Grain de sable sous le capot - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : société, Plume(s) présente aussi :
Quelles solutions pour nos déchets nucléaires ?   Éloge de la désobéissance   Télé Millevaches   Penser, agir   L'audace des entrepreneurs sociaux   Une brève histoire de l'extinction en masse des espèces   Je n'ai jamais rencontré Mitterrand, ni sa femme, ni sa fille   Les droits sociaux dans une Europe élargie  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-entreprises, travail, syndicalisme | Pratique

23,40 €  
Grain de sable sous le capot

Résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003)

Auteur Marcel Durand
Editeur : Agone
collection : Mémoire{{S}}ociales
rayon : Politique et société    -entreprises, travail, syndicalisme
support : Livre
type : mémoires
thème : société
ean : 9782748900606
parution : octobre 2006
dimensions : 432 pages ; 12 × 21 cm
imprimé en France
prix : 23,40 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 2008
réserver

Préface de Michel Pialoux. Réédition revue et augmentée (première édition La Brèche, 1990).

D’autres ouvriers auraient pu écrire cette chronique de la chaîne à Peugeot-Sochaux, que j’ai signée du pseudonyme de Marcel Durand pour ne pas m’approprier cette mémoire collective. Je prenais des notes à l’occasion d’événements marquants : prises de gueule avec le chef, rigolades entre collègues, débrayages, grèves. Je voulais garder une trace de cette vie à la chaîne, décrire l’ambiance du travail. Pour moi. Pour les copains de galère aussi. Pour faire une sorte d’album de famille de la dizaine de vrais copains de la Carrosserie.

Huit heures par jour au boulot, ce n’est pas rien. Même si on résiste, la chaîne déteint sur nous. En ville, on continue de courir comme si on était toujours à s’agiter autour des carcasses de bagnoles. On parle fort parce que les machines ne s’arrêtent jamais de nous vriller les oreilles. On laisse des plumes au boulot. Plusieurs copains y ont laissé leur peau.

Écrit par un ouvrier de Sochaux qui a passé trente ans en chaîne, ce livre raconte la vie au jour le jour d’un OS de base. Il montre comment l’usine ne cesse d’exercer sa violence et comment une résistance, à la fois spontanée et organisée, se manifeste sous des formes toujours nouvelles face aux « innovations » du management.
La singularité de ce texte tient à ce qu’il nous fait entendre la voix d’un « ouvrier ordinaire », c’est-à-dire celui qui d’habitude n’est pas entendu parce qu’il n’a pas de légitimité particulière pour prendre la parole.
L’auteur, Hubert Truxler (alias Marcel Durand), incarne la figure du travailleur récalcitrant, conscient qu’il vaut autant que les autres.


Parution : 13/10/2006
Collection MémoireSociales




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |