Le loup dans la bergerie - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : libéralisme, Plume(s) présente aussi :
Les naufragés du libre-échange   Contre-histoire du libéralisme   L'imposture néolibérale   La liberté   Ordre monétaire ou chaos social ?   Manifeste pour une autre Europe   Le grand marché transatlantique   Dracula contre les peuples  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

17,00 €  
Le loup dans la bergerie

Droit, libéralisme et vie commune

Auteur Jean-Claude Michéa
Editeur : Climats
collection : Climats
rayon : Politique et société
support : Livre
thème : libéralisme
ean : 9782081433342
parution : septembre 2018
dimensions : 163 pages ; 13,5 × 21 cm
imprimé en Espagne
prix : 17,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 25 septembre 2018
réserver
Au rythme où progresse le brave new world libéral - synthèse programmée de Brazil, de Mad Max et de l’esprit calculateur des Thénardier -, si aucun mouvement populaire autonome, capable d’agir collectivement à l’échelle mondiale, ne se dessine rapidement à l’horizon (j’entends ici par « autonome » un mouvement qui ne serait plus soumis à l’hégémonie idéologique et électorale de ces mouvements « progressistes » qui ne défendent plus que les seuls intérêts culturels des nouvelles classes moyennes des grandes métropoles du globe, autrement dit, ceux d’un peu moins de 15 % de l’humanité), alors le jour n’est malheureusement plus très éloigné où il ne restera presque rien à protéger des griffes du loup dans la vieille bergerie humaine. Mais n’est-ce pas, au fond, ce que Marx lui-même soulignait déjà dans le célèbre chapitre du Capital consacré à la « journée de travail » ? « Dans sa pulsion aveugle et démesurée, écrivait-il ainsi, dans sa fringale de surtravail digne d’un loup-garou, le Capital ne doit pas seulement transgresser toutes les limites morales, mais également les limites naturelles les plus extrêmes. » Les intellectuels de gauche n’ont désormais plus aucune excuse.

l’auteur :
Jean-Claude Michéa : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |