Penser la liberté - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : philosophie, Plume(s) présente aussi :
L'invention de demain   Oeuvres. - Tome 3   Pour un principe matérialiste fort   Oeuvres. - Tome 2   Les philosophes des Lumières   Oeuvres. - Tome 1   Apologie de Socrate. Criton   Ontologie de l'être social  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-philosophie | Pratique

22,00 €  
Penser la liberté

La décision, le hasard et la situation

Auteur Miguel Benasayag
Editeur : la Découverte
rayon : Politique et société    -philosophie
support : Livre
type : essai
thème : philosophie
ean : 9782707123107
parution : février 1994
dimensions : 192 pages ; 13,5 × 22 cm
prix : 22,00 €
disponibilité : prochainement à Plume(s) ?
arrivé à Plume(s) : 10 mars 2009
commander
Aujourd’hui, le constat est devenu banal : les idéologies qui fondaient l’engagement individuel et les luttes collectives pour l’émancipation se sont effondrées. Le conformisme réaliste s’est substitué au mythe du progrès. Et il est vrai que la logique déterministe qui sous-tendait ce dernier est définitivement brisée. Comment sortir de ce constat circulaire et désespérant sans produire de nouvelles illusions ? Comment construire une philosophie et une praxis de la liberté émancipées de « l’idée de progrès » ? C’est à ces questions difficiles que s’attaque ici le psychanalyste et philosophe Miguel Benasayag, poursuivant le travail de réflexion critique engagé dans ses ouvrages précédents, publiés à La Découverte : Utopie et liberté (1986) et, avec Edith Charlton, Critique du bonheur (1989) et Cette douce certitude du pire (1991). Pour y répondre, Miguel Benasayag analyse les deux grandes ruptures historiques qui marquent à ses yeux l’évolution de l’idée de liberté. La première est la « rupture nominaliste » qui, à partir du XIIe siècle, jeta les bases du mythe du progrès et de la modernité : c’est par elle que l’homme se constitua en sujet capable de regarder l’univers comme un objet, et fit de la connaissance le moyen de l’émancipation ; la seconde est la « grande crise de 1900 », qui marque l’effondrement de ces catégories modernes et l’origine de la crise actuelle des valeurs : la pensée déterministe est alors triplement mise ne cause, par la découverte freudienne de l’inconscient, par la physique quantique et par l’irruption de l’indécidable en mathématiques. Au terme de ce parcours historique et philosophique, l’auteur explore les pistes d’une rationalité nouvelle, dégagée de toute téléologie. Faute de pouvoir « faire l’Histoire », les hommes doivent penser ce qu’ils peuvent faire dans l’Histoire. En un mot : penser la liberté !

l’auteur :
Miguel Benasayag : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |