L’or africain - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : Afrique, Plume(s) présente aussi :
Bakuba et autres contes africains   Aya de Yopougon Tome 5   L'émanicipation des femmes et la lutte de libération de l'Afrique   Nandiman le brave chasseur   Le rêve du singe   Elf, la pompe Afrique   Les faiseuses d'histoires   Les sables de Jubaland  
  rayons: BD | Divers | International-Afrique | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

12,20 €  
L’or africain

pillages, trafics & commerce international

Auteur Gilles Labarthe
Editeur : Agone
collection : Dossiers noirs
rayon : International    -Afrique
support : Livre
type : essai
thèmes : Afrique | international
ean : 9782748900750
parution : octobre 2007
dimensions : 224 pages ; 11 × 17 cm
prix : 12,20 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 13 septembre 2008
réserver

« Il n’est plus possible que des matières premières continuent à dormir, sous prétexte que leur exploitation bouleverserait le mode de vie de ceux qui ont la chance de vivre où elles se trouvent. Si des peuples, demeurés arriérés, ne peuvent ou ne veulent s’occuper de leur mise en valeur, d’autres peuples plus entreprenants viendront le faire à leur place de gré ou de force. » Ainsi parlait, en 1951, un ouvrage consacré aux ressources minières de la France et de ses colonies.

Un demi-siècle plus tard, les « peuples entreprenants » – incarnés par une poignée de firmes occidentales soutenues par la Banque mondiale – ne se privent guère, en effet, d’exploiter l’or africain et de bouleverser le mode de vie des populations locales : cadences infernales, normes de sécurité inexistantes, mouvements syndicaux réprimés, pollution catastrophique, etc. Ces firmes privées, tentaculaires, exploitent aujourd’hui 80 % des gigantesques gisements africains. Liées à des trafiquants d’armes, à la famille Bush, à la CIA ou au lobby nucléaire, on les retrouve au Mali, au Ghana, en Tanzanie, en Afrique du Sud et jusque dans les régions en conflit – comme en République démocratique du Congo –, où elles soutiennent parfois des mouvements armés. Elles sont si puissantes que l’ONU renonce à les sanctionner. Leurs bénéfices sont rapatriés dans des paradis fiscaux, tandis que les pays africains riches en or ne cessent de s’appauvrir…




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |