Paysannes - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : Larzac, Plume(s) présente aussi :
Rassembler   Gardarem lo Larzac   Tous au Larzac - ce n'est qu'un début   Le Larzac s'affiche   Haute trahison   Larzac   Dessus dessous   Les brebis font de la résistance  
  rayons :  BD | Divers -DVD | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

30,00 €  
Paysannes

paroles de femmes du Larzac — Travail Famille Révolte

Auteur Gérard Guérin
Editeur : Les Mutins de Pangée
rayon : Divers    -DVD
support : DVD
type : doc
thèmes : paysans | Larzac | femmes
ean : 3770001117560
parution : juin 2020
dimensions : 104 pages ; 402 mn ; 13,5 × 19 cm
prix : 30,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 29 juillet 2020
réserver

Trois générations de paysannes des Causses du Larzac (1900-1980) racontent ce qui tissent leurs jours, le poids de la religion et de la morale traditionnelle, l’éducation des filles, le rôle des femmes dans l’exploitation agricole, dans la vie domestique, dans la famille, les changements qui se profilent. Les aïeules sont la mémoire des choses, un passé vivant. Elles ont appris le métier comme sous Henri IV et ont été spectatrices de la modernisation. Les mères ont vécu l’avant et l’après de la mécanisation. Elles ont appris avec cette évolution. Les filles ont appris de leurs mères, mais elles ont créé autre chose. Elles se sont transformées avec la modernisation.

C’est vivant, concret, chaleureux. Un portrait extraordinairement démythifiant de la paysannerie française.


Coffret de 3 dvd + livret de 100 pages
5 documentaires de 52 mn + Guerre de femmes (version cinéma) 109 mn


Une réflexion à haute voix sur la vie, sur la campagne, sur le présent.

Trois générations de paysannes du Larzac (1900-1980) racontent ce qui tissent leurs jours et parlent sans détour du mariage, de la famille, de la sexualité, de la religion, de l’éducation, de la guerre, du travail, de l’argent et de toutes les idées nouvelles apparues avec la lutte contre l’extension d’un camp militaire. C’est vivant, concret, chaleureux et c’est dit avec toute la beauté d’une langue que l’on voit évoluer des plus âgées aux plus jeunes.

Écouter la voix des femmes, c’est rattraper le temps perdu.

Ces trente dernières années, la réalité s’est transformée de manière beaucoup plus spécifique pour les femmes que pour les hommes, et je pense que le dynamisme rural est lié au dynamisme féminin.
Je voulais prendre le contrepoint, rattraper le temps perdu. Dans la paysannerie, les femmes n’ont pas la parole, la première réaction rencontrée a souvent été : « Je n’ai rien à dire, allez voir mon mari. » Au Larzac, il s’est pourtant passé quelque chose de différent ; les femmes se sont senties humiliées, niées quand les journalistes venaient interroger leurs maris et qu’ils repartaient comme si elles n’étaient pas là. Elles avaient conscience de pouvoir répondre aussi bien que leurs maris sur le conflit. Écouter la voix des femmes, c’est rattraper le temps perdu. Et puis il y a une franchise chez les femmes qu’on ne trouve pas toujours chez les hommes. C’est peut-être parce qu’elles n’ont pas encore eu le pouvoir, elles ne veulent pas modifier la réalité en fonction de leurs idées, elles n’ont pas peur d’aborder de manière frontale les contradictions. Quand une femme qui s’est tue parle, elle parle… » Gérard Guérin, Le Monde (1979)

Une trilogie documentaire et un long métrage cinéma

DVD 1 TRAVAIL
- Le dehors et le dedans (52 mn) : Évoquant la vie d’autrefois, les anciennes racontent leur apprentissage du travail et décrivent les gestes et les rythmes quotidiens de la ferme avant l’avènement du tracteur.
- Le choix de la peine (52 mn) : À travers la description de leur emploi du temps, des paysannes évoquent les avantages et les inconvénients de la mécanisation, son influence sur l’organisation de la ferme et sur la vie quotidienne des femmes.
- Paysannes + 40 (33 mn) : en complément aux films, Gérard Guérin revient sur la fabrication des films 40 ans après en compagnie de Gérard Mordillat.

DVD 2 FAMILLE
- Parents et enfants (52 mn) : Des paysannes de trois générations comparent l’éducation qu’elles ont reçue. Elles évoquent l’évolution des relations familiales, les tabous sexuels, le rôle de l’instruction et l’importance de la religion.
- Épouse et fermière (52 mn) : Rompant avec les manières de vivre traditionnelles de leurs parents, les jeunes agricultrices essaient d’inventer, à l’intérieur du couple, un nouveau mode d’organisation qui soit compatible avec leur liberté, leur identité et les contraintes d’une exploitation moderne.

DVD 3 RÉVOLTE
- Si je sème du blé, je ne récolte pas de l’avoine (52 mn) : Leurs souvenirs des deux dernières guerres amènent des paysannes à réfléchir sur leur existence et sur ce que les idées nouvelles apparues à l’occasion du conflit du Larzac, leur ont apportées.
- Le film Guerres de femmes (long métrage cinéma, 109 mn) est centré sur la lutte des paysannes du Larzac contre l’extension du camp militaire, et sur leur prise de conscience en faveur de la non-violence. Les témoignages montrent comment la lutte pour défendre le Larzac a été le révélateur de certains problèmes, une remise en question de valeurs traditionnelles, mais aussi un enrichissement et un dépassement de soi.


Claude Duneton raconte l’origine de la série

Lorsque Gérard Guérin, cinéaste, proposa à une chaîne de télévision de faire parler des paysans devant une caméra, il essuya un refus étonné. Une demoiselle accorte et bien coiffée lui répondit d’un air étonné : « Croyez-vous que ces gens-là aient quelque chose à dire ? » Elle savait qu’il existe, en effet, des paysans en France, elle en avait vus elle-même, à la télévision ; ils ont des blouses, des grands chapeaux, des grosses moustaches ; ils sont amusants, certes, on peut à la rigueur les filmer pour agrémenter un documentaire mais de là à les faire parler ! Holà ! disait la demoiselle : la télévision n’est pas une entreprise de clownerie ! Décidément, elle ne pouvait accorder sa caution à un projet aussi saugrenu !
Ébranlé par la profondeur de ces remarques –- et même fortement secoué, il mit plusieurs mois à s’en remettre, il parlait toujours de cette demoiselle bien coiffée, il faisait des gestes ! — Guérin changea d’avis. Puisque les paysans étaient des crétins, il s’en fut interroger des… paysannes ! EXTRAIT DU LIVRET

Notre avis :
Film réalisé en 1979.

l’auteur :
Gérard Guérin : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |