On récolte ce que l'on sème - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

Quelques revues présentes à Plume(s) :
Accueil du site > Agenda > On récolte ce que l’on sème

01/04:Alterna’bio : la (…) 07/12:Sexy, linky ? jeudi 7 décembre 2017, cinéma de Millau : On récolte ce que l’on sème


Soirée ciné
Récit intimiste sur l’évolution d’une famille qui navigue de l’enfance à l’âge adulte à la recherche de ce qui fonde son “Être” : Être Palestinien et Israélien

Un réalisateur palestinien vivant en France allait commencer un documentaire sur la mémoire palestinienne en Israël. Pendant les repérages en Galilée où vit sa famille, cette dernière a manifesté son inquiétude à l’idée de faire ce film. Le réalisateur décide alors d’inclure sa famille dans le scénario et finit par nous livrer un récit intime sur l’évolution de son identité, depuis son enfance au sein de sa famille protectrice, jusqu’à l’âge adulte à travers ses voyages.

« Quand j’étais petit, j’ai tout naturellement accepté mon identité d’Arabe israélien, comme l’ont fait mes parents avant moi. J’ai cherché à comprendre comment ils ont vécu la période d’assimilation à l’État d’Israël, et leur première réaction a été le refus d’en parler, par peur des autorités. La seule qui était naïvement réceptive à mes préoccupations était Miral, ma nièce de 12 ans. Comme moi à son âge, elle va à l’école arabe israélienne et apprend que les juifs sont enfin retournés chez eux après 2000 ans d’oppression et de souffrance en exil. Comme moi à son âge, elle ne sait pas ce que c’est la Palestine, rien n’est mentionné dans ses leçons de l’histoire du Proche-Orient au 20e siècle.
Pour moi, il est impossible de se projeter dans l’avenir, quel qu’il soit, sans connaître le passé, qui est très présent, d’autant plus lorsqu’il est caché. J’ai eu envie de revenir sur le processus personnel que j’ai traversé pour sortir de la prison intellectuelle israélienne et découvrir mon identité palestinienne. Avec une caméra discrète, je me suis laissé perdre dans des lieux, dans des paysages et dans des visages, connus et étrangers, pour retrouver mon chemin
… » Alaa Ashkar

Alaa Ashkar est un réalisateur palestinien né en Galilée. Il fait ses études de droit à Netanya dans le centre d’Israël, puis en 2006 il finit un master en sciences politiques en France. Son intérêt pour le cinéma indépendant l’emmène à adopter ce domaine pour exprimer ses questionnement et ses observations sur les rapports humains.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |