Histoire de la justice en France (XVI-XXI siècles) - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée fortes remises

sur le thème : justice, Plume(s) présente aussi :
Pour une cour mondiale   Un renard dans le poulailler   Mes raisons d'Etat   Témoin   La justice bafouée   Yvan Colonna, L'impasse   Eichmann, une exécution en question   Victor Hugo : "Non à la peine de mort"  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-histoire | Pratique

14,50 €  
Histoire de la justice en France (XVI-XXI siècles)

Auteur Benoît Garnot
Editeur : Gallimard »»
collection : Folio Histoire
rayon : Politique et société    -histoire
support : Livre
type : essai
thème : justice
biblios : Café histoire St Affrique, Café histoire novembre 2017
ean : 9782070396689
parution : novembre 2009
dimensions : 789 pages ; 11 × 18 cm
imprimé en France
prix : 14,50 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 16 novembre 2017
réserver

L’évolution de la justice, de l’Ancien Régime à nos jours, est le plus souvent présentée comme un processus de rationalisation, homogène et global, qui s’imposerait progressivement aux Français : l’Etat aurait monopolisé à son profit la violence, élargi son domaine d’intervention, reculé sans cesse les limites entre le privé et le public, et discipliné la population par des mécanismes d’obéissance. Cette vision, quant au fond inexacte, fait de l’Etat l’acteur principal. Or les modes de fonctionnement de la justice, depuis le XVIe siècle, s’expliquent d’abord par les demandes des justiciables. En outre, malgré l’apparent bouleversement de la Révolution, les continuités l’emportent sur les ruptures. S’il est une rupture essentielle, elle s’est produite à la fin du Moyen Age, avec l’affirmation de la justice de l’Etat, l’adoption de la procédure inquisitoire dans la justice pénale et du système des preuves dites " rationnelles ". Ces nouveautés créent la justice moderne ; tout en évoluant, elles dominent jusqu’à l’époque contemporaine. Voilà qui offre à l’historien la possibilité de rendre compte de la " judiciarisation ", c’est-à-dire d’écrire une histoire à la fois de l’institution, des normes mais aussi des pratiques. En d’autres termes, une histoire sociale de la justice, de l’Ancien Régime à nos jours.


Public motivé


l’auteur :
Benoît Garnot : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |