gilets jaunes - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 48 documents sur le thème : gilets jaunes



48 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 15 21 66 p. Le mouvement des gilets jaunes
n° 24 - Surgissement populaire et démocratie directe en germe
T
luttes sociales, gilets jaunes 2018 31/12/18
24
Lieux communs »» Politique et société 3,00 € 3.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Les gilets jaunes font bien plus qu’écrire une page d’histoire : l’his­toire, ils la font redémarrer. Parce que le monde dont ils exigent le retour disparaît sous leurs yeux et ne reviendra plus jamais. Mais aussi parce qu’ils s’expriment dans des formes et par des moyens qui malmènent toutes les institutions. Enfin, et surtout, parce que leur élan les emmène sur un chemin qui n’existe encore nulle part sinon sous chacun de leurs pas.

Ce que veulent les gilets jaunes c’est, tout simplement, le maintien de notre univers familier et rassurant : un niveau de vie convenable, un tra­vail qui paie, une république respectable, une solidarité égalitaire, des fron­tières claires, une nature préservée, une société décente… Ils sont donc obligés de tout bouleverser et de défier tout ce qui participe à l’effondrement en cours. Ce sont d’abord, évidemment, les oligarchies déracinées et arro­gantes qui instrumentalisent la dévastation écologique pour accélérer ses pillages, fracassant les uns contre les autres les peuples et les cultures à tra­vers les continents. C’est ce que les bien-pensants appellent la « gouver­nance mondiale », la « transition écologique » et le « multiculturalisme » – c’est-à-dire le chaos généralisé.

Mais ce que vont devoir affronter les gilets jaunes, et tous ceux qui refusent la course à la catastrophe, ce sont des contradictions bien plus profondes. Elles affleurent déjà, et chacun s’aperçoit, plus ou moins claire­ment, qu’il va falloir une transformation sociale et politique sans précédent. Car il n’est possible de prendre en compte la raréfaction des ressources énergétiques et naturelles que par une véritable égalité sociale. Or celle-ci est impensable dans un pays fragmenté en lobbies, corporatismes, communautarismes, diluant toute identité collective dans la tiers-mondia­lisation en cours. Les peuples tentent, en ordre dispersé, de retrouver une souveraineté collective – la France des gilets jaunes, elle, semble renouer avec ce vieux principe qui est nôtre : la démocratie directe.

Ce sont ces multiples dimensions que cette brochure veut explorer. Les textes qu’elle contient ont été rédigés à chaud, voulant favoriser l’émergence d’une autonomie collective qui se cherche et n’en est, encore, qu’à ses balbutiements.

Sommaire :

- Introduction : la révolution précipitée
- « Gilets jaunes » : la démocratie directe en germe ? (Tract)
- Le mouvement des « gilets jaunes » (Synthèse)
- Réponses aux objections du désordre établi (Argumentaire)
- Le piège des réseaux sociaux (Analyse)
- Tentations révolutionnaires et risque de chaos (Analyse)
- « Une révolution sans révolutionnaires » ? (Émission radio)
- Gilets jaunes et démocratie directe : convergences et obstacles (Exposé)
- « Les gens expérimentent et ils ont raison de le faire » (Émission)

x 15,5 21,5 216 p. Gilets jaunes : hypothèses sur un mouvement T AOC essai gilets jaunes 2019 22/01/19 9782348043703 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 12,00 € 12 présent à Plume(s)
AA AA
Dès le début de ce mouvement social et politique inédit, AOC a demandé à des chercheurs, des intellectuels, des artistes d’éclairer l’événement à la lumière de ce qu’ils savaient déjà, au regard de leurs travaux antérieurs.

Gilets jaunes : hypothèses sur un mouvement réunit, par ordre chronologique, vingt-cinq textes de sociologues, géographes, historiens, philosophes, politistes, juristes, économistes et écrivains.

Avant-propos, par Sylvain Bourmeau
Voir les « gilets jaunes » comme des citoyens mobilisés contre l’écologie serait une erreur. Entretien avec Alexis Spire
« Gilets jaunes » vs. Macron : la transition écologique dans l’impasse, par Maxime Combes
L’ordre, le retour, par Bertrand Leclair
Face au mépris social, la revanche des invisibles, par Serge Paugam
La transformation des colères en politiques est-elle possible ?, par François Dubet
Les « gilets jaunes » ou le discrédit de la démocratie représentative, par Philippe Marlière
Samedi, j’ai insurrection : neuf leçons à tirer d’un mouvement intermittent, par Sandra Laugier et Albert Ogien
Les « gilets jaunes » : crise politique ou crise de régime ?, par Dominique Rousseau
La France contrainte des « gilets jaunes », par Samuel Depraz
Les « gilets jaunes » ou l’enjeu démocratique, par Michèle Riot-Sarcey
Les « gilets jaunes » en campagne – une ruralité politique, par Ivan Bruneau, Julian Mischi et Nicolas Renahy
L’État face aux « gilets jaunes » : la gestion policière du social, par Christian Mouhanna
Les syndicats dans la roue des « gilets jaunes » ?, par Karel Yon
Les « gilets jaunes » et la Révolution française : quand le peuple reprend l’histoire, par Guillaume Mazeau
Les « gilets jaunes », et après ?, par Francis Wolff et Tristan Garcia
« Égoïstes, imbéciles, illuminés, poujadistes, vulgaires » : les « gilets jaunes » vus depuis une certaine haute fonction publique, par David Guilbaud
L’homme ne vit pas que de gasoil !, par Gérard Bras
Abécédaire de quelques idées reçues sur les « gilets jaunes », par Yves Citton
Ce que devrait savoir le Président, par Julien Fretel et Michel Offerlé
Les vertus de l’inexplicable, par Jacques Rancière
Pas de pouvoir sans consentement, par Olivier Christin
La condition périurbaine, par Michel Lussault
La France à l’horizontale, par Julia Cagé
Du bon usage de la consultation nationale, par Bruno Latour
Bikini rouge sur fond jaune, par Éric Chauvier

x 14 20,5 180 p. Les gilets jaunes
Documents et textes
T
Farbiaz Patrick enquête gilets jaunes 2019 24/01/19 9782365122078 du Croquant Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les Gilets Jaunes ! Un symbole de ralliement, d’abord destiné à protester contre la taxe des carburants, s’est transformé en mouvement inédit de contestation d’un gouvernement et du président de la République. Un bouillonnement d’actions de désobéissance civile, d’expériences de démocraties directes, et de propositions pour en finir avec la misère, la précarité et le mépris de classe d’une oligarchie déconnectée.

Né sur les parkings, les péages, les villages, les villes moyennes, ce mouvement a rendu visible et audible une France des "perdants" de la mondialisation, celle des travailleurs pauvres, des retraités, des mères de familles monoparentales. La libération de la parole a produit une pensée originale et digne, celle de nouveaux sans culottes, qui aura sa traduction politique dans les prochaines années : la finalité de ce livre n’est pas de proposer une analyse fondée sur une enquête de longue durée mais d’en fixer la mémoire, principalement à travers la reprise de textes d’origines diverses.

Pétitions, appels, cahiers de doléances, chansons, témoignages spontanés, articles et autres documents issus des Gilets Jaunes sont ainsi rassemblés et présentés. Ils témoignent de cette insurrection citoyenne, mais aussi de la richesse et de la profondeur d’un mouvement qui, quelle qu’en soit son issue, s’inscrit déjà dans la mémoire collective du combat séculaire pour l’émancipation.

x 13 18,5 219 p. Le fond de l’air est jaune
comprendre une révolte inédite
T
Confavreux Joseph essai gilets jaunes 2019 24/01/19 9782021426205 Seuil POINTS Politique et société 14,50 € 14.50 présent à Plume(s)
AA AA

Les ronds-points sont une invention française, tout comme l’idée de les bloquer vêtus de gilets jaunes. En y installant leurs barrières, les manifestants les ont transformés en places publiques, permettant à des gens qui s’ignoraient jusqu’alors de fraterniser. Ils ont surtout réussi à mettre au centre du débat la question de la justice sociale — et celle, fondamentale pour toute l’humanité, du lien entre justice sociale et justice écologique. De cette histoire en cours, il est possible de dessiner certains contours sans les figer. Fait singulier, pour le monde des idées, la mobilisation des gilets jaunes a suscité celle des sciences sociales et humaines, rarement aussi présentes et précises face à l’irruption du contemporain. On a vu, très vite, circuler des analyses issues des meilleurs travaux de l’histoire, de la sociologie, de la géographie, de la science politique, de la philosophie, de l’économie, des sciences de l’information. À la fois archives du présent et armes pour l’avenir, quinze d’entre elles sont réunies ici, accompagnées de photographies, de textes et de slogans qui documentent une révolte inédite.

Avec Étienne Balibar, Ludivine Bantigny, Louis Chauvel, Isabelle Coutant, Aurélien Delpirou, Olivier Ertzscheid, Michaël Foessel, David Graeber, Samuel Hayat, Jean-Claude Monod, Thomas Piketty, Pierre Rosanvallon, Alexis Spire, Sophie Wahnich et Michelle Zancarini-Fournel. Textes réunis et présentés par Joseph Confavreux.

x 15 21 En attendant les gilets jaunes
Conférences intempestives
T
Baudin François essai gilets jaunes 2019 01/03/19 9791092726435 Kaïros Editions Politique et société 15,00 € 15.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Quelle est la raison de publier aujourd’hui ces conférences dites intempestives prononcées au moment de la vague d’attentats islamistes ? Quatre années se sont écoulées. Depuis le 17 novembre 2018 la situation a changé dans notre pays. Que s’est-il passé ? Le mouvement des Gilets jaunes est apparu. Des manifestants ont occupé des ronds-points un peu partout en France. Ils descendent régulièrement dans les rues des villes pour revendiquer la justice sociale et fiscale, le partage des richesses, plus de démocratie, et une citoyenneté active. Alors que les attentats islamistes à partir de janvier 2015 nous avaient tétanisés, laissant la plupart d’entre nous dans la stupeur et dans une impasse identitaire devant laquelle il fallait agir, les Gilets jaunes nous sortent de cette phase. Même si le risque terroriste islamiste est toujours là, on sent bien que la période historique est passée et que l’espoir d’un monde meilleur, plus égalitaire et plus démocratique renaît à la faveur de ce mouvement populaire. Le mouvement est exemplaire à plus d’un titre, il redonne une perspective d’émancipation à un pays tout entier enlisé dans une crise économique et sociale qui venait l’anesthésier. L’horizon s’est éclairci depuis novembre 2018.

La révolte vient de loin, elle est très profonde et touche les couches les plus populaires de notre pays. Il semble que le pouvoir et les institutions étatiques auront quelques difficultés à la faire rentrer dans le rang. Ce mouvement est spontané et encore inorganisé malgré quelques tentatives très intéressantes de se coordonner démocratiquement comme cela a eu lieu le 27 janvier 2019 à Commercy dans la Meuse à travers une assemblée des assemblées ; il nous réconcilie avec le pays que l’on pensait en proie à ses démons nationalistes et communautaristes, à la démobilisation ou encore au renoncement face aux inégalités monstrueuses que ce monde produit. Le mouvement à lui-seul déconstruit peu à peu tout discours marqué par le repli identitaire fondé sur la différence communautaire et l’inégalité. Il nous sort de la caverne par le haut, c’est-à-dire par l’affirmation du principe d’égalité qui consiste à affirmer l’égalité de tous les hommes au départ et ne pas chercher seulement à l’atteindre. Ce mouvement pose inconsciemment comme principe que tous les hommes sont capables de penser et donc agir et s’occuper des affaires de la cité, d’avoir des émotions poétiques et esthétiques, d’entendre le sens des choses,… devenir des sujets. Ce principe d’égalité de tous les hommes fonde l’action politique et la rend possible. C’est de cette façon que nous sortirons de notre enfermement identitaire, différentialiste, et aussi de la reproduction sociale. Cela est certain. Nous n’en sommes peut-être qu’au début, car à l’heure actuelle nul ne sait jusqu’où ce mouvement ira. Peut-être une conscience nouvelle émergera-t-elle face aux énormes puissances économiques mondialisées et à l’État libéral qui les sert. Alors un nouveau sujet viendra frapper à la porte de l’Histoire pour s’y installer. Evènement inouï lorsque des hommes et des femmes qu’on ne comptait pas, qui à aucun titre (talent, mérite, fortune, naissance,…) n’étaient appelés à exercer le pouvoir, des gens de rien qui étaient en excédent-jetable, surnuméraire sur le compte de la société, se mettent soudain à exister, font effraction, occupent les ronds-points et les rues des villes revêtus d’un gilet jaune pour être vus comme incarnation de l’universel-singulier et se rappeler à la politique. Au fond les gens rassemblés dans ce mouvement veulent un autre destin et s’estiment capables de le conduire, et donc capables tout de suite de s’occuper des affaires communes. Le fameux RIC réclamé à cor et à cris en est le symbole simplifié. Ce qui paraissait hier encore impossible devient possible. Dans ces conditions la politique devient à nouveau pensable. Nous assistons au soulèvement du politique face à la police, à la surrection démocratique de ceux qui ne sont pas destinés à s’occuper des affaires publiques et se mettent justement à s’en occuper. Par la scène polémique qu’ils créent, les Gilets jaunes fondent le sens de l’action politique et imposent l’ordre du jour ; ils rendent visible quelque chose qui était resté invisible. Les causes profondes étant toujours là, on ne voit pas bien pourquoi le mouvement s’arrêterait malgré la logique politique-policière dont il est victime. On compte en janvier 2019, plusieurs milliers de blessés et plus de cent éborgnés et mutilés parmi les manifestants.

Il va falloir penser « l’objet gilet jaune », et arrêter de voir et entendre uniquement des grognements, des bruits, des paroles inarticulées parmi cette multitude prétendument haineuse qui ne sait pas ce qu’elle veut et pourquoi elle manifeste. La vague de mépris dont les manifestants continuent de faire l’objet mérite à elle seule d’être analysée. Homophobes, racistes, antisémites, complotistes, tout a été dit pour les disqualifier. Ce mépris me fait penser à certains intellectuels, écrivains, valets du pouvoir et journalistes face à la Commune de Paris en 1871 ou face aux journées de Juin 1848. Deux évènements révolutionnaires où des milliers de Parisiens se sont fait massacrer par l’armée et déporter par les gouvernements de l’époque. Aujourd’hui bien sûr, il n’y a plus de massacre, mais comme je l’ai dit : les éborgnés, les mutilés sont nombreux. Et beaucoup de manifestants ont été emprisonnés, mis en garde à vue ou interdit de manifester. Tout rassemblement est interdit dans la plupart des cas. A travers l’histoire et devant la levée d’une partie du peuple, la plupart des intellectuels et écrivains ont ouvertement pris position contre avec une virulence qui surprend toujours par son ampleur ; refusant de comprendre les raisons de se révolter, de saisir les causes profondes qui viennent de loin, ces intellectuels et journalistes ont failli à leur devoir. Il s’agit d’une véritable trahison. Trahison de la mission d’informer, de donner à comprendre, et même parfois donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais. Il en était déjà ainsi face aux paysans de 1789 traités de ploucs, de gueux, de foules stupides et haineuses, d’ignares, éternelle race d’esclaves ; idem en 1848 : ivrognes, jouisseurs, barbares, sans le sou, fainéants ; rebelote en 1871 : sauvages, nomades, pétroleuses, incendiaires, races primitives, populace, etc. Et aujourd’hui le peuple en mouvement devient raciste, antisémite et homophobe. Mais il faudra toujours avoir à l’esprit que la partie du peuple qui se révolte n’a pas pour souci principal l’image qu’il veut donner de lui-même, et rappeler par la même occasion que la haine et le mépris de classe ont toujours été des tentatives de négation du principe d’égalité qui anime les mouvements d’émancipation. Une volonté de remise à sa place, d’assignation ou de mise en demeure de ce qui soudain avait fait irruption dans la cité.

Il était donc temps de publier ces conférences. Avant que le mouvement social les rende inactuelles. Il n’en est rien, car les difficultés économiques, l’injustice fiscale et territoriale qui sont les trois raisons immédiates du mouvement, y sont explicitées ; car tout en y annonçant les mouvements démocratiques actuels, j’y préconise exactement ce que certains Gilets jaunes demandent de leur côté en terme de réformes constitutionnelles. Car j’y dénonce aussi l’enfermement identitaire, ce poison pour le monde dont la France aujourd’hui semble sortir peu-à-peu grâce au combat de l’égalité. Et les Gilets jaunes en interdisant sur beaucoup de ronds-points toutes discussions religieuses ou politiques politiciennes qui risqueraient de les diviser, pratiquent à leur manière une neutralité et une laïcité également distribuée. Sur les ronds points, personne ne demande à personne d’où il vient, ce qu’il est. On le respecte dans son entièreté.

Et enfin sont publiées ici quelques conférences plus philosophiques qui expliquent et fondent ma démarche politique et esthétique. La question philosophique est bien celle des fondations : quels rapports établir entre philosophie et politique (je veux dire la place de chacun d’entre-nous dans la communauté humaine), philosophie et esthétique, ou encore le partage du commun-sensible qui se donne et s’étend bien au-delà de la communauté des hommes.

Je vous invite donc à lire ces conférences qui ont été écrites pour être lues puis débattues. J’espère qu’elles contribueront à mieux comprendre la situation, mon engagement de toujours et ma fidélité.

Maintenant que le peuple à commencer de se soulever, de s’émanciper, le combat démocratique doit être mené jusqu’au bout ; il sera long.

x 12,5 19 140 p. La victoire des vaincus
à propos des gilets jaunes
T
Plenel Edwy essai gilets jaunes 2019 07/03/19 9782348042874 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La révolte des gilets jaunes est un événement inédit, inventif et incontrôlable. Comme tout surgissement spontané du peuple, elle déborde les organisations, bouscule les commentateurs, affole les gouvernants. Comme toute lutte collective, elle s’invente dans une création politique autonome où l’auto-organisation est maître du jeu. Comme toute mobilisation populaire, elle brasse la France dans sa diversité, avec ses solidarités et ses préjugés, ses espoirs et ses aigreurs, ses beautés et ses laideurs.

Prenant le contrepied de la morgue sociale qui s’est déchaînée face à un peuple rabaissé au rang de foule, cet essai veut en déchiffrer l’énigme en mêlant l’histoire immédiate et la longue durée. Né d’un refus de l’injustice fiscale et d’une exigence sociale d’égalité, ce mouvement s’est emparé de la question démocratique centrale, celle du pouvoir présidentiel qui confisque la volonté de tous. C’est cette audace républicaine qu’une répression policière sans équivalent lui fait payer.

L’avenir n’est pas écrit, et le cours des événements dépendra de l’action de celles et ceux qu’ils convoquent. Aussi ce livre est-il une alarme face à la fuite en avant d’un pouvoir affolé qui, pour se légitimer, a choisi de jeter les gilets jaunes dans les bras de l’extrême droite. Si cette catastrophe advenait, en seraient aussi responsables tous les tenants d’une République démocratique et sociale qui auront préféré tenir à distance cet inédit, plutôt que de mener la bataille de l’égalité auprès des gilets jaunes.

x 13 20 128 p. Une colère française T Maillard Denis essai gilets jaunes 2019 20/03/19 9791032905883 Observatoire (Editions de l’) Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

En gagnant contre les partis et en ignorant les syndicats, Emmanuel Macron aurait tué les corps intermédiaires. Or, c’est parce que les corps intermédiaires n’existaient déjà plus qu’Emmanuel Macron a été élu. Et c’est parce qu’ils ne représentaient plus la société civile que les Gilets jaunes ont été possibles. Ceux-ci n’abattent pas le modèle français, ils prospèrent sur ses décombres !

Dans ce monde d’après la social-démocratie, d’autres rapports sociaux prennent le relai. De nouveaux intermédiaires s’affirment - avocats, coachs, médiateurs ou psys, même youtubeurs. Des formes beaucoup plus directes, imprévisibles et radicales de conflits s’imposent. Syndicats et partis doivent revoir leur manière de représenter ces citoyens-consommateurs-contribuables-travailleurs qui les ont rejetés. Nous sommes entrés dans un autre moment de notre histoire. Denis Maillard décrypte cette mutation récente, mais profonde, de la société française, pour tous ceux qui cherchent à la comprendre pour la domestiquer.

x 11,5 21,5 136 p. Les gilets jaunes à la lumière de l’histoire T Noiriel Gérard histoire France, gilets jaunes 2019 04/04/19 9782815933193 l’Aube Le monde des idées Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Que signifie le mouvement des «  Gilets jaunes  »  ? Que représente-t-il  ? Que pouvons-nous, que devons-nous faire de ce mouvement, de ses revendications  ? Quel rôle ont joué les médias, les réseaux sociaux, dans son essor  ? Quel ­avenir peut-il avoir, compte tenu notamment de la ­disparité de ses membres  ?

«  Les querelles sur la pertinence de la notion de “France périphérique” ou sur le sens à donner au mot “peuple” témoignent d’abord d’un retour de la question sociale, comme l’illustre cet entretien avec Gérard Noiriel. Or une grande partie de ­l’intelligentsia l’avait mise de côté, voire ­discréditée au profit d’une focalisation sur la question de l’identité. À force de n’être “pas la cause de tout”, les conditions sociales n’étaient plus la cause de rien. Les voilà qui reviennent, pour le meilleur et pour le pire, entre émancipation et réaction.  » Nicolas Truong

x 11 17 72 p. Lettre aux gilets jaunes
pour un new deal vert
T
Lalucq Aurore essai gilets jaunes 2019 18/04/19 9782363832528 Petits Matins Politique et société 7,50 € 7.50 présent à Plume(s)
AA AA

« Chers Gilets jaunes, Votre mouvement, né d’une colère relative à la hausse des taxes sur le carburant, s’est saisi, au fil des " actes ", de questions sociales et démocratiques plus vastes et plus ambitieuses.

Avouons-le, sa force et son succès nous ont parfois rendus jaloux, nous qui, à la gauche écolo de l’échiquier politique, tentons depuis des années de déconstruire les discours dominants, de proposer une autre vision de l’économie et de la politique...

Aujourd’hui, votre irruption dans le débat public nous enjoint plus que jamais de définir collectivement un nouveau contrat social. C’est le sens de la proposition qui est faite ici : un New Deal vert ambitieux et généreux, capable de nous unir autour d’un projet à la fois social, économique, environnemental et politique. Pour vivre bien toutes et tous. Ensemble. »

x 15 21 48 p. Jojo, le Gilet jaune T Sallenave Danièle pamphlet gilets jaunes 2019 18/04/19 9782072859823 Gallimard »» Tracts Politique et société 3,90 € 3.90 sur commande ?
AA AA

« Il y a ce que disent les Gilets jaunes. Il y a surtout ce qu’ils révèlent. Cette manière de parler d’eux, dans la presse, les médias, les milieux politiques, sur les réseaux sociaux ! Une distance, une condescendance, un mépris. » Danèle Sallenave

Au miroir du mouvement des Gilets jaunes, l’élite politique, intellectuelle, culturelle a laissé voir son vrai visage. Début janvier 2019, le président promet d’éviter ces "petites phrases" qui risquent d’être mal interprétées, mais il rechute aussitôt.

Les médias ne devraient pas, dit-il, donner sur leurs antennes « autant de place à Jojo le Gilet jaune qu’à un ministre ». Ainsi se révèlent l’étendue et la profondeur de la fracture qui sépare les "élites" des "gens d’en bas" . Fracture géographique, économique, politique et sociale. Et surtout fracture culturelle, entre les habitants des grandes villes, et tous les autres.

La violence et les embardées de langage de quelques-uns ont jeté le discrédit sur les Gilets jaunes. Il ne faudrait pas qu’une élite, assurée de sa légitimité, en tire argument pour occulter la force d’un mouvement qui a fait entendre une exigence de justice et d’égalité, parfois confuse, mais toujours profondément démocratique. Retrouvant ainsi l’inspiration des grands sursauts populaires qui ont marqué notre histoire.

x 8,5 12 160 p. Le petit livre des Gilets Jaunes T Vandepitte Florent doc gilets jaunes 2019 25/04/19 9782412047705 First Politique et société 2,99 € 2.99 présent à Plume(s)
AA AA
Depuis plusieurs années, en France, aucune révolte citoyenne n’avait atteint l’intensité de celle des gilets jaunes. Après un bref rappel de la chronologie des événements, cet ouvrage expose les principales clés de voûte du mouvement : Qui en sont les chefs de file ? Quels sont les précédents dans l’Histoire de France ? Quel est le rapport des gilets jaunes aux médias ? En neuf « actes », l’auteur nous permet de comprendre l’histoire, brève mais dense, des gilets jaunes.
x 15 21 68 p. Le mouvement des gilets jaunes, seconde partie
n° 24 bis - Chantiers de l’auto-organisation et clôtures idéologiques
T
essai luttes sociales, gilets jaunes 2019 30/04/19
24 bis
Lieux communs »» Politique et société 3,00 € 3.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les gilets jaunes font bien plus qu’écrire une page d’histoire : l’his­toire, ils la font redémarrer. Parce que le monde dont ils exigent le retour disparaît sous leurs yeux et ne reviendra plus jamais. Mais aussi parce qu’ils s’expriment dans des formes et par des moyens qui malmènent toutes les institutions. Enfin, et surtout, parce que leur élan les emmène sur un chemin qui n’existe encore nulle part sinon sous chacun de leurs pas.

Ce que veulent les gilets jaunes c’est, tout simplement, le maintien de notre univers familier et rassurant : un niveau de vie convenable, un tra­vail qui paie, une république respectable, une solidarité égalitaire, des fron­tières claires, une nature préservée, une société décente… Ils sont donc obligés de tout bouleverser et de défier tout ce qui participe à l’effondrement en cours. Ce sont d’abord, évidemment, les oligarchies déracinées et arro­gantes qui instrumentalisent la dévastation écologique pour accélérer ses pillages, fracassant les uns contre les autres les peuples et les cultures à tra­vers les continents. C’est ce que les bien-pensants appellent la « gouver­nance mondiale », la « transition écologique » et le « multiculturalisme » – c’est-à-dire le chaos généralisé.

Mais ce que vont devoir affronter les gilets jaunes, et tous ceux qui refusent la course à la catastrophe, ce sont des contradictions bien plus profondes. Elles affleurent déjà, et chacun s’aperçoit, plus ou moins claire­ment, qu’il va falloir une transformation sociale et politique sans précédent. Car il n’est possible de prendre en compte la raréfaction des ressources énergétiques et naturelles que par une véritable égalité sociale. Or celle-ci est impensable dans un pays fragmenté en lobbies, corporatismes, communautarismes, diluant toute identité collective dans la tiers-mondia­lisation en cours. Les peuples tentent, en ordre dispersé, de retrouver une souveraineté collective – la France des gilets jaunes, elle, semble renouer avec ce vieux principe qui est nôtre : la démocratie directe.

Ce sont ces multiples dimensions que ces deux brochures veulent explorer. Les textes qu’elles contiennent ont été rédigés à chaud, voulant favoriser l’émergence d’une autonomie collective qui se cherche et n’en est, encore, qu’à ses balbutiements.

Sommaire :
- Retirer les crocs au parti-journaliste (Tract)
- Analyse d’un mensonge officiel sur le nombre de manifestants à Paris (Analyse)
- Ni gauchistes ni fachos, les gilets jaunes sont politiques (Analyse)
- Gilets jaunes : la violence et l’impasse (Analyse).
- Les gilets jaunes entre le bistrot et le parti (Analyse)
- Putsch gauchiste à Commercy (Analyse)
- Les gilets jaunes et les millénaristes (Courrier) — bientôt disponible...
- Gilets jaunes : On veut du soleil, pas Ruffin ! (Analyse)
- « Il faudrait des paysans de la société » (Courrier) — bientôt disponible...
- La démocratie directe et ses lieux communs (Émission)

x 15 21 56 p. Livret jaune d’une gilet jaune T Cehache témoignage gilets jaunes 2019 01/05/19 9791028408381 Vérone Politique et société 10,00 € 10 présent à Plume(s)
AA AA
Macron Emmanuel : un inconnu ? Donc... quoi de plus simple, de plus direct que de poser des questions. Mais pas n’importe lesquelles ! Dussent-elles être dérangeantes, impertinentes, elles sont justifiées. Macron Emmanuel, rémunéré par mes impôts, vous me devez des comptes.
x 12 19 188 p. La France qui déclasse
Les gilets jaunes, une jacquerie au XXIe siècle
T
Vermeren Pierre essai gilets jaunes 2019 02/05/19 9791021039360 Tallandier Politique et société 16,90 € 16.90 présent à Plume(s)
AA AA

Sentiment de déclassement, blocage de l’ascenseur social, taxation fiscale alourdie : la République a failli dans sa promesse de justice et de réussite par le mérite. En deux générations, l’héritage gaullien a été dilapidé conduisant à une grave crise de confiance des Français envers leurs élites. Ainsi est née une révolte, dite des Gilets jaunes, qui nous renvoie aux prémices de la Révolution. Fin observateur de notre société, Pierre Vermeren, avec son regard d’historien, ausculte l’échec des politiques publiques et économiques depuis la fin des années 1970 : la désindustrialisation destructrice d’emplois, la déshumanisation des services, la déqualification qui entraîne la mésestime de soi, l’absence de réflexion sur l’aménagement du territoire et la rétraction des services publics qui brisent le lien social. Une faillite entraînant le désenchantement des classes populaires et les populismes qui l’accompagnent.

C’est un constat profond mais indispensable qu’il convient de regarder en face afin que l’État prenne les décisions nécessaires pour les prochaines années en reconsidérant la France, toute la France.

x 12,5 19 189 p. Coeur de boxeur
Le vrai combat de Christophe Dettinger
T
Peillon Antoine essai gilets jaunes 2019 08/05/19 9791020907295 Les Liens qui Libèrent Politique et société 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Cœur de boxeur revient, dans le détail, sur " l’affaire Christophe Dettinger ", du nom de ce " boxeur gitan " qui a brutalisé des gendarmes mobiles, à Paris, le 5 janvier 2019, lors de l’Acte VIII des Gilets jaunes. Affirmant qu’il a défendu une dame violemment frappée, au sol, par les forces de l’ordre, l’ex-cham­pion de France de boxe anglaise est devenu le symbole de la révolte contre les violences policières, de la résistance à la dérive monarchique d’Emmanuel Macron, mais aussi de la " décence commune ", si chère à George Orwell, opposée à l’indécence extraordinaire des puissants.

Disons-le clairement : ce livre ne promeut en aucun cas la violence, bien au contraire, et Christophe Dettinger a lui-même admis qu’il n’aurait pas dû agir comme il l’a fait ins­tinctivement. Mais Cœur de boxeur entend montrer que, depuis le commencement du mouvement des Gilets jaunes, les violences policières ont spectaculairement dépassé ce qu’elles avaient été, en France, depuis Mai 68, et qu’elles attisent l’incendie politique.

Cet essai humaniste prend donc la défense de toutes celles et tous ceux qui souffrent de n’être pas entendus, malgré leur mobilisation intrépide, par un chef de l’État qui, manifestement, les méprise.

x 14 21 165 p. L’évènement gilets jaunes T …/Temps critiques essai gilets jaunes 2019 13/05/19 9782917486610 A plus d’un titre Politique et société 10,00 € 10.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le caractère inattendu et atypique du mouvement des Gilets jaunes a souvent été souligné. Ce soulèvement échappe à tous les modèles. En effet, il n’est pas dans la continuité historique de ce qu’ont été les luttes ouvrières dans leur perspective émancipatrice, pas plus qu’il n’est en phase avec les revendications particulières d’aujourd’hui : néo-féminisme, identités sexuelles, cause animale, décoloniale, etc.

Sans lien direct avec le travail, sans médiations politiques ou syndicales, sans chefs ni représentants, sans utopie, l’événement Gilets jaunes s’affirme avec une force collective inédite et il la conserve dans la durée. Les solidarités pratiquées sur les ronds-points, dans les blocages de péages et autres, dans les manifestations de rue et les assemblées populaires, expriment une aspiration à une communauté humaine sous la forme encore partielle de la lutte commune et du « Tous Gilets jaunes ». Cette aspiration passe par l’exigence immédiate de justice fiscale et sociale, de pouvoir d’achat, d’égalité, de contrôle permanent des élus. Elle conduit le mouvement des Gilets jaunes à un affrontement direct avec l’État et son appareil de répression.

Cette opposition générale à un État normalisateur, rançonneur et répressif n’implique pas le rejet de toute forme politique supérieure, mais exprime plutôt l’aspiration à une république plébéienne. Une forme potentielle, aujourd’hui tiraillée entre des références jacobines (la Constituante), des références de type démocratie directe (le RIC) et des références communalistes (l’appel de Commercy et l’assemblée des assemblées).

Sont rassemblés dans ce livre des textes d’intervention et des comptes rendus d’actions rédigés au fil de la lutte. Les auteurs sont des membres de la revue Temps critiques et des participants au collectif « Journal de bord » accueilli sur le blog de la revue. Tous sont protagonistes du mouvement des Gilets jaunes depuis l’acte II.

x 13 20 236 p. Gilets jaunes
pour un nouvel horizon social
T
Collectif essai gilets jaunes 2019 23/05/19 9791030702620 Au Diable Vauvert Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

La France vit une crise politique sans précédent dans son histoire, observée dans le monde entier. Depuis le 17 novembre, le mouvement des Gilets jaunes fait l’actualité et rebat les cartes politiques. Insurrection sociale née en France loin des centres et de Paris dans des liens et formes inédits permis par les réseaux sociaux, spontanée, massive et très populaire en France, elle ne semble pas devoir s’éteindre. C’est un mouvement composite, contradictoire, qui sort des cadres connus et associe des contraires. Pour la première fois, il n’y a pas en France d’identification du mouvement social au mouvement politique. La réaction est à cette mesure : dix mille personnes ont été placées en garde à vue, plus de mille jugées en comparution immédiate et près de cinq cent incarcérées. Les manifestations sont interdites, détournées ou contenues, les violences policières sur citoyens provoquent morts et mutilations. Au coeur de cette crise, la question de la justice sociale, et une vision du peuple qui partage et fait débat parmi les élites.

Les écrivains portent un regard profond et empathiques sur les autres. De façon très diverses, en décrivant et donnant parole au peuple des Gilets jaunes ou en témoignant de leur proximité sociale, ils écrivent ici finalement une solidarité de classe avec la France populaire.

François Bégaudeau, Arno Bertina, Laurent Binet, Bernard Chambaz, Alain Damasio, Jean-Paul Delfino, Annie Ernaux, Pascale Fautrier, Félic Jousserand, Aïssa Lacheb, Yvon Le Men, Jérôme Leroy, Nicolas Mathieu, Marion Messina, Meyer, Gérard Mordillat, Pierre Pelot Serge Quadruppani, Patrick Raynal, Denis Robert, Thomté Ryam, Zoé Sagan, Christophe Siébert, Minna Sif.

x 13,5 20,5 198 p. Flic et gilet jaune T Cassiau-Haurie Laurent témoignage police, gilets jaunes 2019 01/06/19 9782377892242 Encre Rouge Politique et société 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
L’auteur, flic de son état, victime des travers de son administration, raconte la suite de son premier livre La police m’a tué. C’est en toute logique, mais aussi par nature et tempérament qu’il a rejoint les gilets jaunes. Placé des deux côtés de la révolte, partageant les raisons et le cœur des mécontentements, il analyse et donne son sentiment sur ce mouvement mais aussi sur l’institution policière décriée, avec le recul et l’expérience acquise après 35 ans de carrière et d’épreuves. Ce livre est un cri du cœur et un appel au retour des valeurs modestes, simples et de bon sens. Tout ce qu’on a vu, entendu et cru s’éloigne peu à peu, devant les nouveaux paradigmes sociétaux et dogmes économiques. Certes, ils étaient déjà présents mais ne s’imposaient pas comme des évidences. À balayer le pays, la nation, le passé et son identité, on joue avec le feu. À mentir et manipuler, on dissout la parole publique déjà fortement décrédibilisée. À cantonner le débat, le réduire au silence, caricaturer les oppositions, dénaturer les propos, on fabrique de la frustration et de l’aigreur. Il est des moments où l’on ne peut plus se taire, ne rien dire, ne plus attendre. C’est l’avis d’un flic et d’un gilet jaune qui tente d’assumer ses idées en toute cohérence.
x 16 24 192 p. Gilets jaunes : autour d’une révolte sociale
Les Utopiques n° 11
T
essai France, luttes sociales, gilets jaunes 2019 06/06/19 9782849507407 Syllepse Les utopiques Politique et société 8,00 € 8.00 présent à Plume(s)
AA AA

La révolte sociale des Gilets jaunes a marqué l’actualité sociale et politique. Quel qu’en soit l’issue, rien ne sera plus comme avant.Ce numéro des Utopiques est consacré à ce mouvement et donne la parole à certain·es de ses actrices et acteurs : Gilets jaunes, syndicalistes, gilets jaunes-syndicalistes, syndicalistes-gilets jaunes... Ils et elles témoignent, expliquent, analysent, interrogent. Les auteurs et autrices sont de Fougères à Saint-Gaudens en passant par Nîmes, Rouen, Châlon ou Besançon, sans oublier les participant·es aux assemblées des assemblées de Commercy et Saint-Nazaire.

La revue aborde également certaines des difficultés et des limites que rencontre le mouvement social actuel. En effet, si les ronds-points sont occupés et les péages libérés, les entreprises et les services semblent à l’écart. Mouvement, si souvent présenté comme apolitique, les gilets jaunes ont créé en réalité de la politique nouvelle en remettant le partage des richesses, l’égalité sociale et la question démocratique au coeur des débats.

Le syndicalisme étant directement concerné et interpellé, Les Utopiques ne pouvait pas tenter d’aborder de face, sans oeillères, un tel mouvement social. Les gilets jaunes ou la redécouverte du prolétariat, celui de la France du 21e siècle, avec sa complexité, ses contradictions, mais aussi sa force.

x 11,5 18 206 p. Gilets Jaunes Le soulèvement
Quand le trône a vacillé
T
Chingo Juan essai gilets jaunes 2019 03/07/19 9782956829515 Communnard.e.s Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Aussi éruptif et spontané soit-il, le soulèvement des Gilets jaunes est loin d’être un éclair dans un ciel serein, comme le démontre Juan Chingo tout au long de ce livre qui remonte à l’élection d’Emmanuel Macron, en mai 2017. Alors que l’illusion d’un Macron « Jupiter » était relayée par la majorité des médias, des analystes et des courants politiques, y compris à l’extrême gauche, Juan Chingo saisit les contradictions et les faiblesses qui se cachent derrière cette image de force. Il montre comment Macron, qui parvient à asséner des coups importants au monde du travail et à la jeunesse lors de sa première année de mandat, a essentiellement pu compter sur la fragmentation politique de ses opposants de droite comme de gauche, et sur la compromission des directions des principales centrales syndicales et du mouvement ouvrier. L’auteur expose en quoi Macron est le résultat de tendances larvées à la crise organique du capitalisme hexagonal tout autant qu’une tentative de les résoudre en s’appuyant sur la crise des médiations traditionnelles avec lesquelles les classes dominantes ont dirigé sous la Ve République pour tenter de consolider un bloc bourgeois qui dépasse l’ancien bipartisme. Mais le macronisme est traversé de part en part de contradictions structurelles, si bien que bien avant le 17 novembre Juan Chingo insistait déjà sur les éléments fondamentalement instables de la situation politique, après l’affaire Benalla et la crise gouvernementale de la rentrée 2018, et ce alors même que Macron avait réussi à imposer une défaite aux cheminots et à la jeunesse au printemps 2018.

Que le mouvement rebondisse ou pas au cours de l’été, la question n’est pas là. Depuis plus de six mois, les Gilets jaunes bouleversent les plans de Macron et font preuve d’une détermination et d’une colère comme il n’en avait plus été donné à voir depuis longtemps. De ce point de vue le mouvement des Gilets jaunes possède d’ores et déjà une portée historique, tant du point de vue de la peur qu’il a suscité du côté de la bourgeoisie qui s’était convaincue que le spectre de la révolution avait disparu, que de celui du mouvement ouvrier, ankylosé par le rôle joué par ses directions officielles et bureaucratiques ces dernières décennies, et qui a beaucoup à tirer de l’expérience des Gilets jaunes.

Ainsi, pour reprendre les mots de Juan Chingo : « Peu importe la façon dont le mouvement actuel prendra fin. Ce qui est sûr, c’est qu’il a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire de la lutte des classes. En dépit de ses contradictions, nous avons connu le mouvement social le plus important des cinquante dernières années. Cependant, les conditions objectives sont absolument distinctes de celles des années 1968. Au cours de cette séquence, le grain à moudre, accumulé par les Trente Glorieuses, la cure de jouvence administrée au régime gaulliste par sa béquille gauche à la suite de la victoire de Mitterrand en 1981, de même que la force des directions politiques et syndicales du mouvement ouvrier, avaient permis une déviation de la poussée ouvrière et populaire de la période qui s’ouvre avec la grève de mai et juin 1968.
En ce sens, s’il y a quelque chose dont le mouvement des Gilets jaunes est révélateur, c’est bien la réduction des amortisseurs sociaux qui empêchaient jusqu’alors des courts-circuits importants sous régime démocratique-bourgeois ainsi que l’usure des médiations politiques et syndicales qui servaient, jusqu’à présent, d’instruments de contention. L’élément le plus nouveau a trait à la crise de régime qui s’approfondit en raison de la fissuration accélérée de la Ve République. Jamais, depuis 1968, un mouvement n’avait remis en cause de façon aussi ouverte et puissante la figure présidentielle. De surcroît, la crise des mécanismes de représentation ouvre la voie à des expressions de lutte plus antiparlementaires et potentiellement à des formes d’auto-organisation soviétistes ou conseillistes et ce quand bien même elles n’ont pas réellement vu le jour au cours du soulèvement actuel en raison de son caractère encore trop immature. Ce serait une façon de dépasser le poids écrasant du républicanisme et de l’attachement au suffrage universel passif qui, historiquement, ont été un obstacle au développement d’organismes d’auto-représentation alternatifs, y compris au cours des moments les plus aigus de lutte des classes.
Tout ce travail a pour but de souligner combien il est probable que la radicalité dans les méthodes de la lutte actuelle se repose dans des mobilisations à venir, que ce soit à travers des mouvements comme celui de ces derniers mois, sans direction claire, non domestiqué, sans programme précis et qui touche les secteurs les plus paupérisés de la classe ouvrière, ou à partir de l’intérieur des organisations et des bastions centraux du mouvement ouvrier. Ce qui est sûr – et c’est ce qui explique la persistance de l’appui dont bénéficie le mouvement, notamment chez les ouvriers et les employés – c’est que les Gilets jaunes vont modifier en profondeur les relations existantes au sein du monde du travail, et ce en dépit du poids et du conservatisme des bureaucraties du mouvement ouvrier officiel. Et nous espérons vivement que les leçons qui pourront être tirées du soulèvement actuel puissent l’être dans une perspective communiste et révolutionnaire.
 »

Alors qu’il ne fait aucun doute que le soulèvement des Gilets jaunes anticipe de nouveaux affrontements à venir sur le terrain de la lutte des classes, Juan Chingo formule ce qui pourrait servir de premiers enseignements pour celles et ceux qui ne souhaitent pas s’arrêter là, mais qui entendent au contraire s’organiser pour aller jusqu’au bout, et qui sont conscients que le terrain électoral ne peut pas nous permettre d’en finir avec Macron mais, surtout, avec cette société capitaliste.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |