Rafi Segal - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Rafi Segal

Rafi Segal

Architecte israélien.

Voir en ligne : https://rafisegal.com/


1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 16 24 191 p. Une occupation civile
La politique de l’architecture israélienne
T
Weizman Eyal et Segal Rafi doc Palestine, occupation 2004 01/03/04 9782910735845 Verdier Collection Jardins et paysages International -Moyen Orient 32,45 € 32.45 sur commande ?
AA AA
Ce livre traite de politique et d’architecture- de leurs interactions, de leurs intersections. Une occupation civile. La politique de l’architecture israélienne est la somme de travaux d’architectes, d’universitaires et d’auteurs israéliens, qui permet d’examiner le rôle de l’architecture israélienne dans le conflit du Moyen-Orient. À travers des essais, des cartes et des photographies, Une occupation civile démontre comment l’architecture et l’urbanisme sont, en un siècle, passés du statut d’activités professionnelles banales à celui d’instruments tactiques et d’armes stratégiques. Depuis le début du XXe siècle, le projet déclaré du sionisme consistait à bâtir un foyer national pour le peuple juif sur la terre d’Israël. Depuis l’offensive d’implantation des années trente, fondée sur les villages de type Homa Oumigdal (mur et tour) en passant par la planification totale de l’État d’Israël peu après son indépendance, jusqu’à la colonisation des territoires occupés de 1967 à ce jour - l’architecture israélienne a été l’instrument concret de la réalisation du projet sioniste, exactement à l’image de son objectif utopique. La controverse politique et professionnelle qui a suivi l’interdiction de la première édition de cet ouvrage par son éditeur originel, l’Association israélienne des architectes unis, est la preuve flagrante que l’architecture n’est absolument pas une activité innocente. Puisque Israël peut être considéré comme l’un des laboratoires les plus radicaux de notre époque, les questions que pose ce livre doivent être étudiées dans un contexte bien plus large : la politique de l’architecture israélienne n’est finalement pas différente de la politique de toute architecture.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |