La guerre sociale en France - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : France, Plume(s) présente aussi :
Les défricheurs   Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France   Atlas de la France qui gagne   Histoire de marcher ou le tour de France avec un âne   Etre esclave en France   Les guerres du président   Atlas de la France du futur   Attention à la marche !  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

18,00 €  
La guerre sociale en France

aux sources économiques de la démocratie autoritaire

Auteur Romaric Godin
Editeur : la Découverte
collection : Cahiers Libres
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thèmes : France | démocratie
ean : 9782348045790
parution : septembre 2019 nouveauté à Plume(s)
dimensions : 245 pages ; 14 × 20,5 cm
imprimé en France
prix : 18,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 7 novembre 2019
réserver
Depuis des décennies, la pensée néolibérale française mène une guerre larvée contre le système économique de l’après-guerre. Mais la résistance d’une population refusant un déséquilibre des politiques en faveur du capital a abouti à un modèle mixte, intégrant des éléments néolibéraux plus modérés qu’ailleurs, et maintenu un compromis social. Le système politique français a ainsi construit un équilibre sur une série de compensations au monde du travail face aux réformes. À partir de la crise de 2008, l’offensive néolibérale s’est accentuée et radicalisée dans un rejet complet du compromis politique et de l’équilibre. L’échec de Sarkozy et de Hollande à imposer une accélération des réformes a débouché sur une vision extrémiste du néolibéralisme, inscrite dans le programme d’Emmanuel Macron. Ce dernier se présente comme l’homme de la revanche d’un capitalisme français qui jadis a combattu et vaincu le travail avec l’appui de l’État, mais qui a dû, dans les années 1930, accepter la médiation publique pour « civiliser » la lutte de classes. Selon Emmanuel Macron, la guerre sociale, déclarée voici quarante ans, doit désormais aboutir à la victoire de l’État néolibéral. C’est oublier que la France rejette profondément cette évolution. Arrivé au pouvoir sans disposer d’une adhésion majoritaire à ce programme, le président doit faire face à des oppositions hétéroclites mais décidées à rejeter son projet néolibéral, largement à contretemps des enjeux de l’époque. Mais dans un système politique capable de lui donner le pouvoir sans lui assurer d’adhésion majoritaire, il avance en force, en voulant faire taire les oppositions par des excès continuels d’autorité. Selon une méthode classique du néolibéralisme : de l’épuisement de la société doit provenir son obéissance. Pour cela, il n’hésite pas à bousculer une démocratie déjà fragilisée.

l’auteur :
Romaric Godin : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |