Abolir la condition humaine : entre chimères et calamités... - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : transhumanisme, Plume(s) présente aussi :
Trois utopies contemporaines   L'homme augmenté, réalité ou science-fiction ?   L'humanité augmentée   Cerveau augmenté, homme diminué   Penser l'humain au temps de l'homme augmenté ; face aux défis du transhumanisme   Aventures chez les transhumanistes   La mort de la mort   La tentation transhumaniste  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

20,00 €  
Abolir la condition humaine : entre chimères et calamités...

n° 55

 
Editeur : Le Bord de l’eau
collection : Revue Écologie et Politique
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : transhumanisme
ean : 9782356875686
parution : janvier 2018
dimensions : 192 pages ; 14 × 21 cm
imprimé en France
prix : 20,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 21 février 2018
réserver
La dynamique des technosciences, qui participe de la mondialisation du capital et du néocolonialisme, en est venue, dans sa guerre d’extermination de la nature vivante, au projet de lui substituer une nature artifi cielle (biologie de synthèse, géoingénierie), préparant la construction de technocosmes et la colonisation de l’Univers. À ce dessein d’artifi cialiser la nature correspond celui d’artifi cialiser l’humain, découlant des progrès médicaux, génétiques et informatiques : cyborgisation du corps, extension illimitée des capacités physiques et corporelles, prise en charge technoscientifi que de la reproduction, eugénisme, allongement indéfi ni de l’existence. Soutenue par le mouvement transhumaniste aussi bien que par l’imaginaire propagé par les médias de masse, qui portent la religiosité du Progrès à son paroxysme, disposant de puissants soutiens politiques et fi nanciers, cette résolution de s’extirper de la condition humaine est-elle désirable et vraisemblable ? Ne va-t-elle pas conduire, plutôt qu’à l’avènement d’un « paradis artifi ciel », à la généralisation de conditions inhumaines, voire infrahumaines ? N’est-elle pas la tentative désespérée et suicidaire de maintenir intacts les invariants de la domination industrielle



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |