gilets jaunes - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 48 documents sur le thème : gilets jaunes


Les dernières arrivées à Plume(s) sur le thème gilets jaunes


48 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 15 21 56 p. Gilets jaunes : un sursaut populaire T Le Hyaric Patrick essai gilets jaunes septembre 2019 23/09/19 3780157706907 L’Humanité Politique et société 6,90 € 6.9 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Un ouvrage de Patrick Le Hyaric, directeur de “L’Humanité”, dans lequel, sans le dissocier de l’ensemble des mouvements sociaux et citoyens, il tente une analyse du mouvement des gilets jaunes et des puissantes aspirations qu’il porte malgré ses contradictions et tâtonnements. Ce mouvement ne restera pas sans lendemain. Il peut être gros de promesses à condition de pouvoir se relier à l’ensemble des mouvements sociaux, culturels et progressistes. D’où l’appel de l’auteur au devoir d’invention pour une politique d’émancipation. Ce livre est aussi un appel au débat.
x 13,5 19 52 mn Nous ne sommes rien, soyons tout T Bellanger Baya doc gilets jaunes 2020 30/11/19 13 Productions Divers -DVD NC NC prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Pour mener la révolte des ronds-points, Steven, Manue, Claude, Zaza, Mireille, Jonathan et les autres Gilets Jaunes de Commercy, une petite ville de la Meuse, inventent dès novembre 2018 un mode de fonctionnement totalement horizontal, sans chef ni hiérarchie. Une démocratie directe d’assemblée dans laquelle chaque voix est égale à une autre, et chaque décision est débattue avant d’être votée.

Ce modèle qui leur semble à même de redonner le pouvoir au peuple, ils veulent l’instaurer partout où c’est possible. Alors que le mouvement des Gilets Jaunes s’enlise, ils décident de s’engager dans les élections municipales en présentant une liste citoyenne qui redonnerait tout le pouvoir aux habitants de Commercy.

Dans la construction de cette alternative politique, de sérieux obstacles se dressent sur leur route. Ils doivent affronter la fatigue, la répression et les dissensions. De façon plus insidieuse, la domination progressive d’un petit groupe sur les autres aboutit à la recréation d’une élite, alors même que l’objectif premier était de s’en débarrasser. Au cours de cette quête, ils découvrent qu’il leur faut changer en profondeur pour pouvoir changer le système.

Alors qu’ils ratent de seulement 4 voix l’accession au second tour des municipales de mars 2020, la crise sanitaire inédite du coronavirus vient rebattre toutes les cartes et leur offre une deuxième chance de convaincre les habitants que leur système politique révolutionnaire est bien celui du monde d’après.

x 15 21 66 p. Le mouvement des gilets jaunes
n° 24 - Surgissement populaire et démocratie directe en germe
T
luttes sociales, gilets jaunes 2018 31/12/18
24
Lieux communs »» Politique et société 3,00 € 3.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Les gilets jaunes font bien plus qu’écrire une page d’histoire : l’his­toire, ils la font redémarrer. Parce que le monde dont ils exigent le retour disparaît sous leurs yeux et ne reviendra plus jamais. Mais aussi parce qu’ils s’expriment dans des formes et par des moyens qui malmènent toutes les institutions. Enfin, et surtout, parce que leur élan les emmène sur un chemin qui n’existe encore nulle part sinon sous chacun de leurs pas.

Ce que veulent les gilets jaunes c’est, tout simplement, le maintien de notre univers familier et rassurant : un niveau de vie convenable, un tra­vail qui paie, une république respectable, une solidarité égalitaire, des fron­tières claires, une nature préservée, une société décente… Ils sont donc obligés de tout bouleverser et de défier tout ce qui participe à l’effondrement en cours. Ce sont d’abord, évidemment, les oligarchies déracinées et arro­gantes qui instrumentalisent la dévastation écologique pour accélérer ses pillages, fracassant les uns contre les autres les peuples et les cultures à tra­vers les continents. C’est ce que les bien-pensants appellent la « gouver­nance mondiale », la « transition écologique » et le « multiculturalisme » – c’est-à-dire le chaos généralisé.

Mais ce que vont devoir affronter les gilets jaunes, et tous ceux qui refusent la course à la catastrophe, ce sont des contradictions bien plus profondes. Elles affleurent déjà, et chacun s’aperçoit, plus ou moins claire­ment, qu’il va falloir une transformation sociale et politique sans précédent. Car il n’est possible de prendre en compte la raréfaction des ressources énergétiques et naturelles que par une véritable égalité sociale. Or celle-ci est impensable dans un pays fragmenté en lobbies, corporatismes, communautarismes, diluant toute identité collective dans la tiers-mondia­lisation en cours. Les peuples tentent, en ordre dispersé, de retrouver une souveraineté collective – la France des gilets jaunes, elle, semble renouer avec ce vieux principe qui est nôtre : la démocratie directe.

Ce sont ces multiples dimensions que cette brochure veut explorer. Les textes qu’elle contient ont été rédigés à chaud, voulant favoriser l’émergence d’une autonomie collective qui se cherche et n’en est, encore, qu’à ses balbutiements.

Sommaire :

- Introduction : la révolution précipitée
- « Gilets jaunes » : la démocratie directe en germe ? (Tract)
- Le mouvement des « gilets jaunes » (Synthèse)
- Réponses aux objections du désordre établi (Argumentaire)
- Le piège des réseaux sociaux (Analyse)
- Tentations révolutionnaires et risque de chaos (Analyse)
- « Une révolution sans révolutionnaires » ? (Émission radio)
- Gilets jaunes et démocratie directe : convergences et obstacles (Exposé)
- « Les gens expérimentent et ils ont raison de le faire » (Émission)

x 15 21 En attendant les gilets jaunes
Conférences intempestives
T
Baudin François essai gilets jaunes 2019 01/03/19 9791092726435 Kaïros Editions Politique et société 15,00 € 15.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Quelle est la raison de publier aujourd’hui ces conférences dites intempestives prononcées au moment de la vague d’attentats islamistes ? Quatre années se sont écoulées. Depuis le 17 novembre 2018 la situation a changé dans notre pays. Que s’est-il passé ? Le mouvement des Gilets jaunes est apparu. Des manifestants ont occupé des ronds-points un peu partout en France. Ils descendent régulièrement dans les rues des villes pour revendiquer la justice sociale et fiscale, le partage des richesses, plus de démocratie, et une citoyenneté active. Alors que les attentats islamistes à partir de janvier 2015 nous avaient tétanisés, laissant la plupart d’entre nous dans la stupeur et dans une impasse identitaire devant laquelle il fallait agir, les Gilets jaunes nous sortent de cette phase. Même si le risque terroriste islamiste est toujours là, on sent bien que la période historique est passée et que l’espoir d’un monde meilleur, plus égalitaire et plus démocratique renaît à la faveur de ce mouvement populaire. Le mouvement est exemplaire à plus d’un titre, il redonne une perspective d’émancipation à un pays tout entier enlisé dans une crise économique et sociale qui venait l’anesthésier. L’horizon s’est éclairci depuis novembre 2018.

La révolte vient de loin, elle est très profonde et touche les couches les plus populaires de notre pays. Il semble que le pouvoir et les institutions étatiques auront quelques difficultés à la faire rentrer dans le rang. Ce mouvement est spontané et encore inorganisé malgré quelques tentatives très intéressantes de se coordonner démocratiquement comme cela a eu lieu le 27 janvier 2019 à Commercy dans la Meuse à travers une assemblée des assemblées ; il nous réconcilie avec le pays que l’on pensait en proie à ses démons nationalistes et communautaristes, à la démobilisation ou encore au renoncement face aux inégalités monstrueuses que ce monde produit. Le mouvement à lui-seul déconstruit peu à peu tout discours marqué par le repli identitaire fondé sur la différence communautaire et l’inégalité. Il nous sort de la caverne par le haut, c’est-à-dire par l’affirmation du principe d’égalité qui consiste à affirmer l’égalité de tous les hommes au départ et ne pas chercher seulement à l’atteindre. Ce mouvement pose inconsciemment comme principe que tous les hommes sont capables de penser et donc agir et s’occuper des affaires de la cité, d’avoir des émotions poétiques et esthétiques, d’entendre le sens des choses,… devenir des sujets. Ce principe d’égalité de tous les hommes fonde l’action politique et la rend possible. C’est de cette façon que nous sortirons de notre enfermement identitaire, différentialiste, et aussi de la reproduction sociale. Cela est certain. Nous n’en sommes peut-être qu’au début, car à l’heure actuelle nul ne sait jusqu’où ce mouvement ira. Peut-être une conscience nouvelle émergera-t-elle face aux énormes puissances économiques mondialisées et à l’État libéral qui les sert. Alors un nouveau sujet viendra frapper à la porte de l’Histoire pour s’y installer. Evènement inouï lorsque des hommes et des femmes qu’on ne comptait pas, qui à aucun titre (talent, mérite, fortune, naissance,…) n’étaient appelés à exercer le pouvoir, des gens de rien qui étaient en excédent-jetable, surnuméraire sur le compte de la société, se mettent soudain à exister, font effraction, occupent les ronds-points et les rues des villes revêtus d’un gilet jaune pour être vus comme incarnation de l’universel-singulier et se rappeler à la politique. Au fond les gens rassemblés dans ce mouvement veulent un autre destin et s’estiment capables de le conduire, et donc capables tout de suite de s’occuper des affaires communes. Le fameux RIC réclamé à cor et à cris en est le symbole simplifié. Ce qui paraissait hier encore impossible devient possible. Dans ces conditions la politique devient à nouveau pensable. Nous assistons au soulèvement du politique face à la police, à la surrection démocratique de ceux qui ne sont pas destinés à s’occuper des affaires publiques et se mettent justement à s’en occuper. Par la scène polémique qu’ils créent, les Gilets jaunes fondent le sens de l’action politique et imposent l’ordre du jour ; ils rendent visible quelque chose qui était resté invisible. Les causes profondes étant toujours là, on ne voit pas bien pourquoi le mouvement s’arrêterait malgré la logique politique-policière dont il est victime. On compte en janvier 2019, plusieurs milliers de blessés et plus de cent éborgnés et mutilés parmi les manifestants.

Il va falloir penser « l’objet gilet jaune », et arrêter de voir et entendre uniquement des grognements, des bruits, des paroles inarticulées parmi cette multitude prétendument haineuse qui ne sait pas ce qu’elle veut et pourquoi elle manifeste. La vague de mépris dont les manifestants continuent de faire l’objet mérite à elle seule d’être analysée. Homophobes, racistes, antisémites, complotistes, tout a été dit pour les disqualifier. Ce mépris me fait penser à certains intellectuels, écrivains, valets du pouvoir et journalistes face à la Commune de Paris en 1871 ou face aux journées de Juin 1848. Deux évènements révolutionnaires où des milliers de Parisiens se sont fait massacrer par l’armée et déporter par les gouvernements de l’époque. Aujourd’hui bien sûr, il n’y a plus de massacre, mais comme je l’ai dit : les éborgnés, les mutilés sont nombreux. Et beaucoup de manifestants ont été emprisonnés, mis en garde à vue ou interdit de manifester. Tout rassemblement est interdit dans la plupart des cas. A travers l’histoire et devant la levée d’une partie du peuple, la plupart des intellectuels et écrivains ont ouvertement pris position contre avec une virulence qui surprend toujours par son ampleur ; refusant de comprendre les raisons de se révolter, de saisir les causes profondes qui viennent de loin, ces intellectuels et journalistes ont failli à leur devoir. Il s’agit d’une véritable trahison. Trahison de la mission d’informer, de donner à comprendre, et même parfois donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais. Il en était déjà ainsi face aux paysans de 1789 traités de ploucs, de gueux, de foules stupides et haineuses, d’ignares, éternelle race d’esclaves ; idem en 1848 : ivrognes, jouisseurs, barbares, sans le sou, fainéants ; rebelote en 1871 : sauvages, nomades, pétroleuses, incendiaires, races primitives, populace, etc. Et aujourd’hui le peuple en mouvement devient raciste, antisémite et homophobe. Mais il faudra toujours avoir à l’esprit que la partie du peuple qui se révolte n’a pas pour souci principal l’image qu’il veut donner de lui-même, et rappeler par la même occasion que la haine et le mépris de classe ont toujours été des tentatives de négation du principe d’égalité qui anime les mouvements d’émancipation. Une volonté de remise à sa place, d’assignation ou de mise en demeure de ce qui soudain avait fait irruption dans la cité.

Il était donc temps de publier ces conférences. Avant que le mouvement social les rende inactuelles. Il n’en est rien, car les difficultés économiques, l’injustice fiscale et territoriale qui sont les trois raisons immédiates du mouvement, y sont explicitées ; car tout en y annonçant les mouvements démocratiques actuels, j’y préconise exactement ce que certains Gilets jaunes demandent de leur côté en terme de réformes constitutionnelles. Car j’y dénonce aussi l’enfermement identitaire, ce poison pour le monde dont la France aujourd’hui semble sortir peu-à-peu grâce au combat de l’égalité. Et les Gilets jaunes en interdisant sur beaucoup de ronds-points toutes discussions religieuses ou politiques politiciennes qui risqueraient de les diviser, pratiquent à leur manière une neutralité et une laïcité également distribuée. Sur les ronds points, personne ne demande à personne d’où il vient, ce qu’il est. On le respecte dans son entièreté.

Et enfin sont publiées ici quelques conférences plus philosophiques qui expliquent et fondent ma démarche politique et esthétique. La question philosophique est bien celle des fondations : quels rapports établir entre philosophie et politique (je veux dire la place de chacun d’entre-nous dans la communauté humaine), philosophie et esthétique, ou encore le partage du commun-sensible qui se donne et s’étend bien au-delà de la communauté des hommes.

Je vous invite donc à lire ces conférences qui ont été écrites pour être lues puis débattues. J’espère qu’elles contribueront à mieux comprendre la situation, mon engagement de toujours et ma fidélité.

Maintenant que le peuple à commencer de se soulever, de s’émanciper, le combat démocratique doit être mené jusqu’au bout ; il sera long.

x 13 20 128 p. Une colère française T Maillard Denis essai gilets jaunes 2019 20/03/19 9791032905883 Observatoire (Editions de l’) Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

En gagnant contre les partis et en ignorant les syndicats, Emmanuel Macron aurait tué les corps intermédiaires. Or, c’est parce que les corps intermédiaires n’existaient déjà plus qu’Emmanuel Macron a été élu. Et c’est parce qu’ils ne représentaient plus la société civile que les Gilets jaunes ont été possibles. Ceux-ci n’abattent pas le modèle français, ils prospèrent sur ses décombres !

Dans ce monde d’après la social-démocratie, d’autres rapports sociaux prennent le relai. De nouveaux intermédiaires s’affirment - avocats, coachs, médiateurs ou psys, même youtubeurs. Des formes beaucoup plus directes, imprévisibles et radicales de conflits s’imposent. Syndicats et partis doivent revoir leur manière de représenter ces citoyens-consommateurs-contribuables-travailleurs qui les ont rejetés. Nous sommes entrés dans un autre moment de notre histoire. Denis Maillard décrypte cette mutation récente, mais profonde, de la société française, pour tous ceux qui cherchent à la comprendre pour la domestiquer.

x 11 17 72 p. Lettre aux gilets jaunes
pour un new deal vert
T
Lalucq Aurore essai gilets jaunes 2019 18/04/19 9782363832528 Petits Matins Politique et société 7,50 € 7.50 présent à Plume(s)
AA AA

« Chers Gilets jaunes, Votre mouvement, né d’une colère relative à la hausse des taxes sur le carburant, s’est saisi, au fil des " actes ", de questions sociales et démocratiques plus vastes et plus ambitieuses.

Avouons-le, sa force et son succès nous ont parfois rendus jaloux, nous qui, à la gauche écolo de l’échiquier politique, tentons depuis des années de déconstruire les discours dominants, de proposer une autre vision de l’économie et de la politique...

Aujourd’hui, votre irruption dans le débat public nous enjoint plus que jamais de définir collectivement un nouveau contrat social. C’est le sens de la proposition qui est faite ici : un New Deal vert ambitieux et généreux, capable de nous unir autour d’un projet à la fois social, économique, environnemental et politique. Pour vivre bien toutes et tous. Ensemble. »

x 15 21 440 p. A la prochaine - de mai 68 aux gilets jaunes T Cours-Salies Pierre gilets jaunes novembre 2019 07/11/19 9782849507728 Syllepse Politique et société 25,00 € 25 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Que peut-il bien y avoir de commun entre Mai 68 et le mouvement des Gilets jaunes ? Cinquante ans après, l’« événement » parle encore, et les objectifs portés par les mouvements de contestation trouvent un écho avec les Gilets jaunes  : les salaires, la reconnaissance sociale, la démocratie. La recherche d’une démocratie active, réelle et à tous les échelons de la société trace un fil entre les deux moments.

Ce livre propose de retisser une analyse replaçant le mouvement des Gilets jaunes dans la longue chaîne de mouvements populaires porteurs d’aspirations démocratiques radicales qui se sont manifestés à l’échelle internationale depuis les années 1960.

De longue date, la protestation sociale est porteuse des préoccupations écologiques, de la demande de transformation radicale du travail, d’une volonté d’organisation démocratique et collective des entreprises et des services publics, ainsi que d’une démocratie sous le contrôle direct du plus grand nombre pour développer ce qui peut et doit être commun.

Ce que disent les mouvements populaires et les contestations radicales compose une sorte de projet, un espoir autant qu’un programme qui reste à écrire : Mai 68 est un arbre de la liberté comme le furent ceux plantés en 1793 en France. Pour renouer ce fil, l’auteur étudie avec précision ce qui s’est passé, dans les entreprises, les services, les villes et les universités, ce qu’ont fait les divers partis et organisations afin de tenter d’élucider pourquoi il s’agissait alors d’une « révolution sans révolution ».

Un livre qui permet de comprendre comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle qui appelle à reconstruire un espoir en confrontant ces réflexions aux questions posées par les Gilets jaunes.

x 12 19 188 p. La France qui déclasse
Les gilets jaunes, une jacquerie au XXIe siècle
T
Vermeren Pierre essai gilets jaunes 2019 02/05/19 9791021039360 Tallandier Politique et société 16,90 € 16.90 présent à Plume(s)
AA AA

Sentiment de déclassement, blocage de l’ascenseur social, taxation fiscale alourdie : la République a failli dans sa promesse de justice et de réussite par le mérite. En deux générations, l’héritage gaullien a été dilapidé conduisant à une grave crise de confiance des Français envers leurs élites. Ainsi est née une révolte, dite des Gilets jaunes, qui nous renvoie aux prémices de la Révolution. Fin observateur de notre société, Pierre Vermeren, avec son regard d’historien, ausculte l’échec des politiques publiques et économiques depuis la fin des années 1970 : la désindustrialisation destructrice d’emplois, la déshumanisation des services, la déqualification qui entraîne la mésestime de soi, l’absence de réflexion sur l’aménagement du territoire et la rétraction des services publics qui brisent le lien social. Une faillite entraînant le désenchantement des classes populaires et les populismes qui l’accompagnent.

C’est un constat profond mais indispensable qu’il convient de regarder en face afin que l’État prenne les décisions nécessaires pour les prochaines années en reconsidérant la France, toute la France.

x 12,5 19 189 p. Coeur de boxeur
Le vrai combat de Christophe Dettinger
T
Peillon Antoine essai gilets jaunes 2019 08/05/19 9791020907295 Les Liens qui Libèrent Politique et société 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Cœur de boxeur revient, dans le détail, sur " l’affaire Christophe Dettinger ", du nom de ce " boxeur gitan " qui a brutalisé des gendarmes mobiles, à Paris, le 5 janvier 2019, lors de l’Acte VIII des Gilets jaunes. Affirmant qu’il a défendu une dame violemment frappée, au sol, par les forces de l’ordre, l’ex-cham­pion de France de boxe anglaise est devenu le symbole de la révolte contre les violences policières, de la résistance à la dérive monarchique d’Emmanuel Macron, mais aussi de la " décence commune ", si chère à George Orwell, opposée à l’indécence extraordinaire des puissants.

Disons-le clairement : ce livre ne promeut en aucun cas la violence, bien au contraire, et Christophe Dettinger a lui-même admis qu’il n’aurait pas dû agir comme il l’a fait ins­tinctivement. Mais Cœur de boxeur entend montrer que, depuis le commencement du mouvement des Gilets jaunes, les violences policières ont spectaculairement dépassé ce qu’elles avaient été, en France, depuis Mai 68, et qu’elles attisent l’incendie politique.

Cet essai humaniste prend donc la défense de toutes celles et tous ceux qui souffrent de n’être pas entendus, malgré leur mobilisation intrépide, par un chef de l’État qui, manifestement, les méprise.

x 15 21 68 p. Le mouvement des gilets jaunes, seconde partie
n° 24 bis - Chantiers de l’auto-organisation et clôtures idéologiques
T
essai luttes sociales, gilets jaunes 2019 30/04/19
24 bis
Lieux communs »» Politique et société 3,00 € 3.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les gilets jaunes font bien plus qu’écrire une page d’histoire : l’his­toire, ils la font redémarrer. Parce que le monde dont ils exigent le retour disparaît sous leurs yeux et ne reviendra plus jamais. Mais aussi parce qu’ils s’expriment dans des formes et par des moyens qui malmènent toutes les institutions. Enfin, et surtout, parce que leur élan les emmène sur un chemin qui n’existe encore nulle part sinon sous chacun de leurs pas.

Ce que veulent les gilets jaunes c’est, tout simplement, le maintien de notre univers familier et rassurant : un niveau de vie convenable, un tra­vail qui paie, une république respectable, une solidarité égalitaire, des fron­tières claires, une nature préservée, une société décente… Ils sont donc obligés de tout bouleverser et de défier tout ce qui participe à l’effondrement en cours. Ce sont d’abord, évidemment, les oligarchies déracinées et arro­gantes qui instrumentalisent la dévastation écologique pour accélérer ses pillages, fracassant les uns contre les autres les peuples et les cultures à tra­vers les continents. C’est ce que les bien-pensants appellent la « gouver­nance mondiale », la « transition écologique » et le « multiculturalisme » – c’est-à-dire le chaos généralisé.

Mais ce que vont devoir affronter les gilets jaunes, et tous ceux qui refusent la course à la catastrophe, ce sont des contradictions bien plus profondes. Elles affleurent déjà, et chacun s’aperçoit, plus ou moins claire­ment, qu’il va falloir une transformation sociale et politique sans précédent. Car il n’est possible de prendre en compte la raréfaction des ressources énergétiques et naturelles que par une véritable égalité sociale. Or celle-ci est impensable dans un pays fragmenté en lobbies, corporatismes, communautarismes, diluant toute identité collective dans la tiers-mondia­lisation en cours. Les peuples tentent, en ordre dispersé, de retrouver une souveraineté collective – la France des gilets jaunes, elle, semble renouer avec ce vieux principe qui est nôtre : la démocratie directe.

Ce sont ces multiples dimensions que ces deux brochures veulent explorer. Les textes qu’elles contiennent ont été rédigés à chaud, voulant favoriser l’émergence d’une autonomie collective qui se cherche et n’en est, encore, qu’à ses balbutiements.

Sommaire :
- Retirer les crocs au parti-journaliste (Tract)
- Analyse d’un mensonge officiel sur le nombre de manifestants à Paris (Analyse)
- Ni gauchistes ni fachos, les gilets jaunes sont politiques (Analyse)
- Gilets jaunes : la violence et l’impasse (Analyse).
- Les gilets jaunes entre le bistrot et le parti (Analyse)
- Putsch gauchiste à Commercy (Analyse)
- Les gilets jaunes et les millénaristes (Courrier) — bientôt disponible...
- Gilets jaunes : On veut du soleil, pas Ruffin ! (Analyse)
- « Il faudrait des paysans de la société » (Courrier) — bientôt disponible...
- La démocratie directe et ses lieux communs (Émission)

x 11 18 296 p. Gilets jaunes : Points de vue anarchistes T Jornet Monica doc France, luttes sociales, gilets jaunes octobre 2019 10/10/19 9782379810008 Editions du Monde Libertaire Politique et société 8,00 € 8.00 présent à Plume(s)
AA AA

Quoi qu’on en pense – et on en pense tou·te·s quelque chose sans toujours savoir qu’en penser au juste ! – les Gilets Jaunes feront date.

Et les anarchistes ? Lire dans ce livre, les points de vue de membres de la Fédération Anarchiste, engage à s’interroger librement sur ce mouvement...

x 13,5 19 76 mn J’veux du soleil T Perret Gilles et Ruffin François enquête gilets jaunes septembre 2019 17/09/19 3545020066010
J2F079
Jour2Fete Divers -DVD 19,99 € 19.99 présent à Plume(s)
AA AA

« J’ai changé les plaquettes de frein et le liquide de refroidissement. 350 € chez Norauto... » C’est parti pour un road movie dans la France d’aujourd’hui ! Avec leur humour et leur caméra, Gilles Perret et François Ruffin traversent le pays : aÌ chaque rond-point en jaune, c’est comme un paquet-surprise qu’on ouvrirait. Qu’est-ce qui va en sortir ? Des rires ou des larmes ? De la tendresse ou de la colère ? De l’art ou du désespoir ? Les deux compères nous offrent des tranches d’humanité, saisissent cet instant magique ouÌ des femmes et des hommes, d’habitude résignés, se dressent et se redressent, avec fierté, avec beauté, pour réclamer leur part de bonheur.


Bonus : Vidéo des avant-premières - Interview des personnages du film - Affiche du film

x 14 20,5 180 p. Les gilets jaunes
Documents et textes
T
Farbiaz Patrick enquête gilets jaunes 2019 24/01/19 9782365122078 du Croquant Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les Gilets Jaunes ! Un symbole de ralliement, d’abord destiné à protester contre la taxe des carburants, s’est transformé en mouvement inédit de contestation d’un gouvernement et du président de la République. Un bouillonnement d’actions de désobéissance civile, d’expériences de démocraties directes, et de propositions pour en finir avec la misère, la précarité et le mépris de classe d’une oligarchie déconnectée.

Né sur les parkings, les péages, les villages, les villes moyennes, ce mouvement a rendu visible et audible une France des "perdants" de la mondialisation, celle des travailleurs pauvres, des retraités, des mères de familles monoparentales. La libération de la parole a produit une pensée originale et digne, celle de nouveaux sans culottes, qui aura sa traduction politique dans les prochaines années : la finalité de ce livre n’est pas de proposer une analyse fondée sur une enquête de longue durée mais d’en fixer la mémoire, principalement à travers la reprise de textes d’origines diverses.

Pétitions, appels, cahiers de doléances, chansons, témoignages spontanés, articles et autres documents issus des Gilets Jaunes sont ainsi rassemblés et présentés. Ils témoignent de cette insurrection citoyenne, mais aussi de la richesse et de la profondeur d’un mouvement qui, quelle qu’en soit son issue, s’inscrit déjà dans la mémoire collective du combat séculaire pour l’émancipation.

x 13 20 236 p. Gilets jaunes
pour un nouvel horizon social
T
Collectif essai gilets jaunes 2019 23/05/19 9791030702620 Au Diable Vauvert Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

La France vit une crise politique sans précédent dans son histoire, observée dans le monde entier. Depuis le 17 novembre, le mouvement des Gilets jaunes fait l’actualité et rebat les cartes politiques. Insurrection sociale née en France loin des centres et de Paris dans des liens et formes inédits permis par les réseaux sociaux, spontanée, massive et très populaire en France, elle ne semble pas devoir s’éteindre. C’est un mouvement composite, contradictoire, qui sort des cadres connus et associe des contraires. Pour la première fois, il n’y a pas en France d’identification du mouvement social au mouvement politique. La réaction est à cette mesure : dix mille personnes ont été placées en garde à vue, plus de mille jugées en comparution immédiate et près de cinq cent incarcérées. Les manifestations sont interdites, détournées ou contenues, les violences policières sur citoyens provoquent morts et mutilations. Au coeur de cette crise, la question de la justice sociale, et une vision du peuple qui partage et fait débat parmi les élites.

Les écrivains portent un regard profond et empathiques sur les autres. De façon très diverses, en décrivant et donnant parole au peuple des Gilets jaunes ou en témoignant de leur proximité sociale, ils écrivent ici finalement une solidarité de classe avec la France populaire.

François Bégaudeau, Arno Bertina, Laurent Binet, Bernard Chambaz, Alain Damasio, Jean-Paul Delfino, Annie Ernaux, Pascale Fautrier, Félic Jousserand, Aïssa Lacheb, Yvon Le Men, Jérôme Leroy, Nicolas Mathieu, Marion Messina, Meyer, Gérard Mordillat, Pierre Pelot Serge Quadruppani, Patrick Raynal, Denis Robert, Thomté Ryam, Zoé Sagan, Christophe Siébert, Minna Sif.

x 8,5 12 160 p. Le petit livre des Gilets Jaunes T Vandepitte Florent doc gilets jaunes 2019 25/04/19 9782412047705 First Politique et société 2,99 € 2.99 présent à Plume(s)
AA AA
Depuis plusieurs années, en France, aucune révolte citoyenne n’avait atteint l’intensité de celle des gilets jaunes. Après un bref rappel de la chronologie des événements, cet ouvrage expose les principales clés de voûte du mouvement : Qui en sont les chefs de file ? Quels sont les précédents dans l’Histoire de France ? Quel est le rapport des gilets jaunes aux médias ? En neuf « actes », l’auteur nous permet de comprendre l’histoire, brève mais dense, des gilets jaunes.
x 16 13 240 p. La rue était noire de jaune
500 slogans, tags, affiches, pancartes, dessins, photos, banderoles...
T
doc gilets jaunes novembre 2019 14/11/19 9782365122313 du Croquant Politique et société 8,90 € 8.9 présent à Plume(s)
AA AA
Longtemps c’était la vie sous un couvercle de plomb. Mais sous le lourd manteau des routines, la colère courait en vagues souterraines. On n’entendait à peine ses brisures sur les falaises sans fin du monde de l’officialité. Tout juste ce frisson parfois à la surface des choses. Et de temps à autres les médias domestiques évoquaient la « grogne » des animaux sociaux. Qu’ils étaient nuls et impuissants à rendre leur cause aussi fraîche et pimpante qu’une giclée de peur des musulmans, des impôts qui font fuir, ou des arnaques à la sécurité sociale. Ces salauds de pauvres, enfin appelés par leur nom de gens de « rien » selon le Président en personne, pouvaient bien mourir plus nombreux dans la rue que les ouvriers à leur poste de travail. Fallait-il pour autant engager la compétition des souffrances avec les gosses qui naissent sans bras ou les guyanais qui boivent du mercure dans la rivière ? Tous ont donc préféré de longue main la méditation sur la course au trois pour cent maximum de déficit public comme bon sandwich pour nourrir l’appétit des zombies qui les écoutent d’habitude. Soudain la terre a tremblé. Une terrible déchirure a partagé le sol ferme. Une lave brûlante a jailli. Voici pendant dix neuf semaines sans pause « Jojo le gilet jaune » à égalité avec les ministres et les députés. Et même avec les journalistes ! « Vous n’êtes pas un vrai gilet jaune » glapit une star des people-tronc de la télé. Celui-là trouvait son interlocuteur trop intelligent pour être du peuple. « Vous n’êtes pas un vrai journaliste » réplique sans hésiter le supposé pithécanthrope. Ah belles gens que vous avez peur ! Elle vous affole « la foule haineuse » dénoncée par le président-enfant-roi pour ses voeux de robot en quasi panne de batterie. Grossiers personnages que le volcan a craché dans vos jardins à la française. Quoi ! Repeinte par vos soins en antisémite, homophobe, violente et pillarde, « la grogne » se moqua comme d’une guigne de vos rayons paralysants traditionnels. Rien n’y fit. Rien n’y fait. Ces hordes continuent à défiler dans vos quartiers. Parfois un de vos restaurants prend feu dans les tirs croisés de grenades et de fumigènes. Abomination ! « Qu’est devenue la France ? » pleurez-vous dans vos mouchoirs en soie, en vous tordant les mains de désespoir ! Chaque jour où les rustres tiennent la rue vous humilie. Comme celui où l’ONU classa notre pays entre Haïti et le Venezuela pour ce qui est du respect des opposants. « Nooooon, pas le Venezuela ! » Vous hurlez de douleur ! Vous avez tant insulté le Venezuela. Vous y voici assimilés ! Quelle délicieuse humiliation vous est infligée. Comme un de ces coups de fouets sur les opposants que donnent vos amis d’Arabie saoudite. Quelle énorme farce quand ce journaliste dénonce sur un plateau de télé mes manigances avec l’ONU et le Venezuela pour obtenir de Michèle Bachelet la condamnation de la France pour ses méthodes de répression sauvage. L’info de ce déshonneur cingle comme de l’eau froide sur des pierres chaudes. Hurlements des premiers rangs ! BHL propose l’invasion de l’ONU. Ou d’un autre pays arabe, à titre de compensation. Pourtant, rien n’y fait ! Tout le monde s’en fout ! L’autorité de tout le clergé macroniste est égale à zéro ! Les importants se montent le bourrichon entre eux, sans aucune conséquence sur la troupe. La masse. Le grand nombre des « gens qui ne sont rien ». Tout le monde s’en fout, seigneurs et gentes dames de la haute. De vous, de vos leçons de morale, de vos indignations à géométrie variable. Vos éborgneurs, mutilateurs et juges à la chaîne meurtrissent dans le tas chaque semaine. En vain. Castaner et Belloubet sont devenus les bottes ferrées haïes des deux mille blessés, vingt-deux éborgnés, cinq amputés et les familles des douze morts de ces événements. Mais ils ne réussissent même pas à imposer la peur. Grand débat gros bla bla rien n’y fait ! Macron, parle à mon gilet jaune, mes oreilles sont bouchées. Ecoute, à certaines heures le samedi, ce bruit terrible qui vient du cratère ! La terre s’est ouverte. Des lèvres de sa fracture montent des mots en grappe, comme des fumées venues de l’enfer des pauvres. C’est le rugissement du peuple ! Les mots volent à tire d’ailes de tous côtés. Leur vibration froisse l’air glacé du royaume de l’égoïsme. Semaine après semaine tout un discours, long et charpenté s’est déployé en suivant ces chemins improbables. Le voici formulé sur le dos des gilets jaunes, sur les affiches improvisées, sur les murs nus, au sol et dans les chansons. Je crois que c’est une première absolue. Ce livre y fait écho. Quand et où, avant cela, a-t-on dit autant de choses ? Et de cette manière. Tout est nouveau dans cette insurrection. C’est d’abord cet acteur de l’histoire qu’aucune définition n’avait prévu. Ni prolétaire des usines, ni syndicaliste connu, ni camp politique bien découpé. Juste « le peuple », celui qui a besoin pour survivre de ces réseaux collectifs que l’on retire de sous ses pas dans ces zones vidées de services, vidées de voisinage. Voici le visage blême des abandonnés à l’amertume d’un quotidien sans horizon ni humanité. Ces exilés de l’intérieur, en pleine ville ou au milieu des « zones pavillonnaires », sur le palier de cet immeuble ou sous le porche de cet autre. Une France qui a faim. Qui ne se soigne pas. Qui ne sort jamais pour rien d’autre que le boulot rare et précaire ou les trajets millimétrés par la pompe à essence. Soyez maudits grands de la terre ! Un samedi après l’autre sans limite, sans calendrier, les canuts sont de retour. « Notre règne arrivera quand votre règne finira  ». Un point c’est tout et d’ici là on ne lâche rien. Monstrueuse indifférence au temps. Le mouvement est son propre principal message. Alors, l’insurrection citoyenne est un moment de poésie politique. C’est-à-dire un surgissement, une création. Les strophes sont dans les cris, les slogans et les messages en papier en peintures, en graph, en chansons impertinentes (« Benalla, Benalla, et même si vous ne voulez pas y a Benalla ») ou crânement grossières (« Emmanuel Macron, oh tête de con... »). Tous brisent les murs, les interdits, les convenances, les résignations. Et ce chemin se fait en cheminant.
Jean-Luc Mélenchon
x 14 19,5 320 p. Gilets jaunes, jacquerie ou révolution T Collectif , Riot-Sarcey Michèle et Vargas Yves essai gilets jaunes janvier 2020 02/01/20 9782370711915 Le Temps des cerises Politique et société 20,00 € 20 présent à Plume(s)
AA AA
Le mouvement des Gilets jaunes est certainement le mouvement social le plus long qui se soit jamais produit au cours de l’histoire de la France contemporaine. Même si de nombreuses références historiques s’expriment, en particulier à la Révolution française et aux Sans-culottes, c’est un mouvement qui présente des traits originaux et forts qui bousculent les images toutes faites, dans les médias, mais aussi dans le monde syndical et politique.
x 20 26 76 p. La France des invisibles T magazine gilets jaunes octobre 2019 16/10/19 3663322105173 Courrier international »» Politique et société 8,50 € 8.5 présent à Plume(s)
AA AA

Un an après les premières manifestations des “gilets jaunes”, que raconte la presse étrangère de ces populations qui se sentent déclassées, ignorées des élites, reléguées en deuxième division ?

De villages en quartiers, de l’hôpital à l’usine, les journalistes américains, britanniques, italiens, allemands, suisses... ont parcouru nos territoires.Ils en ont rapporté des reportages et des récits sur la France des petites villes et des campagnes, mais aussi celle des banlieues et de l’outre-mer. Ils racontent la colère, le sentiment d’injustice, mais aussi les espoirs et les initiatives.

SOMMAIRE :

Les villes :
La cité radieuse n’est plus multiculturelle
A bout de souffle
Recherche plasturgistes désespérément
Un visa pour les Flandres
Quand les précaires exploitent les migrants
Le nouveau visage de Mulhouse

Les banlieues :
Deux poids, deux mesures
Le médecin qui ne voulait pas prendre sa retraite
Mon royaume pour un bus
Les quartiers, les préjugés et le rabbin
Ils enchantent la banlieue
A Ivry-Sur-Seine, la fin de la "ceinture rouge"
Get up, Stand up !

Les campagnes :
Où l’on se bat pour ne pas "craquer"
Le bonheur est dans le bio
L’enfer sur Bure
Maires au bord de la crise de nerfs
Comment une famille syrienne se reconstruit dans l’Aveyron

L’outre mer :
Une seule langue pour débattre
Du poison au paradis

x 15 21 56 p. Livret jaune d’une gilet jaune T Cehache témoignage gilets jaunes 2019 01/05/19 9791028408381 Vérone Politique et société 10,00 € 10 présent à Plume(s)
AA AA
Macron Emmanuel : un inconnu ? Donc... quoi de plus simple, de plus direct que de poser des questions. Mais pas n’importe lesquelles ! Dussent-elles être dérangeantes, impertinentes, elles sont justifiées. Macron Emmanuel, rémunéré par mes impôts, vous me devez des comptes.
x 13,5 20,5 198 p. Flic et gilet jaune T Cassiau-Haurie Laurent témoignage police, gilets jaunes 2019 01/06/19 9782377892242 Encre Rouge Politique et société 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
L’auteur, flic de son état, victime des travers de son administration, raconte la suite de son premier livre La police m’a tué. C’est en toute logique, mais aussi par nature et tempérament qu’il a rejoint les gilets jaunes. Placé des deux côtés de la révolte, partageant les raisons et le cœur des mécontentements, il analyse et donne son sentiment sur ce mouvement mais aussi sur l’institution policière décriée, avec le recul et l’expérience acquise après 35 ans de carrière et d’épreuves. Ce livre est un cri du cœur et un appel au retour des valeurs modestes, simples et de bon sens. Tout ce qu’on a vu, entendu et cru s’éloigne peu à peu, devant les nouveaux paradigmes sociétaux et dogmes économiques. Certes, ils étaient déjà présents mais ne s’imposaient pas comme des évidences. À balayer le pays, la nation, le passé et son identité, on joue avec le feu. À mentir et manipuler, on dissout la parole publique déjà fortement décrédibilisée. À cantonner le débat, le réduire au silence, caricaturer les oppositions, dénaturer les propos, on fabrique de la frustration et de l’aigreur. Il est des moments où l’on ne peut plus se taire, ne rien dire, ne plus attendre. C’est l’avis d’un flic et d’un gilet jaune qui tente d’assumer ses idées en toute cohérence.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |