Joe Hill - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : syndicalisme, Plume(s) présente aussi :
Comment nous avons résisté à la multinationale Molex   La force du collectif   Vision anarchiste et syndicaliste   Via Campesina   Les LIP   Lina Crétet   Les mauvaises gens   Millau 1911  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-entreprises, travail, syndicalisme | Pratique

20,00 €  
Joe Hill

Les IWW et la création d\’une contre-culture ouvrière révolutionnaire

Auteur Franklin Rosemont
Editeur : CNT-RP
rayon : Politique et société    -entreprises, travail, syndicalisme
support : Livre
type : histoire
thèmes : société américaine | syndicalisme
ean : 9782915731200
parution : novembre 2008
dimensions : 547 pages ; 16 × 24 cm
prix : 20,00 €
disponibilité : épuisé
arrivé à Plume(s) : 10 février 2010

Immigré, hobo, songwriter, simple militant de base fusillé par l’Etat de l’Utah en 1915, Joe Hill symbolise le syndicalisme révolutionnaire des Industrial Workers of the World.

Fondé en 1905, sous les auspices de grandes personnalités du radicalisme ouvrier aux Etats-Unis (Mother Jones, Lucy Parsons ou Eugene Debs, entre autres), l’IWW écrivit les plus belles pages du syndicalisme étasunien : grève bread and roses des ouvrières du textile de Lawrence, première grève sur le tas à Schenectady, luttes rassemblant Noirs, Latinos et Blancs dans le sud ségrégationniste et ailleurs, campagnes pour la liberté d’expression dans le nord-ouest... Et, toujours, en chanson et avec humour, malgré les lynchages, les déportations et la prison.

Joe Hill devint un des auteurs les plus connus de ce « syndicat chantant », alimentant le recueil IWW, le Little Red Song Book, de ses parodies de cantiques de l’Armée du Salut ou de vieux tubes insignifiants transformés en brûlots révolutionnaires. Victime d’un coup monté judiciaire, condamné à mort puis exécuté malgré une mobilisation sans précédent, Joe Hill est toujours repris sur les piquets de grève. Comme le chantera un autre suédois d’origine : « On peut fusiller un chanteur / Personne ne peut tuer des chansons. »




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |