Du contrat social - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : politique, Plume(s) présente aussi :
On a voté... et puis après ?   Les classes sociales aujourd'hui   Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés   Gauche : l'avenir d'une désillusion   Le principe démocratie   Les lois scélérates de 1893-1894   Jacques Ellul - L'homme qui avait (presque) tout prévu   2017 : l'élection improbable  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

3,60 €  
Du contrat social

Auteur Jean-Jacques Rousseau
Editeur : LGF/Livre de poche
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : politique
biblios : collège études politiques 2018-2019
ean : 9782253067252
parution : mars 1996
dimensions : 315 pages ; 11 × 18 cm
imprimé en Catalogne
prix : 3,60 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 23 août 2018
réserver

Pour nous aussi, la doctrine de Rousseau ne saurait être un simple objet de curiosité érudite ou d’intérêt purement philologico-historique. Elle apparaît au contraire, pour peu qu’on ne se contentât point d’en considérer les résultats et qu’on se plongeât dans ses tout premiers présupposés, comme une problématique vivante et très contemporaine. Les questions soulevées par Rousseau, qui les brandit face à son siècle, ne sont en rien obsolètes aujourd’hui, pour nous non plus elles ne sauraient être purement et simplement « réglées ».
Ernst Cassirer

Aux fondements de la pensée moderne, sur laquelle il aura exercé une influence décisive, le Contrat social reste l’un des ouvrages les plus importants de Rousseau. Publié en 1762, il dessine les grandes lignes d’un modèle de structuration sociale capable de combiner harmonieusement les valeurs propres à l’« état de nature » avec celles imposées par la vie collective. De là l’idée de « contrat » entre les individus qui, parce qu’ils ne sont soumis qu’à des conventions auxquelles ils ont librement souscrit, « n’obéissent à personne, mais seulement à leur propre volonté ».

Commentaires et notes par Gérard Mairet.


l’auteur :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |