La semaine sanglante - Librairie Plume(s)
261 p. - 11 × 18 cm

 
 

masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

dans le même rayon Politique et société-histoire, Plume(s) présente aussi :
Montesquieu   Mon oncle d'Algérie   Le Rapport Pilecki   14 Juillet   Cronstadt 1921   Les balles du 14 juillet 1953   Mai 68   Missak  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -histoire | Pratique

10,00 €  
La semaine sanglante

Mai 1871. Légendes et comptes

Auteur Michèle Audin
Editeur : Libertalia
collection : Libertal
rayon : Politique et société -histoire
support : Livre
type : histoire
ean : 9782377291762
parution : mars 2021
dimensions : 261 pages ; 11 × 18 cm ; |215 g
imprimé en France par un imprimeur labellisé Imprim'vert
prix : 10,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 23 mars 2021
réserver
« Il ne s’agit pas de se jeter des crimes et des cadavres à la tête, mais de considérer ces êtres humains avec respect, de ne pas les laisser disparaître encore une fois. »

La guerre menée par le gouvernement versaillais de Thiers contre la Commune de Paris s’est conclue par les massacres de la « Semaine sanglante », du 21 au 28 mai. Cet événement a été peu étudié depuis les livres de Maxime Du Camp (1879) et Camille Pelletan (1880).

Des sources, largement inexploitées jusqu’ici, permettent de découvrir ou de préciser les faits.

Les archives des cimetières, que Du Camp a tronquées et que Pelletan n’a pas pu consulter, celles de l’armée, de la police, des pompes funèbres permettent de rectifier quelques décomptes : dans les cimetières parisiens et pour la seule Semaine sanglante, on a inhumé plus de 10 000 corps. Auxquels il faut ajouter ceux qui ont été inhumés dans les cimetières de banlieue, qui ont brûlé dans les casemates des fortifications, et dont le décompte ne sera jamais connu, et ceux qui sont restés sous les pavés parisiens, exhumés jusqu’en 1920…

Avec cette étude implacable, Michèle Audin, grande connaisseuse de la Commune de Paris, autrice de Josée Meunier 19, rue des Juifs (Gallimard), de C’est la nuit surtout que le combat devient furieux et Eugène Varlin, ouvrier-relieur (Libertalia), rouvre un dossier brûlant.


l’auteur :
Michèle Audin : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |