Sortir de l’impasse postcoloniale - Librairie Plume(s)
342 p. - 14 × 20 cm

 
 

masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : colonialisme, Plume(s) présente aussi :
La fin des indigènes en Nouvelle-Calédonie   Les damnés de la terre   La colonisation du savoir   200 ans d'inavouable   Histoire de l'esclavage dans les colonies francaises   Françafrique - La famille recomposée   Le trauma colonial   Le temps et l'espace de la (dé)-colonisation  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

23,50 €  
Sortir de l’impasse postcoloniale

Auteur Philippe San Marco
Editeur : Mon petit éditeur
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : colonialisme
ean : 9782342059014
parution : décembre 2016
dimensions : 342 pages ; 14 × 20 cm ; |401 g
imprimé en France par un imprimeur labellisé Imprim'vert
prix : 23,50 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 25 juin 2021
commander

Certains de nos concitoyens relient nos difficultés présentes à la brève histoire des conquêtes coloniales réalisées par la France au XIXe siècle. Pour eux, la France continuerait de vivre une situation coloniale et traiterait ses « indigènes », issus de ses anciennes colonies, comme elle l’aurait fait autrefois, par le mépris et la relégation. Ils appellent donc notre pays à exprimer une contrition, seule à même de nous permettre de sortir d’un passé colonial qui perdurerait de nos jours et nous entraverait.

Ce livre va donc essayer de relire cette histoire coloniale, non pas à la lumière de ce que nous en savons après coup, mais de ce qu’en percevaient les contemporains qui eux n’en connaissaient pas la fin. Dix personnages qui furent célèbres à l’époque coloniale et qui depuis sont tombés dans l’oubli vont servir comme une anamorphose à autant de réglages permettant d’y voir globalement plus clair. Relier les difficultés du présent au passé, même bien partiel, en l’occurrence le passé colonial, n’est pas en soi illégitime.

C’est la manipulation partiale de ce passé recomposé qui transforme l’exercice en grenade explosive. Dans un pays au bord de la crise de nerfs, voire de la guerre civile, l’exercice n’est donc pas anodin. Empêcher que le processus en cours ne dégénère en des haines inexpugnables mérite qu’on y consacre le temps nécessaire. Ici, déconstruire un discours de victimisation qui enferme, déresponsabilise et conduit à une impasse.

La fulgurance des rapprochements entre certains faits ou attitudes de l’époque et notre présent nourrit alors une réflexion plus complexe, respectueuse du passé qui est ce qu’il est, mais qui ne saurait sans réaction être recomposé au profit d’un projet de rupture politique d’une autre nature.


l’auteur :
Philippe San Marco : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |