Les migrants en bas de chez soi - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

dans le même rayon Politique et société-immigration et précarité, Plume(s) présente aussi :
Contrôles d'identité et interpellations d'étrangers   Ma vie à deux balles   Calais, face à la frontière   La France des Belhoumi   Hospitalité en France   Je suis un pachtoune d'Afghanistan   De Lesbos à Calais   Lire les sans-papiers  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société -immigration et précarité | Pratique

19,00 €  
Les migrants en bas de chez soi

Auteur Isabelle Coutant
Editeur : Seuil
collection : POINTS
rayon : Politique et société -immigration et précarité
support : Livre
type : enquête
ean : 9782021391589
parution : mars 2018
dimensions : 220 pages ; 14 × 20,5 cm
imprimé en France par un imprimeur labellisé Imprim'vert
prix : 19,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 6 novembre 2020
réserver

Au coeur de la crise migratoire de l’été 2015, un lycée désaffecté du quartier de la place des Fêtes, dans le XIXe arrondissement, a été occupé par des migrants, dont le nombre est passé en trois mois de 150 à 1 400. Un "mini-Calais en plein Paris" ont dit des journalistes témoins de l’insécurité et de l’insalubrité du lieu. Concernée en tant qu’habitante et parent d’élève du collège voisin, Isabelle Coutant, sociologue des quartiers populaires, a vu cette fois le "terrain" venir à elle, tiraillée entre le désir d’aider et l’envie de comprendre.

L’ouvrage retrace cet événement, la déstabilisation du quartier qui en a résulté, entre stupeur initiale, colère des riverains livrés à eux-mêmes, tensions mais aussi mobilisations solidaires et bouleversement provoqué par la rencontre. Il y a là comme un laboratoire de ce qui traverse aujourd’hui les sociétés européennes : comment accueillir ? À quelles conditions les quartiers populaires, au premier chef concernés par l’arrivée des migrants, peuvent-ils continuer d’assurer la fonction d’intégration qui leur est de fait confiée ? A l’heure où Paris, Londres ou New York s’enorgueillissent d’être des villes-monde ayant vocation à devenir des "villes-refuge", peut-on penser la cause des réfugiés indépendamment de la cause des quartiers ?


l’auteur :
Isabelle Coutant : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |