Le mésusage - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : économie, Plume(s) présente aussi :
L'économie qu'on aime !   La fin de l'Euro   Nos mythologies économiques   Aux fondements des crises   L'Économie participaliste   L'argent danse pour toi !   L'Avenir de l'économie   L'économie verte expliquée à ceux qui n'y croient pas  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

10,00 €  
Le mésusage

Essai sur l’hypercapitalisme

Auteur Paul Ariès
Editeur : Parangon
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : économie
ean : 9782841901630
parution : janvier 2007
dimensions : 172 pages ; 11 × 21 cm
prix : 10,00 €
disponibilité : épuisé
arrivé à Plume(s) : 21 janvier 2009
Partant du constat selon lequel la dégradation de la production est devenue la condition de survie du système capitaliste, Paul Ariès propose une nouvelle théorie critique de l’hypercapitalisme. La junkproduction (junkfood, junkspace, junksexuality, junkscience, junkpolitics. ) repose sur la généralisation du mésusage, caractérisé par le retournement de la valeur marchande contre toute valeur d’usage. Ce tableau extrêmement sombre débouche cependant sur la proposition d’un nouveau paradigme politique. L’auteur propose de partir de l’Interdit majeur qui structure la société hypercapitaliste : celui de la gratuité. II oppose à la vénalisation rampante une politique de la (quasi) gratuité du bon usage et du renchérissement du mésusage : Pourquoi, par exemple, payer l’eau le même prix pour faire son ménage ou remplir sa piscine ? À l’heure où les tenants d’une écologie ralliée à l’hypercapitalisme entendent faire des pauvres la variable d’ajustement pour tenter de résoudre l’effondrement environnemental sans rien changer au système productiviste, " la gratuité de l’usage et le renchérissement du mésusage " constituent une véritable alternative. Ce nouveau paradigme ne repose pas sur une définition objective ou moraliste. Il rend toute sa place au débat politique, aux choix des citoyens et de leurs représentants. Voilà qui aiderait à renouveler la pensée d’une gauche exsangue et d’une écologie perdue, et qui pourrait renouveler les formes et les enjeux de nos mobilisations. Sans doute une première définition sérieuse de ce que serait un projet politique de la décroissance, un ouvrage pour penser et agir.

l’auteur :
Paul Ariès : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |