essai - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 4361 documents de type : essai


Les dernières arrivées à Plume(s) de type essai


4361 articles
(2708 absents) tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 |...

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 11 18 330 p. De la propagande. Entretiens avec David Barsamian T Chomsky Noam essai société 2003 30/09/03 9782264037619 10/18 Fait et Cause Politique et société 8,10 € 8.10 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La pratique de Noam Chomsky, c’est de vous dire ce qu’il pense, pas ce que vous devez penser. […] Il ne se contente pas de maudire l’obscurantisme, il allume une bougie pour que nous puissions y voir. » Voir ou comprendre quoi ? L’impérialisme américain, d’abord, qu’il démonte avec une remarquable acuité - de l’éradication des résistances sud-américaines au contre-terrorisme. Les ressorts psychologiques et lexicaux de la « fabrication de l’assentiment » dans le monde. Mais aussi la signification de la mobilisation contre l’OMC à Seattle, le fonctionnement de l’ONU et des cours internationales de justice, notamment à propos du cas Pinochet, le fondement de l’économie capitaliste depuis les années 1970...

Derrière le Chomsky politique apparaît alors le Chomsky linguiste, insistant sur la détérioration et la falsification du langage, moyen pour une certaine idéologie néolibérale de faire passer les vessies pour des lanternes...

x 11 18 224 p. Dégraissez-moi ça !
Petite balade dans le cauchemar américain
T
Moore Michael essai société américaine 2004 05/02/04 9782264037121 10/18 Fait et cause Politique et société 7,10 € 7.10 épuisé
AA AA
Voici, à travers les yeux d’un ancien ouvrier devenu agitateur professionnel, la face sombre et peu glorieuse des États-Unis, celle du chômage et de la pauvreté, du racisme… et des antidépresseurs. Avec un humour féroce, Michael Moore part en guerre contre les spécialistes du « dégraissage » intensif et leurs alliés, les politiciens qui leur donnent carte blanche (et des subventions). Lui-même licencié de General Motors, il râle, dénonce, accuse, rêve d’organiser le procès des liquidateurs du « rêve américain », demande à l’Arabie Saoudite une aide financière pour les pauvres d’Amérique et offre ses conseils à tous les laissés-pour-compte ! Drôle et excessif, il nous rappelle que le rire est aussi une arme de combat et de résistance.
x 11 18 240 p. La doctrine des bonnes intentions T Chomsky Noam essai société 2007 20/09/07 9782264045096 10/18 Politique et société 7,50 € 7.50 épuisé
AA AA
L’Amérique se cache souvent derrière des « bonnes intentions » pour promouvoir une stratégie impériale. Puisant dans son immense culture politique et sa longue expérience, Noam Chomsky dissèque de façon magistrale cette « doctrine » et ses antécédents, mais aussi ses liens avec la propagande, l’éducation, l’armée de métier, la « repentance » sans réparation pour les exactions passées, ou encore la montée du fondamentalisme religieux aux États-Unis. Un livre décapant, vivant, plein d’humour, en prise directe sur l’actualité.
x 11 18 384 p. Dominer le monde ou sauver la planète ? T Chomsky Noam essai société 2005 15/09/05 9782264042293 10/18 Fait et cause Politique et société 8,80 € 8.80 épuisé
AA AA
La politique actuelle de l’administration Bush sur la scène mondiale constitue-t-elle une rupture avec la position traditionnelle des États-Unis ? Pour Noam Chomsky – qui signe là son premier grand essai depuis une quinzaine d’années –, la Stratégie de sécurité nationale adoptée en 2002 a eu de nombreux précédents dans la pratique des administrations passées, tant républicaines que démocrates. Ce qui est vraiment nouveau, c’est que cette attitude n’est plus déniée mais revendiquée ouvertement. En s’appuyant sur un travail de recherche de premier ordre et sur l’exploitation de nombreuses archives, Chomsky analyse, avec autant d’indignation que d’humour, le discours du projet américain, dont il souligne très efficacement l’illogisme et l’injustice. Hégémonie ou survie : tel est, selon Chomsky, le choix historique aujourd’hui, et nul ne sait quelle orientation va l’emporter.
x 11 18 112 p. Manifeste contre le travail T Krisis essai société 2004 01/03/04 9782264037251 10/18 Fait et cause Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 6,40 € 6.40 épuisé
AA AA
Il y a cent cinquante ans, Marx affirmait la nécessaire sortie du capitalisme par le moyen de la lutte des classes. Cent vingt ans plus tard, l’Internationale situationniste, emmenée par Guy Debord et Raoul Vaneigem, élargissait la définition du prolétariat et mettait en cause la société du travail et de la consommation. Le Manifeste contre le travail reprend la critique là où les situationnistes l’avaient arrêtée. Dans une société obsédée par la « valeur travail » et l’effroi que suscite sa possible disparition, ce petit livre-manifeste reprend le combat contre la transformation de l’homme en « ressource humaine ». Il rappelle qu’une émancipation digne de ce nom ne peut faire l’économie d’une critique radicale de l’idéologie du travail. Autrement dit, il ne s’agit pas de libérer le travail, mais de se libérer du travail.
x 11 18 224 p. Mike contre attaque ! T Moore Michael essai international, société américaine 2003 01/10/03 9782264037220 10/18 Fait et cause Politique et société 7,50 € 7.50 épuisé
AA AA
Le Bandit-en-chef Georges W. Bush, dit « Georges II » et son gang, Dick Cheney, Donald Rumsfeld & co, gouvernent l’Amérique. Ultraconservateurs et richissimes, ils ont fait main basse sur le pays, et partent maintenant en guerre contre l’« Axe du Mal ». Provocateur, corrosif, inquiétant, narcissique, subversif, Mike l’Agitateur-en-chef refuse de leur abandonner le pays et supplie le secrétaire général de l’ONU de déployer ses casques bleus et de rétablir la démocratie ! Le temps est venu de lancer la contre-attaque en dénonçant les maux cachés de l’Amérique : l’illettrisme et l’alcoolisme (le président connaît bien les deux problèmes), le racisme (Mike propose aux Noirs un kit de survie !), la libre circulation des armes, la peine de mort, la pauvreté massive, mais aussi l’arrogance et l’irresponsabilité de la politique étrangère de son pays. Pas de doute, Mike est de retour ! Et son humour ravageur du réalisateur de Bowling for Colombine détonne dans le consensus patriotique qui domine aux États-Unis depuis les attentats du 11 septembre et la guerre en Irak.
x 11 18 311 p. Pour la désobéissance civique T Bové José et Luneau Gilles essai désobéissance civique 2005 02/08/05 9782264042385 10/18 Politique et société -non-violence et désobéissance 8,80 € 8.80 épuisé
AA AA
encore 2 exemplaires disponibles chez une librairie amie, nous contacter

Quand un gouvernement encourage les intérêts privés aux dépens de tous et de la Terre, quand la loi privilégie l’intérêt particulier au détriment de l’intérêt général, quand la justice participe à la construction d’un ordre sécuritaire, que peuvent faire les citoyens pour que le droit redevienne l’outil de préservation du bien commun ? Il ne leur reste qu’à désobéir, quel qu’en soit le prix, pour défendre la démocratie. Organiser pacifiquement la résistance à l’injustice. La désobéissance civique, c’est le fait d’assumer individuellement un acte illégal qui s’inscrit dans une aspiration collective : de Gandhi aux arracheurs d’OGM en passant par les femmes avortées et les déserteurs, elle est un acte politique qui oppose la légitimité à la légalité. La désobéissance civique, au-delà du courage de dire non, c’est déjà dire oui à l’approfondissement de la liberté.

x 11 18 256 p. Le profit avant l’homme T Chomsky Noam essai société 2004 30/04/04 9782264038128 10/18 Fait et cause Politique et société 7,50 € 7.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Depuis l’effondrement des régimes communistes, le dogme néo-libéral est le pavillon sous lequel les États-Unis, imités par la majorité des pays occidentaux, ont décidé de défendre leurs intérêts stratégiques. Les deux grands mots d’ordre de ce que l’on appelle la « mondialisation » - « moins d’État » et « liberté des marchés » - sont désormais leurs armes privilégiées pour assurer leur domination sur le reste du monde. Pourtant, Noam Chomsky souligne à quel point la réalité du néo-libéralisme actuel tourne le dos aux principes du libéralisme « classique ». La compétition est truquée et les pays riches, en position de force, recourent à toutes sortes de mesures qui sont autant de violations déguisées de la liberté qu’ils prétendent défendre.
x 11 18 480 p. Retour sur la condition ouvrière T Beaud Stéphane et Pialoux Michel essai société 2005 06/04/05 9782264039293 10/18 Fait et cause Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 10,15 € 10.15 épuisé
AA AA
Que sont devenus les ouvriers ? Objet de toutes les attentions depuis la révolution industrielle jusqu’aux années 1980, les travailleurs d’usine n’intéressent plus grand monde après l’échec du projet communiste et l’effondrement de leurs bastions industriels. Brisée dans son unité, démoralisée, désormais dépourvue de repères politiques, méprisée par ses enfants, la classe ouvrière vit un véritable drame - à l’écart des médias. Certes, les ouvriers continuent d’opposer avec un succès relatif certaines de leurs traditions de résistance à la dynamique qui les détruit. Cette remarquable enquête, sensible et documentée, fait toute sa place à la parole ouvrière, elle rend hommage à ces hommes et à ces femmes dont la dignité est aussi imposante que celle dont firent preuve leurs parents à l’heure des victoires.
x 11 18 334 p. Tous aux abris T Moore Michael essai international 2004 01/10/04 9782264039958 10/18 Fait et cause Politique et société 8,10 € 8.10 épuisé
AA AA

George W., le Bandit-en-Chef accompagné de sa clique de millionnaires, prépare sa réélection au poste de Commandant en Chef de la Mère Patrie ! Il n’en fallait pas plus à Mike pour repartir au front et TOUT faire pour que le cauchemar s’arrête. Dans ce nouveau livre, aussi drôle et provocateur que les précédents, Mike est l’Arme de Dérision Massive : il s’attaque aux mensonges et à la propagande dont son pays est victime depuis le 11 septembre, notamment sur les armes de Saddam. Il révèle les petits secrets du roi George du pétrole irakien et ses petites combines avec ses copains saoudiens. Et Mike se fâche vraiment quand il voit que sa patrie est devenue les États-Unis de la Peur, où les libertés publiques sont menacées alors que les grands patrons-truands des multinationales US échappent à la prison !

« Le bonhomme est toujours aussi drôle. Dans son dernier bouquin, il s’emploie, avec la joyeuse hargne qu’on lui connaît, à dégommer le bilan calamiteux de George W. et de son gang. » Charlie Hebdo

x 12,5 19 260 p. Ces traitements dont il faut se méfier T Blech Jörg essai beauté, santé 2007 24/01/07 9782742765522 Actes Sud Pratique -santé 21,30 € 21.30 sur commande ?
AA AA

Lorsqu’on demande à des médecins s’ils se soumettraient eux-mêmes aux traitements et opérations qu’ils prescrivent, ils se montrent le plus souvent fort réticents. Nous devrions en faire autant, nous dit Jörg Blech.

En s’appuyant sur des études récentes, l’auteur remet en cause la nécessité réelle d’un grand nombre de prescriptions et d’interventions et prouve l’insuffisance de la recherche en ce qui concerne leurs effets à long terme. La relation entre médecins et patients, fondée sur des présomptions, s’en trouve truquée. Aujourd’hui, le corps médical lui-même commence à dénoncer un système de santé pernicieux.

Maux de dos, problèmes gynécologiques ou cardiaques, cancer, arthrose, alzheimer... - autant de maladies dont les traitements habituels sont ici soumis à interrogations.

Et si l’information sans retenue du patient était le meilleur moyen de réduire les dépenses inutiles de la Sécurité sociale ? Aussi, en fin de volume, Jôrg Blech fournit-il un questionnaire susceptible de nous aider à comprendre si les solutions qu’on nous propose sont vraiment justifiées.

x 12,5 19 120 p. Contre-discours de mai
aussi intitulé Contre discours à l’usage des héritiers de 68
T
Cusset François essai mai 68 2008 31/03/08 9782742776207 Actes Sud Politique et société -histoire 16,30 € 16.30 manquant sans date
AA AA

A chaque commémoration de Mai 68, les embaumeurs ressortentt leurs oripeaux photographiques. Ils nous remâchent leurs camaraderies d’anciens combattants, s’arrogent les rôles de premier plan et, sans s’expliquer sur leurs reniements passés et présents, momifient l’épisode soixante-huitard pour la plus grande joie des fossoyeurs, leurs alliés - qui parlent haut et fort d’à tout jamais "liquider l’héritage".

Montrer que ceux-ci et ceux-là font œuvre commune, comprendre que le mausolée qu’ils honorent ou méprisent a d’abord pour fonction d’interdire toute action collective à venir, rappeler la dimension internationale effervescente de 68, ressaisir l’essence imprévisible de l’événement et, enfin, renouer avec l’esprit de révolte : tel est le salutaire contre-discours que leur oppose, dans ces un des meilleurs historiens du monde intellectuel - et de ses trahisons

x 12,5 19 340 p. L’info-pouvoir T Bédéï Jean-Pierre essai médias 2008 31/01/08 9782742772414 Actes Sud Politique et société -médias 21,30 € 21.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Au début de la Ve République, il s’agissait de la contrôler. Vint ensuite le temps de l’information manipulée. Permanence de l’histoire : la dissimulation et le secret. Résultat de cette évolution : l’ “info-pouvoir”, dont l’actuel président de la République est à la fois le représentant et le symbole le plus en vue. L’enquête de Jean-Pierre Bédéï permet de comprendre l’essence et l’origine de la politique-spectacle d’aujourd’hui. Pour écrire ce livre, l’auteur a réuni une partie des archives de l’ex ministère de l’Information, des confidences de personnalités politiques de premier plan, celles d’hommes et de femmes qui “font” l’information, et des interviews de ceux qui la relaient. Se dégage ainsi l’évolution d’une relation dangereuse entre le pouvoir et l’info.
x 14,5 24 350 p. Nous sommes ce que nous mangeons T Goodall Jane essai alimentation 2008 31/01/08 9782742770298 Actes Sud Politique et société 22,90 € 22.90 sur commande ?
AA AA

Les ressources naturelles à la base de l’alimentation de l’homme et des animaux sont gravement menacées : déforestation, surexploitation des sols, élevage intensif, pollution des océans. C’est en constatant que ces problèmes sont liés au mode de vie adopté par les grands pays industrialisés que la grande primatologue Jane Goodall a commencé à s’intéresser de près à la nourriture des hommes – une nourriture de plus en plus dénaturée. Face à de tels enjeux, le Dr Jane Goodall propose des réponses immédiates, accessibles à tous. La grande dame des chimpanzés fait ainsi bénéficier le lecteur de ses expériences de scientifique et de fondatrice de l’Institut Jane Goodall, qui inscrit son action dans une démarche globale de protection de la biodiversité, d’aide à la gestion durable et équitable des ressources. Au-delà d’une synthèse des grandes questions alimentaires d’aujourd’hui, ce livre engagé propose des éléments concrets aux consommateurs qui veulent se réapproprier la liberté de bien se nourrir.


Traduit de l’ américain par Philippe Abry

x 12 21 208 p. Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary T Hocquenghem Guy essai politique 2003 16/04/03 9782748900057 Agone Politique et société 15,30 € 15.30 actuellement indisponible
AA AA

Préface de Serge Halimi

Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix – chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons – fut payé un parcours que Serge July résuma un jour en trois mots : « Tout m’a profité. » Cet ouvrage qui a plus de quinze ans ne porte guère de ride. L’auteur nous parle déjà de Finkielkraut, de BHL, de Cohn-Bendit, de Bruckner. Et déjà, il nous en dit l’essentiel. On ignore ce qu’Hocquenghem aurait écrit d’eux aujourd’hui, on sait cependant que nul ne l’écrira comme lui. Lui qui appartenait à leur très encombrante « génération » – celle des Glucksmann, des Goupil, des Plenel et des Kouchner – se hâtait toutefois de préciser : « Ce mot me répugne d’instinct, bloc coagulé de déceptions et de copinages. » Il aurait souhaité qu’elle fût moins compromise, en bloc, par les cabotinages réactionnaires et moralistes de la petite cohorte qui parasita journaux et « débats ». Il aurait essayé d’empêcher qu’on associât cette « génération »-là aux seuls contestataires qui ouvrirent un plan d’épargne contestation avec l’espoir d’empocher plus tard les dividendes de la récupération. Renonçant aux apparences de la bienséance, de la suavité bourgeoise propres à ceux qui monopolisent les instruments de la violence sociale, Guy Hocquenghem a usé de la truculence, de la démesure. Il a opposé sa clameur à la torpeur des temps de défaite. Son livre éclaire le volet intellectuel de l’ère des restaurations. Les forces sociales qui la pilotaient il y a vingt ans tiennent encore fermement la barre ; les résistances, bien qu’ascendantes, demeurent éparses et confuses. Nous ne sommes donc pas au bout de nos peines. Les repentis ont pris de l’âge et la société a vieilli avec eux. L’hédonisme a cédé la place à la peur, le culte de l’« entreprise » à celui de la police. Favorisés par l’appât du gain et par l’exhibitionnisme médiatique, de nouveaux retournements vont survenir. Lire Guy Hocquenghem nous arme pour y répondre avec ceux qui savent désormais où ils mènent.

Serge Halimi

Bonnes feuilles (en PDF) :

Préface (Serge Halimi) (152 Ko)
Adresse à une génération repentie (176 Ko)
Tchad : quand les intellos sautent sur N’Djamena (44 Ko)
Montand-la-Joie (56 Ko)
Aux ex-sartriens (92 Ko)
À Serge July (124 Ko)
À Roland Castro et à son concubin Régis Debray (96 Ko)
À Jack Lang (100 Ko)
Aux artistes et prétendus tels (104 Ko)
À sa transcendance Béachelle (80 Ko)
Aux petits Blancs tiers-mondistes retournés (92 Ko)
À André Glucksmann, stalinien renversé (112 Ko)

x 15,5 24 368 p. Par le feu et par le sang
Le combat clandestin pour l’indépendance d’Israël, 1936-1948
T
Enderlin Charles essai Palestine 2008 05/03/08 9782226180841 Albin Michel International -Moyen Orient 21,10 € 21.10 sur commande ?
AA AA

Voici le récit captivant du combat des Juifs de Palestine depuis la révolte arabe des années 1930 jusqu’à la fondation d’Israël.

Un combat qui fut aussi une guerre totale. Notamment à partir de 1944, lorsque les trois organisations paramilitaires juives (Haganah, Stern, Irgoun), après avoir fédéré leurs forces contre l’occupant anglais, lancent des commandos armés contre les postes de police et les bases militaires, détruisent l’Hôtel King David, multiplient les attentats en Palestine et à l’étranger. Les Britanniques ripostent par des exécutions et des déportations. En ce temps-là, les têtes de Menahem Begin, d’Yitzhak Shamir et de bien d’autres futurs responsables politiques de l’État sont mises à prix pour faits de terrorisme. Et après l’Indépendance, en mai 1948, ce sont eux que l’on retrouvera logiquement à la pointe du combat contre les forces arabes. Car c’est par le feu et par le sang qu’Israël a vu le jour.

Fondé sur une enquête auprès des derniers témoins de cette aventure, sur des sources souvent inaccessibles en français et sur de nombreux dossiers inédits, ce document éclaire d’un jour décisif un épisode crucial, et pourtant des plus mal connus, de l’histoire contemporaine.

x 15 21 72 p. L’autogestion, une idée toujours neuve T Izrine Jean-Marc essai autogestion 2005 31/03/05 9782914933223 Alternative libertaire Politique et société -alternatives 7,10 € 7.10 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Coédition Alternative libertaire / NEFAC (North-eastern federation of anarcho-communists)

Une coédition AL-Nefac (Québec)

Qu’est-ce que l’autogestion ?

Un aperçu des réalisations, des limites et des possibilités offertes par l’autogestion, que ce soit dans une période révolutionnaire (Russie 1917, Espagne 1936) ou dans la réalité des luttes actuelles (Lip 1973, Chiapas 1994, Argentine 2001, Québec 2003…).

Sans l’autogestion, aucun projet émancipateur n’est viable !

x 15 24 143 p. Du son au signe T Bosseur Jean-Yves essai musique 2005 28/04/05 9782862274393 Alternatives Ecritures Littérature -poésie 9,80 € 9.80 épuisé
AA AA
Tout au long de l’histoire de la musique occidentale, la notation n’a jamais cessé d’évoluer, épousant, devançant même parfois, ses mutations successives. Le solfège, qui est souvent considéré comme un fait acquis, est la conséquence de nombreux tâtonnements. Que l’on soit ou non familier avec les principes de l’écriture musicale, on peut difficilement rester insensible à l’attrait plastique de toutes ces partitions, manuscrites ou imprimées, car même si l’on n’en saisit pas les codes de référence, elles portent l’empreinte de gestes et de rythmes qui s’imposent d’emblée sur un plan visuel.
x 11,5 18 128 p. « Mort à la démocratie » T Mattis (de) Léon essai politique 2007 13/02/07 9782353460021 Altiplano Agit’prop Politique et société 7,10 € 7.10 épuisé
AA AA

4e de couverture : L’auteur, autrefois candidat d’un grand parti à une élection, aura tiré de cette expérience les leçons qui s’imposent : il ne prendra plus jamais part à aucun scrutin, de quelque nature qu’il soit. Dans ce bref essai, il nous explique pourquoi.

« Mort à la démocratie » : ce slogan, tagué sur les murs de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris (EHESS) durant le mouvement contre le CPE, a été pris par la majorité des médias comme la preuve de la folie irresponsable de ceux qui occupaient les lieux. C’était toucher là à un tabou. La démocratie, comme le capitalisme d’ailleurs, est devenue l’horizon indépassable de notre époque. Tout discours qui tendrait à la remettre en cause est disqualifié d’avance : on ne veut tout simplement même plus l’entendre. La démocratie, pourtant, a surtout fait jusqu’à présent la preuve de son échec. Le monde qu’elle domine est toujours un monde de soumission, de privations et de pauvreté. Le droit de vote est censé assumer à lui seul l’expression de la volonté populaire : mais croit-on encore que quoi que ce soit puisse changer grâce à des élections ? Léon de Mattis

L’ouvrage : « Mort à la démocratie » se présente en trois parties bien distinctes. La première, « Post-scriptum au scrutin municipal de 1989 », est autobiographique : elle nous fait vivre la campagne électorale d’un grand parti politique français pour les municipales de 1989 à travers les yeux d’un candidat à ces élections. La seconde, intitulée « élections piège à cons » en souvenir du slogan de 1968, explore plus particulièrement la question du vote comme dispositif de stérilisation sociale. La troisième et dernière, qui reprend le titre de l’ouvrage, « Mort à la démocratie », s’achève sur un certain nombre de critiques de fond que l’on peut adresser à ce régime politique. Ces trois parties se complètent en se renvoyant l’une à l’autre par un jeu d’arguments et de démonstrations complémentaires.

Argumentaire : « Mort à la démocratie » est un livre comme il ne s’en écrit plus dans une époque craintive. Les pamphlets ont disparu du paysage éditorial français. Il ne sort que des essais qui reprennent servilement les plus plats raisonnements du pouvoir, et ce sont ces livres les plus conservateurs que le marketing essaie de nous présenter comme « iconoclastes » ou « dérangeants ». À cette dénonciation réactionnaire de la « pensée 68 », « Mort à la démocratie » répond en associant une inscription murale du dernier mouvement contre le CPE au fameux slogan de Mai : « élections piège à cons ». La critique serrée et argumentée des différents modes de scrutin, des campagnes en faveur de l’inscription sur les listes électorales ou des fondements théoriques mêmes de la démocratie – comme la fiction du « contrat social » – apparaîtra aux yeux des défenseurs de l’ordre et de la loi comme un véritable scandale : mais c’est la vérité qui est toujours scandaleuse. Il ne s’agit pas de n’être que polémique. « Mort à la démocratie » entend montrer que la soumission à l’État et la passivité entretenues par les dispositifs démocratiques ne sont pas une fatalité, et qu’une dénonciation anti-hiérarchique et anti-autoritaire de la démocratie est devenue une nécessité.

x 14 21 174 p. Portrait physique et mental du policier ordinaire T Rajsfus Maurice essai répression, société 2008 09/05/08 9782352270447 Après la Lune Politique et société -répression 14,00 € 14.00 épuisé
AA AA

Au risque de passer pour des débiles profonds, faisons un rêve. Et si le policier protégeait le faible contre le fort, le pauvre contre le riche, l’exploité contre l’exploiteur, les militants des Droits de l’Homme contre les tenants du pouvoir fort ? Comment réagirait le monde policier si on lui expliquait que la démocratie est bien plus menacée par ces forces de l’ordre trop nombreuses que par la “racaille” que Nicolas Sarkozy prévoyait d’envoyer en prison dès l’âge de dix ans ? De telles fictions ne peuvent que faire rire ceux qui ont la lourde tâche de nous surveiller au quotidien pour nous indiquer inlassablement le droit chemin. Celui que nous n’aurions jamais dû quitter… Et pourtant, il reste toujours des insoumis qui refusent certaines formes d’autorité, avec cette certitude chevillée au corps que la société peut vivre paisiblement sans police. Peut-être n’est-ce là qu’une utopie, mais comment vivre sans utopie ?

Articulé en 5 chapitres : La morphologie du policier - La brutalité ordinaire - La personnalité du policier - La représentation du policier - Un avenir bleu marine, ce livre paraît alors que le comportement violent et raciste de certains policiers défraie encore et toujours la chronique ; la mort du jeune Abdelhakim Ajimi, le 9 mai 2008 à Grasse, vient hélas de le rappeler.

Maurice Rajsfus, de très méchante humeur, dresse le portrait au vitriol de la police d’une République qui s’est dotée en 2007 d’un ministère de l’Identité nationale. Il a dédié son pamphlet à l’homme de Néanderthal.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |