La fabrique scolaire de l’histoire - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : école, Plume(s) présente aussi :
La rédaction   Pédagogie et révolution   La nouvelle école capitaliste   Une éducation sans école   ...Et je ne suis jamais allé à l'école   Collège brutal   Changer l'école   Le premier jour de classe  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-école | Pratique

16,30 €  
La fabrique scolaire de l’histoire

Auteurs Laurence De Cock
Emmanuelle Picard
Editeur : Agone
rayon : Politique et société    -école
support : Livre
type : essai
thème : école
ean : 9782748901061
parution : septembre 2009
dimensions : 160 pages ; 12 × 19 cm
prix : 16,30 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 24 septembre 2009
réserver

Depuis la révolution française, l’enseignement de l’histoire s’est vu associé à la construction d’une identité nationale. En prenant la forme d’un récit ethnocentré, l’histoire scolaire devait permettre l’intégration de tous les futurs citoyens, quelles que soient leurs identités originelles, dans un ensemble politique unique. Une historiographie nationale standardisée venant affermir la légitimité d’une histoire majoritairement franco-française.

Depuis le XIXe siècle se sont multipliées les contestations de la validité de ce « roman national » par les groupes qui s’en sentaient exclus : immigrés, femmes, ouvriers, « minorités régionales », etc.

Aujourd’hui, dans une période favorable à la reconnaissance des « identités plurielles », les exclus de cette fabrique de l’histoire réclament l’ajustement des programmes scolaires et critiquent le roman national vu comme un instrument de domination. Les nouveaux programmes du collège prétendent décentrer les points de vue en accordant une place substantielle à l’histoire d’autres aires géographiques. Ne risque-t-on pas, sous couvert d’une volonté d’inclusion, de reléguer autrement ces absents du roman national ? C’est ici la question d’une histoire commune et donc de l’universalité qui est en jeu.

Au sommaire

À quoi sert l’enseignement de l’histoire ?
Evelyne Héry, « Le temps dans l’histoire scolaire »
Patricia Legris, « Sociologie des producteurs de programmes en France »

La difficile intrusion du social dans la « vulgate scolaire »
Marc Deleplace, « Comment enseigne-t-on la Révolution française ? »
André Loez et Marie-Albane de Suremain, « Culture de guerre, culture coloniale »

Les résonances scolaires des débats publics
Françoise Lantheaume, « L’histoire coloniale, un passé problématique »
Jean-François Bossy, « L’enseignement de la Shoah »

Perspectives : Pour un roman post-national ?
Thierry Aprile, « Le manuel franco-allemand »
Charles Heimberg, « Pour une nouvelle grammaire de l’histoire scolaire »


les auteurs :
Laurence De Cock : +
Emmanuelle Picard : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |