Du bon usage de la nature - Librairie Plume(s)
355 p. - 13 × 20 cm

 
 

masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : nature, Plume(s) présente aussi :
L'escargot   Le périple des Trotte-menu   Nature & Nostalgie   Bonjour le monde !   Un an, le printemps   La bourrache. Une étoile au jardin !   La nature au verger   Jungle d'eau douce  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -écologie | Pratique

18,30 €  
Du bon usage de la nature

Pour une philosophie de l’environnement

Auteur Catherine Larrère
Editeur : Aubier
rayon : Politique et société -écologie
support : Livre
type : guide
thème : nature
ean : 9782700736625
parution : mars 1997
dimensions : 355 pages ; 13 × 20 cm ; |330 g
prix : 18,30 €
disponibilité : manquant sans date
On nous dit que la nature n’existe plus : de part en part intelligible, la voici enfin totalement maîtrisée. Tel serait le triomphe de l’artifice. Pendant ce temps, les vaches deviennent folles. On a brandi la menace que représenteraient pour nos démocraties certains mouvements écologistes. Critiquer la technique serait irrationnel et l’on ne saurait respecter à la fois la nature et les hommes. Les Lumières demeurent-elles du côté de ceux qui croient en un progrès indéfini de notre maîtrise technique ? Entre ceux qui nous mettent en garde contre une crise environnementale et ceux qui n’y voient que fantasmes sociaux, qui est obscurantiste ? Est-ce à dire que la nature ne peut plus désormais être pensée que sur un mode dramatique ? Et s’il s’agissait moins de choisir entre l’homme et la nature, que de comprendre posément à quelles conditions un nouveau naturalisme est aujourd’hui possible ? L’ambition de ce livre est d’abord de réexaminer les termes d’un débat dont la violence a fini par masquer les enjeux. Chemin faisant, de l’histoire de la philosophie à l’analyse des politiques modernes de protection de la nature et de prévention des risques, Catherine et Raphaël Larrère posent les jalons d’une nouvelle vision de la nature. Une nature en devenir dans laquelle l’homme pourrait s’inscrire sans dommage, qu’il rendrait propre à être sa demeure, pour le présent comme pour les générations futures. Et parce qu’il est temps de dépasser l’opposition entre naturalisme et humanisme, Catherine et Raphaël Larrère en appellent à un bon usage de la nature, un usage écocentré.

l’auteur :
Catherine Larrère : +