La tête coupée - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : langage, Plume(s) présente aussi :
Le zizi des mots   Taggle   La grande aventure des mots   L'ABC d'ailleurs... et d'ici aussi   Mots et maux d'une décennie   Requiem pour il et elle   Mots rimés pour lire sans trébucher   Les mots de Nicolas Sarkozy  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

47,00 €  
La tête coupée

Le secret du Pouvoir

Auteur Arnaud-Aaron Upinsky
Editeur : Books On Demand
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thèmes : langage | pouvoir
ean : 9782376671923
parution : mars 2019
dimensions : 526 pages ; 15 × 22 cm
lieu d'impression non précisé
prix : 47,00 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 25 août 2020
commander

Nous sommes les dupes du langage. Jamais le décalage entre le discours et les faits n’a été aussi impressionnant. Jamais les mots n’ont autant joué avec les choses. A l’évidence, il existe un piège caché dans le langage qu’il est urgent de conjurer. Depuis Platon, Machiavel, Hobbes et Rousseau, nous savions que toute théorie du Pouvoir­ est, à la fois, une théorie de l’homme, une théorie politique et une théorie de l’histoire.

Avec A.-A. Upinsky elle devient essentiellement une théorie du langage, une grille de lecture universelle. Toute l’histoire de l’Humanité n’apparaît plus que comme la guerre sans merci de deux langages ennemis : le Réalisme et le Nominalisme. Les réalistes sont ceux qui croient à la vérité des mots ; les nominalistes, ceux qui croient au pouvoir des mots. D’un côté, la thèse nominaliste du Bon sauvage conduit à l’optimisme politique, mais aussi à l’impasse de la philosophie de l’absurde.

De l’autre côté, la thèse réaliste du Naturel­ cannibale implique une théorie pessimiste de la politique mais, en revanche, une philosophie significative de la vie. Aujourd’hui la thèse nominaliste domine dans le langage prédateur de la rhétorique politique qui constitue la plus grande mystification intellectuelle de tous les temps. Ressort de la mutilation du pouvoir, ce langage, tartuffe souriant, mène la danse sous le masque de la philanthropie.

C’est en coupant la parole qu’il fait tomber les têtes, c’est en castrant le savoir qu’il rend l’esprit impuissant, c’est en se faisant double-langage qu’il se maintient au pouvoir. Conjurer cette perversion du langage, pour renverser la phrase politique, remettre le langage sur ses pieds, est devenu aujourd’hui une question de survie spirituelle sinon physique : l’urgence de notre temps. La tête coupée est le livre de chevet des politiques et des hommes de communication.


l’auteur :
Arnaud-Aaron Upinsky : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |