essai - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 4385 documents de type : essai


Les dernières arrivées à Plume(s) de type essai


4385 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
... | 4200 | 4220 | 4240 | 4260 | 4280 | 4300 | 4320 | 4340 | 4360 | 4380

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14,5 22,5 217 p. Portes et murs
Des frontières en démocratie
T
Busekist (von) Astrid essai frontières 2016 03/02/16 9782226314970 Albin Michel Politique et société 18,00 € 18 sur commande ?
AA AA

Les frontières séparent, dit-on, les territoires, les espaces, les individus et les communautés. Elles sont tantôt solides comme un mur, tantôt légères comme un fil. Matérielles ou symboliques, durables ou éphémères, profanes ou sacrées, les frontières partagent. Mais, comme la porte, la frontière est aussi ce que deux entités ont en partage ; comme le seuil, la frontière entrelace les espaces. L’eruv est cette frontière discrète, ce mur symbolique fait de portes, cette séparation presque immatérielle qui privatise une portion de la voie publique pour permettre aux Juifs rabbiniques de respecter les interdits du shabbat à l’extérieur du domicile.

Réfléchir à l’eruv - ce mur fait de fils tendus sur la ville -, c’est interroger notre lecture d’un espace commun aux significations multiples, c’est questionner notre conception de la bonne distance entre la religion et le politique, c’est évaluer la tolérance des sociétés démocratiques à la différence. Sans que les frontières ne deviennent des clôtures et sans que les portes ne se transforment en murs.

x 17 24,5 445 p. Penser la politique
Enjeux et défis contemporains
T
Busekist (von) Astrid essai 2010 09/11/10 9782724611809 Sciences Po Les Manuels De Sciences Po Politique et société 28,50 € 28.5 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Arbitrer les différends, caractérisés par la difficile conjugaison des contraires - morale et politique, - égalité et différence, vérité et relativité - oblige à considérer le conflit des valeurs et la pluralité des opinions. Apprécier ce qu’il est juste de tolérer ou d’exiger selon les contextes requiert un dialogue entre la compréhension formelle des phénomènes politiques et la manière dont ils sont interprétés, mis en oeuvre, traduits, contestés par les citoyens. Admettre qu’il n’y a pas de vérité en politique, et pas davantage de consensus sur la manière de la comprendre, demande une attention soutenue aux exigences d’égalité, de liberté et de justice. L’auteur propose de guider la délibération sur un certain nombre d’enjeux publics contemporains, par la maîtrise des outils ou des approches théoriques, et de se repérer dans un univers qui repose, aussi, sur la tradition cachée. Nombre d’idées nous paraissant innovantes ou même révolutionnaires ont été élaborées par les penseurs de jadis, avec d’autres mots, sous une autre forme. Mais comment ? Que retenons-nous des Anciens, des penseurs chrétiens ? Que devons-nous aux premiers sociologues des institutions politiques, aux philosophes de l’État ? Comment passe-t-on de l’État-nation à un ensemble cosmopolitique, de la guerre à la paix ? Quelle conception de la justice permet de penser de justes inégalités, une redistribution équitable, la reconnaissance des individus ? Comment enfin juger de l’avenir de la démocratie ? Le projet d’égalité équitable esquissé dans ce livre s’inscrit dans les grands débats politiques actuels, accompagné par les philosophes qui s’engagent volontiers en politique.
x 13,5 21 282 p. 30 bonnes raisons pour sortir de l’Europe T Delorme Olivier essai Europe 2016 03/12/16 9782845473171 H&O Essai Politique et société 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA

Force est de constater que, dans les médias dominants, le débat concernant la construction européenne se réduit le plus souvent à des lieux communs ou à des anathèmes : « L’Europe, c’est la paix et la prospérité pour tous, parce qu’ensemble on est plus fort. » « Quitter l’Union européenne serait une catastrophe économique, entraînerait le repli sur soi et le triomphe du nationalisme », entend-on de toute part.

Mais qu’en est-il vraiment ? L’Europe est-elle une « belle idée en soi » ? Les institutions européennes nous ont-elles protégés de la xénophobie et la guerre ? Leur fonctionnement est-il démocratique ? Sont-elles réformables ? C’est à toutes ces questions qu’Olivier Delorme répond en trente (et un) chapitres courts, argumentés et accessibles à tous, même lorsqu’il s’agit d’économie et de monnaie (deux domaines bien trop sérieux pour les abandonner aux idéologues de l’économie libérale).

Pour lui, il est temps de rompre avec 60 ans de mensonges et d’enfumage ! Car le « déficit démocratique » que concèdent certains europhiles n’est pas le résultat d’une dérive du projet initial, mais bien celui de l’idéologie qui le sous tend depuis l’origine, une idéologie qui vise à saper jour après jour l’État social et la démocratie que les combats des générations passées nous ont légués. Comme tous les empires, l’Union européenne s’effondrera un jour.

Mais fautil attendre ce naufrage ? Ou redonner des perspectives d’avenir à notre pays ne suppose-t-il pas d’en sortir au plus vite ? Alors qu’approchent des scrutins majeurs, chaque citoyen doit être conscient que la « question européenne » détermine aujourd’hui la plupart des choix politiques.

x 12 21,5 100 p. Où va le féminisme ? T Vanina essai féminisme 2 juillet 2020 02/07/20 9782909899657 Acratie »» Politique et société -femmes 10,00 € 10.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Dans le bouillonnant après-68, cette affiche reflétait bien l’air du temps en affirmant que la lutte des classes et la lutte contre la domination masculine allaient de pair pour changer radicalement la société. Mais la fin des Trente Glorieuses et du bloc soviétique, la propagande " libérale " et les thèses postmodernes ont ensuite fait oublier le désir de révolution. L’Université s’est emparée des questions du genre et des minorités, avec la " théorie queer " et les analyses sur l’" intersectionnalité ".

Le féminisme a évolué vers une demande d’intégration émanant surtout de femmes des classes moyennes et supérieures - et passant par la suppression des inégalités salariales avec les hommes et par une répression accrue des violences masculines. l’exploitation de classe a été reléguée derrière une foule d’oppressions à déconstruire individuellement dans la société existante... On ne réforme pourtant pas un système - et s’émanciper du capitalisme et du patriarcat implique toujours de concrétiser ce projet collectif : la révolution sociale !

x 15 21 56 p. Le goût du vrai T Klein Etienne essai 2 juillet 2020 02/07/20 9782072916717 Gallimard »» Tracts Politique et société 3,90 € 3.90 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

« L’air du temps, en accusant la science de n’être qu’un récit parmi d’autres, l’invite à davantage de modestie. On la prie de bien vouloir gentiment "rentrer dans le rang" en acceptant de se mettre sous la coupe de l’opinion. » Étienne Klein

La philosophie des Lumières défendait l’idée que la souveraineté d’un peuple libre se heurte à une limite, celle de la vérité, sur laquelle elle ne saurait avoir de prise : les « vérités scientifiques », en particulier, ne relèvent pas d’un vote. La crise sanitaire a toutefois montré avec éclat que nous n’avons guère retenu la leçon, révélant l’ambivalence de notre rapport à la science et le peu de crédit que nous accordons à la rationalité qu’il lui revient d’établir. Lorsque, d’un côté, l’inculture prend le pouvoir, que, de l’autre, l’argument d’autorité écrase tout sur son passage, lorsque la crédibilité de la recherche ploie sous la force de l’événement et de l’opinion, comment garder le goût du vrai - celui de découvrir, d’apprendre, de comprendre ? Quand prendrons-nous enfin sereinement acte de nos connaissances, ne serait-ce que pour mieux vivre dans cette nature dont rien d’absolu ne nous sépare ?

x 14 20,5 192 p. La vie ordinaire T Van Reeth Adèle essai 4 juin 2020 04/06/20 9782072894893 Gallimard »» Blanche Politique et société 16,00 € 16.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La vie ordinaire est une vie d’hypocrite. On fait comme si c’était "déjà ça" de vivre "tranquillement", comme si on ne voulait pas d’aventure. Comme s’il suffisait de se la couler douce dans les plis du laisser-être pour atteindre la tranquillité tant recherchée. Sauf que la plupart du temps, on n’y arrive pas. Puisque l’existence humaine est à la fois provisoire et continue, puisque rien ne dure et que le temps ne se retient pas, la tranquillité n’est pas de ce monde.

Et c’est tant mieux. Que le dard de l’intranquillité vous pique encore et encore ! Demandez-vous, au moins une fois, si le nombre d’années parcourues, les épreuves et les angoisses endurées, si vous avez vécu tout ça pour vous réfugier dans la mauvaise foi de l’émerveillement ordinaire, sans jamais vouloir fouiller en dessous, remuer la vase qui étouffe vos désirs et vous fait croire qu’être quelqu’un, c’est peser lourd, et s’accrocher aux horaires comme si la vie en dépendait.

x 14 21,5 254 p. Les mathématiques, le cerveau de l’âne et l’évolution
Pourquoi et comment certains programmes présents dans le cerveau des animaux ont été traduits en mathématiques chez les humains
T
Dacunha-Castelle Didier essai mathématiques février 2020 25/02/20 9782842252595 Cassini CASSINI Divers -sciences 18,00 € 18.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Il aura fallu l’informatique pour relier deux continents de la science, les mathématiques et la théorie de l’évolution. L’évolution a inscrit dans notre cerveau et dans celui des animaux des programmes que nous utilisons inconsciemment, comme ceux qui gouvernent la marche et la vision. Ces programmes sont la clé de l’adaptation des espèces à leur environnement physique. Faire des mathématiques, c’est d’abord traduire ces programmes sous une forme qui nous permette de les utiliser consciemment.

Telle est la thèse de Jean-Louis Krivine, fondée sur des résultats de logique profonds et très récents, établissant un lien entre démonstrations et axiomes d’une part, et programmes d’autre part. Les mathématiques sont intemporelles, puisque les programmes proviennent de l’évolution, et universelles puisque les programmes sont innés, transmis par notre ADN. Ce livre explique la manière dont se fait cette traduction.

La "déraisonnable efficacité des mathématiques dans les sciences physiques" s’explique alors parfaitement, mais aussi l’introduction de l’infini en mathématiques alors que les programmes sont des objets finis. D’autres programmes innés permettent l’adaptation de l’individu au long de sa vie à son propre environnement, incertain et changeant. Ceux-ci sont traduits en mathématiques de l’apprentissage, c’est-à-dire en statistique.

Pour illustrer son point de vue, Didier Dacunha-Castelle s’appuie sur ce que nous disent d’autres disciplines (éthologie, psychologie cognitive, neurobiologie, anthropologie) à propos des-mathématiques. La relation profonde et intuitive entre la statistique mathématique et le fonctionnement du cerveau illustre la thèse principale et amène à des explications sur les acquis et les limites de ce que l’on appelle Intelligence Artificielle.

Ce livre s’adresse à un lecteur éventuellement éloigné des mathématiques et même des sciences. L’exposé n’utilise pas le langage mathématique.

x 11 17 200 p. Le Manifeste différentialiste T Lefebvre Henri essai philosophie 24 juillet 2020 24/07/20 9782956807834 Grevis Politique et société 12,00 € 12.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le manifeste différentialiste fut publié pour la première fois en 1970 (Gallimard). Cinquante ans après sa sortie, les éditions Grevis ont trouvé dans ce texte une acuité au présent. Les revendications identitaires et micro-identitaires semblent aujourd’hui freiner les luttes collectives. Mais l’identité, d’après Henri Lefebvre, ne fonctionne pas tant par différence que par distinction. La différence au contraire procède de l’affirmation et du dépassement.

Si le retour de Lefebvre dans le champ des théories de l’émancipation arrive enfin en France, bien souvent cet ouvrage majeur est mis de côté. Il propose pourtant une hypothèse stratégique déterminante : la différence est révolutionnaire.

x 13,5 21,5 300 p. Rendez-nous la France ! Saporta Isabelle essai France 9 septembre 2020 09/09/20 9782213717630 Fayard Politique et société 18,00 € 18.00 à paraître
AA AA
x 12,5 19 106 p. Le ravissement de Darwin
Le langage des plantes
T
Hustak Carla et Myers Natasha essai coopération, évolution 11 juin 2020 11/06/20 9782359251678 la Découverte Les Empêcheurs de penser en rond Divers -sciences 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

On connaît Darwin comme fondateur de la théorie de l’évolution. Ce que l’on sait moins, c’est que la grande passion de sa vie a été l’étude des orchidées dont il possédait une extraordinaire collection. Il s’est particulièrement intéressé à leur fécondation par des insectes. Sans les guêpes, y aurait-il encore des orchidées ? Ces dernières ont développé des "stratagèmes" pour attirer les guêpes mâles et les séduire.

Les guêpes ne se contentent pas de transporter du pollen, elles font littéralement "jouir" les orchidées. Ces travaux viennent compléter la théorie de l’évolution par une théorie de "l’involution". Les branches de l’arbre de l’évolution viennent se croiser, se mêler. L’orchidée ne peut pas perdurer sans ses liens avec une autre espèce. Loin d’être un cas singulier, ce pourrait être la règle : les arbres et les champignons, les humains et les milliards de bactéries qui les peuplent...

Cette nouvelle biologie, initiée par Lynn Margulis, s’oppose au "néodarwinisme", ou théorie du "gène égoïste", pour qui la "concurrence", et non la collaboration ou le lien, est le mécanisme de base. On sait comment cette théorie a essaimé, en particulier dans les sciences économiques, mais aussi en sociologie. La biologie de l’involution multiplie les découvertes. Les auteures poursuivent en présentant les travaux les plus récents sur le langage chimique des plantes, par exemple sur les plants de tabac...

Une nouvelle biologie indispensable à l’heure du nouveau régime climatique qui exige que nous connaissions ce à quoi et par quoi nous sommes attachés.

x 13 19 295 p. La mémoire collective
Édition critique établie par Gérard Namer
T
Halbwachs Maurice essai 1997 31/10/97 9782226093202 Albin Michel Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité Politique et société 9,90 € 9.90 sur commande ?
AA AA

Maurice Halbwachs (1877-1945) est mort en déportation sans pouvoir assurer lui-même l’édition de " La Mémoire collective ".

Aujourd’hui, cinquante ans après sa parution posthume non conforme au vœu de l’auteur, Gérard Namer, professeur de sociologie à Paris-VII, propose la première édition critique, fidèle au manuscrit autographe, de ce texte désormais devenu un classique.

Dépassant la simple nécessité érudite, cette réédition fait redécouvrir l’œuvre dernière du grand sociologue. Inversant la problématique qu’il avait développée en 1925 dans " Les Cadres sociaux ", Halbwachs centre son analyse sur la valeur et l’individu, dans un geste de défi " républicain " à la barbarie qui déchira son époque et à la " corruption " des institutions culturelles qu’entraîne aujourd’hui encore, en cette fin de siècle, la post-modernité.

Le lecteur va, enfin, pouvoir lire le testament théorique de celui qui reste l’initiateur de la sociologie de la mémoire.

x 15 21,5 276 p. Communauté et société T Tönnies Ferdinand essai 2010 01/11/10 9782130556435 PUF Le Lien Social Politique et société 29,00 € 29.00 sur commande ?
AA AA

Paru en 1887, Gemeinschaft und Gesellschaft s’est imposé comme l’un des ouvrages majeurs des sciences humaines et apparaît aujourd’hui encore d’une étonnante fécondité pour comprendre la réalité et la complexité de l’époque contemporaine.

A travers sa célèbre distinction entre communauté et société, c’est à une sévère critique de la société moderne que se livre Ferdinand Tönnies (1855-1936), fortement influencé en cela par Marx. Alors que la communauté est caractérisée par la proximité affective et spatiale des individus et se définit donc comme " une communauté de sang, de lieu et d’esprit " où le tout prime sur l’individu, la société, en revanche, est le lieu d’un individualisme débridé et destructeur, d’une concurrence généralisée entre les hommes désormais isolés et séparés les uns des autres, le règne de l’intérêt personnel désormais au fondement de tous les rapports sociaux. Alors que l’homme de la communauté ne choisit pas ses appartenances mais se trouve immergé au sein d’un tout organique qui détermine sa manière de se rapporter aux autres, l’homme de la société choisit arbitrairement ses relations en fonction de l’intérêt, essentiellement pécuniaire, qu’elles représentent pour lui. Alors que dans la communauté, les rapports humains sont fondés sur des rapports authentiques et essentiels, sur des liens affectifs, biologiques et traditionnels qui conditionnent l’ensemble de l’existence, dans la société, " chacun est un marchand " obéissant à son pur et simple égoïsme.

On le voit, c’est une véritable réflexion sur les modalités mêmes de notre " vivre-ensemble " que mène ici Tönnies, nous invitant ainsi à réfléchir à notre tour sur la qualité du lien que nous tissons concrètement aux autres. En dépit de son importance, cet ouvrage n’était plus disponible en langue française depuis plus de trente ans. Sylvie Mesure, directrice de recherche au CNRS, et Niall Bond, maître de conférences à Lyon II, en livrent ici une nouvelle traduction accompagnée d’un appareil critique (glossaire, notes, index) qui en rendent ainsi la lecture à la fois plus aisée et plus informée.

x 13,5 22 326 p. Le genre du capital
Comment la famille reproduit les inégalités
T
Bessière Céline et Gollac Sibylle essai sexisme février 2020 06/02/20 9782348044380 la Découverte L’envers Des Faits Politique et société -femmes 21,00 € 21.00 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA

On sait que le capitalisme au XXIe siècle est synonyme d’inégalités grandissantes entre les classes sociales. Ce que l’on sait moins, c’est que l’inégalité de richesse entre les hommes et les femmes augmente aussi, malgré des droits formellement égaux et la croyance selon laquelle, en accédant au marché du travail, les femmes auraient gagné leur autonomie. Pour comprendre pourquoi, il faut regarder ce qui se passe dans les familles, qui accumulent et transmettent le capital économique afin de consolider leur position sociale d’une génération à la suivante.

Conjointes et conjoints, frères et sœurs, pères et mères n’occupent pas les mêmes positions dans les stratégies familiales de reproduction, et n’en tirent pas les mêmes bénéfices. Fruit de vingt ans de recherches, ce livre montre que le capital a un genre. Céline Bessière et Sibylle Gollac enquêtent sur les calculs, les partages et les conflits qui ont lieu au moment des séparations conjugales et des héritages, avec le concours des professions du droit.

Des mères isolées du mouvement des Gilets jaunes au divorce de Jeff et MacKenzie Bezos, des transmissions de petites entreprises à l’héritage de Johnny Hallyday, les mécanismes de contrôle et de distribution du capital varient selon les classes sociales, mais aboutissent toujours à la dépossession des femmes. Ce livre analyse ainsi comment la société de classes se reproduit grâce à l’appropriation masculine du capital.

x 15,5 24 400 p. Femmes invisibles
Comment le manque de données sur les femmes dessine un monde fait pour les hommes
T
Criado-Perez Caroline essai sexisme février 2020 06/02/20 9782412053034 First Politique et société -femmes 20,95 € 20.95 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Bienvenue dans un monde fait par et pour les hommes... Un téléphone portable qui tient difficilement dans la main, un risque accru d’accidents de la route, une exposition plus importante aux produits chimiques des médicaments... Tous ces dysfonctionnements plus ou moins dangereux concernent les femmes. Pourquoi ? Parce que ce sont des hommes qui ont imaginé le monde dans lequel on vit, et qu’ils l’ont imaginé pour des hommes, à leur image.

Ainsi, les femmes sont 47% plus susceptibles d’être blessées lors d’accidents de la route car les tests de sécurité sont effectués sur des hommes d"1m77 et pesant 76 kilos, elles ont aussi davantage de mal réagir à certains médicaments, car encore une fois, les tests sont effectués sur des hommes... Cela semble incroyable, mais c’est pourtant une réalité : la plupart des infrastructures, équipements, que l’on utilise quotidiennement ont été pensées sans égard aux différences entre les sexes.

Et l’on n’a jamais la pris la peine de les tester sur les femmes. C’est ce que montre Caroline Criado Perez dans ce livre extrêmement documenté, à travers des exemples très concrets, en France et dans le monde.

x L’homme préhistorique est aussi une femme
L’invisibilité des femmes dans l’histoire de l’évolution
T
Patou-Mathis Marylène essai préhistoire, femmes 1er octobre 2020 01/10/20 9782370733412 Allary Divers -sciences 17,90 € 17.90 à paraître
AA AA
Rien ne prouve que les artistes de Lascaux étaient des hommes. Rien ne prouve que les chasseurs de bisons étaient des hommes. Tout prouve au contraire que nous avons hérité d’une vision genrée et patriarcale de la préhistoire. Un livre manifeste pour sortir d’une vision machiste de la préhistoire, par la plus grande spécialiste de Neandertal.
x 14,5 20 185 p. Qu’est-ce que l’écosocialisme ? T Löwy Michael essai écosocialisme 9 juin 2020 09/06/20 9782370711953 Le Temps des cerises Petite Collection Rouge Politique et société 14,00 € 14.00 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA
L’écosocialisme est un courant politique fondé sur une constatation essentielle : la sauvegarde des équilibres écologiques de la planète, la préservation d’un environnement favorable aux espèces vivantes — y compris la nôtre — est incompatible avec la logique expansive et destructrice du système capitaliste. La poursuite de la "croissance" sous l’égide du capital nous conduit, à brève échéance à des catastrophes sans précédent dans l’histoire de l’humanité.
x 9,5 17,5 125 p. Pour une anthropologie anarchiste T Graeber David essai anarchisme, anthropologie 2018 15/03/18 9782895962724 Lux Instinct de liberté Politique et société 10,00 € 10.00 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA

L’anarchisme, en tant que philosophie politique, est en plein essor. Alors qu’ils étaient à la base de l’organisation dans le mouvement altermondialiste, les principes anarchistes traditionnels - autonomie, association volontaire, autogestion, entraide, démocratie directe - jouent maintenant ce rôle dans des mouvements radicaux de toutes sortes dans le monde entier. Et pourtant, cela n’a eu presque aucun écho dans le milieu universitaire.

Les anarchistes interrogent souvent les anthropologues sur leurs idées quant aux diverses façons d’organiser la société sur des bases plus égalitaires, moins aliénantes. Les anthropologues, terrifiés à l’idée de se voir accusés de romantisme, n’ont pour seule réponse que leur silence. Et s’il en était autrement ?

x 13 20 313 p. Trop tard pour être pessimistes !
Ecosocialisme ou effondrement
T
Tanuro Daniel essai écosocialisme, effondrement 10 juin 2020 10/06/20 9782845978256 Textuel TEXTUEL IDEES D Politique et société 19,90 € 19.90 présent à Plume(s)
AA AA

"Changeons le système, pas le climat" : la catastrophe écologique a commencé. Les capitalistes s’en frottent les mains, prêts à nous vendre leurs fausses solutions. Les collapsologues prétendent quant à eux qu’on ne peut rien faire. Refusant le cynisme des uns et le fatalisme des autres, Daniel Tanuro, référence mondiale de la gauche écologique, pose ici les jalons d’une alternative à l’effondrement qui vient : l’écosocialisme.

Pédagogue érudit, il analyse avec brio la crise du coronavirus et la façon dont elle annonce malheureusement des crises encore plus graves qui toutes prennent racine dans la civilisation capitaliste industrielle. ainsi que dans les structures raciales et patriarcales de la modernité. Polémiste hors-pair, il démonte les promesses intenables du "capitalisme vert" comme les limites du Green New Deal de la gauche américaine.

Enfin, soucieux de compléter le geste critique par une proposition alternative, Daniel Tanuro esquisse une proposition politique révolutionnaire pour conjurer le désastre : "produire moins, transporter moins, partager plus".

x 15 22 532 p. La tête coupée
Le secret du Pouvoir
T
Upinsky Arnaud-Aaron essai langage, pouvoir 2019 18/03/19 9782376671923 Books On Demand Politique et société 47,00 € 47.00 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Nous sommes les dupes du langage. Jamais le décalage entre le discours et les faits n’a été aussi impressionnant. Jamais les mots n’ont autant joué avec les choses. A l’évidence, il existe un piège caché dans le langage qu’il est urgent de conjurer. Depuis Platon, Machiavel, Hobbes et Rousseau, nous savions que toute théorie du Pouvoir­ est, à la fois, une théorie de l’homme, une théorie politique et une théorie de l’histoire.

Avec A.-A. Upinsky elle devient essentiellement une théorie du langage, une grille de lecture universelle. Toute l’histoire de l’Humanité n’apparaît plus que comme la guerre sans merci de deux langages ennemis : le Réalisme et le Nominalisme. Les réalistes sont ceux qui croient à la vérité des mots ; les nominalistes, ceux qui croient au pouvoir des mots. D’un côté, la thèse nominaliste du Bon sauvage conduit à l’optimisme politique, mais aussi à l’impasse de la philosophie de l’absurde.

De l’autre côté, la thèse réaliste du Naturel­ cannibale implique une théorie pessimiste de la politique mais, en revanche, une philosophie significative de la vie. Aujourd’hui la thèse nominaliste domine dans le langage prédateur de la rhétorique politique qui constitue la plus grande mystification intellectuelle de tous les temps. Ressort de la mutilation du pouvoir, ce langage, tartuffe souriant, mène la danse sous le masque de la philanthropie.

C’est en coupant la parole qu’il fait tomber les têtes, c’est en castrant le savoir qu’il rend l’esprit impuissant, c’est en se faisant double-langage qu’il se maintient au pouvoir. Conjurer cette perversion du langage, pour renverser la phrase politique, remettre le langage sur ses pieds, est devenu aujourd’hui une question de survie spirituelle sinon physique : l’urgence de notre temps. La tête coupée est le livre de chevet des politiques et des hommes de communication.

x 15,5 24 624 p. Humanité
Une histoire optimiste
T
Bregman Rutger essai 10 septembre 2020 10/09/20 9782021392203 Seuil Politique et société -alternatives 21,90 € 21.90 à paraître
AA AA
" L’ouvrage de Rutger Bregman m’a fait voir l’humanité sous un nouveau jour ", Yuval Noah Harari, auteur de Sapiens.

Ce livre expose une idée radicale.
C’est une idée qui angoisse les puissants depuis des siècles. Une idée que les religions et les idéologies ont combattue. Une idée dont les médias parlent rarement et que l’histoire semble sans cesse réfuter.
En même temps, c’est une idée qui trouve ses fondements dans quasiment tous les domaines de la science. Une idée démontrée par l’évolution et confirmée par la vie quotidienne. Une idée si intimement liée à la nature humaine qu’on n’y fait souvent même plus attention.
Si nous avions le courage de la prendre au sérieux, cela nous sauterait aux yeux : cette idée peut déclencher une révolution. Elle peut mettre la société sens dessus dessous. Si elle s’inscrit véritablement dans notre cerveau, elle peut même devenir un remède qui change la vie, qui fait qu’on ne regardera plus jamais le monde de la même façon.
L’idée en question ?
La plupart des gens sont bons.

Captivant et inspirant, formidable succès partout dans le monde, Humanité ouvre avec humour, sérieux et pédagogie de nouveaux horizons. Et si nous étions plutôt bons ? Et si un livre pouvait changer le monde ?
Historien, journaliste pour le magazine en ligne De Correspondent, Rutger Bregman est l’auteur du génial Utopies réalistes, best-seller traduit dans plus de trente pays.

Traduit du néerlandais par Caroline Sordia et Pieter Boyekens


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |