Lotta Comunista - Le groupe d’origine (1943-1952) - Librairie Plume(s)
293 p. - 14 × 21 cm

 
 

masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : politique, Plume(s) présente aussi :
On a raison de se révolter   La grève des électeurs   Enjeux libertaires pour le XXIe siècle   Pour un nouvel anarchisme   Petit traité de propagande   Leurs crises, nos solutions   Pour des millions de voix   Provo  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

10,00 €  
Lotta Comunista - Le groupe d’origine (1943-1952)

Auteur Guido La Barbera
Editeur : Science Marxiste
collection : Textes
rayon : Politique et société
support : Livre
type : histoire
thèmes : politique | Italie | communisme
ean : 9782912639561
parution : août 2012 nouveauté à Plume(s)
dimensions : 293 pages ; 14 × 21 cm ; |335 g
prix : 10,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 22 février 2021
réserver

Le parti se construit sur la stratégie. C’est la conclusion à laquelle arriva le groupe qui est à l’origine de Lotta Comunista, à la fin des années cinquante. C’est la thèse de Luttes de classe et parti révolutionnaire, le texte fondateur pour notre organisation qui se proposait, en 1964, d’être ce que le Que faire ? avait été pour le parti de Lénine. " Stratégie ", pour le marxisme, signifie en premier lieu évaluation des temps et des forces du mouvement des classes, à partir du moteur objectif du développement capitaliste jusqu’à la force subjective du parti révolutionnaire.

Au commencement il y avait la guerre et le partage de Yalta, qui en était le résultat en Europe, avec le mythe de l’URSS stalinienne qu’on faisait passer pour le bastion du socialisme mondial. La convention de Gênes-Pontedecimo, en février 1951, est l’acte fondateur du groupe qui donnera vie, au début des années soixante, à Lotta Comunista. C’est un petit groupe, un " peloton restreint " d’ouvriers, dont la plus grande partie a été conquise à la politique dans la lutte du maquis.

Il y a beaucoup de brouillard, en 1951, dans le monde et en Europe. L’idéologie de la " guerre froide " domine partout, la guerre de Corée rend crédible un conflit mondial entre les États-Unis et l’URSS. L’idée d’un " impérialisme unitaire ", le drapeau de la lutte internationaliste à la fois contre Washington et contre Moscou et son capitalisme d’État, est le choix stratégique qui assure l’indépendance stratégique du " peloton restreint ".

Théorie et stratégie seront développées à partir de là. Il n’y a pas que les États-Unis et l’URSS, le développement capitaliste mondial s’accompagne de contradictions en ébullition, à commencer par l’Asie. Washington et Moscou sont des capitales de l’impérialisme unitaire, mais ne sont pas les seules : il faut aussi compter avec Londres, Paris, Bonn et Tokyo. Et même avec Rome. La vision scientifique est une conquête.

Soudée à l’organisation elle est la seule voie qui peut éviter aux forces de classe d’être exposées à l’influence ou à la capture par d’autres forces. Le point fixe est l’intuition de Marx en 1853 : " il faut savoir à qui l’on a affaire ", l’autonomie vis-à-vis des forces du capital se défend bec et ongles. Tel est le secret du parti-stratégie.


l’auteur :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |