essai - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 4426 documents de type : essai


Les dernières arrivées à Plume(s) de type essai


4426 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 |...

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 21 158 p. Yucca mountain T D’Agata John essai, récit nucléaire 2012 22/06/12 9782930601045 Zones Sensibles »» Politique et société -nucléaire 16,00 € 16.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Las Vegas, été 2009. John D’Agata arrive dans la capitale mondiale du jeu – qui est également la ville des États-Unis détenant le triste record du nombre de suicides. Il découvre alors Yucca Mountain, une montagne proche de la ville où l’administration américaine compte enterrer les déchets nucléaires de toutes les centrales américaines (soit 77 000 tonnes). Commence alors une enquête hallucinée sur le pourquoi et le comment de cet enfouissement massif, où rien n’est épargné au lecteur : le rôle des lobbyistes, la corruption massive des élus, les fissures du tunnel censé isoler les déchets nucléaires, la prétention des scientifiques à attester de la sûreté du site, les discussions des linguistes en quête d’un signe symbolisant le danger et compréhensible par les 400 prochaines générations. Yucca Mountain est une terrible exploration des enfers du nucléaire, mais aussi des bas-fonds d’une ville où tout n’est que démesure – tel le Stratosphere, l’hôtel le plus haut de Las Vegas dont la terrasse semble être le lieu privilégié pour les candidats à l’auto-destruction. En redéfinissant les limites entre essai et récit personnel, Yucca Mountain concentre toutes les interrogations actuelles sur le nucléaire, à l’aide de dialogues et d’un montage temporel dignes des meilleures scénaristes tv américains.
x 13,5 21 237 p. L’occupation du monde T Piron Sylvain essai 2018 23/05/18 9782930601335 Zones Sensibles »» Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

Face à l’aggravation des crises environnementales qu’elle a provoquées, la société industrielle semble frappée d’aveuglement. Elle est bercée de l’illusion que tout finira par s’arranger, grâce à la souplesse du marché, l’innovation technique et l’inventivité du capital. Toute une mythologie économique entrave ainsi la réflexion et la perception de la gravité de la situation. Dans le but de défaire cette mythologie, ce livre cherche à en comprendre l’histoire, en associant deux voies complémentaires. Le désastre vers lequel nous avançons est annoncé depuis un demi-siècle. Parmi les penseurs de l’écologie politique des années 1967-72, les parcours de Gregory Bateson et d’Ivan Illich permettent d’observer l’émergence de cette réflexion, puis son occultation sous l’effet du tournant néo-libéral des années 1980. Mais pour saisir la puissance du mythe et ses effets dévastateurs, il faut remonter bien plus haut. L’appétit de transformation du monde naturel par l’action humaine correspond à une pente générale de l’Occident dans la longue durée du second millénaire de l’ère chrétienne. C’est ce que l’on peut décrire comme une dynamique d’occupation du monde, au double sens d’une occupation objective par des êtres subjectivement occupés à le transformer.

Les théologiens scolastiques ont été les premiers à observer le phénomène au XIIIe siècle. Point de départ d’une pensée de l’économie, leur philosophie morale peut aujourd’hui fournir des arguments critiques face aux dogmes de la pensée économique contemporaine. Alors que les réflexions politiques et sociologiques ont eu maintes fois l’occasion de reformuler leurs postulats, la pensée économique est demeurée prisonnière de présupposés qui lui confèrent à présent une texture quasiment théologique.
Cet essai d’histoire de longue durée propose une interprétation globale du destin économique de l’Occident, en vue de défendre la nécessité d’un autre rapport au monde.

x 14 20 216 p. Les bandits T Hobsbawm Eric essai 2008 11/09/08 9782355220135 Zones »» Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Robin des bois, bandit au grand cœur, qui vole aux riches pour donner aux pauvres, peut-il être considéré comme un simple « criminel » ? Hors-la-loi sans nul doute aux yeux du souverain, il apparaît en revanche, à l’intérieur de la société paysanne, comme un vengeur, un justicier et un héros. C’est la figure par excellence du « bandit social », personnage qui hante la zone floue entre la criminalité organisée et la révolte sociale.

Des « Haïdoucs », bandits des Balkans, en passant par Jesse James ou Billy the Kid, le grand historien britannique Eric Hobsbawm retrace, dans cet ouvrage passionnant, l’histoire mouvementée du « banditisme social ».

En prenant ses distances avec l’histoire officielle, il s’efforce d’inscrire le destin de ces marginaux dans une étude plus large des structures économiques et sociales qui conditionnent leur apparition, en mettant notamment en évidence le lien entre les « épidémies de banditisme » qu’il repère et d’intenses phases de crises économiques. Dans cette histoire de la violence sociale, les personnages de bandits émergent comme les visages masqués de communautés paysannes réagissant à la destruction de leur mode de vie. Des ombres peuplant une zone incertaine où rodent à la fois la criminalité organisée et la mobilisation politique. Si Hobsbawm a voulu écrire l’histoire des bandits, c’est parce qu’il y décèle l’une des généalogies primitives des mouvements sociaux.

La question du bandit demeure, toujours actuelle : comment, pour des révoltés, passer de la délinquance à la politique ?

x 14 20,5 192 p. La révolution sexuelle
et la camaraderie amoureuse
T
Armand Émile essai 2009 16/04/09 9782355220104 Zones »» Politique et société 16,50 € 16.50 présent à Plume(s)
AA AA
Ouvrage initialement paru en 1934 sous le titre La Révolution sexuelle et la camaraderie amoureuse aux éditions Critique et Raison, Paris.
x 14 20,5 316 p. Hémisphère gauche
Une cartographie des nouvelles pensées critiques
T
Keucheyan Razmig essai politique 2010 22/04/10 9782355220265 Zones »» Politique et société 21,40 € 21.40 épuisé, réédité avec l'ean 9782355220623
AA AA

Ou Axel Honneth, la pensée radicale est de retour.

Quelles sont ces théories qui accompagnent l’émergence des nouvelles luttes sociales ? En quoi se distinguent-elles de celles qui caractérisaient le mouvement ouvrier dans ses formes traditionnelles ? Ce livre rend compte de la diversité de ces nouvelles pensées : théorie queer, marxisme et postmarxisme, théorie post-coloniale, théorie de la reconnaissance, poststructuralisme, néospinozisme, etc. Il montre l’unité qui sous-tend ces courants, qui résulte de ce qu’ils sont le produit des défaites subies par les mouvements de contestation des années 1960 et 1970.

Cet ouvrage se veut une cartographie intellectuelle, un instrument d’orientation dan le nouveau paysage des pensées critiques, dans une perspective, internationale.

x 14 20,5 228 p. Le président des riches
Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy
T
Pinçon-Charlot Monique et Pinçon Michel essai politique, Sarkozy, sociologie 2010 09/09/10 9782355220180 Zones »» Politique et société 14,00 € 14.00 remplacé >>(2011)
AA AA

Petits chèques entre amis, dîners mondains, légions d’honneur et comptes en Suisse...

L’affaire Bettencourt a jeté une lumière crue sur les connivences souterraines qui unissent pouvoir politique et puissances de l’argent. Dans ce livre-enquête, les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, spécialistes de la bourgeoisie française, donnent à voir, au-delà des scandales, la logique d’un système. Pour faire vivre un monde où l’entre-soi permet l’affirmation des réseaux, ils rapportent des histoires révélatrices, glanées dans les coulisses du règne de Nicolas Ier.

En brossant la chronique des premières mesures prises, ils dévoilent les ressorts d’une politique systématique en faveur des nantis : bouclier fiscal, abattements et exonérations en tout genre, dépénalisation du droit des affaires ne sont que les éléments visibles d’une guerre des classes au service de l’aristocratie de l’argent. Aux discours du Sarkozy qui prétendait vouloir refonder le capitalisme s’oppose la réalité des actes : paradis fiscaux, fonds spéculatifs, bonus des traders, stock-options et cadeaux aux banques se portent bien et ont permis au capital financier de retrouver de sa superbe.

Derrière la façade d’un pouvoir démocratique se dessine ainsi le tableau inquiétant d’un tout autre régime : une oligarchie, un gouvernement des riches pour les riches.

x 14 20,5 141 p. Propaganda - Comment manipuler l’opinion en démocratie T Bernays Edward essai propagande 2007 11/10/07 9782355220012 Zones »» Politique et société 13,50 € 13.50 présent à Plume(s)
AA AA

Un document édifiant où l’on apprend que la propagande politique au XXe siècle n’est pas née dans les régimes totalitaires, mais au c�ur même de la démocratie libérale américaine.

Texte présenté par Normand Baillargeon, philosophe, professeur à l’université du Québec à Montréal, et auteur d’un Petit cours d’autodéfense intellectuelle paru chez Lux en 2007.

x 14,2 20,4 256 p. Le capitalisme en 10 leçons
Petit cours illustré d’économie hétérodoxe
T
Husson Michel essai capitalisme 2012 23/02/12 9782355220364 Zones »» Politique et société 16,00 € 16.00 présent à Plume(s)
AA AA

Au fil d’une dizaine de chapitres clairs et pédagogiques illustrés par Charb, Michel Husson propose un petit cours d’économie critique, résolument à contre-courant de l’idéologie dominante, destiné à mieux faire comprendre les rouages essentiels, mais aussi les contradictions structurelles d’un système économique qui domine aujourd’hui le monde.

Pour y voir clair et saisir le mode de fonctionnement d’une économie qui gouverne nos vies et les rend invivables.

x 14 21 143 p. Les rémunérations obscènes
le scandale des hauts revenus en France
T
Steiner Philippe essai économie 2011 13/10/11 9782355220418 Zones »» Politique et société 12,20 € 12.20 présent à Plume(s)
AA AA

Les rémunérations – salaires, bonus, stock-options, retraites « chapeau », Golden hello – flambent aux sommets de la pyramide sociale. Régulièrement, la presse se penche sur ces « très hauts revenus », offrant à l’homme ordinaire un aperçu du monde des « surhommes » du capitalisme moderne. Et, en janvier 2010, le président américain Barack Obama demandait – en vain – que Wall Street cesse de verser des « bonus obscènes » aux banquiers, alors que la crise de 2008 a plongé dans la misère des millions d’Américains.

Dans cet essai vif et documenté, Philippe Steiner met à jour l’ampleur de ces rémunérations obscènes. Il montre comment les économistes prétendent en expliquer la formation, au prix de contorsions compliquées sur le thème de la concurrence. Et à partir de la vision alternative que propose la sociologie, il s’intéresse aux réactions de l’opinion publique face aux informations médiatiques. Les réactions morales ne seraient-elles que l’expression de la méconnaissance des « lois de l’économie mondialisée » ? La manifestation pathétique de l’impuissance ? Ou plutôt le ferment d’une force politique de contestation, tant les rémunérations ont partie liée à un mouvement profond du capitalisme financier contemporain, creusant toujours plus les inégalités économiques ?

x 14 20,5 237 p. Beauté fatale
Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
T
Chollet Mona essai femmes 2012 16/02/12 9782355220395 Zones »» Politique et société -femmes 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
La « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté » travaillent à entretenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au coeur de la sphère culturelle.
Le corps féminin est sommé de devenir un produit, de se perfectionner pour mieux se vendre. Un esprit absent dans un corps-objet : tel est l’idéal féminin contemporain.
x 14 20,5 93 p. Expérience sur l’obéissance et de la désobéissance à l’autorité T Milgram Stanley essai psychologie, désobéissance, autorité, obéissance 2013 23/05/13 9782355220579 Zones »» Politique et société -non-violence et désobéissance 11,50 € 11.50 présent à Plume(s)
AA AA

Le savant, en blouse blanche, vous ordonne de tourner encore la molette, d’appuyer à nouveau sur le bouton. Face à vous, à travers la vitre, vous pouvez voir l’homme assis se tordre de douleur et crier à chaque nouvelle décharge électrique. De plus en plus fort. On vous a dit que c’était une expérience scientifique. Que le cobaye était consentant. Ça a l’air sérieux. Vous êtes payé. "Augmentez le voltage, vous devez continuer", répète encore la voix derrière vous.
Allez-vous continuer ? Quand vous arrêterez-vous ? Irez-vous jusqu’à la décharge mortelle ?

Mais le cobaye n’est pas celui qu’on croit. L’homme là-bas était un acteur. Il n’y avait pas de courant dans les électrodes. Ce n’était qu’un simulacre. C’était vous et non lui qui faisiez l’objet de l’expérience.

Ce dispositif était celui que Stanley Milgram, professeur de psychologie à Yale, aux États-Unis, avait imaginé, en juillet 1961, trois mois après le retentissant procès du criminel nazi Adolf Eichmann, pour conduire une série d’expériences sur les "conditions de l’obéissance et de la désobéissance à l’autorité".

Pourquoi obéit-on ? Pourquoi se soumet-on à l’autorité ? Et surtout : comment et pourquoi décide-t-on de désobéir ? Milgram entendait percer les secrets des mécanismes du pouvoir et de l’atrocité grâce aux instruments et aux méthodes de la psychologie expérimentale. La célébrissime "expérience de Milgram" a fait couler beaucoup d’encre, inspirant critiques, militants, cinéastes ou romanciers.

En complément à ce bref texte fondateur, l’un des premiers comptes rendus de l’expérience publié en 1965 par son concepteur, cette édition propose de revenir de façon critique, plus de quarante ans plus tard, sur la longue histoire des interprétations et des débats auxquels cette expérience a donné lieu ainsi que sur les présupposés philosophiques qui la sous-tendaient.

x 14 20,5 203 p. La nature est un champ de bataille
Essai d’écologie politique
T
Keucheyan Razmig essai écologie 2014 20/03/14 9782355220586 Zones »» Politique et société -écologie 16,00 € 16.00 épuisé
AA AA

Face à la catastrophe écologique annoncée, les bonnes âmes appellent l’humanité à "dépasser ses divisions" pour s’unir dans un "pacte écologique".

Cet essai s’attaque à cette idée reçue. Il n’y aura pas de consensus environnemental. Loin d’effacer les antagonismes existants, la crise écologique se greffe au contraire à eux pour les porter à incandescence. Soit la localisation des décharges toxiques aux États-Unis : si vous voulez savoir où un stock de déchets donné a le plus de chances d’être enfoui, demandez-vous où vivent les Noirs, les Hispaniques, les Amérindiens et autres minorités raciales. Interrogez-vous par la même occasion sur le lieu où se trouvent les quartiers pauvres...

Ce "racisme environnemental" qui joue à l’échelle d’un pays vaut aussi à celle du monde. "Marchés carbone", "droits à polluer", "dérivés climatiques", "obligations catastrophe" : on assiste à une prolifération des produits financiers "branchés" sur la nature. Faute de s’attaquer à la racine du problème, la stratégie néolibérale choisit de financiariser l’assurance des risques climatiques. C’est l’essor de la "finance environnementale" comme réponse capitaliste à la crise. Surcroît de catastrophes naturelles, raréfaction de certaines ressources, crises alimentaires, déstabilisation des pôles et des océans, "réfugiés climatiques" par dizaine de millions à l’horizon 2050... Autant de facteurs qui annoncent des conflits armés d’un nouveau genre, auxquels se préparent aujourd’hui les militaires occidentaux. Finie la guerre froide, bienvenue aux "guerres vertes". De La Nouvelle-Orléans au glacier Siachen en passant par la banquise de l’Arctique, l’auteur explore les lieux marquants de cette nouvelle "géostratégie du climat". Cet essai novateur de théorie politique fournit, une grille de lecture originale et critique, indispensable pour saisir les enjeux de la crise écologique actuelle. A travers l’exposition édifiante des scénarios capitalistes face au désastre environnemental, il fait œuvre - salutaire - de futurologie critique.

x 14 20,5 269 p. Statactivisme
Comment lutter avec des nombres
T
Bruno Isabelle, Didier Emmanuel et Prévieux Julien essai statistiques 2014 15/05/14 9782355220548 Zones »» Politique et société 20,00 € 20.00 manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Les statistiques nous gouvernent. Argument d’autorité au service des managers, elles mettent en nombres le réel et maquillent des choix qui sont, en fait, politiques. Le parti pris de ce livre, qui rassemble les contributions de sociologues, d’artistes et de militants, procède du judo : prolonger le mouvement de l’adversaire afin de détourner sa force et la lui renvoyer en pleine face, faire de la statistique une arme critique.

L’histoire de cette forme de contestation dont Luc Boltanski indique qu’elle permet de formuler des "critiques réformistes" passe d’abord par un retour sur la longue controverse sur l’indice des prix en France, présentée par Alain Desrosières. La deuxième partie du livre s’intéresse à la façon dont on ruse, individuellement et souvent secrètement, avec les règles. L’association Pénombre, composée de statisticiens critiques, y présente une fausse interview du brigadier Yvon Dérouillé, qui explique, face caméra, comment tripatouiller les statistiques de la délinquance.

Mais les statistiques peuvent aussi servir à faire exister politiquement, en les rendant visibles, des catégories sociales discriminées. Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires, montre comment Victor Schoelcher, au XIXe siècle, mobilisait déjà des arguments quantitatifs pour la défense des droits des Noirs. Une dernière stratégie statactiviste consiste à bâtir des indicateurs alternatifs, tels que le "BIP 40", qui met en rapport les bénéfices dégagés par l’envolée des cours boursiers et le creusement des inégalités sociales.

Ces quatre démarches sont illustrées, avec humour ou sérieux, en texte ou en image, par les contributeurs de cet ouvrage, pour qui "un autre nombre est possible" : ce qu’une logique hégémonique de quantification a instauré, une pratique statactiviste avertie peut chercher à le défaire.

x 14 20,5 325 p. Chez soi
Une odyssée de l’espace domestique
T
Chollet Mona essai 2015 23/04/15 9782355220777 Zones »» Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

La maison, le chez-soi : de ce sujet, on a souvent l’impression qu’il n’y a rien à dire. L’espace domestique fait même figure de triangle des Bermudes de la politique : on le perçoit comme un lieu de repli frileux, d’indifférence à la marche du monde, d’abandon sans frein à l’hypnose consumériste, entre la télévision et les gadgets électroménagers. On valorisera plutôt le citoyen concerné, actif, qui voyage, qui descend dans la rue. Pourtant, à une époque où la vie collective semble se déliter, où le travail devient nocif pour un grand nombre de gens, où les formes de l’engagement peinent à se renouveler, le réflexe de rentrer chez soi peut revêtir une portée insoupçonnée.

La maison est aussi une base arrière où l’on peut se protéger, refaire ses forces, se souvenir de ses désirs, résister à l’éparpillement et à la dissolution. Dans l’ardeur que l’on met à rêver de l’habitation idéale se réfugie ce qu’il nous reste de vitalité, d’élans, de foi en l’avenir. C’est la thèse que veut défendre ce livre. Mais, en même temps, il aimerait saisir la façon dont le monde extérieur revient par la fenêtre, et l’acuité avec laquelle il se projette entre nos quatre murs.

Quelques années après la crise des subprimes aux États-Unis, la quête d’un logement confronte chacun à la dureté des inégalités sociales avec une crudité remarquable. Qu’il soit si difficile de profiter pleinement de son chez-soi révèle en outre notre état de « famine temporelle » et d’hyperactivité permanentes. C’est encore plus vrai pour les femmes, impuissantes à se débarrasser de l’idéal tyrannique de la « fée du logis », et toujours astreintes à l’essentiel des tâches ménagères.

En déroulant le fil rouge thématique de l’espace domestique, ce livre voudrait donc explorer quelques-unes de nos préoccupations les plus urgentes, en montrant leur nature inextricablement intime et collective.

x 14 20,5 200 p. Être forêts
habiter des territoires en lutte
T
Vidalou Jean-Baptiste essai résistance, forêt 2017 26/10/17 9782355221170 Zones »» Politique et société 14,00 € 14.00 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Depuis une dizaine d’années, que ce soit dans les bois de Sivens, à Notre-Dame-des-Landes, à Bure ou dans les Cévennes, il est évident qu’il se passe quelque chose du côté de la forêt. Certains ont commencé à habiter ces espaces, avec la détermination de sortir du monde mortifère de l’économie. Un tout autre rapport au monde s’y bâtit, à l’opposé de cette science militaire qu’est l’aménagement du territoire - ici contre un barrage, là contre un aéroport, ou une extraction de biomasse.

Ce n’est pas qu’une affaire locale : les paysans du Guerrero au Mexique se battent depuis plus de dix ans pour libérer leurs forêts des exploitants, les trappeurs du peuple Cri du Canada défendent la forêt boréale de Broadback contre la déforestation, les Penan de Bornéo s’arment de sarbacanes contre les compagnies de plantation de palmiers à huile... Partout des luttes résonnent de cette même idée : la forêt n’est pas une réserve de biosphère ou un puits de carbone.

La forêt, c’est un peuple qui s’insurge. Nous sommes allés à la rencontre de ces forêts et de celles et ceux qui les défendent. Nous y avons découvert des continents innombrables, des sentiers inédits, des êtres ingouvernables. Toute une géographie depuis laquelle il était possible, enfin, de respirer.

à feuilleter en ligne ici.

x 14 20,5 256 p. Sorcières
la puissance invaincue des femmes
T
Chollet Mona essai sorcier/sorcière, femmes 2018 13/09/18 9782355221224 Zones »» Politique et société -femmes 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?

Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante - puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant - puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée - devenue, et restée depuis, un objet d’horreur. Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

x 14 20,5 201 p. Les besoins artificiels
comment sortir du consumérisme
T
Keucheyan Razmig essai consommation 2019 19/09/19 9782355221262 Zones »» Politique et société -consommation 18,00 € 18 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Le capitalisme engendre des besoins artificiels toujours nouveaux. Celui de s’acheter le dernier iPhone, par exemple, ou de se rendre en avion dans la ville d’à côté. Ces besoins sont non seulement aliénants pour la personne, mais ils sont écologiquement néfastes. Leur prolifération sous-tend le consumérisme, qui lui-même aggrave l’épuisement des ressources naturelles et les pollutions. À l’âge d’Amazon, le consumérisme atteint son « stade suprême ». Ce livre soulève une question simple : comment couper court à cette prolifération de besoins artificiels ? Comment sortir par là même du consumérisme capitaliste ? La réflexion s’appuie sur des chapitres thématiques, consacrés à la pollution lumineuse, à la psychiatrie de la consommation compulsive ou à la garantie des marchandises, pour élaborer une théorie critique du consumérisme. Elle fait des besoins « authentiques » collectivement définis, en rupture avec les besoins artificiels, le coeur d’une politique de l’émancipation au XXIe siècle. Chemin faisant, le livre évoque la théorie des besoins de Karl Marx, André Gorz et Agnes Heller. Pour ces auteurs, les besoins « authentiques » ont un potentiel révolutionnaire. Comme disait Marx, « une révolution radicale ne peut être que la révolution des besoins radicaux ».
x 14 20,5 259 p. La fabrique du consommateur
Une histoire de la société marchande
T
Galluzzo Anthony essai consommation juin 2020 04/06/20 9782355221422 Zones »» Politique et société -consommation 19,00 € 19.00 sur commande ?
AA AA

Vers 1800, la plupart des Français étaient des paysans qui construisaient eux-mêmes leur maison, récoltaient leurs céréales, pétrissaient leur pain et tissaient leurs vêtements. Aujourd’hui, l’essentiel de ce que nous consommons est produit par un réseau de grandes et lointaines entreprises. En deux siècles à peine, la communauté paysanne autarcique s’est effacée pour laisser place à une myriade de consommateurs urbains et connectés.

Cet ouvrage retrace les grandes étapes de cette conversion à la consommation. Comment s’est constitué le pouvoir marchand ? Quels changements sociaux ont accompagné la circulation massive des marchandises ? En parcourant l’Europe et l’Amérique du Nord des XIXe et XXe siècles, ce livre retrace l’histoire de multiples dispositifs de marché : la marque insufflant à la marchandise sa valeur-signe, les mises en scène inventées par les grands magasins, l’ingénierie symbolique déployée par les relations publiques et la publicité...

Il raconte la conversion des populations à la consommation et la fulgurante prise de pouvoir des marchands.

x 14 21 112 p. Il est temps que je te dise
Lettre à ma fille sur le racisme
T
Chariandy David essai racisme février 2020 06/02/20 9782889277278 Zoé Ecrits D’ailleurs Politique et société 14,00 € 14 présent à Plume(s)
AA AA

David Chariandy a beau être né au Canada, une femme dans un restaurant éthique lui fait comprendre qu’il n’est pas ici chez lui. Même s’il a grandi dans ce pays pourtant réputé plus tolérant que les Etats-Unis, il y a été souvent traité de nègre. Dans cette lettre ouverte qu’il adresse à sa fille de treize ans, il est question d’appartenance ; de ses ancêtres à lui, d’origines afro-asiatiques ; de son identité à elle, dont la mère est issue de la grande bourgeoisie canadienne blanche.

Pas de hargne pour parler de la profonde blessure du racisme, mais une lucidité, une pudeur et une tendresse qui font de ce texte important une invitation à se déterminer librement : un véritable manifeste dans la continuité de James Baldwin.

x 12 22 237 p. Au-delà du bio : la consom’action T Rimsky-Korsakoff Jean-Pierre essai consommation 2003 12/09/03 9782913492196 Yves Michel Société civile Politique et société -consommation 17,24 € 17.24 épuisé
AA AA

Et si le simple geste d’acheter tel ou tel aliment, dans tel ou tel magasin, était loin d’être anodin ? C’est ce que montre l’auteur, en mettant en lumière les nombreuses conséquences et enjeux qui se profilent derrière nos choix de consommation.

Il compare l’agriculture biologique et l’agriculture chimique moderne, avec leurs enjeux de santé publique, puis les filières de distribution : grandes et moyennes surfaces et coopératives de consommateurs Biocoop. Il indique tout ce qu’il faut savoir sur les garanties des produits biologiques et les coulisses de la production et de la distribution.

Il propose une nouvelle citoyenneté, la consom’action, qui englobe une éthique, des choix de consommation, et des mesures à prendre pour l’avenir des générations et de la planète - l’idéal étant de produire et de consommer localement.

Autant de pistes pour se positionner et s’engager en pratique, en tant que consommateur et citoyen : engagement citoyen et écologique dans des alternatives existantes au niveau local et mondial, commerce équitable, gestion citoyenne des déchets, etc.

Pour illustrer son propos et montrer ce qui peut être réalisé, il prend en exemple le mouvement des Biocoops : impulsion de départ, défis rencontrés, contexte historique, enjeux et objectifs actuels…

L’objet de ce livre est de montrer que nous pouvons, simplement par le choix de nos achats, influer sur le devenir du monde.

Jean-Pierre Rimsky-KorsakoffJean-Pierre Rimsky-Korsakoff, ancien trésorier de la fédération Biocoop Grand-Ouest, puis délégué au Conseil Confédéral national, est porteur d’un projet de démarche assurance-qualité au sein du mouvement Biocoop.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |