gilets jaunes - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 48 documents sur le thème : gilets jaunes


Les dernières arrivées à Plume(s) sur le thème gilets jaunes


48 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 13,5 19 52 mn Nous ne sommes rien, soyons tout T Bellanger Baya doc gilets jaunes 2020 30/11/19 13 Productions Divers -DVD NC NC prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Pour mener la révolte des ronds-points, Steven, Manue, Claude, Zaza, Mireille, Jonathan et les autres Gilets Jaunes de Commercy, une petite ville de la Meuse, inventent dès novembre 2018 un mode de fonctionnement totalement horizontal, sans chef ni hiérarchie. Une démocratie directe d’assemblée dans laquelle chaque voix est égale à une autre, et chaque décision est débattue avant d’être votée.

Ce modèle qui leur semble à même de redonner le pouvoir au peuple, ils veulent l’instaurer partout où c’est possible. Alors que le mouvement des Gilets Jaunes s’enlise, ils décident de s’engager dans les élections municipales en présentant une liste citoyenne qui redonnerait tout le pouvoir aux habitants de Commercy.

Dans la construction de cette alternative politique, de sérieux obstacles se dressent sur leur route. Ils doivent affronter la fatigue, la répression et les dissensions. De façon plus insidieuse, la domination progressive d’un petit groupe sur les autres aboutit à la recréation d’une élite, alors même que l’objectif premier était de s’en débarrasser. Au cours de cette quête, ils découvrent qu’il leur faut changer en profondeur pour pouvoir changer le système.

Alors qu’ils ratent de seulement 4 voix l’accession au second tour des municipales de mars 2020, la crise sanitaire inédite du coronavirus vient rebattre toutes les cartes et leur offre une deuxième chance de convaincre les habitants que leur système politique révolutionnaire est bien celui du monde d’après.

x 14 21 165 p. L’évènement gilets jaunes T …/Temps critiques essai gilets jaunes 2019 13/05/19 9782917486610 A plus d’un titre Politique et société 10,00 € 10.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le caractère inattendu et atypique du mouvement des Gilets jaunes a souvent été souligné. Ce soulèvement échappe à tous les modèles. En effet, il n’est pas dans la continuité historique de ce qu’ont été les luttes ouvrières dans leur perspective émancipatrice, pas plus qu’il n’est en phase avec les revendications particulières d’aujourd’hui : néo-féminisme, identités sexuelles, cause animale, décoloniale, etc.

Sans lien direct avec le travail, sans médiations politiques ou syndicales, sans chefs ni représentants, sans utopie, l’événement Gilets jaunes s’affirme avec une force collective inédite et il la conserve dans la durée. Les solidarités pratiquées sur les ronds-points, dans les blocages de péages et autres, dans les manifestations de rue et les assemblées populaires, expriment une aspiration à une communauté humaine sous la forme encore partielle de la lutte commune et du « Tous Gilets jaunes ». Cette aspiration passe par l’exigence immédiate de justice fiscale et sociale, de pouvoir d’achat, d’égalité, de contrôle permanent des élus. Elle conduit le mouvement des Gilets jaunes à un affrontement direct avec l’État et son appareil de répression.

Cette opposition générale à un État normalisateur, rançonneur et répressif n’implique pas le rejet de toute forme politique supérieure, mais exprime plutôt l’aspiration à une république plébéienne. Une forme potentielle, aujourd’hui tiraillée entre des références jacobines (la Constituante), des références de type démocratie directe (le RIC) et des références communalistes (l’appel de Commercy et l’assemblée des assemblées).

Sont rassemblés dans ce livre des textes d’intervention et des comptes rendus d’actions rédigés au fil de la lutte. Les auteurs sont des membres de la revue Temps critiques et des participants au collectif « Journal de bord » accueilli sur le blog de la revue. Tous sont protagonistes du mouvement des Gilets jaunes depuis l’acte II.

x 22 28 80 p. Cahier de vacances des Gilets Jaunes T Hicheri Leïla et Polsky Stéphane gilets jaunes 30 juin 2020 30/06/20 Arts Mâtures & Cie Divers -comptoir à paraître
AA AA
2018… 2019… 2020… vers la Victoire !

Gilet Jaune ? pas Gilet Jaune ? pour ? contre ? ou même indifférent.e ? ce livre est fait pour vous !

Quatre-vingt-une questions pour bousculer les préjugés et mieux comprendre – loin des médias dominants – le mouvement du 17 novembre.

La portée de ces questions est historique autant que pédagogique. Elles rappellent la genèse du mouvement, ses revendications, ses grandes figures, son fonctionnement, ses défenseurs, ses opposants, sa philosophie, ses outils de contestation et de médiatisation…

D’activités ludiques en traits d’humour, et de traits de contestation en illustrations, plongez dans le plus long et remarquable mouvement d’émancipation français depuis Mai 68 – un mouvement de résistance pour la justice sociale, fiscale, écologique : démocratique, en un mot.

Seul.e ou accompagné.e, en famille ou entre ami.e.s, en ville, à la montagne, à la mer, au camping, à la campagne, en cours du soir ou le week-end, voire en période de confinement sanitaire, révisez en vous reposant, apprenez en vous amusant !

Et découvrez en fin de volume votre profil psycho-politique : Gilet Jaune ? pas Gilet Jaune ? pour ? contre ? ou même indifférent.e ?

À vous de jouer !

x 13 20 236 p. Gilets jaunes
pour un nouvel horizon social
T
Collectif essai gilets jaunes 2019 23/05/19 9791030702620 Au Diable Vauvert Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

La France vit une crise politique sans précédent dans son histoire, observée dans le monde entier. Depuis le 17 novembre, le mouvement des Gilets jaunes fait l’actualité et rebat les cartes politiques. Insurrection sociale née en France loin des centres et de Paris dans des liens et formes inédits permis par les réseaux sociaux, spontanée, massive et très populaire en France, elle ne semble pas devoir s’éteindre. C’est un mouvement composite, contradictoire, qui sort des cadres connus et associe des contraires. Pour la première fois, il n’y a pas en France d’identification du mouvement social au mouvement politique. La réaction est à cette mesure : dix mille personnes ont été placées en garde à vue, plus de mille jugées en comparution immédiate et près de cinq cent incarcérées. Les manifestations sont interdites, détournées ou contenues, les violences policières sur citoyens provoquent morts et mutilations. Au coeur de cette crise, la question de la justice sociale, et une vision du peuple qui partage et fait débat parmi les élites.

Les écrivains portent un regard profond et empathiques sur les autres. De façon très diverses, en décrivant et donnant parole au peuple des Gilets jaunes ou en témoignant de leur proximité sociale, ils écrivent ici finalement une solidarité de classe avec la France populaire.

François Bégaudeau, Arno Bertina, Laurent Binet, Bernard Chambaz, Alain Damasio, Jean-Paul Delfino, Annie Ernaux, Pascale Fautrier, Félic Jousserand, Aïssa Lacheb, Yvon Le Men, Jérôme Leroy, Nicolas Mathieu, Marion Messina, Meyer, Gérard Mordillat, Pierre Pelot Serge Quadruppani, Patrick Raynal, Denis Robert, Thomté Ryam, Zoé Sagan, Christophe Siébert, Minna Sif.

x 13 20 208 p. La vie en jaune
Chronique d’un soulèvement populaire
T
Fautrier Pascale doc gilets jaunes août 2019 15/08/19 9791030702675 Au Diable Vauvert DOCUMENTS Politique et société 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

Un petit livre-reportage sur les gilets jaunes de Commercy en Lorraine, par une écrivaine qui a enfilé son gilet dès le 17 novembre.

« Il s’agit de témoigner de la vie de l’assemblée autour de la cabane construite en plein centre-ville, à deux pas du palais du roi Stanislas, à Commercy. D’abord sceptique sur le mouvement des gilets jaunes, que je croyais manipulé par la droite et l’extrême-droite, j’ai ensuite compris, grâce à mon ancrage dans l’Yonne, qu’il s’agissait d’un véritable soulèvement populaire. Et qu’il s’agissait des miens : le milieu prolétaire dont je suis issue, et auquel je continue d’appartenir en partie. J’ai donc enfilé mon gilet jaune et rejoint les manifestations avec mon fils de seize ans. J’ai découvert les deux appels de Commercy sur le net et me suis aussitôt passionnée pour l’expérience de démocratie directe dont témoignaient leurs vidéos, et pour leur appel à réunir une « assemblée des assemblées » les 26 et 27 janvier avec des délégués des assemblées ou comités populaires de toute la France, accueillis avec les moyens du bord. Chaque assemblée locale a délégué un binôme homme/femme mandaté pour présenter une synthèse des cahiers de revendications et des propositions votées sur l’avenir du mouvement et les modalités de sa structuration nationale. Les gilets jaunes de Commercy ont rédigé et enregistré deux appels. La maison du peuple de Saint-Nazaire, les assemblées de Toulouse et de Montreuil ont publiquement annoncé leur participation. Ce livre-reportage a pour objectif de témoigner, sur la demande des gilets jaunes de Commercy, de cette expérience extraordinaire qu’ils sont en train de vivre : expérience politique de démocratie directe, mais aussi aventure humaine de rencontres quotidiennes et de solidarités - ouvrant dans la difficulté de vivre des perspectives de bonheur que tous croyaient impossibles. Le livre choral fera entendre la voix d’un maximum d’entre eux, dont j’ai recueilli les témoignages sur place les 8, 9, 10, et 24, 25, 26 et 27 janvier. » Pascale Fautrier, 23 janvier 2019.

x 11,5 21,5 136 p. Les gilets jaunes à la lumière de l’histoire T Noiriel Gérard histoire France, gilets jaunes 2019 04/04/19 9782815933193 l’Aube Le monde des idées Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Que signifie le mouvement des «  Gilets jaunes  »  ? Que représente-t-il  ? Que pouvons-nous, que devons-nous faire de ce mouvement, de ses revendications  ? Quel rôle ont joué les médias, les réseaux sociaux, dans son essor  ? Quel ­avenir peut-il avoir, compte tenu notamment de la ­disparité de ses membres  ?

«  Les querelles sur la pertinence de la notion de “France périphérique” ou sur le sens à donner au mot “peuple” témoignent d’abord d’un retour de la question sociale, comme l’illustre cet entretien avec Gérard Noiriel. Or une grande partie de ­l’intelligentsia l’avait mise de côté, voire ­discréditée au profit d’une focalisation sur la question de l’identité. À force de n’être “pas la cause de tout”, les conditions sociales n’étaient plus la cause de rien. Les voilà qui reviennent, pour le meilleur et pour le pire, entre émancipation et réaction.  » Nicolas Truong

x 21 21 264 p. Plein le dos
365 gilets jaunes, novembre 2018 - juillet 2019
T
Collectif gilets jaunes janvier 2020 13/01/20 9791091108089 Bout De La Ville Politique et société 20,00 € 20.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

"C’est jaune, c’est moche mais ça peut vous sauver la vie" disait la publicité. Le gilet jaune est devenu le signe de reconnaissance d’un mouvement social. Au dos du gilet, en quelques mots, les raisons de la colère s’affichent : chacun. e dit la survie quotidienne, le travail, la dépossession, la violence de la police, les rêves de changement, voire de révolution. Le collectif Plein le dos collecte et diffuse des milliers de photographies de ces inscriptions souvent drôles et inventives.

Le livre propose une sélection de 365 dos de gilets, et rend hommage à une première année de lutte. Les bénéfices seront entièrement reversés à des caisses de soutien.

x 13,5 20,5 100 p. Soulèvement, l’odyssée Gilets Jaunes T Fèvre Nicolas photos gilets jaunes août 2019 05/08/19 9782355021015 Les Cahiers de l’Égaré »» La collection privée du capitaine Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA
Soulèvement, l’odyssée Gilets Jaunes, est un album essentiel de photographies en noir et blanc sur le mouvement des gilets jaunes. Un album plutôt petit format, (13.5 cm X 20.5 cm), autant artistique que de reportage, de témoignage, et ne comportant pas de texte.
Les photographies ont été prises lors des manifestations parisiennes, par Nicolas Fèvre, photographe. Le montage de l’album résulte d’un dialogue entre Nicolas Fèvre et l’éditeur.

Souffrances aux multiples contusions qui se répercutent presque invisibles sur chacun, il devenait évident que l’histoire nous donnait rendez-vous. L’éloignement des gens, mais aussi leur écrasement pur et simple, au service d’une verticalité du pouvoir, il ne restait alors qu’une parole brute comme souffle de vie. À travers la rue et l’urgence, les langues se délient enfin, se rencontrent et proposent. Les rues défendues comme des tranchées, par tous ces corps à bout qui revendiquent la possibilité de vivre. L’homme tombé en disgrâce de ses pères vient de bâtir un rempart contre un pouvoir qui le nie. C’est avec ces photos prises sur le vif, que l’on assiste à cette vague de protestations sans précédent, nous ramenant à son ampleur, son impétuosité, mais aussi au fond, à sa grande douceur et humanité.

La Collection privée du Capitaine est très heureuse de recevoir en son sein ce travail photographique de Nicolas Fèvre.
Amoureux depuis des années de la photographie, Nicolas Fèvre a su trouver un regard pluriel et à la mesure d’une révolte.
Souvent sérieux, parfois burlesque, mais toujours brûlant et désorientant, l’album exprime quelque chose du voyage périlleux que les Gilets Jaunes empruntent et inventent, enfin.

x 11,5 18 206 p. Gilets Jaunes Le soulèvement
Quand le trône a vacillé
T
Chingo Juan essai gilets jaunes 2019 03/07/19 9782956829515 Communnard.e.s Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Aussi éruptif et spontané soit-il, le soulèvement des Gilets jaunes est loin d’être un éclair dans un ciel serein, comme le démontre Juan Chingo tout au long de ce livre qui remonte à l’élection d’Emmanuel Macron, en mai 2017. Alors que l’illusion d’un Macron « Jupiter » était relayée par la majorité des médias, des analystes et des courants politiques, y compris à l’extrême gauche, Juan Chingo saisit les contradictions et les faiblesses qui se cachent derrière cette image de force. Il montre comment Macron, qui parvient à asséner des coups importants au monde du travail et à la jeunesse lors de sa première année de mandat, a essentiellement pu compter sur la fragmentation politique de ses opposants de droite comme de gauche, et sur la compromission des directions des principales centrales syndicales et du mouvement ouvrier. L’auteur expose en quoi Macron est le résultat de tendances larvées à la crise organique du capitalisme hexagonal tout autant qu’une tentative de les résoudre en s’appuyant sur la crise des médiations traditionnelles avec lesquelles les classes dominantes ont dirigé sous la Ve République pour tenter de consolider un bloc bourgeois qui dépasse l’ancien bipartisme. Mais le macronisme est traversé de part en part de contradictions structurelles, si bien que bien avant le 17 novembre Juan Chingo insistait déjà sur les éléments fondamentalement instables de la situation politique, après l’affaire Benalla et la crise gouvernementale de la rentrée 2018, et ce alors même que Macron avait réussi à imposer une défaite aux cheminots et à la jeunesse au printemps 2018.

Que le mouvement rebondisse ou pas au cours de l’été, la question n’est pas là. Depuis plus de six mois, les Gilets jaunes bouleversent les plans de Macron et font preuve d’une détermination et d’une colère comme il n’en avait plus été donné à voir depuis longtemps. De ce point de vue le mouvement des Gilets jaunes possède d’ores et déjà une portée historique, tant du point de vue de la peur qu’il a suscité du côté de la bourgeoisie qui s’était convaincue que le spectre de la révolution avait disparu, que de celui du mouvement ouvrier, ankylosé par le rôle joué par ses directions officielles et bureaucratiques ces dernières décennies, et qui a beaucoup à tirer de l’expérience des Gilets jaunes.

Ainsi, pour reprendre les mots de Juan Chingo : « Peu importe la façon dont le mouvement actuel prendra fin. Ce qui est sûr, c’est qu’il a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire de la lutte des classes. En dépit de ses contradictions, nous avons connu le mouvement social le plus important des cinquante dernières années. Cependant, les conditions objectives sont absolument distinctes de celles des années 1968. Au cours de cette séquence, le grain à moudre, accumulé par les Trente Glorieuses, la cure de jouvence administrée au régime gaulliste par sa béquille gauche à la suite de la victoire de Mitterrand en 1981, de même que la force des directions politiques et syndicales du mouvement ouvrier, avaient permis une déviation de la poussée ouvrière et populaire de la période qui s’ouvre avec la grève de mai et juin 1968.
En ce sens, s’il y a quelque chose dont le mouvement des Gilets jaunes est révélateur, c’est bien la réduction des amortisseurs sociaux qui empêchaient jusqu’alors des courts-circuits importants sous régime démocratique-bourgeois ainsi que l’usure des médiations politiques et syndicales qui servaient, jusqu’à présent, d’instruments de contention. L’élément le plus nouveau a trait à la crise de régime qui s’approfondit en raison de la fissuration accélérée de la Ve République. Jamais, depuis 1968, un mouvement n’avait remis en cause de façon aussi ouverte et puissante la figure présidentielle. De surcroît, la crise des mécanismes de représentation ouvre la voie à des expressions de lutte plus antiparlementaires et potentiellement à des formes d’auto-organisation soviétistes ou conseillistes et ce quand bien même elles n’ont pas réellement vu le jour au cours du soulèvement actuel en raison de son caractère encore trop immature. Ce serait une façon de dépasser le poids écrasant du républicanisme et de l’attachement au suffrage universel passif qui, historiquement, ont été un obstacle au développement d’organismes d’auto-représentation alternatifs, y compris au cours des moments les plus aigus de lutte des classes.
Tout ce travail a pour but de souligner combien il est probable que la radicalité dans les méthodes de la lutte actuelle se repose dans des mobilisations à venir, que ce soit à travers des mouvements comme celui de ces derniers mois, sans direction claire, non domestiqué, sans programme précis et qui touche les secteurs les plus paupérisés de la classe ouvrière, ou à partir de l’intérieur des organisations et des bastions centraux du mouvement ouvrier. Ce qui est sûr – et c’est ce qui explique la persistance de l’appui dont bénéficie le mouvement, notamment chez les ouvriers et les employés – c’est que les Gilets jaunes vont modifier en profondeur les relations existantes au sein du monde du travail, et ce en dépit du poids et du conservatisme des bureaucraties du mouvement ouvrier officiel. Et nous espérons vivement que les leçons qui pourront être tirées du soulèvement actuel puissent l’être dans une perspective communiste et révolutionnaire.
 »

Alors qu’il ne fait aucun doute que le soulèvement des Gilets jaunes anticipe de nouveaux affrontements à venir sur le terrain de la lutte des classes, Juan Chingo formule ce qui pourrait servir de premiers enseignements pour celles et ceux qui ne souhaitent pas s’arrêter là, mais qui entendent au contraire s’organiser pour aller jusqu’au bout, et qui sont conscients que le terrain électoral ne peut pas nous permettre d’en finir avec Macron mais, surtout, avec cette société capitaliste.

x 20 26 76 p. La France des invisibles T magazine gilets jaunes octobre 2019 16/10/19 3663322105173 Courrier international »» Politique et société 8,50 € 8.5 présent à Plume(s)
AA AA

Un an après les premières manifestations des “gilets jaunes”, que raconte la presse étrangère de ces populations qui se sentent déclassées, ignorées des élites, reléguées en deuxième division ?

De villages en quartiers, de l’hôpital à l’usine, les journalistes américains, britanniques, italiens, allemands, suisses... ont parcouru nos territoires.Ils en ont rapporté des reportages et des récits sur la France des petites villes et des campagnes, mais aussi celle des banlieues et de l’outre-mer. Ils racontent la colère, le sentiment d’injustice, mais aussi les espoirs et les initiatives.

SOMMAIRE :

Les villes :
La cité radieuse n’est plus multiculturelle
A bout de souffle
Recherche plasturgistes désespérément
Un visa pour les Flandres
Quand les précaires exploitent les migrants
Le nouveau visage de Mulhouse

Les banlieues :
Deux poids, deux mesures
Le médecin qui ne voulait pas prendre sa retraite
Mon royaume pour un bus
Les quartiers, les préjugés et le rabbin
Ils enchantent la banlieue
A Ivry-Sur-Seine, la fin de la "ceinture rouge"
Get up, Stand up !

Les campagnes :
Où l’on se bat pour ne pas "craquer"
Le bonheur est dans le bio
L’enfer sur Bure
Maires au bord de la crise de nerfs
Comment une famille syrienne se reconstruit dans l’Aveyron

L’outre mer :
Une seule langue pour débattre
Du poison au paradis

x 14 20,5 180 p. Les gilets jaunes
Documents et textes
T
Farbiaz Patrick enquête gilets jaunes 2019 24/01/19 9782365122078 du Croquant Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Les Gilets Jaunes ! Un symbole de ralliement, d’abord destiné à protester contre la taxe des carburants, s’est transformé en mouvement inédit de contestation d’un gouvernement et du président de la République. Un bouillonnement d’actions de désobéissance civile, d’expériences de démocraties directes, et de propositions pour en finir avec la misère, la précarité et le mépris de classe d’une oligarchie déconnectée.

Né sur les parkings, les péages, les villages, les villes moyennes, ce mouvement a rendu visible et audible une France des "perdants" de la mondialisation, celle des travailleurs pauvres, des retraités, des mères de familles monoparentales. La libération de la parole a produit une pensée originale et digne, celle de nouveaux sans culottes, qui aura sa traduction politique dans les prochaines années : la finalité de ce livre n’est pas de proposer une analyse fondée sur une enquête de longue durée mais d’en fixer la mémoire, principalement à travers la reprise de textes d’origines diverses.

Pétitions, appels, cahiers de doléances, chansons, témoignages spontanés, articles et autres documents issus des Gilets Jaunes sont ainsi rassemblés et présentés. Ils témoignent de cette insurrection citoyenne, mais aussi de la richesse et de la profondeur d’un mouvement qui, quelle qu’en soit son issue, s’inscrit déjà dans la mémoire collective du combat séculaire pour l’émancipation.

x 16 13 240 p. La rue était noire de jaune
500 slogans, tags, affiches, pancartes, dessins, photos, banderoles...
T
doc gilets jaunes novembre 2019 14/11/19 9782365122313 du Croquant Politique et société 8,90 € 8.9 présent à Plume(s)
AA AA
Longtemps c’était la vie sous un couvercle de plomb. Mais sous le lourd manteau des routines, la colère courait en vagues souterraines. On n’entendait à peine ses brisures sur les falaises sans fin du monde de l’officialité. Tout juste ce frisson parfois à la surface des choses. Et de temps à autres les médias domestiques évoquaient la « grogne » des animaux sociaux. Qu’ils étaient nuls et impuissants à rendre leur cause aussi fraîche et pimpante qu’une giclée de peur des musulmans, des impôts qui font fuir, ou des arnaques à la sécurité sociale. Ces salauds de pauvres, enfin appelés par leur nom de gens de « rien » selon le Président en personne, pouvaient bien mourir plus nombreux dans la rue que les ouvriers à leur poste de travail. Fallait-il pour autant engager la compétition des souffrances avec les gosses qui naissent sans bras ou les guyanais qui boivent du mercure dans la rivière ? Tous ont donc préféré de longue main la méditation sur la course au trois pour cent maximum de déficit public comme bon sandwich pour nourrir l’appétit des zombies qui les écoutent d’habitude. Soudain la terre a tremblé. Une terrible déchirure a partagé le sol ferme. Une lave brûlante a jailli. Voici pendant dix neuf semaines sans pause « Jojo le gilet jaune » à égalité avec les ministres et les députés. Et même avec les journalistes ! « Vous n’êtes pas un vrai gilet jaune » glapit une star des people-tronc de la télé. Celui-là trouvait son interlocuteur trop intelligent pour être du peuple. « Vous n’êtes pas un vrai journaliste » réplique sans hésiter le supposé pithécanthrope. Ah belles gens que vous avez peur ! Elle vous affole « la foule haineuse » dénoncée par le président-enfant-roi pour ses voeux de robot en quasi panne de batterie. Grossiers personnages que le volcan a craché dans vos jardins à la française. Quoi ! Repeinte par vos soins en antisémite, homophobe, violente et pillarde, « la grogne » se moqua comme d’une guigne de vos rayons paralysants traditionnels. Rien n’y fit. Rien n’y fait. Ces hordes continuent à défiler dans vos quartiers. Parfois un de vos restaurants prend feu dans les tirs croisés de grenades et de fumigènes. Abomination ! « Qu’est devenue la France ? » pleurez-vous dans vos mouchoirs en soie, en vous tordant les mains de désespoir ! Chaque jour où les rustres tiennent la rue vous humilie. Comme celui où l’ONU classa notre pays entre Haïti et le Venezuela pour ce qui est du respect des opposants. « Nooooon, pas le Venezuela ! » Vous hurlez de douleur ! Vous avez tant insulté le Venezuela. Vous y voici assimilés ! Quelle délicieuse humiliation vous est infligée. Comme un de ces coups de fouets sur les opposants que donnent vos amis d’Arabie saoudite. Quelle énorme farce quand ce journaliste dénonce sur un plateau de télé mes manigances avec l’ONU et le Venezuela pour obtenir de Michèle Bachelet la condamnation de la France pour ses méthodes de répression sauvage. L’info de ce déshonneur cingle comme de l’eau froide sur des pierres chaudes. Hurlements des premiers rangs ! BHL propose l’invasion de l’ONU. Ou d’un autre pays arabe, à titre de compensation. Pourtant, rien n’y fait ! Tout le monde s’en fout ! L’autorité de tout le clergé macroniste est égale à zéro ! Les importants se montent le bourrichon entre eux, sans aucune conséquence sur la troupe. La masse. Le grand nombre des « gens qui ne sont rien ». Tout le monde s’en fout, seigneurs et gentes dames de la haute. De vous, de vos leçons de morale, de vos indignations à géométrie variable. Vos éborgneurs, mutilateurs et juges à la chaîne meurtrissent dans le tas chaque semaine. En vain. Castaner et Belloubet sont devenus les bottes ferrées haïes des deux mille blessés, vingt-deux éborgnés, cinq amputés et les familles des douze morts de ces événements. Mais ils ne réussissent même pas à imposer la peur. Grand débat gros bla bla rien n’y fait ! Macron, parle à mon gilet jaune, mes oreilles sont bouchées. Ecoute, à certaines heures le samedi, ce bruit terrible qui vient du cratère ! La terre s’est ouverte. Des lèvres de sa fracture montent des mots en grappe, comme des fumées venues de l’enfer des pauvres. C’est le rugissement du peuple ! Les mots volent à tire d’ailes de tous côtés. Leur vibration froisse l’air glacé du royaume de l’égoïsme. Semaine après semaine tout un discours, long et charpenté s’est déployé en suivant ces chemins improbables. Le voici formulé sur le dos des gilets jaunes, sur les affiches improvisées, sur les murs nus, au sol et dans les chansons. Je crois que c’est une première absolue. Ce livre y fait écho. Quand et où, avant cela, a-t-on dit autant de choses ? Et de cette manière. Tout est nouveau dans cette insurrection. C’est d’abord cet acteur de l’histoire qu’aucune définition n’avait prévu. Ni prolétaire des usines, ni syndicaliste connu, ni camp politique bien découpé. Juste « le peuple », celui qui a besoin pour survivre de ces réseaux collectifs que l’on retire de sous ses pas dans ces zones vidées de services, vidées de voisinage. Voici le visage blême des abandonnés à l’amertume d’un quotidien sans horizon ni humanité. Ces exilés de l’intérieur, en pleine ville ou au milieu des « zones pavillonnaires », sur le palier de cet immeuble ou sous le porche de cet autre. Une France qui a faim. Qui ne se soigne pas. Qui ne sort jamais pour rien d’autre que le boulot rare et précaire ou les trajets millimétrés par la pompe à essence. Soyez maudits grands de la terre ! Un samedi après l’autre sans limite, sans calendrier, les canuts sont de retour. « Notre règne arrivera quand votre règne finira  ». Un point c’est tout et d’ici là on ne lâche rien. Monstrueuse indifférence au temps. Le mouvement est son propre principal message. Alors, l’insurrection citoyenne est un moment de poésie politique. C’est-à-dire un surgissement, une création. Les strophes sont dans les cris, les slogans et les messages en papier en peintures, en graph, en chansons impertinentes (« Benalla, Benalla, et même si vous ne voulez pas y a Benalla ») ou crânement grossières (« Emmanuel Macron, oh tête de con... »). Tous brisent les murs, les interdits, les convenances, les résignations. Et ce chemin se fait en cheminant.
Jean-Luc Mélenchon
x 12,5 19 140 p. La victoire des vaincus
à propos des gilets jaunes
T
Plenel Edwy essai gilets jaunes 2019 07/03/19 9782348042874 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La révolte des gilets jaunes est un événement inédit, inventif et incontrôlable. Comme tout surgissement spontané du peuple, elle déborde les organisations, bouscule les commentateurs, affole les gouvernants. Comme toute lutte collective, elle s’invente dans une création politique autonome où l’auto-organisation est maître du jeu. Comme toute mobilisation populaire, elle brasse la France dans sa diversité, avec ses solidarités et ses préjugés, ses espoirs et ses aigreurs, ses beautés et ses laideurs.

Prenant le contrepied de la morgue sociale qui s’est déchaînée face à un peuple rabaissé au rang de foule, cet essai veut en déchiffrer l’énigme en mêlant l’histoire immédiate et la longue durée. Né d’un refus de l’injustice fiscale et d’une exigence sociale d’égalité, ce mouvement s’est emparé de la question démocratique centrale, celle du pouvoir présidentiel qui confisque la volonté de tous. C’est cette audace républicaine qu’une répression policière sans équivalent lui fait payer.

L’avenir n’est pas écrit, et le cours des événements dépendra de l’action de celles et ceux qu’ils convoquent. Aussi ce livre est-il une alarme face à la fuite en avant d’un pouvoir affolé qui, pour se légitimer, a choisi de jeter les gilets jaunes dans les bras de l’extrême droite. Si cette catastrophe advenait, en seraient aussi responsables tous les tenants d’une République démocratique et sociale qui auront préféré tenir à distance cet inédit, plutôt que de mener la bataille de l’égalité auprès des gilets jaunes.

x 15,5 21,5 216 p. Gilets jaunes : hypothèses sur un mouvement T AOC essai gilets jaunes 2019 22/01/19 9782348043703 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 12,00 € 12 présent à Plume(s)
AA AA
Dès le début de ce mouvement social et politique inédit, AOC a demandé à des chercheurs, des intellectuels, des artistes d’éclairer l’événement à la lumière de ce qu’ils savaient déjà, au regard de leurs travaux antérieurs.

Gilets jaunes : hypothèses sur un mouvement réunit, par ordre chronologique, vingt-cinq textes de sociologues, géographes, historiens, philosophes, politistes, juristes, économistes et écrivains.

Avant-propos, par Sylvain Bourmeau
Voir les « gilets jaunes » comme des citoyens mobilisés contre l’écologie serait une erreur. Entretien avec Alexis Spire
« Gilets jaunes » vs. Macron : la transition écologique dans l’impasse, par Maxime Combes
L’ordre, le retour, par Bertrand Leclair
Face au mépris social, la revanche des invisibles, par Serge Paugam
La transformation des colères en politiques est-elle possible ?, par François Dubet
Les « gilets jaunes » ou le discrédit de la démocratie représentative, par Philippe Marlière
Samedi, j’ai insurrection : neuf leçons à tirer d’un mouvement intermittent, par Sandra Laugier et Albert Ogien
Les « gilets jaunes » : crise politique ou crise de régime ?, par Dominique Rousseau
La France contrainte des « gilets jaunes », par Samuel Depraz
Les « gilets jaunes » ou l’enjeu démocratique, par Michèle Riot-Sarcey
Les « gilets jaunes » en campagne – une ruralité politique, par Ivan Bruneau, Julian Mischi et Nicolas Renahy
L’État face aux « gilets jaunes » : la gestion policière du social, par Christian Mouhanna
Les syndicats dans la roue des « gilets jaunes » ?, par Karel Yon
Les « gilets jaunes » et la Révolution française : quand le peuple reprend l’histoire, par Guillaume Mazeau
Les « gilets jaunes », et après ?, par Francis Wolff et Tristan Garcia
« Égoïstes, imbéciles, illuminés, poujadistes, vulgaires » : les « gilets jaunes » vus depuis une certaine haute fonction publique, par David Guilbaud
L’homme ne vit pas que de gasoil !, par Gérard Bras
Abécédaire de quelques idées reçues sur les « gilets jaunes », par Yves Citton
Ce que devrait savoir le Président, par Julien Fretel et Michel Offerlé
Les vertus de l’inexplicable, par Jacques Rancière
Pas de pouvoir sans consentement, par Olivier Christin
La condition périurbaine, par Michel Lussault
La France à l’horizontale, par Julia Cagé
Du bon usage de la consultation nationale, par Bruno Latour
Bikini rouge sur fond jaune, par Éric Chauvier

x 12,5 19 185 p. In girum
les leçons politiques des ronds-points
T
Jeanpierre Laurent essai gilets jaunes août 2019 29/08/19 9782348043765 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

In Girum imus nocte et consumimur igni.« Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes consumés par le feu. » Qui aurait pu imaginer que cette locution latine, palindrome à l’origine incertaine, livrerait aujourd’hui la tonalité d’une vaste contestation et, au-delà, l’allégorie d’une époque ?

En novembre et décembre 2018, ont en effet surgi sur les ronds-points de France des dizaines de milliers de gilets jaunes. S’ils y ont brûlé des feux conjugués de leurs colères, de leurs espoirs et d’une implacable répression d’État, ils y ont aussi entamé une longue marche giratoire autour d’un autre foyer : celui d’une politique ancrée dans le local, où s’articuleraient autonomie, écologie et justice sociale. Une politique de la Commune, ou plutôt des communes, qui ne serait plus seulement une lubie d’anarchistes ou de révolutionnaires sans révolution, mais un appel auquel les mouvements sociaux du futur auront à répondre.

Pour en entendre d’ores et déjà la rumeur, il faut s’essayer à une lecture d’ensemble du soulèvement jaune. Comprendre comment une mobilisation imprévue a mis en crise les habitudes éculées de la lutte. Expliquer pourquoi ce mouvement s’est tenu à l’écart des idéologies, parvenant, en définitive, à politiser des groupes populaires et périurbains jusqu’alors réfractaires à la politique. Et finir par inscrire l’événement dans une série de protestations qui font des potentialités libératrices et démocratiques du « proche » un nouvel enjeu d’imagination politique.

x 16 24 176 p. Mouvements n° 101 : Vive Les Communes !
Des ronds-points au communalisme
T
doc démocratie, gilets jaunes mars 2020 05/03/20 9782348059087 la Découverte Revue Mouvements Politique et société 16,00 € 16.00 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le mouvement des gilets Jaunes a remis la question démocratique au cœur du débat public : du RIC à l’assemblée des assemblées, cette lutte a exprimé une volonté de reconquête de la souveraineté populaire. Comment ces aspirations ont-elles travaillé les pratiques démocratiques du mouvement ? Ont-elles contribué à repenser le local comme un espace politique à investir ? Les élections municipales peuvent-elles constituer un débouché ? Cette actualité vient interpeller des expérimentations qui se déroulent aux quatre coins du monde depuis des décennies, du municipalisme au communalisme, qui dégagent d’autres façons d’envisager la répartition du pouvoir à l’échelle locale.


Depuis novembre 1998, la revue Mouvements alimente le débat social culturel et politique dans une perspective résolument ancrée à gauche. Elle est animée par une équipe pluraliste, tant par les profils socioprofessionnels que politiques.

Mouvements scrute avec attention les transformations qui agitent notre société. Des questions aussi diverses que la flexibilité du travail, l’école, les transformations à l’Est, l’expertise, la famille, l’alternative au social-libéralisme, le Hip-Hop, l’humanitaire ont fait l’objet de dossier fouillés et originaux.

Mouvements travaille à sa façon à une refondation de la pensée de la gauche. Cela implique de promouvoir une démarche résolument réformatrice accrochée à un horizon radical de transformation sociale. Une démarche qui associe en permanence la résistance et le projet, la protestation et l’alternative, l’audace et le réalisme transformateur.

x 12 19 125 p. Une juste colère
interrompre la destruction du monde
T
Baschet Jérôme essai effondrement, gilets jaunes septembre 2019 12/09/19 9791097088170 Divergences Imaginaires Subversifs Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Si l’on récuse l’idée d’un effondrement fatal et déjà acquis, la mise en évidence d’une dynamique de crise structurelle implique que l’emprise du monde de l’économie peut continuer à se perpétuer, quoiqu’au prix d’une décomposition politique et sociale, d’une pression sur les "ressources humaines" et d’une dévastation écologique sans cesse exacerbées.

Écrit sous l’effet du soulèvement des Gilets jaunes, le présent livre argumente que ce mouvement, tout comme les mobilisations pour le climat dont l’essor est presque simultané, est annonciateur de nouvelles formes d’explosion sociale qui sont vouées à se multiplier au cours des années à venir.

x 13,5 20,5 198 p. Flic et gilet jaune T Cassiau-Haurie Laurent témoignage police, gilets jaunes 2019 01/06/19 9782377892242 Encre Rouge Politique et société 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA
L’auteur, flic de son état, victime des travers de son administration, raconte la suite de son premier livre La police m’a tué. C’est en toute logique, mais aussi par nature et tempérament qu’il a rejoint les gilets jaunes. Placé des deux côtés de la révolte, partageant les raisons et le cœur des mécontentements, il analyse et donne son sentiment sur ce mouvement mais aussi sur l’institution policière décriée, avec le recul et l’expérience acquise après 35 ans de carrière et d’épreuves. Ce livre est un cri du cœur et un appel au retour des valeurs modestes, simples et de bon sens. Tout ce qu’on a vu, entendu et cru s’éloigne peu à peu, devant les nouveaux paradigmes sociétaux et dogmes économiques. Certes, ils étaient déjà présents mais ne s’imposaient pas comme des évidences. À balayer le pays, la nation, le passé et son identité, on joue avec le feu. À mentir et manipuler, on dissout la parole publique déjà fortement décrédibilisée. À cantonner le débat, le réduire au silence, caricaturer les oppositions, dénaturer les propos, on fabrique de la frustration et de l’aigreur. Il est des moments où l’on ne peut plus se taire, ne rien dire, ne plus attendre. C’est l’avis d’un flic et d’un gilet jaune qui tente d’assumer ses idées en toute cohérence.
x 8,5 12 160 p. Le petit livre des Gilets Jaunes T Vandepitte Florent doc gilets jaunes 2019 25/04/19 9782412047705 First Politique et société 2,99 € 2.99 présent à Plume(s)
AA AA
Depuis plusieurs années, en France, aucune révolte citoyenne n’avait atteint l’intensité de celle des gilets jaunes. Après un bref rappel de la chronologie des événements, cet ouvrage expose les principales clés de voûte du mouvement : Qui en sont les chefs de file ? Quels sont les précédents dans l’Histoire de France ? Quel est le rapport des gilets jaunes aux médias ? En neuf « actes », l’auteur nous permet de comprendre l’histoire, brève mais dense, des gilets jaunes.
x 14,5 22 227 p. Rester digne
Pourquoi je me bats
T
Levavasseur Ingrid et Anizon Emmanuelle témoignage gilets jaunes septembre 2019 04/09/19 9782081494749 Flammarion »» ARTHAUD - COLL Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA
Le 17 novembre 2018, Ingrid Levavasseur, comme des milliers d’anonymes excédés, manifeste contre la hausse du prix du carburant. Ce jour-là, le peuple des travailleurs pauvres qui n’avait jamais fait la une des médias décide de se faire entendre : le mouvement des gilets jaunes est né. Très vite, l’aide-soignante en devient une figure. Parce qu’elle parle vrai, avec son cœur et ses tripes. Voici l’histoire d’une femme qui s’est toujours battue. Dans ce livre, elle revient sur son parcours de petite fille maltraitée qui a fui le domicile familial à 16 ans, d’ex-obèse qui a réussi à vaincre ses 50 kilos de trop, d’ex-compagne malmenée qui élève seule ses deux enfants, d’aide-soignante qui a démissionné et dénoncé des conditions de travail indignes. Elle lève le voile sur les six premiers mois du mouvement, la fraternité des débuts, les guerres d’ego et les trahisons, les coulisses rocambolesques de la campagne aux élections européennes, la folie des médias, le machisme des uns, la violence des autres, sur les réseaux sociaux comme dans la rue. Aujourd’hui présidente d’associations et engagée pour les municipales, Ingrid Levavasseur a quitté les gilets jaunes, dont elle a publiquement dénoncé les dérives, mais pas son combat pour une société plus juste.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |