Vies parallèles - De Gaulle, Mitterrand - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : France, Plume(s) présente aussi :
Fortune de france   Un chant d'amour   Gilets jaunes : Points de vue anarchistes   Quand la gauche essayait   Voyage au coeur de l'OAS   Le crépuscule de la France d'en haut   La République défigurée   Cette France-là, 06 05 2007 / 30 06 2008 - Volume 1  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

21,00 €  
Vies parallèles - De Gaulle, Mitterrand

Auteur Michel Onfray
Editeur : Robert Laffont
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : France
ean : 9782221242278
parution : novembre 2020 nouveauté
dimensions : 418 pages ; 15,5 × 24 cm
imprimé en France
prix : 21,00 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 13 novembre 2020
commander

L’opposition entre de Gaulle et Mitterrand met dos à dos un homme qui lutte contre l’effondrement d’une civilisation et un individu qui se moque que celle-ci disparaisse pourvu qu’il puisse vivre dans ses ruines à la façon d’un satrape. Le premier donne sa vie pour sauver la France ; le second donne la France pour sauver sa vie. L’un veut une France forte, grande et puissante, à même d’inspirer une Europe des patries ; l’autre la veut faible, petite et impuissante, digérée par l’Europe du capitalisme.

L’un ressuscite Caton ; l’autre réincarne Néron. De Gaulle se sait et se veut au service de la France ; Mitterrand veut une France à son service. L’un sait avoir un destin ; l’autre se veut une carrière. De Gaulle n’ignore pas qu’il est plus petit que la France ; Mitterrand se croit plus grand que tout. Le Général sait que le corps du roi prime et assujettit le corps privé ; l’homme de Jarnac croit que son corps privé est un corps royal.

L’un écoute le peuple et lui obéit quand il lui demande de partir ; l’autre reste quand le même peuple lui signifie deux fois son congé. L’homme de Colombey était une ligne droite ; celui de Jarnac un nœud de vipères. L’un a laissé une trace dans l’Histoire ; l’autre pèse désormais autant qu’un obscur président du Conseil de la IVe République. L’un a fait la France ; l’autre a largement contribué à la défaire...

Ce portrait croisé se lit comme une contre-histoire du XXe siècle qui nous explique où nous en sommes en même temps qu’elle propose une politique alternative qui laisse sa juste place au peuple : la première. M. O.


l’auteur :
Michel Onfray : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |