L’invention du colonialisme vert - Librairie Plume(s)
343 p. - 13,5 × 21 cm

 
 

masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : Afrique, Plume(s) présente aussi :
Bon appétit monsieur soleil   Les aventures du bourlingueur Tome 2   La vache de Salomon   Le monde du milieu   Le sang du Baobab   Sur la route des perles de verre Krobo   L'enfant-pluie   Oui mon commandant !  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

21,90 €  
L’invention du colonialisme vert

Pour en finir avec le mythe de l’Eden africain

Auteur Guillaume Blanc
Editeur : Flammarion »»
collection : Essais
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thèmes : Afrique | colonialisme
ean : 9782081504394
parution : septembre 2020
dimensions : 343 pages ; 13,5 × 21 cm ; |340 g
imprimé en France
prix : 21,90 €
disponibilité : prochainement à Plume(s) ?
arrivé à Plume(s) : 9 mars 2021
commander

L’histoire débute à la fin du XIXe siècle. Persuadés d’avoir retrouvé en Afrique la nature disparue en Europe, les colons créent les premiers parcs naturels du continent, du Congo jusqu’en Afrique du Sud. Puis, au lendemain des années 1960, les anciens administrateurs coloniaux se reconvertissent en experts internationaux. Il faudrait sauver l’Eden ! Mais cette Afrique n’existe pas. Il n’y a pas de vastes territoires vierges de présence humaine, et arpentés seulement par ces hordes d’animaux sauvages qui font le bonheur des safaris touristiques.

Il y a des peuples, qui circulent depuis des millénaires, ont fait souche, sont devenus éleveurs ici ou cultivateurs là. Pourtant, ces hommes, ces femmes et enfants seront - et sont encore - expulsés par milliers des parcs naturels africains, où ils subissent aujourd’hui la violence quotidienne des éco-gardes soutenus par l’Unesco, le WWF et tant d’autres ONG. Convoquant archives inédites et récits de vie, ce livre met au jour les contradictions des pays développés qui détruisent chez eux la nature qu’ils croient protéger là-bas, prolongeant, avec une stupéfiante bonne conscience, le schème d’un nouveau genre de colonialisme : le colonialisme vert.

Préface de François-Xavier Fauvelle, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire et archéologie des mondes africains.


l’auteur :
Guillaume Blanc : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |