Déposséder les possédants - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : syndicalisme, Plume(s) présente aussi :
Ce que la vie m'a appris   Tripalium   1906 - le congrès syndicaliste d'Amiens   Via Campesina   Cour Nord   Georges Séguy, syndicaliste du XXème siècle   C'est possible !   Comment nous avons résisté à la multinationale Molex  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-entreprises, travail, syndicalisme | Pratique

18,30 €  
Déposséder les possédants

La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)

Auteur Miguel Chueca
Editeur : Agone
rayon : Politique et société    -entreprises, travail, syndicalisme
support : Livre
type : histoire
thème : syndicalisme
ean : 9782748900941
parution : septembre 2008
dimensions : 272 pages ; 12 × 21 cm
imprimé en France
prix : 18,30 €
disponibilité : prochainement à Plume(s) ?
arrivé à Plume(s) : 13 novembre 2008
commander

Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol

La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale entendent faire disparaître tout ce qui avait préoccupé les anciens libéraux : l’éloquence des tribuns, le maniement de l’opinion publique, les combinaisons de partis politiques. Ce serait le monde renversé, mais le socialisme n’a-t-il pas affirmé qu’il entendait créer une société toute nouvelle ?

On ne sait plus grand-chose de ce que furent les origines du syndicalisme français, et notamment du débat qui vit s’affronter les porte-parole du tout jeune mouvement syndical et ceux du socialisme politique, alors faible et divisé. Comme on a oublié la différence radicale entre le socialisme par en haut et le socialisme par en bas, fondé sur la grève générale.

Ce recueil permettra de mieux connaître la nature et les mobiles d’un mouvement qui tenta de donner à la classe ouvrière le sentiment de la formidable puissance dont elle dispose. Ce même sentiment qui, dès 1879, avait inspiré à un ouvrier cette pensée : « Les patrons s’inclineront devant nous car nous sommes les producteurs, et quand les bras ne se mettent pas au travail, le capital tombe. »




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |