Maxime Vivas - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Maxime Vivas

Maxime Vivas

Écrivain et cyberjournaliste, ex-référent littéraire d’Attac-France, il a publié sept livres (romans, polars, humour, essai), des nouvelles et des centaines d’articles traduits en plusieurs langues sur des dizaines de sites Internet. Il écrit également pour la presse quotidienne et assure chaque semaine une chronique littéraire sur Radio Mon Païs à Toulouse.

Il a notamment écrit deux recueils (collectifs) de nouvelles publiés suite à la catastrophe d’AZF : Toulouse, sang pour sang (Le Corbeau, 2001) et AZF, Toulouse sang dessus dessous (Loubatières, 2001). Il a également participé avec Danielle Bleitrach et Victor Dedaj à l’ouvrage Les États-Unis de mal empire (Aden, 2005).

Il a reçu le prix Roger Vailland 1997.


5 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20 272 p. La face cachée de Reporters sans frontières T Vivas Maxime essai international, société 2007 16/11/07 9782930402697 Aden Grande Bibliothèque Politique et société -médias 20,30 € 20.30 présent à Plume(s)
AA AA

De la CIA aux faucons du Pentagone

Voici, détaillés dans ces les fréquentations douteuses, les financements honteux, les hargnes sélectives, les indulgences infondées, les tentatives de dissimulations, les manipulations des chiffres, les mensonges réitérés de Reporters sans frontières, le tout au service d’une cause sans rapport avec les objectifs affichés. Observons son ardeur au travail contre les pays pauvres que l’Occident veut soumettre et son silence face aux concentrations économiques dans les médias des pays riches. Notons sa mansuétude envers les « bavures » de l’US Army, ses « oublis » dans la comptabilisation de journalistes qui en sont victimes.

Ce livre dévoile les paravents de la CIA qui alimentent RSF en dollars : le Center for a Free Cuba et la National Endowment for Democracy (NED) via l’United States Agency for International Development (USAID).

Et il n’y a pas qu’eux : l’Open Society Institute du milliardaire et magnat international de la presse George Soros, ami personnel de Bush, qui s’agite partout où peut être mis en place un gouvernement pro-états-unien, fait partie aussi des généreux financiers de RSF.

Alors, RSF ??? Association humanitaire ou bras médiatique européen de la CIA et des faucons du Pentagone ?

x 14,5 20,5 110 p. Chicharra et les vautours T Vivas Maxime roman commerce équitable 2010 30/04/10 9782916422213 Griffon bleu »» On Ré-Agit ! Jeunesse -littérature 7,00 € 7.00 épuisé
AA AA

Certes, il y a la pureté de l’air, les grands sapins protecteurs, les vertes fougères, la vue incomparable sur plusieurs vallées, l’aigle royal, les marmottes et, de temps à autre, les passages à cheval, sur le sentier forestier, d’une jeune fille aux yeux verts.

Mais Pierre souffre de solitude dans sa grange transformée en habitation, à flanc de montagne. De plus, il est régulièrement harcelé par un voisin hargneux. Il ne voit pas comment échapper à son triste destin, jusqu’au jour où son copain Manolo va lui ouvrir les portes d’un avenir exaltant.

Grâce à son cousin, le chanteur Chicharra, Manolo veut créer avec Pierre un commerce de produits dérivés à l’effigie de l’idole des foules. Partout dans le monde, Chicharra chante en faveur des enfants esclaves. Avec son physique qui emprunte à la fois à Arthur Rimbaud et à Che Guevara, il porte l’émotion au cœur de son public. Les jeunes filles affichent son portrait dans leurs chambres et les garçons ne sont pas jaloux de sa beauté.

Les deux amis vont inonder le monde avec leurs produits marqués par la signature et le portrait de Chicharra : briquets, écharpes, tee-shirts, agendas, autocollants, badges, posters, cartes postales, stylos, casquettes, bobs, porte-monnaie, montres, réveille-matin, médailles, statuettes, cendriers, pochettes d’allumettes, etc. Les commandes affluent et l’argent aussi. La moitié des bénéfices sera versée à un orphelinat de Bolivie.

Pierre et Manolo sont jeunes, purs et naïfs. Très vite, pourtant, ils vont découvrir que le commerce international est un vrai métier et qu’on peut y rencontrer des adultes sans scrupule. Le rêve menace de virer au cauchemar.

Alors, Chicharra n’hésite pas à voler au secours des deux amis. Il ignore que, dans cette affaire, il s’est lui-même exposé à un terrible danger.

x 11 21 200 p. Les mondes d’après T Vivas Maxime, Denhez Frédéric, Testart Jacques, Ariès Paul, Vargas Fred, Bernier Aurélien, Gicquel Michel, Leroy Jérôme et Morel-Darleux Corinne nouvelles 2011 01/01/11 9782354721176 Golias Littérature -poches 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le grand spectacle du Grenelle de l’environnement avait besoin d’un slogan, d’une phrase accrocheuse, d’un libellé vendeur. Une agence de communication, sans doute grassement payée, a trouvé une idée superbe : « Avec le Grenelle Environnement, entrons dans le monde d’après ». Bien. Très bien. Tellement bien qu’on peut s’en resservir, histoire d’optimiser les dépenses publiques. « Les mondes d’après » sera donc le titre d’une modeste contribution au Grenelle du président Nicolas Sarkozy.

Puisque chaque citoyen doit devenir acteur de cette formidable révolution après laquelle « rien ne sera plus comme avant », pourquoi ne pas plancher sur ce monde, l’imaginer, le rêver, nous y préparer ? A quoi pourrait bien ressembler notre futur proche, une fois repeint en vert ?

Regarderons-nous sur écran plat basse consommation les documentaires d’Arthus-Bertrand dans le nid douillet de nos habitations haute qualité environnementale ? Serons-nous accablés par les tempêtes, les inondations, les températures extrêmes, les reportages télé ou les productions cinématographiques aux allures de film catastrophe ? Devrons-nous subir un totalitarisme « vert » fait de taxes carbones, d’interdictions, de surveillances, de spoliations au nom de la protection de l’environnement ? Une nouvelle déferlante technologique dans la santé ou l’alimentation ? Ou bien la révolution se limitera-t-elle simplement à faire la même chose, en pire ? Le capitalisme, plus les énergies renouvelables, en quelque sorte.

Chacun a son avis sur la question. Ses rêves ou ses peurs. Ses a priori. Voici les nôtres, sous forme de nouvelles, dans lesquelles la fiction se mêle souvent à la réalité. Nous sommes un rassemblement improbable d’auteurs "sérieux", de romanciers, d’environnementalistes, de militants, de journalistes, chacun de nous cumulant souvent plusieurs de ces casquettes. Nous n’avons pas les mêmes origines ni les mêmes appartenances, et tant mieux ! Mais malgré nos différences, au moins trois choses nous rassemblent. Nous croyons que l’écologie est politique. Nous croyons que l’écologie doit être sociale. Et nous croyons à l’intelligence des "vrais gens" contre le discours formaté des grands penseurs et des grands médias. La lutte contre la pensée unique passe par les tribunes, les réseaux alternatifs, les salles de réunions, les manifestations, les livres "sérieux". Mais elle peut aussi prendre des chemins de traverse. En voici un, dans lequel nous nous sommes aventurés. Chacun y trouvera ce qu’il souhaite, mais pour notre part, nous y avons déjà trouvé l’essentiel : du sens et du plaisir. Deux ingrédients sans lesquels l’engagement ne rime à rien.

x 12 21 70 p. L’irrésistible déchéance de Robert Ménard
candidat du Front national
T
Vivas Maxime enquête médias 2013 19/08/13 9782918721284 Arcane 17 Politique et société -médias 7,00 € 7.00 présent à Plume(s)
AA AA

C’est pour l’avoir lu, vu et écouté depuis des années que je peux tracer le vrai portrait de Robert Ménard : déguisé en chevalier blanc, il savate les faibles au coin des rues sombres, en Zorro, il offre son épée aux latifundistes, en Astérix, il fréquente le camp de Babaorum, en Tintin, il accuse les tziganes d’avoir volé les bijoux de la Castafiore, en Don Quichotte, il monte à l’assaut des bidonvilles, en Abbé Pierre, il shoote dans les abris en carton, en Gandhi, il soufflette ses contradicteurs, en Voltaire, il partage ses propres idées et se battra pour pouvoir les exprimer partout, en Robin des Bois, il prend l’argent des riches pour donner des coups aux pauvres. En d’Artagnan, il s’écrierait peut-être : « Le Pen pour tous, tous pour Le Pen ! ».

Maxime Vivas poursuit son travail de démystification sur Robert Ménard alors que ce dernier tente de se construire un destin politique à Béziers, où il a décidé de se présenter aux municipales usant de relais locaux FN. Décortiquant les déclarations de Ménard, les confrontant aux faits, cet essai est un livre à charge contre l’ancien secrétaire général de RSF. D’une brûlante actualité !

x 14 14 160 p. Marine le Pen amène le pire T Vivas Maxime et Vivas Frédéric essai extrême droite 2014 24/02/14 9782354722227 Golias Politique et société 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Ce livre est une compilation serrée de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Est ici démontrée la difficulté pour Marine Le Pen à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables.

Est pointée la distorsion entre le discours public du FN ripoliné et son programme, entre son programme et les objectifs réels,malgré les habiletés tribuniciennes.

Est mis en relief son fiasco dans les villes qu’il a gérées naguère.

Sont enfin listées les nombreuses condamnations par la Justice de dirigeants et d’élus du parti « Tête haute et mains propres ».

Toutes les informations sont sourcées. Le texte est suivi d’un abécédaire et d’un document chiffré sur l’immigration.

Préface de Paul Ariès


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |