux mille ans, les communautés d’une vaste région montagneuse d’Asie du Sud-Est refusent obstinément leur intégration à l’État. Zomia : c’est le nom de cette zone d’insoumission qui n’apparaît sur aucune carte, où environ 100 millions de personnes se sont réfugiées pour échapper au contrôle des gouvernements des plaines.

Traités comme des « barbares », ces peuples nomades ont mis en place des stratégies de résistance parfois surprenantes pour échapper à l’État, synonyme de travail forcé, d’impôt, de conscription.

Zomia nous rappelle que la « civilisation » peut être synonyme d’oppression et que le sens de l’histoire n’est pas aussi univoque qu’on le croit.

Traduit de l’anglais par Nicolas Guilhot, Frédéric Joly et Olivier Ruchet

x 15,2 24 530 p. Zomia
ou l’art de ne pas être gouverné
T
C. Scott James essai ethnologie 2013 14/02/13 9782021049923 Seuil Politique et société 27,00 € 27.00 remplacé >>(2019)
AA AA

Depuis deux mille ans, les communautés montagneuses d’une vaste région d’Asie du Sud-Est refusent obstinément leur intégration à l’État. Zomia : c’est le nom de cette zone d’insoumission qui n’apparaît sur aucune carte, où les fugitifs – environ 100 millions de personnes –, se sont réfugiés pour échapper au contrôle des gouvernements des plaines. Traités comme des « barbares » par les États qui cherchaient à les soumettre, ces peuples nomades ont mis en place des stratégies de résistance parfois surprenantes pour échapper à l’État, synonyme de travail forcé, d’impôt, de conscription.

Privilégiant des modèles politiques d’auto-organisation comme alternative au Léviathan étatique, certains sont allés jusqu’à choisir d’abandonner l’écriture pour éviter la consignation, synonyme d’appropriation de leur mémoire et de leur identité. Poursuivant les intuitions et travaux de Pierre Clastres et Michel Foucault, l’auteur nous propose une étonnante contre-histoire de la modernité. Car Zomia met au défi les délimitations géographiques traditionnelles et les évidences politiques, et pose des questions essentielles : que signifie la « civilisation » ? Que peut-on apprendre des peuples qui ont voulu y échapper ? Quelle est la nature des relations entre États, territoire, populations, frontières ? Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la disparition de la rebelle Zomia paraît inéluctable.

Mais son histoire nous rappelle que la « civilisation » peut être synonyme d’oppression, et que le sens de l’histoire n’est aussi pas univoque qu’on le croit.

x 17 24 160 p. Les Zindigné(e)s ! N° 5
Démocratie bidon, démocratie réelle
T
Ariès Paul essai politique 2013 04/06/13 9782354722029 Golias Les Zindigne(e)s ! Politique et société 14,00 € 14.00 sur commande ?
AA AA
Si la démocratie doit être affublée du qualificatif de « participative » pour exister vraiment, c’est bien parce qu’elle a en a pris un sérieux coup sur le coin de la figure au cours des derniers siècles.« Ils ne nous représentent pas ! » fut l’un des slogans les plus significatifs à la Puerta del Sol,Madrid en Mai-Juin-Juillet 2011.
x 14 21 180 p. Zéro pollution
un ultime défi pour l’humanité
T
Roudaut Yannick essai 2016 04/11/16 9791092636109 La Mer Salée »» Essai & Fiction Politique et société -écologie 19,00 € 19.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Pollution de l’air, de l’eau, des sols, dérèglement climatique, dégradation de la biodiversité, maladies respiratoires, cancers... la pollution est partout. En seulement deux siècles, nous avons produit le fléau de nos sociétés modernes. Est-ce cela le progrès ? Comment pouvons-nous donner à un enfant un fruit contenant jusqu’à 35 molécules chimiques ? Allons-nous vivre avec un masque lors des pics de pollution ? Et demain ? Chaque année, la pollution tue déjà des millions de personnes dans le monde. Est-ce un mal nécessaire à notre développement économique, une fatalité ? Ce livre démontre que non. Il démontre que l’abolition de la pollution est possible. Comme l’a été l’abolition de l’esclavage en son temps alors que l’économie en dépendait. Viser le zéro pollution nous ouvrira un nouveau champ d’exploration. Mieux, c’est l’occasion ultime de bâtir un nouveau monde et d’éviter l’impasse tragique. Pour y parvenir, il suffit que chacun de nous revisite son rapport aux sciences, à la nature et à l’Homme. Entrons dans la 7e révolution de l’humanité.
x 11 16,5 108 p. Zéro fossile
Désinvestir du charbon, du gaz et du pétrole pour sauver le climat
T
Haeringer Nicolas essai énergies 2015 05/11/15 9782363831903 Petits Matins Politique et société -écologie 7,00 € 7.00 sur commande ?
AA AA

Quel est le point commun entre les universités de Standford et de Glasgow, les villes d’Oxford, de San Francisco et de Seattle, l’Eglise d’Angleterre, le quotidien britannique The Guardian, ou encore la Fondation Rockefeller Brothers ? Ces institutions ont décidé de mettre un terme à leurs investissements dans le secteur des combustibles fossiles. Elles rejoignent ainsi le mouvement pour le "désinvestissement", tout comme le Crédit agricole ou Axa, qui ont renoncé à soutenir les projets les plus néfastes pour le climat.

Lancé en 2012, comme campagne de lutte contre le dérèglement climatique, le désinvestissement repose sur une idée simple : si nous voulons maintenir le réchauffement global sous la barre des 2 °C, nous devons laisser 80 % des combustibles fossiles dans le sous-sol. Problème : les entreprises qui exploitent ces gisements ne renonceront pas d’elles-mêmes aux profits qu’elles espèrent tirer de ces réserves.

Il faut donc sensibiliser les investisseurs et les inciter à rediriger leurs capitaux vers des solutions durables. Cette campagne participe d’une dynamique nouvelle dans les mobilisations citoyennes, à l’instar de la Marche des peuples pour le climat (500 000 personnes dans les rues de New York le 21 septembre 2014) ou des villages Alternatiba, par exemple. L’auteur, chargé de cette campagne pour la France, présente les principaux arguments en faveur du désinvestissement et montre en quoi ce mouvement mondial résonne en France : quels sont les cibles et les outils à développer pour porter le désinvestissement auprès des institutions françaises ?

x 13 20 180 p. Zen ou l’art de pédaler T Marthaler Claude essai vélo 2017 16/03/17 9782880864491 Olizane Objectif Terre-récit Divers -voyages 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le vélo est le véhicule universel par excellence, un dénominateur commun à tous les peuples de la planète. Là où il y a l’homme, il y a le vélo et la grande roue du monde est à coup sûr celle d’une bicyclette. La monture de Claude Marthaler lui sert de vaisseau terrestre et de passeport pour faire des rencontres. Car la bicyclette transcende et unit les hommes, les frontières géographiques, les générations et les classes sociales, servant à la fois au transport, au commerce, au sport, à l’expression artistique, au pèlerinage et au voyage.

De son exploration de cyclonaute autour d’un monde qui tourne plus ou moins rond, l’auteur rapporte une réflexion « vélosophique », la quintessence même du voyage sur deux roues, qu’il transcrit avec poésie et humour.

x 13,5 21,5 96 p. Yvan Colonna, l’innocence qui dérange T Laurette Roland essai 2011 01/05/11 9782296546325 L’Harmattan Littérature 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le Roman de Ghjuvanni Stephagese, clés pour l’affaire Colonna avait permis, sous le couvert de la fiction, de vivre de l’intérieur la tragédie d’un homme et de sa famille.

Avant le troisième procès rendu possible par la décision de la Cour de cassation, Roland Laurette revient sur cette affaire, dont il est l’un des meilleurs connaisseurs. Il démonte, cette fois au premier degré, la terrible machination qui a conduit un innocent à être condamné à la peine la plus lourde du code pénal. Une documentation considérable et une enquête minutieuse lui permettent de dire les faits.

Dans leur terrible nudité. S’ils déshonorent la République, c’est sans doute parce qu’elle n’a pas su s’imposer à elle-même la séparation des pouvoirs.

x 12,5 21 158 p. Yucca mountain T D’Agata John essai, récit nucléaire 2012 22/06/12 9782930601045 Zones Sensibles »» Politique et société -nucléaire 16,00 € 16.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Las Vegas, été 2009. John D’Agata arrive dans la capitale mondiale du jeu – qui est également la ville des États-Unis détenant le triste record du nombre de suicides. Il découvre alors Yucca Mountain, une montagne proche de la ville où l’administration américaine compte enterrer les déchets nucléaires de toutes les centrales américaines (soit 77 000 tonnes). Commence alors une enquête hallucinée sur le pourquoi et le comment de cet enfouissement massif, où rien n’est épargné au lecteur : le rôle des lobbyistes, la corruption massive des élus, les fissures du tunnel censé isoler les déchets nucléaires, la prétention des scientifiques à attester de la sûreté du site, les discussions des linguistes en quête d’un signe symbolisant le danger et compréhensible par les 400 prochaines générations. Yucca Mountain est une terrible exploration des enfers du nucléaire, mais aussi des bas-fonds d’une ville où tout n’est que démesure – tel le Stratosphere, l’hôtel le plus haut de Las Vegas dont la terrasse semble être le lieu privilégié pour les candidats à l’auto-destruction. En redéfinissant les limites entre essai et récit personnel, Yucca Mountain concentre toutes les interrogations actuelles sur le nucléaire, à l’aide de dialogues et d’un montage temporel dignes des meilleures scénaristes tv américains.
x 10,5 17 277 p. Les Yogas-Sutras de Patanjali à la lumière des premiers commentaires indiens
Vyasa, Bhoja, Vacaspati Misra
T
Sablé Erik essai yoga, spiritualité 2008 02/06/08 9782844545466 Dervy Pratique -développement personnel 13,00 € 13 sur commande ?
AA AA

La forme de yoga connue aujourd’hui en Occident fut pour la première fois exposée dans les Yoga-Sutras de Patanjali qui, en 195 aphorismes, codifient l’enseignement de cette pratique traditionnelle plusieurs fois millénaires.

En Inde, ils sont indissociables de leurs premiers commentaires et notamment de ceux de Vyasa, Bhoja et Vacaspati Misra. Ces commentaires, toujours lumineux, éclairent beaucoup d’aspects obscurs des Yoga-Sutras dont le système est dualiste. Patanjali décrit en effet une voie de libération qui implique une rupture fondamentale entre l’âme individuelle et le monde de la matière. A partir de la méthode de la concentration mentale - l’attention se retire graduellement du monde matériel vers une conscience permanente et non-illusoire - Patanjali nous donne un moyen simple, concret pour devenir plus conscient, plus vigilant, plus apte à vivre chaque instant dans sa plénitude.

Les Yoga-Sutras s’enracinent dans la tradition indienne, dans sa philosophie, sa cosmologie, ses mythes, sa conception magique de l’existence très loin de notre univers culturel. Erik Sablé a voulu exposer ces commentaires, inédits en français pour certains, le plus clairement et le plus fidèlement possible pour que l’immense richesse de ce texte soit utilisable au quotidien, dans notre vie physique et psychique, personnelle et relationnelle, et constitue une ouverture privilégiée à la vie spirituelle.

x 11 18 217 p. Yoga-sutras T Patanjali essai yoga, spiritualité 1994 01/12/94 9782226052476 Albin Michel Pratique 8,50 € 8.50 sur commande ?
AA AA

En 195 aphorismes, les Yoga-Sutras de Patanjali codifient l’enseignement d’une pratique traditionnelle plusieurs fois millénaire.

C’est l’esprit même du Yoga qui se trouve ici décrit, résumé en une série de remarques lapidaires et lumineuses. Vrai traité de connaissance de soi, cet ouvrage est l’un des textes majeurs de l’humanité. Son message, transcendant les siècles, se révèle bien plus que moderne : essentiel.

x 15 21,5 294 p. Le yiddishland révolutionnaire T Brossat Alain et Klingberg Sylvia essai politique 2009 02/04/09 9782849502174 Syllepse Yiddishland Politique et société -histoire 22,50 € 22.50 présent à Plume(s)
AA AA

Ils sont montés sur toutes les barricades du siècle, des avenues de Petrograd aux ruelles du ghetto de Varsovie, de la lutte antifranquiste à la Résistance antinazie : les révolutionnaires du Yiddishland. Pour la plupart enfants de la misère juive d’Europe orientale et centrale, ils ont été élevés dans la crainte de Dieu et le respect des traditions religieuses, puis emportés par le grand courant de l’Utopie révolutionnaire. Militants socialistes, communistes, bundistes, sionistes, ouvriers, trotskystes…, ils incarnaient l’activité multiple, le radicalisme d’une classe ouvrière juive qui entrevoyait le Messie dans les plis du drapeau rouge.

Aujourd’hui, l’univers dont ils sont issus a disparu, démantelé, disloqué par le génocide nazi. Là où Hitler n’était pas parvenu à conduire à son terme son œuvre de mort, Staline et ses épigones l’ont parachevée. Au-delà de l’irrémédiable coupure, il ne reste que des survivants, et le travail de la mémoire du Yiddishland rouge.

Ce livre retrace le combat de ces militants, leurs trajectoires singulières, l’oscillation entre les grandes espérances et le doute, les illusions perdues. Un regard juif et rouge porté sur l’histoire de ce siècle.

x 14 21 175 p. Les yeux ouverts
Lettres à ses disciples - Tome 2 - 2° édition
T
Prajnanpad Svâmi essai 2008 19/01/08 9782863161500 Accarias L’Originel »» Pratique -développement personnel 16,50 € 16.50 sur commande ?
AA AA
Voir ce qui est, l’accepter et faire l’expérience de l’unité, tel est l’enseignement de Svâmi Prajnânpad dont André Comte-Sponville écrit dans sa préface : "Ce maître - car c’en est un, et considérable, et l’un des plus grands de ce temps - n’est pas un optimiste, ni un rêveur, ni un croyant. Un philosophe ? Point, mais beaucoup mieux : un sage. La denrée est plus rare et - y compris pour les philosophes ! - plus utile."
x 14 21,9 237 p. Y’a-t-il un grand architecte dans l’Univers ? Hawking Stephen et Mlodinow Leonard essai science 2011 24/02/11 9782738123138 Odile Jacob Sciences Odile Jacob Divers -sciences 23,25 € 23.25 sur commande ?
AA AA
x 14 19,5 247 p. Y’a bon les colonies ?
La France Sarkozyste face à l’histoire coloniale, à l’identité nationale et à l’immigration
T
Ruscio Alain essai colonialisme 2011 14/03/11 9782841098583 Le Temps des cerises International -colonies, esclavage, libération 16,00 € 16.00 épuisé
AA AA

Le livre d’Alain Ruscio se présente comme une galerie de portraits au vitriol.

C’est un dictionnaire de personnalités ayant une certaine importance sur la scène politique française actuellement, et qui se distinguent par un discours empreint d’un certain néo-colonialisme latent, ou en tout cas une certaine nostalgie des colonies et d’une France puissante sur le plan international et diplomatique, mêlée à un racisme sous-jacent. L’auteur montre que ces personnes, de François Copé à Éric Zemmour en passant par Brigitte Bardot, au delà de leurs sympathies politiques et de leur rôle dans la société française, tiennent un discours aberrant mais décomplexé et en apparence socialement admis.

x 15 19 310 p. Y a-t-il une vie après le capitalisme ? T Kouvélakis Stathis essai capitalisme 2008 01/09/08 9782841097487 Le Temps des cerises Collection Blanche Politique et société 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Y a-t-il une vie après le capitalisme ? De nos jours, la réponse quasiment spontanée est négative. L’histoire est « finie », au sens où elle a atteint sa finalité interne, car, après la fin des régimes dits « communistes » de l’Est européen, le capitalisme est son horizon ultime. Voilà pourquoi il est devenu aujourd’hui plus facile d’imaginer la fin du monde qu’une modification bien moins cataclysmique, celle du mode de production actuellement dominant. Il existe pourtant une réponse contraire, même si elle est minoritaire, qui consiste à dire : bien sûr que oui, le capitalisme n’est pas éternel, il n’est pas le dernier mot de l’histoire, car l’histoire ne connaît pas de dernier mot (ce en quoi elle diffère justement des récits théologiques). L’échec de ces régimes ne signifie pas la fin de la perspective socialiste, mais la fin d’un cycle du mouvement révolutionnaire, celui du « court vingtième siècle », dont il s’agit de faire un bilan et de tirer les nécessaires leçons.

C’est cette réponse qui est déclinée de diverses façons dans les contributions de ce recueil. Sont ainsi repris, questionnés et développés, les thèmes essentiels d’un avenir d’après le capitalisme : le nécessaire dépassement du marché, l’essor de pratiques autogestionnaires, la transformation de la vie quotidienne et de l’ensemble des rapports sociaux.

x 11 18 240 p. Y a-t-il un grand architecte dans l’univers ? Hawking Stephen et Mlodinow Leonard essai science 2014 01/10/14 9782738131966 Odile Jacob Poches Odile Jacob Divers -sciences 11,50 € 11.50 présent à Plume(s)
AA AA
x 14 20,5 192 p. Xénophobie d’en haut
Le choix d’une droite éhontée
T
Cette France-là essai politique, xénophobie 2012 04/04/12 9782707173317 la Découverte cahiers libres Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

La politique d’immigration de Nicolas Sarkozy est souvent accusée de démagogie. À tort. Car loin d’exploiter la xénophobie populaire, le chef de l’État et ses ministres n’hésitent pas à braver l’opinion. Faisant fi des enquêtes qui montrent que les Français se préoccupent bien davantage de l’emploi, du pouvoir d’achat ou des inégalités, ils s’obstinent à soutenir que l’immigration est leur problème principal.

Pourquoi cette xénophobie d’en haut ? Les études sérieuses révèlent pourtant qu’aucune rationalité économique ou démographique ne la justifie. Quant aux bénéfices politiques qu’elle permet d’engranger, l’impopularité d’initiatives telles que le débat sur l’identité nationale ou le discours de Grenoble indique qu’ils ne sont pas plus significatifs que les coûts de l’immigration.

Il s’agit alors de comprendre ce qui a conduit la droite française à tant miser sur la résurgence de la "question immigrée". À cette fin, Xénophobie d’en haut se penche sur les circonstances qui ont amené les dirigeants français à s’emparer d’une telle question en dépit du terrible bilan de ses usages antérieurs, ainsi que sur la manière dont ils sont parvenus à le faire - au sein d’une Union européenne pourtant fondée sur la leçon de 1945 : "Plus jamais ça !".

La dérive d’une droite éhontée soulève encore deux questions. Elle appelle à se demander pourquoi les médias les plus hostiles au populisme s’ingénient à minimiser son ampleur, au risque de la conforter, mais aussi pourquoi une gauche complexée se borne à la confondre avec de la démagogie, comme si l’hostilité aux étrangers était le lot des classes populaires. Or la pusillanimité de l’opposition est d’autant plus déplorable concluent les auteurs de Xénophobie d’en haut, que la récusation du "problème de l’immigration" est la condition de possibilité d’une véritable alternance.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |