Délit de solidarité - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : répression, Plume(s) présente aussi :
Entre accueil et rejet   Police et discriminations raciales   Au nom du 11 Septembre   Faut-il avoir peur de nos enfants ?   Considérant qu'il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir   Le ministère de la peur   Je n'aime pas la police de mon pays   Rengainez, on arrive !  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-immigration et précarité | Pratique

14,00 €  
Délit de solidarité

Récit documentaire

Auteur Jean-Louis Dubois-Chabert
Editeur : Libertaires
rayon : Politique et société    -immigration et précarité
support : Livre
type : enquête
thèmes : répression | solidarité
ean : 9782919568864
parution : mai 2017
dimensions : 175 pages ; 15 × 21 cm
imprimé en France
prix : 14,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 18 juillet 2018
réserver
La même "Justice" qui absout Christine Lagarde, ex ministre, pour "négligence" (à hauteur de 450 millions d’euros), inculpe des petites gens pour délits de solidarité. Et oui, aider des réfugiés fuyant la guerre est un délit. Comme héberger des juifs lors de la seconde guerre mondiale. Ce livre est un épisode de plus de cette ignominie qu’est cette soi-disant justice. C’est un récit documentaire. Tout est vrai. C’est un hommage à RESF (Réseau éducation sans frontières) et à ses militant(e)s qui ont le courage, eux, de ne pas transiger avec la solidarité et l’assistance à personnes en danger. C’est donc, hélas, un livre d’une actualité brûlante !

« Je ne crois pas à l’étranger parce qu’il est moi. Je crois à son étran­geté, oui. Ses différences, je les vois. Il me fait éprouver l’altérité. Il nourrit ma curiosité, me complète, me rend plus vaste, plus grand que moi-même, plus haut que moi-même.

Et merde à la fin ! N’avons-nous pas suffisamment de place sur les six cent quarante-trois mille huit cent un kilomètres carrés du pays pour accueillir quelques milliers de personnes ? Avons-nous si peu envie de rire avec l’autre, d’échanger avec l’autre, de vivre avec l’autre ? Sommes-nous contraints de subir indéfiniment le métro-bou­lot-dodo, les calmants de la télé, du football et du loto pour supporter ces vies de hamster cloisonnées chez soi, bien chez soi, loin de l’autre, là, l’étranger avec ses mauvaises intentions, qui vient voler notre bou­lot, c’est sûr, et notre chômage et nos allocs, aussi, et puis violer nos filles, abâtardir nos gênes, voler nos poules. Voleurs de poules, va !

Migrants de tout poil, nomades de tous pays, sachez-le, conquistadors en haillons, miséreux errants, vous n’êtes pas les bienvenus.

Eh bien si ! Vous êtes les bienvenus. »

Avec ce récit, Jean-Louis Dubois-Chabert met des visages et des noms sur les quotas. Aux questions sur l’accueil, l’enfance et les frontières, il mêle des portraits de femmes et d’hommes qui, à contre-courant d’une époque hostile à l’étranger, refusent les murs et veulent tendre des ponts.


l’auteur :
Jean-Louis Dubois-Chabert : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |