essai - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 4385 documents de type : essai


Les dernières arrivées à Plume(s) de type essai


4385 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
... | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | 180 | 200 |...

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 10,5 17 117 p. Ordre sécuritaire et inégalités sociales T Un autre futur essai répression, société 2005 01/04/05 9782844052193
EF134
L’Esprit frappeur Politique et société 6,00 € 6.00 présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre est issu d’une démarche militante collective, l’implication de ses auteurs dans les luttes sociales leur a permis de mener une réflexion critique sur le phénomène sécuritaire.

Comment les gestionnaires du pouvoir, quelle que soit leur couleur politique, ont peu à peu créé le cadre idéologique, administratif et judiciaire leur permettant de réaffirmer, à chaque échéance électorale leurs soi-disant préoccupations « sociales » tout en préparant et en légitimant les offensives du système capitaliste…

Comment ils testent sur des populations « marginales », toujours plus isolées et précarisées, les outils policiers et judiciaires qui, demain, pourront être utilisés contre bien d’autres…

À toutes ces questions, des militants anarchistes proposent des éléments d’analyse et de réponse, pour refuser le monde qu’ils nous préparent.

Loi sur la sécurité quotidienne du 15 novembre 2001, loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003, loi dite « Perben II » portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité du 9 mars 2004, l’embellie véhiculée par la loi sur la présomption d’innocence du 15 juin 2000 aura été de courte durée. Le droit à la sécurité devient un droit fondamental qui prend le pas sur la liberté et sous-tend une société de contrôle. Il s’agit là d’une véritable mutation qui nous concerne tous.

C’est à une analyse radicalement critique, très fouillée et très documentée, de cette idéologie sécuritaire imprimant une vision policière de la société ainsi placée « sous influence », que se livrent les auteurs de cet ouvrage collectif, membres du groupe anarchiste Un autre futur à Montpellier.


Réf.EF134

x 10,5 15 45 p. Tout nucléaire : une exception française T Perline essai nucléaire 2008 03/09/08 9782844050182
EF007
L’Esprit frappeur Politique et société -nucléaire 2,00 € 2.00 épuisé
AA AA

Les Français sont fiers de l’« exception culturelle » française. Le seront-ils autant de l’exception nucléaire après avoir lu cet argumentaire accablant ? Pour en finir avec le nucléaire.

« Inactifs aujourd’hui, radioactifs demain », disions-nous hier… « Tout électrique, tout nucléaire », disait EDF hier – « Tchernobyl », lui répond-on aujourd’hui. Et demain ? Aujourd’hui, à l’aube du 21e siècle, se décide notre futur énergétique. Le choix est simple : répéter les erreurs passées ou prendre conscience des limites de nos ressources, du déséquilibre de répartition des richesses de la planète et de la destruction générale que nous contribuons à amplifier. De toute façon, nos enfants subiront les conséquences de nos inconséquences : pollutions et déchets radioactifs.


année

Réf. éditeur EF007 mm

x 13 20 240 p. Exil et souveraineté T Raz-Krakotzkin Amnon essai Palestine 2007 05/03/07 9782913372566 La Fabrique International -Moyen Orient 22,40 € 22.40 présent à Plume(s)
AA AA

Comment la conscience sioniste a occulté 2000 ans d’exil pour remplacer la figure malingre du juif diasporique par celle, vigoureuse et fière, du juif nouveau - l’Israélien ; pourquoi cette négation de l’exil juif est inséparable de la négation de l’exil palestinien ; comment a été créée la notion de peuple juif ; pourquoi le sionisme laïque est en fait fondé sur la théologie et le messianisme : telles sont quelques-unes des questions éclairées par ce livre dont on peut dire, en paraphrasant Walter Benjamin, qu’il brosse à contresens le poil luisant de l’histoire.

De grandes figures de la pensée juive - Scholem, Arendt, Benjamin - sont convoquées pour introduire un thème central : la pensée binationale. Plutôt qu’une solution politique détaillée, il s’agit de montrer la voie pour en finir avec la pensée de la séparation. C’est une façon nouvelle d’envisager l’existence juive en Israël, qui n’oblige pas à nier l’histoire du pays ni à déposséder les Palestiniens.

x 13 20 402 p. L’identité palestinienne
La construction d’une conscience nationale moderne
T
Khalidi Rashid essai, histoire Palestine 2003 05/09/03 9782913372245 La Fabrique International -Moyen Orient 24,40 € 24.40 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Selon une opinion largement répandue, les Palestiniens ont tiré leur identité comme peuple de leur conflit avec le mouvement sioniste. Leur position récurrente de perdants de l’histoire a évidemment conforté cette opinion, qui va dans le sens du refus de leurs droits nationaux.

Dans ce livre, Khalidi s’appuie sur des sources sionistes et israéliennes autant qu’arabes pour montrer que si cette identité est « construite », elle n’en est pas moins réelle. Il montre la conscience nationale qui émerge dès la fin de l’époque ottomane dans les milieux instruits. Il se fonde pour cela sur les archives des bibliothèques privées des grandes familles et des intellectuels palestiniens, mais aussi sur la presse de l’époque et sur les parcours d’hommes politiques palestiniens au tournant du XIXe et du XXe siècle. Tous ces documents tracent le passage d’une réalité identitaire stratifiée, multiple, à un sentiment national plus uni et plus déterminé. Cette identité palestinienne qui se forme à partir de la fin du XIXe siècle ne correspond ni à un donné naturel, ni à une abstraction intellectuelle : la conscience nationale palestinienne est sans nul doute un construit, une manière historiquement conditionnée de se placer dans le monde. Mais cette historicité ne la prive aucunement de réalité : à son tour, elle conditionne des rapports, une histoire, une politique. La force de cet ouvrage est de montrer l’identité palestinienne comme une réalité historiquement construite, ce qui permet de mieux comprendre non seulement l’histoire de cette région et les enjeux pour le peuple palestinien, mais aussi de nourrir une discussion plus large autour des nationalismes.

« L’étude approfondie que fait Khalidi de la construction de l’identité nationale palestinienne est une œuvre pionnière de première importance. C’est le premier livre dont la prémisse est que cette identité existe dans les faits, et qui en dévoile les strates croisées, les phases historiques et les tragiques défaites, avec une parfaite connaissance de la bibliographie et des sources arabes, hébreues et occidentales. » (Edward Said).

x 13 20 189 p. Israël-Palestine : l’égalité ou rien T Saïd Edward essai Palestine 1999 07/09/99 9782913372030 La Fabrique International -Moyen Orient 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les essais réunis dans ce livre ont été écrits depuis la signature des accords d’Oslo (1993) jusqu’à 1999.

Ils constituent à la fois une chronique des événements, un réquisitoire et un plaidoyer. Réquisitoire contre l’arrogance et le cynisme des dirigeants israéliens, contre la partialité des Etats-Unis, contre la corruption et la politique de collaboration d’Arafat et de l’Autorité palestinienne. Plaidoyer pour l’abandon de part et d’autre d’un nationalisme périmé, pour la reconnaissance des responsabilités historiques, pour la coexistence de deux peuples égaux et réconciliés sur le territoire de la Palestine historique.

" Le choix est clair, c’est soit l’apartheid, soit la justice et la citoyenneté pour tous. Le combat que nous menons est un combat pour la démocratie et l’égalité des droits, pour un état laïque dont tous les membres soient des citoyens égaux, et non pas un faux combat inspiré d’un lointain passé mythologique, qu’il soit chrétien, juif ou musulman. "

Près de deux décennies ont passé depuis la première publication du livre et, alors que l’idée d’État commun est désormais discutée partout dans le monde, ces lignes n’ont malheureusement pas pris une ride.

x 11 17 81 p. Programmer le désastre : La politique israélienne à l’oeuvre T Warschawski Michel essai Palestine, Israël 2008 19/02/08 9782913372726 La Fabrique International -Moyen Orient 9,20 € 9.20 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le Hamas a-t-il commis un coup d’État à Gaza ? Est-ce bien le Hezbollah qui a lancé la guerre du Liban de 2006 ? Abou Mazen est-il un dirigeant responsable ou, comme le dit un chauffeur de taxi palestinien, « celui qui dilapide l’héritage d’Arafat et vend nos droits légitimes pour une demi-portion de falafel » ? Qui sont les Anarchistes contre le mur ? Pourquoi le Mouvement de la paix israélien s’est-il désintégré ? Comment Avraham Burg, fleuron de l’establishment ashkénaze, en est-il arrivé à écrire qu’« Israël est une société effrayante » ? Et comment l’État hébreu est-il passé du bon vieux colonialisme plus ou moins collectiviste à un capitalisme mafieux ?
Ces questions, Michel Warschawski, qui milite depuis toujours pour une paix véritable en Israël-Palestine, les pose et y répond.

Un livre indispensable pour tous ceux qui cherchent à comprendre ce qui se passe entre le Jourdain et la mer et se sentent médiatiquement bafoués.

x 13 20 160 p. La révolution sioniste est morte : Voix israéliennes contre l’occupation, 1967-2007 T Warschawski Michel essai Israël 2007 04/04/07 9782913372641 La Fabrique International -Moyen Orient 14,20 € 14.20 présent à Plume(s)
AA AA

Les 27 textes rassemblés dans ce livre racontent une histoire, celle de la lutte de citoyens de l’État d’Israël contre l’occupation de la Palestine. Elle commence dès les premiers jours suivant la guerre de 1967, elle n’a jamais cessé et elle continue aujourd’hui. Elle a été, elle est encore menée surtout par des Juifs, mais aussi par des représentants de ceux qui se nomment les Palestiniens d’Israël.

Les auteurs de ces textes sont des journalistes, des politiques, des écrivains, des poètes, ou simplement des femmes et des hommes que l’on dirait ordinaires s’il ne fallait pas tant de courage pour s’exprimer comme ils/elles le font.

Le ton de ces textes peut surprendre, surtout en France où la prudence est plus que jamais de mise concernant la critique de la politique israélienne. Shulamit Aloni, qui fonda le parti Meretz et fut ministre de l’Éducation de Rabin, met en parallèle la volonté de ne pas voir chez les Israéliens avec celle des Allemands sous le nazisme. Yeshayahu Leibowitz, biochimiste et théologien, explique que le refus de servir dans les territoires occupés pourra remettre en cause le « consensus national-fasciste » qui domine la société israélienne. Yehouda Elkana, ancien directeur de l’institut Van Leer de Jérusalem, incite à cesser de « s’occuper du matin au soir de symboles, de cérémonies et de leçons à tirer de la Shoah ». Dans une lettre ouverte à Shimon Pérès, Gideon Levy, journaliste de Haaretz, écrit : « Tu continues à servir dans un gouvernement qui a du sang sur les mains, encore occupé à tuer, à emprisonner et à humilier, et tu es un partenaire de tous ses agissements, y compris les pires. » Avraham Burg, qui fut président de la Knesset, intitule son article : « La révolution sioniste est morte ».

À ceux qui trouveront qu’il y a quelque chose de déprimant dans cette lutte si longue et apparemment si infructueuse, on peut faire deux réponses. La première, c’est que sauver l’honneur n’est pas rien. La seconde, c’est qu’il a fallu sept tours pour que les trompettes fassent tomber les murailles de Jéricho.

x 13,5 21,5 192 p. La faim, la bagnole, le blé et nous T Nicolino Fabrice essai agriculture, environnement, faim 2008 19/08/08 9782213634623 Fayard Politique et société -écologie 17,30 € 17.30 présent à Plume(s)
AA AA

Les biocarburants sont une formidable trouvaille, mais pour qui ? Dans le monde entier, usines et raffineries poussent comme des champignons après la pluie. Le blé, le colza, le tournesol chez nous, le palmier à huile, la canne à sucre, le soja ou le maïs dans les pays du Sud servent désormais à remplacer le pétrole. De fabuleux végétaux, utilisés depuis les débuts de l’agriculture pour nourrir les hommes, remplissent aujourd’hui les réservoirs des bagnoles et des camions.

Fabrice Nicolino a décidé d’écrire sur le sujet un pamphlet, d’envoyer un coup de poing à ceux qui prétendent que ce bouleversement est une bonne nouvelle, mais aussi aux naïfs qui croient le discours officiel sur ces nouveaux carburants présentés comme « écologiques ». Car la réalité est aux antipodes.

En France, le lobby de l’agriculture industrielle, activement soutenu par l’État, cherche depuis la réforme européenne de 1992 de nouveaux débouchés pour ses productions de masse. Le boom des biocarburants relance aussi la machine à engrais et à pesticides, et il détruira bientôt ces réservoirs de biodiversité imposés que sont les « jachères ».

Ailleurs dans le monde, c’est bien pire. De l’Indonésie au Brésil, en passant par le Cameroun, les rares forêts tropicales intactes sont dévastées pour laisser la place à ces nouvelles cultures. La demande indécente du Nord, qui veut continuer à rouler en bagnole quoi qu’il en coûte, fait exploser le prix de certains produits de base : dans un monde qui compte près d’un milliard d’affamés permanents, le système industriel préfère donc l’automobile au droit pourtant imprescriptible de manger à sa faim.

Et le comble, c’est que les biocarburants ne sont nullement écologiques. Ils contribuent et contribueront toujours plus au dérèglement climatique, comme le montrent de très nombreuses études.

Ce petit livre dévoile une mystification totale. Et dénonce ses profiteurs, plus nombreux qu’on croit. Car derrière l’automobile individuelle, il y a nous.

x 13,5 21,5 396 p. Pesticides
Révélation sur un scandale français
T
Nicolino Fabrice et Veillerette François essai écologie, pesticides 2008 19/08/08 9782213629346 Fayard Politique et société -écologie 20,30 € 20.30 sur commande ?
AA AA
Existe en poche

C’est un sujet qui peut nous paraître lointain, et pourtant il nous concerne tous. Car les pesticides sont partout, jusque dans la rosée du matin. Et dans la pluie des villes, bien sûr, de toutes les villes de France.

Pour cette raison et quelques autres que vous apprendrez, les conséquences sanitaires de l’exposition aux pesticides sont d’ores et déjà massives. Des centaines d’études, à l’échelle internationale, montrent que ces produits de la chimie de synthèse agissent, même à des doses infinitésimales, sur notre équilibre le plus intime. Le cordon ombilical du f tus, le système endocrinien, la fabrication du sperme sont atteints. Les cancers et les maladies neurologiques se multiplient.

Ce n’est pas drôle ? Non. Mais les auteurs de ce livre ont pris un parti : celui de raconter des histoires avec de vraies gens. Vivantes, parfois extravagantes. Depuis 1945, l’industrie des pesticides a pris le pouvoir en France, sans que personne s’en doute. Cet ouvrage donne des noms, livre des dates, fouille les archives. Oui, on a truqué des congrès prétendument scientifiques. Oui, les industriels ont infiltré, et continuent de le faire, les commissions officielles chargées du contrôle des pesticides. Oui, l’« agriculture raisonnée », que les pouvoirs publics français présentent comme la solution de l’avenir, est une farce, une incroyable manipulation.

En lisant ce récit passionnant, vous découvrirez le rôle scandaleux de la haute administration de notre pays dans la mort de milliards d’abeilles. Vous découvrirez comment on dissimule l’existence de milliers de malades. Vous découvrirez une vérité que personne ne pouvait soupçonner.

x 15,3 23,5 308 p. La souffrance comme identité T Benbassa Esther essai Israël, juifs 2008 09/07/08 9782213632537 Fayard Essais International -Moyen Orient 21,50 € 21.50 présent à Plume(s)
AA AA
Cet ouvrage montre brillamment comment en monde juif, depuis les fondations bibliques elles-mêmes, la souffrance, ses représentations et sa ritualisation ont façonné au fil des siècles l’histoire d’un peuple et d’une religion, et plus encore l’idée que ce peuple et cette religion se faisaient de leur histoire, désormais " lacrymale ". Il suit ce parcours jusqu’à ses ultimes métamorphoses et analyse le lien indissoluble qui s’est finalement tissé entre le génocide et l’Etat d’Israël, sa politisation, sa banalisation et sa transformation récente en une religion civile accessible à tous, un judaïsme " de l’Holocauste et de la Rédemption " - la Rédemption étant la création de l’Etat hébreu. Au-delà du cas juif, il fournit des clés de compréhension des diverses trajectoires mémorielles et identitaires d’aujourd’hui, aussi nécessaires ou inévitables qu’envahissantes et dont la mémoire de la Shoah est devenue le modèle. Traitant pour la première fois dans la très longue durée et dans une perspective comparatiste l’immense dossier de la souffrance comme identité, Esther Benbassa engage aussi le débat, face à des devoirs de mémoire tyranniques, sur un droit à l’oubli qui ne serait pas amnésie, mais confierait à une histoire enfin plurielle et partagée le dépôt de nos passés de souffrances. Ce choix reste-t-il toutefois praticable dans une société qui fait du bien-être sa valeur suprême, où la souffrance distingue et garantit le plus souvent l’accès à une forme de reconnaissance, même si elle est essentiellement symbolique et n’ouvre pas toujours sur un avenir constructif ?
x 15,3 23,5 374 p. Vaincre Hitler
Pour un judaïsme plus humaniste et universaliste
T
Burg Avraham essai Israël 2008 10/09/08 9782213636191 Fayard Documents International -Moyen Orient 23,40 € 23.40 sur commande ?
AA AA

Publié en Israël en 2007, Vaincre Hitler a suscité de très vifs débats. Et pour cause : l’auteur, ancien président de la Knesset, y déplore le fait qu’Israël, plus de soixante ans après Auschwitz, définit son identité quasi exclusivement par rapport à l’Holocauste. Critiquant le virage nationaliste et ethnique qu’a pris le pays au cours des dernières décennies, il s’oppose aux nouvelles « théories raciales juives » des extrémistes religieux et stigmatise l’usage de la force militaire. Mais Vaincre Hitler est aussi un livre de souvenirs où l’émotion côtoie l’indignation. Avraham Burg y évoque son enfance dans la « petite Allemagne » de Jérusalem, dialogue avec sa mère et, au-delà de la mort, avec la figure tutélaire de son père, Yossef Burg, ancien dirigeant du Parti national religieux et ministre pendant plusieurs décennies. Dans cet ouvrage émaillé de références à la Bible et aux grands textes du judaïsme, Burg laisse parler son chagrin et son inquiétude. Mais il construit aussi un nouveau programme pour Israël dans le concert des nations, véritable message d’espoir où se matérialise son rêve d’un retour à la sérénité et aux valeurs universalistes et humanistes du judaïsme. L’« autre » ne devrait plus être perçu, selon Burg, comme une menace, mais comme un potentiel de coopération.

Avraham Burg a été conseiller du Premier ministre chargé de la diaspora, président de l’Agence juive et du Mouvement sioniste mondial, vice-président du Congrès juif mondial et président de la Knesset. Il est aujourd’hui un citoyen actif et attentif, écrivain et homme d’affaires. Son premier livre, Dieu est de retour, qui examine la dimension religieuse du xxie siècle, a été traduit dans de nombreuses langues.

Traduit de l’hébreu par Orit Rosen et Rita Sabah.

x 14 20 276 p. Eloge de la simplicité volontaire T Martin Hervé-René essai décroissance 2007 01/03/07 9782081200692 Flammarion »» Politique et société -décroissance 18,30 € 18.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
« Les notions d’évolution et de progrès sont éminemment subjectives, voire anecdotiques, comparées à l’urgence de la seule question qui vaille : Que m’est-il permis de faire sur un territoire donné où j’espère pouvoir vivre durablement ? Ne pas le détruire, ne pas le souiller inutilement, cueillir les fruits nécessaires à ma subsistance sans mettre en péril la vie de l’arbre qui les porte. »
x 11 17,5 192 p. Carnet de route d’un jeune iconoclaste T Jutier Lafrenière Marc essai libéralisme, société 1999 23/06/99 9782879090047 Fraysse Politique et société 6,00 € 6.00 présent à Plume(s)
AA AA
Aussi longtemps que la croissance et le profit de quelques privilégiés primeront sur le respect de la nature, le respect des êtres vivants en général et des milliards d’êtres humains en particulier ; aussi longtemps que nous accepterons de travailler, de consommer et de vivre sans nous remettre en question ; aussi longtemps que nous aurons peur d’avoir peur, le matérialisme néo-libéral poursuivra inexorablement sa destruction des cultures, des peuples, des forêts tropicales, de la couche d’ozone... et de notre propre humanité intérieure. Nous deviendrons alors les rouages parfaitement efficaces, productifs et rentables du nouvel ordre mondial néo-libéral. L’ultralibéralisme, aboutissement de trois siècles de capitalisme, ne peut perdurer éternellement. Comme tout être vivant, système, empire ou civilisation. Le capitalisme a vécu et il va mourir, c’est dans l’ordre des choses... Ce livre nous ouvre l’esprit sur toute sortes de perspectives pour un après "Grand Krach". Une analyse lucide et sans concession de notre civilisation décadente. Profondément optimiste.
x 14 22 158 p. Ecologica T Gorz André essai écologie 2008 17/01/08 9782718607573 Galilée Débats Politique et société -écologie 27,00 € 27.00 sur commande ?
AA AA

Cet ouvrage, qu’André Gorz a conçu avant sa disparition en septembre 2007, réunit sept textes et articles parus entre 1975 et 2007.

" Que nous sommes, écrit André Gorz, dominés dans notre travail, c’est une évidence depuis cent soixante-dix ans. Mais non que nous sommes dominés dans nos besoins et nos désirs, nos pensées et l’image que nous avons de nous-mêmes. C’est par lui, par la critique du modèle de consommation opulent que je suis devenu écologiste avant la lettre. Mon point de départ a été un article paru dans un hebdomadaire américain vers 1954.

Il expliquait que la valorisation des capacités de production américaines exigeait que la consommation croisse de 50 % au moins dans les huit années à venir, mais que les gens étaient bien incapables de définir de quoi seraient faits leur 50 % de consommation supplémentaire. En partant de la critique du capitalisme, on arrive donc immanquablement à l’écologie politique qui, avec son indispensable théorie critique des besoins, conduit en retour à approfondir et radicaliser encore la critique du capitalisme. Je ne dirais donc pas qu’il y a une morale de l’écologie, mais plutôt que l’exigence éthique d’émancipation du sujet implique la critique théorique et pratique du capitalisme, de laquelle l’écologie politique est une dimension essentielle. ".

x 12,5 21,5 106 p. La pensée de midi T Onfray Michel essai politique 2007 13/09/07 9782718607559 Galilée Débats Politique et société -philosophie 19,00 € 19.00 sur commande ?
AA AA

La gauche est en capilotade et sa refondation est d’actualité.

Certains veulent l’appuyer sur le centre, d’autres sur la gauche antilibérale. Or, cette dernière semble ne pas vouloir devenir adulte tant qu’elle refuse un réel jeu dialectique entre son éthique de conviction et son éthique de responsabilité. Il faudrait donc une gauche aussi amoureuse de la liberté que la gauche libérale et aussi radicale que l’extrême gauche. Cette formule n’est pas une chimère, car elle a bel et bien existé : il s’agit de la gauche libertaire.

Au XXe siècle, elle repose, pour partie, sur le triangle Georges Palante, Jean Grenier et Albert Camus. L’auteur de L’Homme révolté, antitotalitaire et libertaire, a fourni une pensée qui se proposait d’examiner ce chantier que sa mort, malheureusement, aura laissé ouvert. Notre Pensée de midi est un hommage à ces trois hérauts libertaires, en même temps qu’une invitation à s’inscrire dans ce sillage.

x 12,5 17,8 176 p. Les Palestiniens dans le siècle T Sanbar Elias essai Palestine 2007 26/10/07 9782070347056 Gallimard »» Découvertes Gallimard International -Moyen Orient 16,00 € 16.00 manquant sans date
AA AA

« Nous, peuple de Palestine, nous tenons devant vous avec toute notre douleur, notre fierté et notre attente, car nous portons depuis longtemps un vif désir de paix et un rêve de justice et de liberté. » Malgré l’espoir suscité par les accords de paix en 1993, l’avenir du peuple palestinien semble encore compromis. Un peuple qui partageait la vie quotidienne des autres peuples arabes s’est trouvé, avec l’aventure sioniste, privé de sa terre, disséminé, forcé à l’exil et aux camps, jusqu’à devenir pure absence. De la déclaration Balfour à la disparition de Yasser Arafat, en passant par les révoltes des années trente, la guerre de 1948, la création de leurs mouvements de résistance, les guerres israélo-arabes, les massacres de la première puis de la seconde Intifada, les Palestiniens ont montré une remarquable obstination à ne pas disparaître.

Elias Sanbar, enfant réfugié en 1948, aujourd’hui écrivain et diplomate, retrace ce long et douloureux « retour », celui des siens.

x 14 21,5 262 p. Le business de la guerre T Azzellini Dario et Kanzleiter Boris essai international 2006 01/07/06 9782913842366 Gatuzain Politique et société 16,00 € 16.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les façons de faire la guerre changent.

De nombreuses compagnies militaires privées s’ajoutent aux armées classiques. Paramilitaires, mercenaires et seigneurs de la guerre sont les nouveaux acteurs des conflits. La fréquence des guerres entre Etats diminue. C’est à l’intérieur de leurs territoires qu’ont lieu les combats entre troupes régulières et irrégulières, contre la population civile : le nombre de victimes augmente sans cesse, tandis que les secteurs militaires prennent de moins en moins de risques.

La dispute des zones géostratégiques n’est pas toujours le principal enjeu. Les conflits se transforment, dans bon nombre de cas, en de simples business. Elles sont un apport économique supplémentaire, où les bénéfices se comptent en milliards de dollars. La compétition pour la gestion de l’aide humanitaire, pour l’accaparement des ressources naturelles, pour le contrôle de tous types de trafics fait tourner la machine de guerre.

Ce livre, traduit en plusieurs langues et réactualisé, traite de toutes ces questions en abordant dix pays au cas par cas. Réalisé par une équipe de chercheurs, historiens et journalistes internationaux réunis pour l’occasion par deux écrivains, " Le business de la guerre " est aussi une enquête sur ces nouvelles compagnies militaires privées, qui ont pignon sur rue à travers le monde entier.

x 10,5 15 106 p. Les nouveaux hérétiques T Otxandi Mari essai travail 2007 30/06/07 9782913842458 Gatuzain Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 6,00 € 6.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
A l’heure de la réhabilitation de la valeur travail et de la glorification de ceux qui se lèvent tôt, il est mal vu de s’interroger sur les tenants et aboutissants de cette offensive généralisée. A quand la requalification en crime ? Pourtant, quelques irréductibles résistent, brandissant les armes de l’imagination, de la solidarité, de l’autonomie… L’idéologie du travail n’est pas nouvelle : on la retrouve dans la plupart des grands courants de pensée qui ont traversé l’Histoire. Mais la revendication du droit à la paresse a elle aussi ses adeptes, à commencer par l’un des théoriciens du mouvement socialiste : Paul Lafargue.
x 13,5 21,5 265 p. Palestine Chroniques d’une occupation T Otxandi Mari essai Palestine 2004 12/04/04 9782913842304 Gatuzain International -Moyen Orient 16,00 € 16.00 épuisé
AA AA

Bien que confrontée à la colonisation et à l’apartheid, la Palestine existe. Elle existe dans les rires des enfants qui jouent dans les rues défoncées par les chars de Tsahal. Elle existe dans les mains des paysans qui continuent à travailler leurs terres réduites à des peaux de chagrin. Elle existe dans les yeux et les larmes de ses anciens qui portent l’histoire de leur peuple dans le cœur. Ces chroniques sont celles d’une occupation. Une description humaine d’un conflit, loin de l’analyse froide qui nous est distillée chaque jour dans les actualités.

Mari Otxandi nous offre dans ce livre son carnet de route de deux de ses voyages en Palestine, dans le cadre des missions de solidarité internationale. Avec elle, vous découvrirez de l’intérieur la réalité quotidienne, jusqu’au mur de séparation.
 

x 12 20 176 p. Dictature de la croissance
essai sur le passage de la société de masse à la société de responsabilité
T
Moreau Gérard essai développement durable 2005 17/11/05 9782846790338 Ginkgo Idées fixes Politique et société -décroissance 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

« Toute personne croyant qu’une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. » Kenneth Boulging, économiste.

Produire plus et toujours moins cher ! L’incapacité à imaginer un autre modèle économique que celui d’une expansion permanente met en danger l’avenir de l’humanité.

À l’échelle du monde, la paupérisation croissante, la précarité pour la majorité, le pillage des ressources naturelles, la dégradation catastrophique de notre écosystème sont le résultat de cette dictature de la croissance, elle aussi « mondialisée ».

Comment se dégager du totalitarisme de la croissance ? Où trouver la force d’envisager une autre voie ? Dictature de la croissance explore les racines historiques et théoriques du phénomène, et nous propose clairement l’abandon du principe de croissance.

Gérard Moreau est né à Angers en 1946. Après une démission de l’Éducation nationale qu’il n’a jamais regrettée, il a contribué à la création du festival Cinémas d’Afrique à Angers, qu’il dirige aujourd’hui.
Il a publié plusieurs guides pédagogiques, dont Le Bac à l’aise.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |