Romance provinciale - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

13,20 €  
Romance provinciale

Auteur Kornel Filipowicz
Editeur : Les Allusifs
rayon : Littérature
support : Livre
type : roman
ean : 9782922868647
parution : mars 2008
dimensions : 96 pages ; 12 × 20 cm
prix : 13,20 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 2008
réserver

Au premier temps de la valse, cette scène de la vie de province apparaît comme le lointain reflet d’un roman trop connu et à peine déformé : Varsovie remplace Rouen, Emma est professeur de piano et Fabian, son séducteur, est en quelque sorte un aristocrate de l’esprit, Charles est un bâtisseur d’immeubles aussi mornes que lui, on devine même le brave Homais derrière « la femme du pharmacien » et, enfin, l’arsenic se change en quinine. Il ne manque pas non plus les deux autres ingrédients que sont l’ennui d’une petite ville de province et la passion de la chair.

Au deuxième temps de la valse, le tableau s’enrichit de quelques tons de gris, particularités de la province polonaise des années 1950 : les queues devant les magasins, la pénurie, certes, mais aussi les artistes au service de la propagande d’État. Écrasée par l’autoritarisme de sa mère impotente, Elzbieta donne des cours de piano, la vie baigne dans un univers tchékhovien, à la fois résigné et rempli d’improbables espoirs. Mais l’inattendu se produit bientôt, quand un poète, Fabian Milobrzeski, arrive en ville pour une soirée de lectures. Le poète se met en tête de séduire Elzbieta. Au troisième temps de la valse, la nuit peut commencer.

À PROPOS
« Kornel Filipowicz fut dans la littérature polonaise le seul continuateur inventif de la manière d’écrire de Tchekhov. C’était le même regard incisif, la même ironie, une vision du monde comparable. Et la même virtuosité. » Jerzy Pilch | auteur de Sous l’aile d’un ange

EXTRAIT
« Pourquoi Elzbieta se rendait-elle à Varsovie ? Avait-elle l’espoir que Milobrzeski l’aiderait ? L’homme avec lequel une femme a dormi une fois lui devient proche. Il semble qu’il y ait des choses qu’on ne peut dire qu’à l’homme avec lequel on a passé une seule nuit, et qu’on ne révélerait jamais à celui qu’on connaît depuis dix ans. »


l’auteur :
Kornel Filipowicz : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |